logo
bandeau8
carte tibet

 

bouton  Le Tibet
    - Présentation
    - Actualités
    - Archives
    - Témoignages
    - Bientôt à la télé
      propagande chinoise

bouton  L'association
      - Prochaines actions
      - 
Actions récentes
    - Dans la presse
    - Œuvres humanitaires
    - Droits de l'Homme
    - Adhérer

bouton  Actions des élus
    - Parlementaires
    - Drapeaux
    - Parrainages

bouton  Tibet en Normandie
    - Bouddhisme


bouton  En savoir plus...
    - Liens internet
    - Bibliographie
    - Videos sur le net
    - Livres récents

Vous trouverez ici les archives 2014 des actualités en France et dans le Monde

Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009


Actualités de 2014

 Au Tibet  et dans le Monde
                                   En Normandie et en France
 
29/12 : Un étudiant d'université tibétain détenu pour avoir écrit au sujet des auto-immolations sur son blog.
(
TCHRD)

Les autorités chinoises ont arbitrairement détenu un étudiant d'université tibétain qui est aussi un blogger actif sur des questions sensibles pour le gouvernement chinois tels que les auto-immolations, selon les informations reçues par le TCHRD.

Meu Soepa, 21 ans, un étudiant en littérature à l'université du Nordwest pour les Nationalités à Lanzhou a été détenu à environ 4 heures de l'après midi le 27 décembre par un groupe d'officiers du bureau du maintien de la stabilité du Comté de Ngaba et du bureau de la sécurité publique dans la ville de Meurama dans le Comté de Ngaba et dans la préfecture autonome de Qiang, province du Sichuan dans la province tibétaine de l'Amdo.
Fils de Gonkho et Pelkho, Meu Soepa est né et a grandi dans le camp nomade N°3 des faubourgs de Meurama dans le Comté de Ngaba.

En savoir plus.
29/12 : L'écrivaine tibétaine Tsering Woeser censurée par FB ?
(Blogs Médiapart)

L'écrivaine Tibétaine de renom international, Tsering Woeser, s'est plainte dans un tweet avoir été l'objet d'une censure par le réseau social le plus prisé des internautes de la planète bleue.

Sous ses aspects multiples et ses innombrables facettes, ses ramifications tentaculaires,  son conglomérat hétéroclite démesuré qui échappe à toute tentative d'appréhension, la Major américaine, côtée en bourse, grande reine indiscutée et indiscutable  des réseaux sociaux qui dame le pion à ses concurrents quels qu'ils soient, et, s'offre le luxe de déverser des sommes colossales pour racheter tout ce qui lui parait susceptible d'accroitre sa formidable puissance dont l'usager mesure encore bien peu l'étendue réelle, 

La goulue en interconnexion continue, bouche à l'inextinguible soif rivée au goulot numérique de tout ce qui laisse entrevoir l'ombre affriolante d'une possible extension, sous son aspect d'indiscernabilité rhizomatique, la major majeure américaine, qui collecte les plus grandes quantités d' invraisemblables et phénoménales montagnes de données sur plus d'un milliards d'individus, et concocte en son saint des saints, les recettes qui lui assurent un avenir de domination sans conteste,  un monopole de contrôle et de surveillance en continu du moindre des  risques de séismes politiques, qui seraient susceptible d'ébranler les sous-bassements complexes de tout ce qui la lie aux sphères du pouvoir,  la machine-monde, gorgone mondiale du numérique, objet créé par l'homme - et qui peut lui avoir échappé, en feignant encore s'y soumettre, lui dissimulant que ce n'est plus lui qui la pense et la conduit, mais bel et bien la machine qui s'est emparée de sa propre dynamique et du choix de sa direction, donc de son destin, cette machine-monde subit des modifications, ceci dit en mode de pensée démocratique, subit des dégradations, dégradations qui loin d'être anecdotiques trahissent et mettent en relief les risques liés à sa spécificité, modifications et dégradations qui témoignent pour ce qu'elle peut risquer, à terme, de devenir, dans cet affrontement de monstres en eux, dans cette guerre de monstres, Numérique-Park, entre infinies tergiversations et accords ponctuels, dont il suffit de suivre la ligne tracée pour voir où ils mènent.

La suppression survient …

En savoir plus.
27/12 : Joyeux Noël ! Merry Christmas ! Cramez Tibétains ! Nous, on s'en fout .
(Blogs Médiapart)

24 décembre 2014 |  Par pierre guerrini

La valse des feu-follets se poursuit sur tout le pourtour des hauteurs glacées du Toit du Monde et se propage en proportion de la vitesse de destruction du Tibet-ancien, du Tibet des Tibétains, des hommes, femmes, enfants tibétains, des nomades, sédentaires des villages et des villes, des religieux en leurs monastères des villes et des campagnes, des hauts plateaux montagneux et des vallées, des Tibétains du Tibet-occupé, du Tibet volé, du Tibet détruit. 

La lutine féerie sacrificielle se poursuit, de-çi de-là, il en est toujours un ou une  pour rallumer l'inextinguible flamme de la lutte et de la résistance. Bientôt la lueur nimbée d'éternité et d'incandescence incommensurablement subtile du feu des sacrifiés brillera bien plus que mille soleils et ce jour-là, alors, la charrette de la mort qui gagne qui va, jusqu'à présent, cahin-caha, son bonhomme de chemin de malheur, ouvrira tout grands ses bras sans fond et s'y engouffreront  pèle-mêle et dans une grande cacophonie les masses inextricables les unes des autres, masses mêlés, entremêlées, coulées dans la lave métallique de la pire géhenne qui soit et n'ait jamais déferlée.   

Qui s'en émeut ?  L'occident. L'occident s'en émeut.

Mais, sans la persistance sacrificielle des tibétains du Tibet-occupé,  liée et consécutive  aux déplorables conditions d'existence de ce peuple captif d'un pays qui fut le sien et qui lui a été volé, les émotions occidentales aux instinctifs et pavloviens cris d'orfraie, auraient tout de la poussée d'urticaire, quoique subite, parfaitement contrôlable et sans conséquence réelle sur le cours désastreux des choses, puisque sans autre répercutions concrète, qui eût, un tant-soit-peu, pu réellement soutenir ce peuple en voie de lente disparition tout à fait programmée.

En savoir plus.
26/12 : Un moine tibétain détenu après une manifestation solitaire pour la liberté à Ngaba.
(Radio Free Asia)

Un jeune moine tibétain a été mis en détention vendredi dans la province occidentale chinoise du Sichuan après le declenchement d'une manifestation solitaire contestant la loi de Pékin dans les régions tibétaines et appeler au retour d'exil du chef spirituel le Dalaï Lama, selon les sources.

Lobsang Trinle, un moine de 21 ans, appartenant au monastère rétif de Kirti dans le Comté de Ngaba, dans la préfecture tibétaine autonome de Ngaba, a organisé sa manifestation "Rue des héros" dans le centre du comté à environ 4h40 de l'après-midi, ont dit les sources au service tibétain de RFA.
"Trinley a organisé une manifestation pacifique contre le gouvernement chinois" a dit une source locale, parlant sous couvert d'anonymat.

"Il portait un grand portrait du chef spirituel tibétain exilé le Dalaï Lama dans ses mains et criait des slogans appelant à une longue vie pour le Dalaï Lama et à la liberté pour le Tibet."

En savoir plus.
25/12 : La police ouvre le feu sur des moines à Tawu.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 25 Décembre. Plusieurs moines ont été blessés alors que la police chinoise a ouvert le feu à l'aveugle sur des moines qui étaient en train d'essayer d'arrêter la police qui emportait le corps du dernier auto-immolé tibétain dans le comté de Tawu.

Une source tibétaine a dit que la police à rapidement incinéré le corps de Kalsang Yeshi, 37 ans, qui est mort quelques minutes après s'être lui-même enflammé mardi, dans un crématorium électrique.

En savoir plus.
25/12 : Une délégation du parlement tibétain en exil en tournée en Thaïlande pour promouvoir le Tibet.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibet Post International)

Mercredi 24 décembre 2014, par Communauté Tibétaine // Actualités

Publié le Lundi 22 décembre 2014 / Par Yeshe Choesang

Bangkok : afin de renforcer les groupes et les individuels qui soutiennent la cause tibétaine dans le monde, une délégation de 5 parlementaires tibétains ont mené avec succès une campagne d’une semaine en Thaïlande pour mettre en lumière la situation critique au Tibet.

Au cours de sa visite en Thaïlande, la délégation a rencontré et discuté avec des activistes sociaux, des écrivains, des militants pour la démocratie et des soutiens de longue date du Tibet dont M. Arjan Sulak Sivaraksa, faisant suite à une campagne de lobbying fructueuse à Taiwan.

La délégation comprenant M. Gyari Bhutuk, M. Karma Yeshi, le Vénérable Mogru Tempa et M. Bawa Kelsang Gyaltsen était conduite par le Vénérable Sonam Tenphel, vice-président du parlement tibétain en exil.

Le groupe a aussi rencontré le Vénérable Win Mektropop, un moine bouddhiste influent et le Vénérable Phra Sangkom, un enseignant bouddhiste renommé en Thaïlande, et leur a exposé les mesures de répression imposées par la Chine sur la liberté religieuse du peuple tibétain. Il a exhorté la Thaïlande, en tant que nation bouddhiste, à soutenir le peuple tibétain dans sa lutte.

Selon la délégation, les 3 engagements dans la vie de Sa Sainteté le Dalai Lama, et l’approche de la voie médiane de l’Administration Centrale Tibétaine pour trouver une solution à la question du Tibet et à la vague d’auto-immolations qui balaie le Tibet depuis 2009 ont aussi été expliqués.

Le 16 décembre, la délégation a participé à une réunion informelle pour parler de la situation du Tibet avec des résidents chinois de Bangkok. Plus de 20 Chinois dont des professeurs, des anciens juges, des anciens journalistes, des hommes d’affaires, des prêtres chrétiens, ont pris part à cette réunion présidée par M. Kelsang Gyaltsen et M. Cheng Weimin.

Les participants chinois ont accordé leur soutien à l’approche de la voie médiane de l’Administration Centrale Tibétaine et exprimé leur solidarité avec les souffrances du peuple tibétain.

En savoir plus.
23/12 : KARDZE (TIBET), 23 décembre 2014 : Un moine Tibétain s'immole par le feu, 3ème immolation en 8 jours !
(France-Tibet)

Ce mardi, dans le Sichuan, un moine Tibétain s'est immolé par le feu, cette semaine cela fait déjà deux immolations pour protester contre la régime de Pékin.


Kalsang Yeshe, 38 ans, s'est immolé à proximité du monastère Tawu Nyitso aux alentours de 11h20, heure locale. Plus exactement cela s'est passé dans le comté de Tawu (Daofu en chinois), lui-même faisant parti de la préfecture autonome tibétaine de Kardze ( Ganzi).

"Il s'est immolé pour protester contre la politique chinoise au Tibet et appeler au retour au Tibet du [leader spirituel en exil] Dalaï Lama", informa un Tibétain.
Yeshe s'était placé "devant les bureaux chinois de la sécurité publiques installés au monastère."
Dans les flammes, Yeshe s'est écroulé et les Tibétains se sont rués sur lui pour éviter que la police n'interviennent et emporte le corps.
"Mais la police a dispersé la foule par des tirs de sommation et s'est emparé du corps. nous ne savons pas s'il est toujours vivant."
Mais d'autres sources disent qu'il serait décédé sur place.

Un moine respecté

Yeshe, un habitant du village de Thewa, dans le comté de Tawu, avait étudié dans le Sud de l'Inde au monastère de Gande Jangtse. En revenant au Tibet, il débuta une campagne contre l'analphabétisme des anciens et " enseigna le Bouddhisme et le Tibétain."

Yeshe est le 136ème Tibétains à s'immoler depuis les grandes protestations de 2009 et il est le 3ème ce mois-ci.

En savoir plus.
22/12 : Une femme s'immole par le feu dans l'Amdo.
(Blogs Médiapart)

 
22 décembre 2014 |  Par pierre guerrini.

Pas de trêve dans la lutte que mène le peuple tibétain contre l'oppresseur chinois. Il semblerait que la valorisation du Tibet à la mode chinoise ne fasse pas le bonheur de gens ordinairement et plutôt naturellement portés vers une forme assumée de joie de vivre et d'attention à l'autre. Voir le Boutan et le droit au bonheur et ses indices de Bonheur ...

Rien de tout ça, au Tibet. La main mise Han porte le signe de la mort et de la destruction partout où elle s'abat. Les chemins de fer traversent les hauts plateaux du toit du monde, comme une flèche le ciel mais le balafre définitivement. Lhassa est noyée dans un tohu-bohu de vie où le clinquant le dispute à la vulgarité. Sous son matelas de pollution automobile et industrielle. Le Potala sur sa colline semble se ratatiner au beau milieu qu'il est d'une ville tentaculaire aux architectures périphériques qui donnent dans le pire des bric à brac désordonnés et édifiés à la va-comme-je-te-pousse à coup de dessous de tables et de plans tirés sur la comète. La comète a la forme d'une caisse enregistreuse et sa queue étincelle des mille feux du désir exorbité dans l'œil des millions de touristes Han, pour lesquel le sacré, ça vient et quand ça vient … après la fortune et la fortune, ce sont des  espèces sonnantes et trébuchantes, des millions, portables et billets en main, des millions à satisfaire qui s'abattent par vols entiers - 3 millions cette année par la voie des airs sur 35 aéroports - par trains, route, depuis toute la Chine sur les villes du Tibet-occupé.

On lui a volé son pays. Elle proteste contre le vol, la destruction, l’abomination et se fout le feu.

14 secondes d’horreur, un téléphone portable, une prière dite qui accompagne le temps du sacrifice.

En savoir plus.
22/12 : Une jeune tibétaine de 20 ans s'est donné la mort en s'immolant par le feu.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, December 22: A 20 year old Tibetan woman has died after she set her body on fire around 2PM (local time) today in Tibet's Ngaba County.

A Tibetan exile source with contacts in the region said the deceased has been identified as Tsepey Kyi from fourth village of Meruma township in Ngaba County.

The same source said Kyi succumbed to her burn injuries within minutes of her self immolation protest and her body was immediately taken away by the police. Police have cordoned off the site of her self immolation and stepped up restrictions around the area making it difficult to acquire more information.

En savoir plus.
17/12 : Tibet, immolation par le feu, le cauchemar continue… la résistance aussi.
(Blogs Médiapart)

Même pas en rêve ! un cauchemar pareil.  Un tibétain s’est immolé par le feu, mardi, et en est mort. C’est la première immolation par le feu depuis trois mois. Elle a eu lieu dans la province de Gansu, et, selon les sources proches, l’acteur de cette immolation entend, par ce geste, réitéré par des tibétaines et tibétains de tous âges et tous rangs, protester contre le régime de Pékin qui mène une politique de destruction de la culture multiséculaire du Tibet, qu’il occupe militairement, administrativement et économiquement, et à la face du monde qui n’en peut mais, se livre à  une politique d’anéantissement extrêmement planifiée et qui suit son cours, de sa population.

C’est  la première immolation par le feu depuis trois mois, contre le régime de Pékin dans les zones à population tibétaine en Chine, selon les sources.

Sangye Khar, un homme âgé 33 de ans, s’est donc, lui-même lui-même mis le feu aux alentours de 9h-10h devant l’entrée d’un poste de police de la municipalité d’Amchok, en Sangchu (en chinois, Xiahe) dans le comté Kanlho (Gannan), la préfecture autonome tibétaine, selon le même source.

Khar est mort  "en signe de protestation contre les politiques chinoises dans les régions tibétaines" a déclaré, sous couvert d’anonymat, la source.

Au Tibet-occupé, dont les populations vivent en permanence sous la férule et la violence de la police chinoise du régime de Pékin, laisser ainsi filtrer des informations « à l’étranger » équivaut à se condamner …

Les deux dernières immolations tibétaines ont également eu lieu à proximité des stations de police.

Les autorités ont, immédiatement et selon la procédure bien huilée de la machinerie policière du régime des Hans, lorsque se produit un tel événement que le régime de pékin craint par-dessus-tout par ce qu’il révèle et dévoile, à chaque nouvelle immolation en signe de protestation, au reste du monde, d’absolument  détestable et insupportable quant à la façon dont Pékin traite la population entière d’un pays dont la surface est égale à celle de deux fois l’Europe, les autorités ont, donc, mises en place les mesures extrêmement coercitives à l’encontre de la population, et procédé aux  renforcements habituels de la sécurité dans Amchok et sa région, durcissement du ton, arrestations et draconien contrôle de tout type de communications, téléphones cellulaires, internat …

En savoir plus.
17/12 : Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping.
(France24)

Le dalaï-lama a accordé un entretien exclusif à France 24. Selon lui, le nouveau pouvoir chinois est plus conciliant avec la cause tibétaine et pourrait prochainement pencher en faveur d’une autonomie de la province.

C’est un dalaï-lama résolument optimiste qui a accordé un entretien à France 24. Le chef spirituel des bouddhistes tibétains a bon espoir que les relations avec la Chine s’améliorent prochainement. Il assure même qu’il pense pouvoir assister de son vivant à "l’autonomie du Tibet". "C’est un sujet politique, si les dirigeants changent, développent une pensée plus réaliste, ces choses-là peuvent changer en une semaine."

C’est notamment l’approche "réaliste" du président chinois Xi Jinping qui suscite l’espoir du 14e dalaï-lama. Les relations avec la Chine sont interrompues depuis 2010, mais les récentes sorties du leader chinois vont dans le bon sens, selon lui. "Quand il est venu en France, il a dit que le bouddhisme avait un rôle très important à jouer dans la préservation de la culture chinoise. C’est inhabituel de la part d’un communiste, qui est considéré comme quelqu’un d’athée. Que le dirigeant du parti athée […] fasse des louanges au bouddhisme, c’est nouveau."

Le récipiendaire du prix Nobel de la paix en 1989 déplore toutefois que "l’establishment chinois" compte encore "beaucoup de tenants de la ligne dure, qui mettent Xi Jinping dans une situation difficile."

Si les choses s’arrangent dans un futur proche, le dalaï-lama annonce sa volonté de se rendre en Chine. "C’est mon souhait de faire un pèlerinage dans les sites bouddhistes importants de Chine". Mais là encore, il assure recevoir des "signaux contradictoires" de la part de Pékin.

"De la violence au nom de la foi bouddhiste, c’est insoutenable"

Interrogé sur les violences qui ont eu lieu récemment en Birmanie et qui ont impliqué des moines bouddhistes, il assure qu’il s’agit d’un "sujet grave".

En savoir plus.
16/12 : KANLHO (TIBET), 16 décembre 2014 : Décès d'un Tibétain qui s'était immolé par le feu.
(France-Tibet)

Dharamshala, 16 décembre : Un homme tibétain est mort aujourd'hui des suites de son auto-immolation par le feu dans la ville d'Amchok, comté de Sangchu, préfecture autonome du Tibet de Kanlho, dans la province de Gansu.
Vers 9 heure du matin, heure locale, Sangyal Khar s'est immolé par le feu mardi devant le poste de police.
Ensuite, d'après un témoin, la police est venue chercher le corps effondré pour l'amener à Sangchu, où les requêtes de la famille pour qu'elle obtienne le corps du défunt ont été rejetées malgré les protestations des habitants tibétains.
La situation dans la ville d'Amchok reste tendue, les autorités ont encerclé la zone et établis des restrictions de déplacements et de communication pour les habitants

En savoir plus.
15/12 : Les exécutions extrajudiciaires, les détentions arbitraires et les répressions religieuses continuent dans le comté tibétain révolté.
(TCHRD)

La dernière information reçue par le Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et la Démocratie (TCHRD) démontre l'escalade de la violence et les mesures de répression incluant les exécutions extrajudiciaires et les détentions arbitraires à Driru, Comté de Nagchu, préfecture de la région autonome du Tibet (TAR), dans la province orientale tibétaine du Kham.

Le paragraphe suivant reprend l'article situé deux aricles ci-dessous ( "Un chef de village tibétain respecté tué à Driru et 107 nonnes expulsées à Phenbo) du 12/12 de Phayul.com   (NDLR)

En savoir plus.
15/12 : Un tibétain condamné pour avoir dénoncé une déité controversée.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 15 December : Une cour de la préfecture de Chamdo, dans le Comté de Dzogang, a condamné un tibétain de 77 ans à 1 an et 6 mois de prison pour avoir dénoncé le culte à une déité controversée connue sous le nom deDorje Shugden (dolgyal).

Selon Radio Free Asia, Jamyang Tsering a été arrêté en Juin dernier pour avoir encouragé un groupe détudiants à suivre les souhaits et les conseils du leader spirituel Sa Sainteté le Dalaï Lama et de toujours "se montrer fiers d'être tibétains".

En savoir plus.
12/12 : Un chef de village tibétain respecté tué à Driru et 107 nonnes expusées à à Phenbo.
(Phayu.com)

DHARAMSHALA, 12 Décembre. Les autorités chinoises du Comté de Driru ont tué un chef de village qui était connu des locaux pour être un homme très respecté et quelqu'un qui avait été un pionnier dans plusieurs travaux sociaux, dans le domaine de l'éducatio des jeunes, la promotion de la religion et de la culture, l'unité et l'harmonie. L'incident a eu lieu le 9 Décembre 2014.

Bachen Gyalwa or Ngawang Monlam était un ancien moine du monastère Gyashoe Pekai; il avait été arrêté avec plusieurs autres tibétains dont Peka, Neymey, Dronil et Tashi.

Les personnes arrêtées ont été emmenées au centre de détention du Comté de Driru et il n'y a pas d'information à leur sujet jusqu'à maintenant.
Des sources locales ont dit que les chinois ont tué Gyachen car ils voulaient sa destitution du poste et avaient même donné des ordres afin de l'enlever de ce poste que les chinois voulaient voir occuper par un chinois en remplacement.

En savoir plus.
11/12 : Le dalaï-lama n’est pas reçu par le pape François.
(La Croix)

Attendu à Rome à l’occasion d’une rencontre d’anciens Nobel, le chef spirituel du bouddhisme tibétain, reçu par Benoît XVI en 2006, n’a pas d’audience prévue avec son successeur.

Une rencontre entre le dalaï-lama et le pape François n’aura pas lieu. Participant cette fin de semaine à Rome au sommet mondial des lauréats du prix Nobel de la paix, le chef spirituel du bouddhisme tibétain n’aura pas d’audience privée à cette occasion avec le pape, malgré « l’estime » que celui-ci lui porte, selon le Vatican.
Crainte de représailles

L’absence de rencontre est motivée par la crainte de mesures de rétorsions contre les catholiques chinois, indique une source vaticane sous réserve d’anonymat. Le refus peut aussi s’expliquer devant la volonté de la diplomatie du Saint-Siège de chercher à nouer des relations avec Pékin, comme le pape François l’avait manifestée à l’occasion de son voyage en Corée du Sud en août dernier. Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, est investi sur ce sujet.

Le prédécesseur de François, Benoît XVI, avait reçu le dalaï-lama le 13 octobre 2006, a rappelé le Vatican. Le chef bouddhiste a aussi rencontré Jean-Paul II. Il avait notamment participé à la rencontre interreligieuse pour la paix d’Assise en 1986, organisée à l’initiative du Saint-Siège.
Liberté religieuse

En exil de Chine depuis 1959, le dalaï-lama fait face, comme l’Église catholique, au refus par Pékin d’accorder la liberté religieuse et à son contrôle d’Églises officielles.

Initialement prévue au Cap, la 14e  édition du sommet des récipiendaires du prestigieux Nobel a été déplacée à Rome devant le refus d’Afrique du Sud d’y accueillir le dalaï-lama afin de ménager son partenaire chinois. Attendu également à cette rencontre, l’ancien archevêque anglican du Cap,

En savoir plus.
11/12 : Manifestation pro-tibétaine à Genève.
(
Tribune de Genève)

Devant le siège de l'ONU, quelque 150 Tibétains ont dénoncé «les violations des droits les plus élémentaires» perpétrées par Pékin.

Environ 150 Tibétains et sympathisants ont manifesté mercredi contre la Chine, devant le siège de l'ONU à Genève. Ils ont dénoncé «les violations des droits les plus élémentaires» perpétrées par Pékin au Tibet.

La situation continue de se détériorer, a affirmé la Communauté tibétaine en Suisse et au Liechtenstein, organisatrice de la manifestation à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'homme.

«Le Tibet n'est pas la Chine», «Ban Ki-moon, le Tibet a besoin du dialogue», «Le Tibet brûle», affirmaient des banderoles sur la place des Nations au milieu des drapeaux tibétains.

En savoir plus.
10/12 : Affrontement entre Tibétains et fonctionnaires au sujet d’une élection locale.
(Tibet-info.net)

Des villageois tibétains de la région nord-ouest de la province du Qinghai se sont opposés aux fonctionnaires du Comté après avoir reçu l’ordre de voter en faveur d’un candidat soutenu par le gouvernement pour une place au bureau local plutôt que pour le candidat qu’ils préféraient.

L’incident s’est produit le 7 décembre 2014 lors d’une réunion électorale à laquelle assistaient les habitants et les fonctionnaires de la municipalité de la municipalité de Taktak, Comté de Darlag [1].

"Ce jour-là, les élections pour les employés du gouvernement au niveau local se sont déroulées dans les municipalités de tout le comté", rapporte une source à Radio Free Asia, parlant sous condition d’anonymat. "Mais quand le vote a eu lieu dans la municipalité de Taktak, les populations locales ont discuté avec les fonctionnaires pour savoir qui devait être élu, les fonctionnaires insistant pour qu’un homme nommé Tenkyab - candidat favorisé par le gouvernement - devrait être élu", a déclaré la source.

"Les gens ont proposé à la place d’élire un candidat nommé Lokar, un homme ayant 16 ans d’expérience, et cela a provoqué la colère des fonctionnaires qui ont réagi violemment".

Le Chef de file du Comté de Darlag, Rinchen Tso, a crié contre la foule, a indiqué la source, ajoutant que le fonctionnaire en colère avait aussi attaqué deux villageois, Tsephel et Tsekyab de la famille Kangdotsang, les attrapant par les cheveux et les frappant.
"Cela a été suivi d’un affrontement verbal entre le public et les fonctionnaires, Rinchen Tso forçant les villageois à remettre bon nombre des votes qui avaient déjà été exprimés".

En savoir plus.

08/12 : La Prison de Chushur (TIBET), 7 décembre 2014 : un activiste Tibétain décède des suites de coups et torture.

(France-Tibet)

Le Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et la Démocratie (TCHRD) nous apprend qu'un prisonnier politique tibétain est décédé au milieu de sa peine de prison (15 ans), des suites de coups et de torture.
Deux jours après avoir été rendu à sa famille dans un état de santé grandement détérioré, Tenzin Choedak, connu sous le nom de Tenchoe, est mort vendredi dernier à l'hôpital de Lhassa, capitale du Tibet.

"Du fait des coups et de la torture qui lui a été infligé durant ces six dernières années, ses chances de survie s'amincissait," déclara Tsering Gyal, chercheur pour le TCHRD.

Arrêté comme meneur au cours des manifestations contre le pouvoir chinois en 2008 (années des Jeux Olympiques de Pékin, NdT), Tenchoe, 33 ans, avait déjà été blessé lors de sa garde à vue. En six ans il n'aurait pas pu se remettre de ces blessures.

D'après un témoin oculaire, Tenchoe avait été récemment amené à l'hôpital avec ses mains et ses jambes lourdement liées.
"Il était presque méconnaissable. Sa condition physique s'était détériorée et il était blessé à la tête et vomissait du sang," rapporte le TCHRD


En savoir plus.
04/12 : Un étudiant tibétain qui avait été emprisonné pour le motif de faire la promotion de la culture tibétaine a été libéré avant la fin de sa peine.
(Radio Free Asia)

Prison authorities in northwestern China’s Qinghai province have freed a young Tibetan jailed for promoting Tibetan language and culture, releasing him before his full term was served without any explanation, sources said.

Dorje Rinchen, formerly a middle school student in Rebgong (in Chinese, Tongren) county in the Malho (Huangnan) Tibetan Autonomous Prefecture, was released in good health and returned home earlier this week, a local source told RFA’s Tibetan Service.

“He was detained on Nov. 26, 2012, and held in Jianxin prison in Qinghai for two years and was freed on Dec. 2, 2014,” the source said, speaking on condition of anonymity.

“On Dec. 3, many of his relatives and friends gathered at his house to welcome his release,” the source said, adding, “He is said to be in good health.”

The main reason for Rinchen’s detention was “the key role” he had played in establishing a Tibetan Cultural Service Center in Rebgong dedicated to promoting Tibetan traditions and to ending community conflict, public intoxication, and theft, the source said.

“He was vice president of the center, and because of his involvement in work for Tibetan culture, he was taken into custody and held until now.”

En savoir plus.
1°/12 : Sa Sainteté le Dalai Lama remercie l’Inde pour sa politique de réhabilitation tibétaine de 2014.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibet.net)


Publié le 27 novembre 2014

DHARAMSHALA : Sa Sainteté le Dalai Lama a accordé une audience au ministre d’Etat M. Kiren Rijijuji et au secrétaire d’Etat aux affaires intérieures M. K.K Pathak à New Delhi le 24 novembre. Il a fait part de sa satisfaction et de sa gratitude envers le gouvernement indien, en particulier envers le ministre de l’intérieur et les officiels qui ont travaillé à la formalisation des lignes directrices de "la politique de réhabilitation tibétaine 2014". La rencontre a été coordonnée par Dolma Gyari, le Kalon du Département aux affaires intérieures de l’Administration Centrale Tibétaine.

Au cours de l’entrevue, M. K.K Pathak a informé Sa Sainteté le Dalai Lama de sa récente visite à la communauté tibétaine des zones reculées de Changtang au Ladakh avec le Kalon Dolma Gyari. Il a décrit à Sa Sainteté le Dalai Lama la situation actuelle et les plans de développement pour de meilleures conditions de vie des habitants de Changtang.

La Politique de réhabilitation tibétaine 2014, (Tibetan Rehabilitation Policy 2014), formalisée le 20 octobre 2014, arrive au moment où le gouvernement indien trouve que le niveau d’assistance et les installations mises en place par les gouvernement des différents Etats n’est pas égal. Ainsi, après les consultations d’usage des gouvernements d’Etats concernés et les consultations interministérielles au niveau du gouvernement indien, les lignes directrice de la politique ont été écrites afin d’uniformiser les Etats et d’améliorer le niveau de satisfaction général des réfugiés tibétains, a déclaré le Département des affaires intérieures de l’Administration Centrale Tibétaine.

En savoir plus.
1°/12 : Pas une once de liberté pour les Tibétains au Tibet (haut diplomate américain).
(La Communauté Tibétaine de France - Tibet Post International)

Publié Mercredi 26 novembre 2014 / Par Yeshe Choesang,

Dharamshala : - Les Tibétains au Tibet ne sont pas libres au sein de la nation communiste, a dit un haut diplomate américain après une récente rencontre avec des réfugiés tibétains en Inde et au Népal.

La coordonnatrice spéciale américaine pour les questions tibétaines, Sarah Sewall, qui est aussi sous-secrétaire d’Etat pour la sécurité civile, la démocratie et les droits de l’homme, a parlé de son évaluation de la condition des droits de l’homme au Tibet au cours d’un échange lundi avec des journalistes au Washington Foreign Press Center, Washington D.C. Lors de son voyage dans les deux pays, elle a rencontré des réfugiés tibétains et obtenu d’aux des informations de première main sur la situation au Tibet.

"Dans mes fonctions de coordonnatrice spéciale pour le Tibet, bien sûr j’ai eu un agenda parallèle lors de mes visites à la fois au Népal et en Inde, et le focus sur les réfugiés était de la plus haute importance dans les deux pays" a dit Sewall aux journalistes.

"J’ai rencontré les deux communautés et des dirigeants d’ONG qui travaillaient avec les populations réfugiées afin de les aider à mieux voir leur potentiel en termes de capacité humaine" a t’elle dit. "En tant que partenaires dans un effort national pour développer, élever et maintenir leur culture et leur religion dans un environnement qui a divers degrés de soutien pour cette pratique."

Sewall dit avoir rencontré "à la fois les réfugiés eux-mêmes et ceux qui travaillent avec les réfugiés pour apprendre davantage sur leurs aspirations, sur certains de nos programmes d’échange, et sur l’infrastructure qui soutient les réfugiés qui vivent au Népal et en Inde."

Sewall a également rencontré le chef spirituel du Tibet Sa Sainteté le Dalai Lama dans sa dimension de leader religieux et culturel mondialement respecté, et elle a aussi beaucoup discuté avec le Dalai Lama.

"Je suis intéressée par son point de vue sur l’extrémisme religieux au sein des mouvements bouddhistes en général et par ce qui peut être fait pour promouvoir la tolérance".

Elle a dit être curieuse d’en apprendre plus sur les remarques qu’il avait faites publiquement sur les discussions potentielles avec les Chinois, sur les différentes questions qui le préoccupent, disant avoir rencontré le chef spirituel tibétain en tant que "leader religieux et culturel mondialement respecté." "J’ai passé la majeure partie du temps à parler avec les réfugiés et les organisations qui les accueillent et travaillent avec eux sur la situation en Chine, parce qu’ils ont sûrement les histoires les plus récentes."

En savoir plus.
1° /12 : L’eau potable du Tibet, nouvelle richesse industrielle ?
(tibet-info.net - tbetan review)

Si le réchauffement climatique fait fondre les glaciers de l’Himalaya à un rythme sans précédent, la Chine ne semble pas en être très préoccupée alors que, dans les trois à cinq ans à venir, elle cherche à recueillir plus de 5 millions de m3 d’eau vendus comme eau potable conditionnée sur les deux marchés, chinois et étranger.
Selon le journal "China Daily" du 28 novembre 2014, citant les autorités de la "Région Autonome du Tibet", la production d’eau potable pendant cette période pourrait rapporter 40 milliards de yuans (5 milliards d’euros environ).

En vue de faire de l’industrie de l’eau naturelle l’un des moteurs de la croissance économique de la région, le gouvernement local chinois a introduit une série de mesures visant à attirer de nouveaux investissements.
Il s’agit notamment de l’exonération de tout impôt sur les sociétés pendant cinq ans, à partir de la première année où une entreprise fait des profits. Une autre mesure consiste en une politique de financement préférentiel pour les entreprises enregistrées et créées dans la "Région Autonome du Tibet", ou bien des entreprises enregistrées ailleurs, mais qui paient des impôts à la "Région Autonome du Tibet". Les entreprises nouvellement installées auront accès à des prêts bancaires à un taux de 2 % inférieur à la moyenne nationale.
En outre, les sociétés d’eau potable naturelle bénéficieront de remboursements d’impôt jusqu’à 30 millions de dollars (24 millions d’euros environ) sur leurs marchandises importées.

Miao Wei, Ministre de l’Industrie et de la Technologie de l’information, a déclaré : "Le ministère soutiendra fortement la croissance de l’industrie de l’eau potable naturelle au Tibet, permettant au secteur de tirer pleinement parti de son statut de niche pour faire avancer la croissance économique régionale".


En savoir plus.
30/11 : Taiwan, Hong Kong, Tibet... Révolte aux marches de l’empire chinois.
(rue89.nouvel obs.com)

4
Tibet, résistance spirituelle

Au cours des deux dernières années, 132 Tibétains se sont immolés, dont 113 sont morts. Les autres ont gardé des séquelles, comme cet homme de 31 ans qui vient de rentrer chez lui amputé des deux jambes après une tentative d’immolation près d’un monastère.

Ces immolations ont certes montré le niveau de désespoir d’une partie de la population tibétaine face au sort de leur région sous domination absolue de la Chine, mais ont aussi créé un malaise.

Les autorités de Pékin ont accusé le dalaï lama et le gouvernement tibétain en exil d’avoir poussé les Tibétains à ce suicide de masse, ce que les exilés démentent ; mais la passivité de ceux qui assistent à ces suicides par immolation, comme le montrent les photos et vidéos qui circulent, pose question.

Cette vague d’imolations, qui se poursuit épisodiquement, est là aussi le signe d’une absence d’alternative politique.
Sus aux « séparatistes »

Le gouvernement chinois maintient une main de fer sur le Tibet, combattant énergiquement toute velléité « séparatiste », comme il les nomme, tout en encourageant le peuplement Han. Et les quelques séances de négociation qui ont eu lieu ces dernières années entre Pékin et l’entourage du dalaï lama n’ont jamais permis la moindre avancée.
Tout se passe comme si le gouvernement chinois attendait patiemment la disparition de l’actuel dalaï lama, Tenzin Gyatso, XIVe du nom, qui est âgé de 79 ans.

Le dalaï lama a renoncé à toute responsabilité politique, laissant un gouvernement en exil à Dharamsala, en Inde, jouer ce rôle. Mais il reste une figure centrale du monde tibétain, tant religieux que politique au sens le plus large du terme. Et il est un atout de relations publiques exceptionnel pour la cause tibétaine, en raison de son aura, notamment en Occident.

Sa disparition risque d’entraîner une période de grande confusion, car sa succession répond à des règles très précises liées à la réincarnation à laquelle croient les bouddhistes tibétains. Et Pékin entend bien se mêler de ce processus et l’influencer, comme cela fut fait pour le panchen lama, le second personnage du bouddhisme tibétain, mort en 1989 : l’enfant désigné comme réincarnation du défunt par les autorités religieuses a disparu depuis près de vingt ans, remplacé par un autre, choix de Pékin et des religieux qui jouent le jeu du pouvoir chinois.

En savoir plus.
29/11 : Un chanteur tibétain condamné à 4 ans de prison pour avoir chanté à tue-tête des chants patriotiques.
(Radio Free Asia)

Un chanteur tibétain populaire a été condamné à 4 ans de prison pour avoir chanté à tue-tête des chants appelant les tibétains à parler leur propre langue et à s'unir entre eux alors que les autorités chinoises poursuivent des mesures de répression lors d'affirmations d'identité nationale et culturelle tibétaine.

Kalsang Yarphel, 39 ans, a été condamné jeudi par la cour de Chengdu, capitale de la province du Sichuan, où il était détenu depuis Juin de l'année dernière à la capitale Lhasa, ont dit les sources.

"Il a été accusé d'organiser des concerts tibétains et de chanter des chants aux titres tibétains "Lama La" et d'autres chants porteurs de thèmes politiques", selon une source ayant des contacts dans la région avec le service tibétain de RFA.

Il a chanté d'autres chants comme "Nous devrions étudier le tibétain" et "Nous devrions nous unir".

Pema Rinzin, le producteur de ces chansons et deux autres associés tibétains ont aussi été condamnés par la même cour mais les noms de ces 2 associés et les peines de ces 3 personnes ne sont pas connus à ce jour a rapporté le Tibet Times.

En savoir plus.
28/11 : Témoignage d’un ancien détenu de la prison de Deyang, Sichuan.
(Tibet-info.net - Radio Free Asia)

Des détenus tibétains d’une prison tristement célèbre de la province du Sichuan se voient régulièrement refuser les visites de leur famille apportant de la nourriture et des vêtements. Ils souffrent des températures hivernales et des coups donnés par les gardes, selon un ancien prisonnier emprisonné pendant cinq ans pour avoir protesté contre la domination chinoise.

Sorti en 2013 en mauvaise santé de la prison de Deyang [1] au Sichuan, l’ancien prisonnier vit maintenant sous surveillance policière à son domicile du Comté de Kardzé [2], rapporte-t-il au service tibétain de Radio Free Asia sous condition d’anonymat.

"On me jeta dans une prison chinoise pour cinq ans pour avoir participé en 2008 à des manifestations pacifiques contre la politique de la Chine dans les régions tibétaines", dit l’homme, ajoutant qu’il a été brièvement détenu dans un centre de détention à Kardzé, puis dans une prison du Comté de Dartsédo [3], au Sichuan.
"Beaucoup d’autres Tibétains ont été détenus là où je suis allé. J’ai vu de nombreuses nonnes et prisonnières tibétaines dans ces lieux, aussi", ajoute-t-il.

Environ 18 nonnes arrêtées lors de manifestations religieuses dans la région étaient détenues à Dartsédo pendant qu’il y était, ajoutant qu’il pouvait encore maintenant citer la quasi-totalité de leurs noms, plus de six ans après.
"Elles ont ensuite été transférées vers une prison pour femmes dans le Sichuan", a-t-il dit.

En savoir plus.
28/11 : L’acteur Jung Woo-sung parle de l’espoir des réfugiés au Népal.
(Agence de presse Yonhap)

SEOUL, 23 nov. (Yonhap) -- Le célèbre acteur sud-coréen Jung Woo-sung a décidé de se pencher sur la question des réfugiés à travers le monde et, au nom de l’Organisation des Nations unies (ONU), s’est engagé à les aider.

Il a en effet pris l’initiative de participer à des programmes menés par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) en vue de venir en aide à ces exilés. Pour preuve, il s’est rendu récemment au Népal à la rencontre de refugiés, sa première mission en tant que défenseur honoraire de leurs droits pour le bureau sud-coréen de l’agence onusienne.

De retour à Séoul, la star de 41 ans a confié que son séjour au Népal a été une expérience marquante pour lui et lui a permis de mieux connaître la vie difficile des réfugiés qui ont en réalité peu ou plus d’espoir quant à leur avenir.

«Les réfugiés vivent avec un espoir et un futur perdus. Mais j’ai pu voir leur persévérance d’être humain en n’abandonnant pas leur espoir», a dit Jung à un groupe de journalistes.

Dans le monde, il y a des réfugiés pour diverses raisons, à cause de conflits liés à la religion, l’ethnie ou la politique. Selon l’UNHCR, le nombre total de réfugiés sur la planète était estimé à 10,5 millions en janvier 2013 et celui des demandeurs d’asile à environ 930.000.

En raison de sa position géographique, le Népal est devenu un grand carrefour pour les personnes déplacées. Beaucoup de ces derniers viennent de pays comme le Bhoutan, le Tibet, le Pakistan, la Birmanie et la Somalie. Ils seraient au nombre de 25.000 dans ce pays enclavé de l’Himalaya.

En savoir plus.
25/11 : Tibet. Le chef du gouvernement en exil défend la «ligne médiane».
(Le Devoir)

Le Tibet sous occupation chinoise souffre de répression politique, de discrimination sociale, d’assimilation culturelle et de dévastation environnementale, affirme le Dr Lobsang Sangay, chef du gouvernement tibétain en exil (CTA, Central Tibetan Administration) basé à Dharamsala, en Inde.
 

« Le simple fait de crier des slogans peut vous valoir d’être arrêté, torturé et parfois de disparaître », a-t-il précisé, ajoutant que le centre de Lhassa, la capitale tibétaine, est truffé de caméras de surveillance.
 

M. Sangay, qui effectue une tournée au Canada, était de passage à Montréal lundi. Il est venu défendre auprès du public et des politiciens canadiens la « voie médiane » pour le Tibet, qui consiste en une « véritable » autonomie. À la suite de négociations menées il y a quelques années, les autorités de Pékin ont rejeté ce plan même s’il est conforme à la Constitution chinoise, selon M. Sangay. Ce dernier a ajouté que les Tibétains renoncent à l’indépendance par « réalisme », après toutes les souffrances qu’ils ont vécues et devant l’intransigeance chinoise.
 

Discrimination.

« Il n’est pas rare de voir à Lhassa des offres d’emploi où il est dit ouvertement que le salaire versé sera supérieur si le candidat choisi est chinois plutôt que tibétain », a-t-il poursuivi.
 

Comme on en a parfois des échos, de nombreux Tibétains protestent contre le traitement qui leur est réservé malgré le risque d’être arrêtés. On a assisté ces dernières années à une vague d’immolations, surtout de la part de moines et de moniales, une forme de protestation que le Dr Sangay et son gouvernement en exil condamnent. « Ces immolations sont la preuve que les Tibétains sont désespérés, frustrés et en même temps déterminés », dit-il en entrevue au Devoir, expliquant que ceux et celles qui protestent ainsi choisissent la mort immédiate de préférence à l’arrestation et à des mois ou à des années de torture. Selon M. Sangay, il y a plus de 700 prisonniers politiques tibétains dont l’identité ne fait aucun doute, mais le total pourrait en réalité se compter en milliers.

En savoir plus.
24/11 : La Chine met en activité son barrage controversé sur le Brahmapoutre au Tibet.
(20 Minutes)

La Chine a commencé dimanche à produire de l'électricité grâce à son plus important barrage au Tibet, un ouvrage controversé qui suscite des inquiétudes dans les régions situées en aval, en Inde et au Bangladesh.

La mise en fonction de la première unité hydroélectrique de ce barrage édifié sur la rivière Yarlung Zangbo, ainsi que les Chinois nomment chez eux le Brahmapoutre, a été rapportée par l'agence de presse Chine nouvelle.

L'ouvrage hydroélectrique, d'un budget de 9,6 milliards de yuans (1,26 milliard d'euros), sera totalement achevé l'année prochaine, où il atteindra sa pleine capacité de production avec une puissance de 510 mégawatts.

«Cette centrale hydroélectrique va résoudre les problèmes de carence en électricité du Tibet, en particulier durant l'hiver», a assuré un responsable de la société d'électricité du Tibet, cité par Chine nouvelle.

Ce barrage est situé à 3.300 mètres d'altitude sur le cours supérieur du Brahmapoutre au Tibet, région où la plupart des grands fleuves d'Asie prennent leur source.

L'Inde s'est dite préoccupée par la mise en barrage en Chine des eaux du cours supérieur du Brahmapoutre, qui forme au Bengale indien et au Bangladesh l'un des deltas les plus fertiles et une des régions les plus densément peuplées de la planète.

En savoir plus.
24/11 : Le TCHRD et Tibetan PEN honorent les écrivains tibétains emprisonnés Cet événement a été honoré de la présence de Kirti Rinpoche et Chang Ping
(TCHRD)

Le 15 Novembre 2014, le Centre tibétain pour les Droits de l'Homme et la Démocratie  (TCHRD) et le Centre pour les écrivains tibétains de l'étranger (Tibetan PEN ) ont organisé un événement pour souligner le sort des écrivains tibétains emprisonnés par les autorités chinoises , lors de la journée internationale des écrivains emprisonnés.
Le 15 Novembre 2014 est le jour du 33° anniversaire de la journée Internationale des PEN écrivains emprisonnés. Les 150 écrivains de l'association à travers le monde  commémorent la journée en organisant des événements, y compris des séminaires, pour mettre en lumière le sort des personnes emprisonnées. L'association PEN des écrivains tibétains enverra officiellement des courriers aux présidents et ambassades de ces pays, appelant à libérer immédiatement les écrivains emprisonnés. Organisé par le TCHRD et Tibetan PEN le 15 Novembre 2014 dans le Hall de la Paix au monastère de Kirti à Dharamsala, Inde, l'événement a vu la sortie de deux publications du TCHRD, la première, un recueil d'essais d'écrivains tibétains emprisonnés au Tibet en traduction chinoise intitulé "Qui sont les vrais séparatistes ?", et le second, un rapport sur les relocalisations forcées des nomades tibétains.

En savoir plus.
21/11 : La Chine réclame un rôle accru dans la gestion de l'internet.
(LA PRESSE.CA)

Agence France Presse Hang Zhou
Publié le 20 novembre 2014 à 11h49

Le premier ministre chinois Li Keqiang a demandé jeudi un plus grand rôle pour Pékin dans la gestion de l'internet mondial, appelant à davantage d'«ordre», sans mentionner la censure qu'exerce son gouvernement sur la toile.

«Nous croyons en un internet ouvert, transparent et, par-dessus tout, sûr», a dit Li en marge d'une conférence mondiale sur internet organisée par la Chine.

«Ceci nécessite un internet partagé et gouverné par tous - toutes les parties concernées sont égales», a-t-il ajouté en s'adressant à des représentants du fabricant de technologies mobiles américain Qualcomm et du réseau social professionnel LinkedIn.

Li a rencontré les dirigeants des principales sociétés internet chinoises ainsi que les représentants de groupes étrangers, dans la ville de Hangzhou (est).

Sa visite a été perçue comme une tentative d'accroître la visibilité de la Conférence universelle de l'internet, qui s'est tenue dans la ville de Wuzhen.
 L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International a affirmé que la conférence marquait la volonté de Pékin d'étendre au reste du monde son modèle de stricte supervision d'internet.

Le gouvernement communiste chinois bloque l'accès dans son pays à plusieurs sites d'information occidentaux ainsi que les réseaux sociaux Twitter, Facebook et YouTube.

Li a reconnu que l'e-commerce constitue un moteur de l'économie chinoise, mais a appelé à «de l'ordre» sur un internet qui autorise beaucoup de liberté.

En savoir plus.
20/11 : Plus de 100 nonnes expusées de leur monastère dans le comté de Dingri.
(Radio Free Asia)

Les autorités chinoises ont expulsé plus de 100 nonnes d'un monastère d'un comté du sud ouest du Tibet près de la frontière népalaise, les renvoyant dans leurs familles, et exigeant qu'elles portent des tenues laïques, selon des sources tibétaines.

En savoir plus.
20/11 : Le chef du parti des Verts appelle le premier ministre néo zélandais à parler du Tibet avec Xi.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 20 Novembre. Alors que le président chinois Xi Jiping rencontre aujourd'hui le premier ministre néo zélandais John Key, le chef du parti des Verts, le Dr. Russel Norman a appelé le premier ministre à soulever la question du Tibet avec Xi.

Parlant à trois médias, le Dr. Russel Norman, qui avait été malmené par la sécurité personnelle de Xi durant sa dernière visite en tant que vice président en 2010, a dit que le premier ministre John Key devrait soulever la situation des droits de l'Homme au Tibet avec le président Xi. "Nous devrions utiliser notre liberté et notre liberté de parole pour parler haut et fort pour ceux qui n'ont pas le droit de parler librement". "Manifestement, en Chine,si vous parlez franchement,vous allez en prison", a dit le chef du parti des Verts, Norman.

En savoir plus.
19/11 : Un prisonnier politique tibétain libéré à Kardzé.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 19 Novembre. Un moine tibétain arrêté en 2008 pendant les manifestations nationales qui avaient lieu dans tout le Tibet a été libéré  deux ans avant le terme  de sa peine de prison.
Lobsang Palden, un moine du monastère de Bheru, du village de Seikhar à Kardze, avait pris part aux manifestations dans la ville de Kardze demandant "le retour d'exil du leader tibétain le Dalaï Lama au Tibet" et "la liberté au Tibet". Il avait été arrêté et gardé en détention environ six mois avant d'être condamné par la cour populaire intermédiaire du Comté de Kardzé à neuf ans de prison.

En savoir plus.

17/11 : Rome accueillera le sommet des Nobel après le refus d'un visa sud-africain au dalaï-lama.

(fait religieux.com)


Rome accueillera un sommet des prix Nobel de la paix qui était prévu au Cap mais a été annulé en raison du refus des autorités sud-africaines de délivrer un visa au dalaï-lama, ont annoncé le 16 novembre les organisateurs. La 14e édition du sommet des prix Nobel de la paix aura lieu du 12 au 14 décembre dans la capitale italienne. Rome est la ville d'origine de ce type de sommet dont elle a accueilli les huit premiers.

Début octobre, la ville du Cap avait déclaré que « les prix Nobel et les institutions lauréates participantes sont convenus, en l'absence de visa accordé au dalaï-lama, de renoncer à leur participation collective pour protester contre cette décision », précisant que le sommet initialement prévu du 13 au 15 octobre cherchait un autre lieu.

C'est la troisième fois que le dalaï-lama, accusé par la Chine de vouloir l'indépendance du Tibet, est traité en indésirable en Afrique du Sud depuis l'accession au pouvoir du président Jacob Zuma en 2009. Le pays, sous sa conduite, a fait le choix d'une diplomatie pro-chinoise, et plus généralement, directement au service de ses intérêts économiques, quitte à laisser de côté les questions de gouvernance et de droits de l'Homme chères aux prédécesseurs de Jacob Zuma, Nelson Mandela (1994-99) et Thabo Mbeki (1999-2008).

Le sommet des prix Nobel de la paix devait se tenir pour la première fois en Afrique et être dédié à la mémoire de Nelson Mandela décédé en décembre dernier. Le sommet de Rome doit célébrer le 20e anniversaire de l'élection de Mandela, premier président noir de l'Afrique du Sud, et l'héritage du grand homme qui fut également lauréat du Nobel de la paix.

Un autre Nobel de la paix sud-africain, l'archevêque anglican à la retraite Desmond Tutu, très critique de la présidence Zuma, dirigera la cérémonie officielle d'ouverture du sommet de Rome.

Avec AFP

En savoir plus.
17/11 : La Chine expulse 26 nonne d'une nonnerie à Driru.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, le 16 Novembre. Dans le Comté de Driru, les autorités du gouvernement chinois ont expulsé 26 nonnes de la nonnerie Jhada dans le village de Bhenkar le 15 Novembre, a dit une source tibétaine.

Depuis septembre, des équipes de travail officielles chinoises ont visité la nonnerie afin d'y conduire des séances de rééducation patriotique. Plusieurs nonnes ne figuraient pas sur les listes des documents du gouvernement chinois comme appartenent à cette nonnerie.; elles ont dû s'enfuir dans les montagnes pour se soustraire à l'expulsion.

La même source a dit que les nonnes ont été forcées de dénoncer le leader tibétain en exil le Dalaï Lama pendant la campagne de rééducation patriotique. Les nonnes, selon la source, ont refusé de dénoncer le Dalaï Lama après que les autorités chinoises ont contrôlé le registre de la nonnerie et trouvé 26 noms qui ne figuraient pas sur les listes officielles.

En savoir plus.
15/11 : Se meurt le Tibet ...
(Médiapart)

Le Tibet se meurt

 Voilà un témoignage bien bouleversant. Les nouvelles ne sont pas bonnes. Loin de là, elles sont carrément mauvaises. Ça sent la fin. La fin d'une histoire extraordinaire qui s'est déroulée durant des siècles.

Nous reviendrons dans un prochain billet sur l'extraordinaire, sur l'absolument Extraordinaire qu' entre-autres myriades de surprenants aboutissements, cette civilisation qui déroulait  les siècles comme ses fidèles les tours de ses moulins à prière, a été capable de produire, et à quel niveau Extraordinaire sont parvenus,  au terme de pratiques extrêmement sophistiquées  consubstantiellement liées à l'idée faite réalité concrète-et-palpable de compassion à l'égard de toutes et de tous, et ce sans restriction absolument aucune, c'est à dire quel qu'en soit le règne d'expression de la vie, quel que soit son cocon phénoménal,  à quel niveau sont donc parvenus les  membres, immensément respectables et tout aussi immensément  respectés, de la Sangha, la communauté monastique.

La fin est arrivée, par un long, très long effilochement extrêmement douloureux pour les quelques six millions de tibétains, dont un bon million d’hommes, de femmes et d’enfants furent détruits, massacrés, tués.

Démultiplications en cascade du malheur de chaque être à l'infini, très long effilochement du tissu de la vie de ces quelques petites dizaines de centaines de milliers de personnes tout au long de ces  soixante-dix ans écoulés, ans après ans, nuits tragiques, jours sanglants, corps en feu et coups sur la gueule, sous la férule sans états d'âme d'un régime d’une barbarie doublement criminelle.

En savoir plus.
15/11 : TIBET, 14 novembre 2014 : Le témoignage d'un auto-immolé qui a survécu à ses flammes.
(France-Tibet)

Tibet Watch, partenaire de Free Tibet, a traduit le témoignage d'un auto-immolé tibétain qui a survécu à son acte de protestation.

Pour des raisons de sécurité, la voix de l'auto-immolé a été maquillée et le reporter ne dévoile pas son nom, ni son emplacement.

"Comme je suis un être vivant ordinaire, je pense que, dans ce siècle, l'esprit des peuples et des gouvernements de la plupart des nations voudraient se rassembler... . Ils profitent avec joie de leur liberté et des Droits de l'Homme de leur pays, les peuples comme les nations profitent des progrès récents de leurs nations.
"Mais étant un Tibétain, je n'ai pas de nation ni de liberté ; mon expérience est faite de beaucoup de tristesse. Quand je suis allé en pèlerinage à Lhassa, le palais du Potala et le temple du Jokhang étaient encerclés par l'armée chinoise.
"Nous étions incapables de faire ce pèlerinage à moins que nous demandions la permission et attendions une semaine pour la réponse. J'ai remarqué que la plupart des soldats portaient une robe de moine par-dessus leur uniforme.
"Après avoir vu et vécu tout ceci avec mes propres yeux, j'ai commencé à penser qu'il valait mieux mourir que de vivre dans un tel environnement. J'ai prié pour me réincarner au près de sa Sainteté le Dalaï Lama dans toutes mes prochaines vies.
"Comparé à d'autres pays, nous n'avons pas de liberté de croyance ni de liberté d'expression et notre leader spirituel ne pas revenir chez lui. La répression est continue. J'étais incapable de supporter la souffrance que cause la vie sous l'agression chinoise, j'ai donc pensé à l'auto-immolation comme forme de protestation ; je ne suis pas mort de mon auto-immolation parce qu'on a jeté de l'eau sur mon corps en feu.
"Aujourd'hui je suis incapable d'aller où que ce soit et je suis dépendent des autres pour tous [les actes de la vie quotidienne]."

Quand le reporter demanda à l'auto-immolé quels étaient ses espoirs et ses souhaits, il répondit qu'il espérait le retour du 11ème Panchen Lama, kidnappé par la China il y a environ 20 ans, qu'il soit libéré et que les deux Lamas (le Panchen Lama et le Dalaï Lama) puissent se rencontrer bientôt. Il souhaite aussi que tout les prisonniers politiques tibétains soient prochainement libérés.

En savoir plus.
14/11 : Des militants pour le Tibet déploient une bannière et pressent les dirigeants du monde à s'unir pour le Tibet en Australie.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 11 Novembre. Alors que les dirigeants de 20 pays dont le président chinois Xi Jinping se réunissent à Brisbane, Australie, pour le sommet du G 20 qui commence demain, quatre militants tibétains ont déployé une bannière devant l'emblématique Story Bridge de Brisbane, près de l'hôtel de Xi Jinping.
Sur la bannière de 16 pieds sur 12 on pouvait lire : "La Chine ne respecte pas les Droits de l'Homme, G20 unissez-vous pour le Tibet".
L'événement avait été organisé conjointement par le Comité australien pour le Tibet et Étudiants pour un Tibet libre.
L'événement, a dit Kyinzom Dhongdue, responsable des campagnes avec le Conseil australien pour le Tibet, a été bien ciblé pour souligner l'absence de respect des droits de l'Homme dans son rapport, et appeler les dirigeants du monde à coordonner leur action au sujet de la crise humanitaire au Tibet, et organiser une action multi latérale vers la Chine.

En savoir plus.
13/11 : En Chine, Obama dit ne pas être en faveur de l'indépendance du Tibet.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 13 Novembre. Alors que le président Barack Obama est arrivé en Chine pour les entretiens USA Chine sur le climat, les exilés et partisans l'ont pressé de soulever la question du Tibet avec ses homologues chinois. Obama, le 1° président à annoncer publiquement que le Tibet fait partie de la République Populaire de Chine depuis 2009, a réitéré la même déclaration, provoquant la colère des partisans de l'indépendance du Tibet.
"Nous ne sommes pas en faveur de l'indépendance; mais nous encourageons les autorités chinoises à prendre des mesures afin de préserver la culture unique, l'identité religieuse et linguistique du peuple tibétain" a dit Obama mercredi durant une conférence de presse commune à Pékin avec le président Xi Jiping.

En savoir plus.
11/11 : Etre un touriste heureux au Tibet, c’est facile ?
(tibet-info.net)

Être un touriste heureux au Tibet, c’est facile.
Le Potala est bien à sa place comme prévu, le ciel est bleu comme sur les cartes postales envoyées aux amis, les lits des hôtels pour étrangers sont bien confortables et les repas copieux.
Être un touriste encadré au Tibet, c’est facile.
La police vous accompagne dans votre car pour vérifier que sa vitesse est bien conforme aux exigences ; l’armée vient vérifier que vous n’êtes pas importuné par un passager clandestin ou que votre groupe n’a pas perdu un de ses membres en cours de route.
Aléatoirement, votre voyage est ponctué d’arrêts bienvenus aux checkpoints.
Être un touriste surveillé au Tibet, c’est facile.
Le "110", numéro de la police, est constamment visible sur votre chemin, où que vous alliez.
"Kiosques policiers" aux croisements des rues.
Passage de vos sacs au scanner pour entrer sur le Barkhor. Abandonner les briquets et autres allumettes à l’entrée.
Les caméras de surveillance surveillent bien du haut, de côté et même de là où vous ne regardez pas.
Les photos de policiers ou de militaires ne sont pas les bienvenues et pourront être effacées de votre appareil.
Être un Tibétain au Tibet, c’est moins facile
Le drapeau chinois rouge flotte partout, les photos des grands dirigeants chinois sont bien en vue dans les monastères et les maisons.
Le système de surveillance des quartiers "en réseau" est visiblement en place. Les affiches en témoignent.
Autocensure générale.
Les constructions intensives remodèlent la vie, le paysage ; le Barkhor est entièrement reconstruit, les maisons pour les nomades habitées, de larges avenues encore vides zèbrent la campagne.
Les grands lamas sont âgés ou partis à l’étranger.
Immense solitude.


En savoir plus.
10/11 : Rome remplace Cape Towmn pour le 14° sommet des Nobel de la Paix.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 10 Novembre. Le 14° sommet mondial des lauréats des prix Nobel de la Paix a été délocalisé à Rome, Italie, après son boycott par les lauréats des Nobel dont 4 femmes en protestation contre le refus de visa au tibétain le Dalaï Lama.
Le sommet mondial des lauréats des prix Nobel de la Paix 2014, une réunion de 14 lauréats de la Paix et 11 lauréats d'organisations, programmée pour les 13,14 et 15 Octobre, a été déclaré suspendu après que les lauréats des Nobel ont retiré leurs noms du sommet en Octobre.
Cependant, le Secrétariat Permanent du Sommet Mondial des Lauréats des Nobel n'a pas fait d'annonce officielle de la délocalisation du Sommet.

En savoir plus.

10/11 : KIRTI ( TIBET), : Deux Tibétains, jeunes moines du monastère condamnés à 3 ans de prison pour avaoir manifesté.
(France-Tibet)

Dharamshala, 10 novembre : Le 7 novembre, la Court Intermédiaire du Peuple du Comté de Barkham a condamné deux moines du monastère Kirti (Ngaba) à trois ans de prison pour « activités séparatistes » et « complot contre la nation », les accusations les plus utilisées contre les protestants tibétains.

Lobsang Tenpa, 19 ans, moine du monastère de Kirti, avait enroulé sa tête d'un drapeau tibétain tissé à la main et avait porté un poster du Dalaï Lama, le leader spirituel tibétain en exil. Le 26 avril de cette année, Lobsang avait marché le long de la route principale de Ngaba en direction des administrations du comté en scandant des slogans contre la politique répressive du gouvernement chinois.
Il a été arrêté quelques minutes après sa manifestation solitaire durant laquelle il appelait à la liberté pour le Tibet et au retour du Dalaï Lama que Pékin aime à décrire comme « un loup dans une robe de moine ».

En savoir plus.

08/11 : TiBET - Nomades, 7 novembre 2014 : sédentarisation forcée.
(
France-Tibet)

Tandis que le gouvernement chinois promet à sa population (dont les Tibétains font partis) une belle campagne anti-corruption, le gouvernement a confisqué les papiers des nomades tibétains du Qinghai.
Pourquoi ? parce qu'ils ne veulent pas quitter leurs terres, ne veulent pas rejoindre ces villes qui ne sont pas faites pour eux. Et sous quelles conditions ces nomades pourront récupérer leurs papiers (qui, entre autre, permettent de passer les nombreux checkpoints de la police chinoise ) ? En payant des amendes... sans aucune garantie.
Rien de surprenant, les nomades tibétains subissent ce que le peuple rural de Chine subit aussi : déplacement forcé de population soit-disant avantageux, amendes en tout genre sans aucun respect de la loi chinoise.
Non, l'anti-corruption pour la Chine, c'est allé réprimer les fonctionnaires qui ne suivraient pas la religion d'Etat, la seule et la diverse. Pour PCC, un temple bouddhiste tibétain, une église chrétienne ou une mosquée ouïghour sont certifiés d'Etat chinois quand ils ne suivent que la voix du Parti Communiste Chinois et certainement pas celle d'un pape occidental ou d'un Dalaï Lama Tibétain considéré comme séparatiste, loup déguisé en mouton, voire terroriste.
Les nomades vivent sur des terres riches, ils ne bâtissent pas, ils n'exploitent pas la montagne.

En savoir plus.
07/11 : Le secrétaire du DIIR fait l’éloge du rôle des groupes de soutien au Tibet.
(La Communauté Tibétaine de France - tibet.net)

Publié le 2 novembre 2014

Londres : M. Tashi Phuntsok, le secrétaire du Département de l’Information et des Relations Internationales, a dit que les groupes de soutien au Tibet ont joué un rôle vital dans le renforcement de la lutte pour la liberté des Tibétains.

Parlant au Comité directeur de l’International Tibet Network, une coalition mondiale de plus de 180 groupes de soutien au Tibet, à Londres vendredi dernier (31 octobre), le secrétaire Tashi Phuntsok a dit que la situation au Tibet demeure tendue avec les auto-immolations de plus de 130 Tibétains en signe de protestation contre la politique répressive chinoise, l’oppression religieuse, la marginalisation économique et la destruction environnementale. "Le Tibet est, dans tous ses aspects, une prison géante. Heurtant quotidiennement leur dignité et leur vie, les Tibétains souffrent d’indignité et de peur permanentes" a t’il dit.

"Compte tenu de l’urgence de la situation au Tibet, l’Administration Centrale Tibétaine est engagée dans la voie médiane (Middle Way Approach (MWA)) comme approche pragmatique pour assurer une solution durable et pleine de sens à la question du Tibet. L’approche de la voie médiane est une solution raisonnable et bonne pour l’avenir de la région. Fondée sur la non-violence et le dialogue, cette approche a reçu un large soutien d’officiels et du public de nombreux pays. La prise de conscience, le point d’attention et le soutien qui s’en suivent renforceront et rehausseront grandement la question tibétaine."


En savoir plus.
07/14 : Chine : le Tibet assouplit la politique de l'enfant unique.
(Frenc-China.org)

La région autonome du Tibet (sud-ouest de la Chine) a annoncé jeudi l'assouplissement de sa politique de planification familiale afin de permettre aux couples composés d'au moins un enfant unique d'avoir un deuxième enfant.

Phurbu Drolma, directeur de la commission régionale de la santé et de la planification familiale, a indiqué lors d'une conférence de presse que cette politique entrait en vigueur le 6 novembre.

La politique de planification familiale permet déjà aux couples appartenant à une minorité ethnique, dont les Tibétains, d'avoir un deuxième enfant, et l'assouplissement concerne principalement la population Han de la région.

La population au Tibet est passée de 2,72 millions fin 2003 à 3,12 millions fin 2013.

La politique chinoise de limitation des naissances appliquée depuis les années 1970 vise à réduire la croissance démographique.

En savoir plus.
06/11 :La Chine punira sévèrement les officiels chinois pro-Dalaï Lama...
(France-tibet - Tibet Post International)

Dhramshala : le Parti Communiste Chinois a déclaré ce jour que les fonctionnaires pro-Dalaï Lama seront sévèrement punis

Les autorités de la soit-disant Région Autonome du Tibet (RAT) ont proclamé cette annonce après avoir reçu le rapport des inspecteurs de la Commission Centrale pour l'Inspection Disciplinaire.

"Certains fonctionnaires ont échoué en ne montrant pas un position politique ferme et certains fonctionnaires locaux ont de sérieux problèmes de corruption" a déclaré Ye Dongsong, représentant de la commission, au Global Times, un journal d'Etat.
Il appuya sur le fait que " la Région Autonome du Tibet ne fait pas exception à la campagne anti-corruption" et demanda au gouvernement local de se concentrer sur la neutralisation des séparatistes et sur le maintien de la stabilité sociale, sur la répression de la corruption et sur la stricte surveillance des projets dans la région.

En réponse au rapport de l'inspection, Chen Quanguo, le chef du Parti Communiste dans le RAT, a déclaré que la campagne anti-séparatisme devrait être renforcée et que les fonctionnaires concernés ainsi que ceux qui veulent toujours suivre le groupe du Dalaï Lama ou qui soutiennent le séparatisme seront sévèrement punis.

En savoir plus.
05/11 : 8 tibétains condamnés à des peines allant jusquà 5 ans de prison pour des liens avec des auto immolations.
(
Phayul.com)

Publié j5 Novembre2014 / Par Phuntsok Yangchen
Dharamsala 5 Novembre.  La cour populaire intermédiaire de Meruma du Comté de Ngaba a condamné ce lundi 8 tibétains inculpés de meurtre jusqu'à 5 ans de prison pour leur prétendue implication dans des auto immolations de tibétains.

Dolma Tso a été condamnée à 3 ans de prison avec 3 ans de privation de droits politiques, alors que Konme a été condamné à 3 ans de prison, et Gephel à 2 ans. 5 tibétains ont été aussi condamnés à 5 ans, ont dit des sources.

En savoir plus.
05/11 : Ouverture du 3ème Festival du film international de Dharamshala.
(La Communauté Tibétaine de France - Phayul.com)

Publié jeudi le 30 octobre 2014 / Par Phuntsok Yangchen

DHARAMSHALA, 30 octobre : Le 3ème festival du film international de Dharamshala (DIFF) a commencé aujourd’hui au Tibetan Institute of Performing Arts avec la projection de ‘Ankhon Dekhi’, un film de Rajat Kapoor, présent dans la salle.

Pendant les quatre jours du festival seront projetés cette année 27 films de divers pays, dont le très applaudi ‘City lights’ du réalisateur indien Hansal Mehta, primé au niveau national.

Tenzing Sonam et Ritu Sarin, le couple de réalisateurs qui a initié le festival en 2012, ont dit que les films cette année étaient sélectionnés pour leur très forte empreinte personnelle, ils ont clairement montré la vision de leur auteur, et leurs relents de profonde préoccupation humaniste. "Nous avons été instinctivement conduits à des films qui traitaient de questions et de sujets dont nous étions proches , ou dont nous pensions qu’ils reflétaient l’état de notre monde actuel, et qui étaient pertinents au-delà des frontières et des cultures - des conflits politiques, des communautés marginalisées, des questions d’identité, l’intersection de l’art et de la vie", dit Tenzing Sonam.

Trois films de réalisateurs tibétains - ‘Bringing Tibet Home’ de Tenzin Tseten Choklay, ‘A Gesar Bard’s Tale’ de Lharigtso, et ‘Vara : A Blessing’ de Khyentse Norbu Rinpoche - seront projetés au festival.


En savoir plus.
05/11 : Tibet : Des pasteurs nomades endettés pour construire.
(Courrier International - Tibet Times)

La politique de sédentarisation forcée des pasteurs nomades tibétains fait que certaines communautés du nord-ouest du Sichuan se trouvent prises au piège de l'endettement, rapporte ce site tibétain d'information.

Depuis quelques années, l'Etat chinois a forcé les pasteurs nomades de certaines communautés tibétaines à emménager dans des logements récemment construits. Cependant, des habitants se sont plaints à maintes reprises de ce qu'il leur était impossible de vivre dans ces maisons de mauvaise qualité. Ces plaintes sont restées sans réponse, mais l'Etat a tout de même ordonné le remboursement rapide des emprunts contractés de force par les habitants pour faire construire ces maisons.

D'après un informateur vivant au Tibet, l'Etat chinois a obligé dès 2009 les pasteurs nomades tibétains qui vivent dans diverses zones de plusieurs provinces chinoises à s'engager dans des projets immobiliers. C'est ainsi que chaque foyer de la communauté de Nyitö [Niduo en chinois, district de Serta (Seda), préfecture tibétaine autonome de Karze] s'est vu attribuer une prime de 30 000 yuans [3 900 euros], mais a dû également emprunter 20 000 yuans [2 600 euros] pour construire sa maison.

Le chef de la communauté pastorale et le chef de la confédération de communautés n'ayant pas eu d'autre choix que d'endosser la responsabilité de ce projet, ils ont dû réunir les primes accordées par le gouvernement local populaire et les sommes empruntées pour faire construire les logements. Cependant, ces maisons sont déjà fissurées et elles s'avèrent de piètre qualité, à tel point qu'il est impossible pour leurs propriétaires d'y vivre, a rapporté cette source.

En savoir plus.
05/11 : Des officiels tibétains sanctionnés pour leur soutien au dalaï lama.
(7/7.be)

Des officiels tibétains vont être "sévèrement sanctionnés" par les autorités chinoises en raison de leur soutien au dalaï lama, le chef spirituel tibétain en exil, ont indiqué mercredi des médias d'Etat.

"On a découvert que certains officiels locaux dans la région du Tibet présentaient de graves cas de corruption. Certains officiels ne parviennent pas à tenir des positions politiques fermes", a expliqué Ye Dongsong, un responsable du gendarme de la discipline au sein du Parti communiste chinois.

Ce dernier, qui mène une tournée d'inspection au Tibet, a ajouté que le Tibet "ne serait pas épargné" par la vaste campagne anticorruption en cours dans la pays, selon des propos rapporté par le journal Global Times.

En réponse à cette inspection, un haut responsable du Parti au Tibet a affirmé que les "officiels se comportant en disciples du dalaï lama ou soutenant des thèses séparatistes" seraient "sévèrement sanctionnés", selon des médias officiels locaux.

En savoir plus.
02/11 : Les nouvelles générations apporteront le changement en Chine (Sa Sainteté le Dalai Lama).
(La Communauté Tibétaine de France - Tibet Post International)

Publié le 29 octobre 2014 Mercredi / Par Steve Shaw

Birmingham, Alabama : - le chef spirituel du Tibet, le Dalai Lama, a assisté à une série d’événements à Birmingham, Alabama, le 26 octobre. Il a commencé par rencontrer 350 Tibétains qui étaient venus de New York (New Jersey) et du Minnesota pour lui témoigner de leur solidarité.

Le chef spirituel tibétain a dit que le changement viendrait en Chine lorsque le gouvernement actuel, composé de gens qui se souviennent des épreuves de la Révolution culturelle, sera remplacé par une nouvelle génération qui a étudié à l’étranger et fait l’expérience de la liberté et de la démocratie. Il a dit que c’est un voeu pieux de voir ce changement arriver rapidement, comme l’espèrent les activistes pour la démocratie, et que cela pourrait prendre encore 10 à 15 ans.

Soulignant l’importance de l’éducation, il a dit que les jeunes Tibétains au Tibet comme ailleurs ont besoin d’acquérir une bonne éducation afin d’être en mesure de se mobiliser lorsque les opportunités surgiront. Pendant son discours, il a fait référence aux manifestants pro-Shugden dans la rue et dit qu’il exerçaient leur droit à la liberté de parole. Il a aussi parlé des manifestants le 24 octobre en s’adressant à des membres de sa communauté de Vancouver, au Canada, qualifiant les manifestants de "mal informés" et disant qu’il était désolé pour eux. "Je ne suis pas embarrassé, la vérité viendra au grand jour. Certains des manifestants sont Tibétains. Je suis désolé pour eux et je ne leur en tiens pas rigueur."

En savoir plus.
31/10 : "Toronto District School Board" a mis fin à ses liens avec l'Institut Confucius.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, Le 30 Octobre. Le Toronto District School Board (TDSB) a décidé hier de mettre fin à tous ses contrats avec les Instituts Confucius du gouvernement chinois, suite à une série de manifestations de tibétains à Toronto.
Vingt des vingt deux administrateurs ont voté pour mettre fin aux contrats avec l'institut Confucius lors d'une réunion hier. Des centaines de manifestants tibétains se sont réunis à l'extérieur de la direction du TDSB avant le meeting de démonstration contre le programme.
Étudiants pour un Tibet Libre, une des organisations qui fait une campagne active contre l'Institut Confucius a appelé ce mouvement un "Succès pour la liberté d'expression et pour le Tibet et d'autres questions sensibles par les militants".

En savoir plus.
31/10 : Le Nepal va refuser de donner des papiers aux réfugiés tibétains.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 30 Octobre : Le Népal, transit pour les réfugiés tibétains s'enfuyant du Tibet pour trouver un lieu d'accueil en Inde comme quelques 2000 réfugiés tibétains, a décidé de leur refuser des papiers à leur arrivée dans le pays, a rapporté Asia News.
"Nous avons décidé de ne plus fournir de papiers d'identité aux réfugiés tibétains. Si nous continuons à les reconnaitre comme tels, nous devrons faire face à de nouvelles vagues d'immigrations et nous n'avons plus de place".
Asia News a cité Shes Narayan Poudel, chef de la Commission Nationale pour la coordination des réfugiés comme il a été dit.

En savoir plus.
27/10 : Des moines et des nonnes forcés de retourner dans un comté tibétain dans le cadre de la répression religieuse.
(Radio Free Asia)

Chinese authorities in a county in Tibet have ordered residents to recall home any of their family members who are monks or nuns enrolled at Buddhist centers in western Chinese provinces as part of a bid to tighten controls on the monastic community, according to sources.

Those who fail to bring them back have been threatened with punishment by the authorities in Jomda (in Chinese, Jiangda) county in the Chamdo (Changdu) prefecture of the Tibet Autonomous Region (TAR), including withdrawal of all forms of government aid.

 En savoir plus.
27/10 : Un moine tibétain condamné à 12 ans de prisonà Sog.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, October 27: A Tibetan monk of Drilda Monastery in Tibet’s Sog County arrested in March this year has been sentenced to twelve years’ imprisonment by a Chinese court, Ngawang Tharpa, a Tibetan with contacts in the region, said.

Tsangyang Gyatso, who was the chantleader of his monastery in Trido Township, was arrested on March 17 from Trido Township along with three others, Tsewang, Atse and Gyaltsen. The exact reasons, however, for the arrest was not known.

 En savoir plus.
26/10 : Le 6ème Festival du film tibétain s'est tenu simultanément à Zurich et Dharamsala.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, October 25: The 6th Tibet Film Festival, held simultaneously in Zurich and Dharamsala, began here at the Tibetan Institute of Performing Arts today with the screening of nine short films of five minutes each on the theme "return", marking the release earlier in June of the Tibetan filmmaker Dhondup Wangchen from Chinese prison.

The top three films from the competition that is aimed at promoting filmmaking among Tibetan youth will be announced tomorrow.

 En savoir plus.
26/10 : Dhondup Wangchen remporte le Prix Havel.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, October 24: The Oslo Freedom Forum, a gathering that brings together some of the world's leading minds to honour survivors of political oppression and persecution, on Wednesday awarded Dhondup Wangchen with the 2014 Václav Havel International Prize with Creative Dissent.

Lhamo Tso, Dhondup Wangchen’s wife received the award on behalf of him on Wednesday. She urged China to allow her husband to travel out of Tibet and reunite with his family in America, which bestowed them political asylum.

 En savoir plus.
24/10 : Deux tibétains libérés après avoir été emprisonnés après des manifestations en 2008.
(TCHRD)

Deux tibétains, Woeden et Lobsang Gyatso, ont été libérés plus tôt cette année après avoir été emprisonnés en 2008 pour leur participation au soulèvement tibétain de Ngaba et dans la préfecture autonome de Qiang, province du Sichuan, selon l'information reçue par le Tibetan Centre for Human Rights and Democracy (TCHRD).
En mars 2008, une série de manifestations ont ébranlé le plateau tibétain en différents endroits avec une grande prépondérence dans la région de Ngaba.

 En savoir plus.
24/10 : Suite aux manifestations des tibétains contre les exploitations minières dans la région de Dzatoe au Tibet, le gouvernement chinois a ordonné leur cessation .
(Radio Free Asia)

Article du 23/10.Les autorités chinoises ont interdit les opérations minières dans une partie nord-ouest de la Chine, la province du Qinghai, une partie écologiquement sensible ou des affrontements ont eu lieu l'an dernier entre des manifestants tibétains et la police,laissant des douzaines de blessés et 8 hospitalisés.
La mesure mettant fin aux excavations dans le Comté de Dzatoe, dans la préfecture autonome tibétaine de Yushul, a suivi le reportage dans les médias étrangers sur les manifestations et les pétitionnements des chefs des communautés au gouvernement central de Pékin au sujet de ces opérations minières.
La région concernée par l'exploitation minière a été déclarée zone protégée, a dit une source locale au service tibétain de RFA. "Toutes les activités de l'exploitation minière ont cessé dans notre région" a dit la source qui a parlé sous couvert d'anonymat.

 En savoir plus.

23/10 :  Les TCV célebrent le 54ème anniversaire de leur fondation.

(Phayul.com)

DHARAMSHALA, le 23 Octobre. L'école du Village des enfants tibétains, qui est une des plus vieilles et des plus importantes écoles tibétaines en exile à ce jour a célébré son 54ème anniversaire ici. Penpa Tsering, le Président du Parlement tibétain a présidé la célébration en tant que principal invité et le Gyalwang Karmapa Ogyen Trinley Dordje en a été l'invité d'honneur.

Un des plus grands internats en Inde, le TCV a cette année pris comme thème pour cet anniversaire sa "gratitude envers Sa Sainteté le Dalaï Lama" dont l'instrument est le Kashag (cabinet tibétain).

 
En savoir plus.

20/10 : Le Nepal et la Chine se promettent de renforcer encore la sécurité à leur frontière.
(Tibetan Rview)

(TibetanReview.net, Oct18, 2014) – Empêcher les tibétains de s'enfuir de leur pays natal occupé continue d'être une préoccupation majeure  et une coopération de sécurité entre la Chine et le Népal, et le sujet a été mis encore en lumière pendant un meeting entre les leaders des 2 pays à Pékin le 18 Octobre. Pendant la rencontre, le conseiller d'État chinois et le ministre de la sécurité  publique Guo Shengkun et député du Népal et le Premier Ministre et le Ministre de l'Intérieur Bam Dev Gautam, les 2 bords se sont engagés pour accroitre leur coopération sur la sécurité entre les 2 pays, a rapporté la nouvelle agence officielle chinoise Xinhua, 17 Octobre.

 
En savoir plus.
20/10 : Les sévères mesures de répression de la Chine ralentissent la traversée des réfigiés tibétains vers la liberté en Inde.
(
The Washington Post)

Article du 19 Octobre 2014.

DHARMSALA, India — Kunga Dolma a attendu des années pour échapper à la vie répressive de son village isolé, et un jour de Juiullet, ce fut le moment.
La jeune femme de 24 ans à la voix douce a payé un trafiquant environ 800 dollars pour la guider à travers  l'Himalaya vers ce qu'elle espérait être la liberté et une meilleure vie.Ses chaussures à lacets ont été déchirées dans les passages enneigés, mais si elle a eu froid, elle ne s'en souvient pas. Elle était trop terrifiée à l'idée d'être attrapée et battue par les forces de sécurité chinoises à la frontière.
Autrefois, plus de 2000 tibétains par ans ont fait la dangereuse traversée depuis la Chine en passant par le Népal pour rejoindre Dharamsala en Inde, le quartier général du gouvernement tibétain en exil et de son leader spirituel le Dalaï Lama.

En savoir plus.
19/10 : La campagne anti-terroriste agressive de la Chine au Tibet.
(The Tibet Post International)

Article du 17 Octobre 2014.
Dharamshala: - La Chine a développé sa campagne anti terroriste du Xinjiang au Tibet et souligne le besoin du contrôle de la politique de la région. Les officiels du parti communiste ont relié la stabilité au Tibet avec la sécurité des peuples de la République Populaire de Chine (PRC).
En réponse à une augmentation de la violence au Xinjiang, le gouvernement chinois a organisé une agressive campagne anti-terroriste qui s'est étendue de l'autre côté de la République Populaire de Chine depuis Mai. Cette expansion a inclus l'intensification de la présence militaire au Tibet et a augmenté le ressentiment de la population, déjà aliénée et en détresse.

En savoir plus.
18/10 : Des centaines de tibétains ont souhaité la bienvenue au Sikyong Dr. Lobsang Sangay en Belgique et en Hollande.
(Tibet.net)

AMSTERDAM: Plus de 500 tibétains se sont réunis pour souhaiter la bienvenue au Sikyong Dr. Lobsang Sangay à son arrivée à Antwerpen, Belgique, jeudi soir.
Dans son allocution à la communauté tibétaine, le Sikyong Dr. Lobsang Sangay a dit que l'approche de la voie médiane recherche une véritable autonomie pour le peuple tibétain à l'intérieur du cadre de la constitution chinoise. Il a dit que l'administration centrale tibétaine accueillait les différents avis, bien que l'approche de la voie médiane soit la politique officielle.
Il a souligné que l'Administration Centrale Tibétaine accorde une grande importance à l'éducation des jeunes tibétains. Il a répété que l'éducation est un investissement important, une clef et un outil pour la lutte tibétaine.

En savoir plus.
18/10 : Le taux de pauvreté au Tibet reste le plus haut de Chine.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibetan Review)

Publié le 16 octobre 2014

Plus d’un demi-siècle après les avoir libérés du servage, les rendant maîtres de leur propre destin, comme l’affirme la Chine, 34,4% des Tibétains dans les zones agricoles et pastorales de la Région Autonome du Tibet (RAT) sont toujours bloqués sous le seuil de pauvreté. De plus, la région compte le plus fort taux de pauvreté en République Populaire de Chine, a rapporté l’agence de presse officielle Xinhua le 15 octobre.

Cependant, Hu Xinsheng, chef du bureau d’allègement de la pauvreté de la RAT, a maintenu que d’ici la fin de l’année, un demi-million de Tibétains auront été sortis de la pauvreté depuis 2011. Cela laissera encore 330 000 Tibétains sous le seuil de pauvreté, étant donné le chiffre total de 830 000 mentionné fin 2010. Le rapport ajoutait qu’au cours de cette année, la région a eu pour objectif de sortir 130 000 personnes de la pauvreté, avec des investissements de 1,7 milliards de yuans des gouvernements centraux et régionaux.

En savoir plus.
17/10 : "Quand des manifestants sont arrêtés, emprisonnés et torturés au Tibet, personne ne le sait".
(La Libre.be)

Lobsang Sangay, 46 ans, est l'héritier politique du Dalaï-Lama. Le leader spirituel des Tibétains avait annoncé le 10 mars 2011 qu’il remettrait son pouvoir temporel entre les mains du nouveau Premier ministre. Dix jours plus tard, Lobsang Sangay était élu à l’issue d’un scrutin à deux tours organisé au sein de la diaspora. Depuis, il tente de sensibiliser les dirigeants du monde entier à la cause tibétaine. "Des gens que j’ai rencontrés m’ont dit qu’ils avaient reçu un appel de l’ambassade de Chine. Elle savait qu’ils allaient me rencontrer et leur enjoignait de ne pas le faire", nous raconte Lobsang Sangay, après avoir eu des entretiens avec des eurodéputés à Bruxelles. Les Chinois "contrôlent et espionnent", mais "les gens me rencontrent quand même, même si certains me demandent de rester discret".

En savoir plus.
17/10 : L'Abbé  Kartse condamné à 2 ans de prison.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 17 Octobre. Le célèbre leader bouddhiste tibétain et philanthrope de Nangchen, Khenpo Kartse, a été condamné à 2 ans de prison par un tribunal chinois à Chamdo, selon Karten, un moine tibétain du monastère Jamyang Choechokorling en Californie.

Khenpo Kartse, l'abbé du monastère Jharpa, a été arrêté par la police de Chamdo de Chengdu où il avait voyagé dans le but d'acheter une nouvelle statue pour son monastère le 6 Décembre 2013. Le 21 Décembre, 16 tibétains dont des moines ont été détenus pour leur implication dans une manifestationdemandant sa libération.

En savoir plus.

16/10 : Le Haut Commissaire pour les Droits de l'Homme aux nations Unies en pour parler avec la Chine  pour se rendre au Tibet.
(tibet.net)

DHARAMSHALA: Le Haut Commissaire pour les Droits de l'Homme aux Nations Unies, Zeid Ra'ad al Hussein, a dit jeudi qu'il était en discussion avec les autorités chinoises pour se rendre dans la région troublée du Tibet, a rapporté Reuters.

“China in its Universal Periodic Review (UPR) agreed to the recommendation that there be a visit by the High Commissioner to Tibet. So we are discussing this issue with the Chinese authorities,” Mr Zeid told his first news briefing in Geneva.

Mr Zeid, a veteran Jordanian diplomat at the UN, assumed his functions as UN High Commissioner on 1 September. He succeeded Ms Navi Pillay, who had urged the Chinese government to promptly address the longstanding grievances that have led to an alarming escalation in desperate forms of protest, including self-immolations, in Tibetan areas.

“I’ve had a few very preliminary discussions about this. We agreed we would sit at some stage and elaborate a concept of how this is going to take place,” Mr Zeid told reporters.

En savoir plus.
15/10 : Des écrivains activistes tibétains libérés après 4 ans de prison.
(TCHRD)

Le Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et la Démocratie (TCHRD) se réjouit de la libération des activistes tibétains Kelsang Tsultrim et Gyitsang Takmig qui avaient été injustement condamnés à 4 ans de prison pour activités séparatistes en 2011.
Le TCHRD croit que les écrivains activistes tibétains ont été punis pour leur résistance pacifique aux destructions des policiers de la Chine. Le fait que celle-ci ait condamné ces deux écrivains à des peines de prison représente encore une autre tentative pour réduire individuellement les tibétains au silence, alors qu'ils parlent vrai au pouvoir et demandent des comptes au gouvernement chinois au sujet des défaillances de sa police au Tibet.

En savoir plus.
14/10 : Des villageois tibétains se sont rassemblés pour appeler à la libération d'un moine tibétain.
(Radio Free Asia)

Des villageois tibétains, dans la province chinoise du Sichuan, se sont réunis pour prier cette semaine afin d'appeler à la libération de Tenzin Delek Rinpoche, un moine bouddhiste populaire qui purge maintenant une condamanation à la prison à vie pour attaque à la bombe, condamnation que des groupes des droits et de soutiens ont décrite comme étant injustifiée.
L'événement de dimanche a été organisé par des villageois appartenant aux faubourgs de Golog, Comté de Lithang, dans la préfecture du Tibet Autonome de Kardze, a dit un moine vivant en exile au service tibétain de RFA ce mardi.

“Residents gathered at a site containing prayer flags and stupas and displayed two huge photos, one of [exiled spiritual leader] the Dalai Lama and the other of Tenzin Delek Rinpoche, and made offerings and prayed for Rinpoche’s release,” the India-based monk named Loga said, citing local contacts.

“Remembering Rinpoche’s kindness toward the people, many of the participants broke down in tears when speakers at the gathering described how Rinpoche had been wrongfully accused and sentenced,” Loga said.


En savoir plus.
CHINE-TIBET, 13 octobre 2014, un rapport américain confirme la violiation des droits des Tibétains.
(France-Tibet - Phayul.com)

Jeudi (9 octobre) la Commission exécutive du Congrès sur la Chine (CECC, lien ici) a publié son rapport annuel, un rapport qui note l'augmentation des sévères mesures punitives et sécuritaires dans les zones d'habitation des Tibétains à la suite de la baisse des auto-immolations.

133 tibétains se sont immolés par le feu au Tibet pour protester contre l'occupation chinoise au Tibet et le durcissement de sa politique depuis 2009. Le nombre de tibétains qui se résolvent à l'auto-immolation est en baisse, passant de 25 l'année dernière à 8 cette année.

Le CECC appelle la Chine à reconnaître le rôle du gouvernement, la politique du Parti et ses mesures de régulation dans la vague d'auto-immolations et autres moyens de protestation.
au gouvernement chinois de "modérer son utilisation des institutions sécuritaires et judiciaires pour intimider les communautés tibétaines en jugeant et emprisonnant les tibétains pour leurs liens supposés avec un  auto-immolé ou pour le partage d'informations sur l'auto-immolation."

Le rapport documente également le statut de la langue tibétaine, le développement économique, la culture tibétaine et la liberté religieuse des bouddhistes tibétains, exhortant les autorités chinoises à promouvoir la culture tibétaine en mettant à l'honneur la constitution chinoise et ses références aux libertés d'expression, d'association, d'assemblée et de croyance et en limitant son utilisation de ses appareils sécuritaires et judiciaires pour interdire aux Tibétains ces droits.

En savoir plus.
10/10 : La Chine construit un poste de police pour garder le contrôle sur un monastère.
(Radio Free Asia)

Les autorités chinoises ont construit un grand poste de police et centre de détention près d'un monastère bouddhiste dans une région à population tibétaine du Sichuan dans une apparente tentative afin d'intimider les moines dans l'insitution religieuse, selon les sources.
Ils ont poursuivi le projet en dépit des efforts des leaders monastiques durant les dernières années pour bloquer les travaux, ont dit les sources.
Les moines qui souhaitent quitter le monastère Mug vieux de plusieurs siècles, dans le Comté de Ngaba, Préfecture de Zungchu autonome du Tibet, doivent demander l'approbation du poste de police pour toutes leurs activités et leurs voyages personnels, a dit une source locale au service tibétain de Radio Free Asia.

En savoir plus.
09/10 : La Chine ordonne la destruction de structures religieuses à Driru.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, Le 9 Octobre. Dans un mouvement pour intensifier l'escalade des restrictions dans la vie monastique au Tibet, les autorités chinoises du Comté de Driru ont ordonné la destruction de bâtiments religieux et expulsé les jeunes moines des monastères souvent vus comme  des foyers pour les manifestations antigouvernementales.
Selon la Radio Free Asia, une campagne de "Rectification et de nettoyage" d'une durée d'un mois a été lancée dans le Comté de Driru, préfecture de Nagchu le 20 Septembre, et un document de 30 pages contenant des instructions détaillées de la campagne a été distribué  dans tous les monastères  et les villages de Driru.
“All new stupas, mounds of mani stones [stones displaying carved mantras], and shrines built after 2010 have been declared illegal and must be destroyed by a specified deadline,” RFA cited a source as saying.

The Chinese authorities also commanded that those who have originally built all religious structures must take them down, failing which the government would bring them down.

“It has also been ordered that retreat facilities built after Nov. 1, 2011, including houses for individual retreatants, must be torn down,” the source said.

It was also ordered that all the monks aged 12 and below be denied admission in monasteries and those currently enrolled in the monasteres must return to their families by October 20 or face forced expulsion. The authorities warned that the senior lamas of the monasteries will be held criminally responsible if any monk aged 12 or below didn’t return to their respective homes by the deadline.

The family members of the younger monks were also warned that if they refuse to take their children back they may face six months’ detention or one to three years of prison term.

En savoir plus.
07/10 : La Chine impose de nouvelles sévères restrictions dans un Comté rétif du Tibet.
(
Radio Free Asia)

Les autorités chinoises ont lancé une campagne pour raffermir les restrictions sur la vie monastique dans un Comté rétif au Tibet et ont ordonné la destruction de bâtiments religieux nouvellement construits, et demandé que les jeunes moines soient expulsés de leur monastère et renvoyés dans leur famille, selon les sources.
La campagne de ""correction et de nettoyage" dans le Comté de Driru, préfecture de Nagchu, région autonome du Tibet, a été lancée le 20 Septembre et va continuer jusqu'au 20 Octobre, a dit une source locale au service tibétain de Radio Free Asia.

En savoir plus.
07/10 : Un manifestant solitaire arrêté dans le Comté de Kartzé.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, Le 7 Octobre. Les autorités chinoises ont arrêté un tibétain pour une manifestation solitaire qu'il a menée samedi matin dans le comté de Kardzé.
Samedi matin, un tibétain du nom de Passang Wangchuk, 37 ans, a mené une manifestationsolitaire dans un marché du Comté de Kardzé en criant des slogans et en faisant lire aux spectateurs ses demandes écrites sur un vêtement blanc. Parmi d'autres slogans, il demandait le retour au Tibet de sa Sainteté le leader spirituel le Dalaï Lama.
Au bout de quelques minutes de manifestation, Wangchuk a été arrêté par la police chinoise et est actuellement retenu au centre de détention du Comté de Kardzé.

En savoir plus.
06/10 : Kunchok a tenté de s’immoler par le feu dans le Comté de Gade.
(Tibet-info.net)

Kunchok, 42 ans, a tenté de s’immoler par le feu, le 16 septembre 2014, devant un commissariat dans le Comté de Gade [1]. Des Tibétains ont tenté d’éteindre les flammes et l’ont emmené à un hôpital proche, à Xining. Il y serait traité en secret.
Des détails ne peuvent être donnés car les proches redoutent que ceux qui l’ont aidé aient des difficultés avec les autorités.

La nouvelle de cette immolation ne parvient que maintenant à cause des restrictions mises en place dans les communications par les autorités.
Kunchok, dont le fils est moine et la fille nonne dans un couvent proche, s’est immolé pour "protester contre la politique de la Chine au Tibet", rapporte une source. "Il l’a fait pour l’intérêt des Tibétains".
"Il est maintenant dans une grande tristesse. Lors des soins, il éclate souvent en sanglots à cause de son échec. Il regrette de ne pas avoir fait ce qu’il avait planifié".

Cette source dit que les chances de survie de Kunchok sont minces. Les membres de la famille ont peur que, s’il survit, Kunchok soit emmené par la police. S’il ne survit pas, les autorités pourraient aussi ne pas rendre le corps à la famille.

Une autre source raconte que, à la suite de l’immolation, les autorités chinoises ont renforcé la sécurité, installant des caméras dans des points stratégiques du Comté de Gade.

En savoir plus.
05/10/ : Le dalaï lama, Nobel de la paix depuis un quart de siècle, apparaît isolé.
(L'Express - AFP)


Dharamsala (Inde) - Nobélisé il y a un quart de siècle mais éconduit par un nombre croissant de chancelleries occidentales soucieuses de ménager la Chine, le dalaï lama, retiré de la vie politique, apparaît de plus en plus isolé dans son exil indien.
                      


Le chef spirituel des Tibétains a reçu le prix Nobel de la paix en 1989 en dépit des protestations chinoises quelques mois après l'écrasement du soulèvement prodémocratique de Tiananamen en juin de la même année.

La récompense a conféré au charismatique moine bouddhiste un statut d'icône internationale, héraut du combat pour la liberté et l'émancipation des peuples. Dans la décennie qui suivit, il fut courtisé par les présidents américains, se fit l'ami des stars d'Hollywood.

Vingt-cinq ans plus tard, les dirigeants de pays occidentaux qui comptèrent parmi ses premiers soutiens lui tournent le dos, de peur de s'aliéner la Chine, ses investissements, ses consommateurs et sa main d'oeuvre bon marché.

Jeudi, la 14e édition du sommet des prix Nobel de la paix qui devait se tenir du 13 au 15 octobre au Cap en Afrique du Sud a été annulée après le retrait de plusieurs invités en signe de protestation contre le refus du gouvernement sud-africain de lui délivrer un visa.


En savoir plus.

04/10 : Un courant du bouddhisme tibétain demande la désignation de son futur maître spirituel.
(Fait Religieux)

Les représentants occidentaux du courant kagyupa, l'une des quatre traditions majeures du bouddhisme tibétain, ont demandé la désignation du futur shamarpa, l'un de leurs grands maîtres spirituels, dans un geste destiné à prévenir les éventuels conflits, notamment avec Pékin.

Le 14e shamarpa (ou shamar rinpoché) est décédé le 11 juin dernier en Allemagne. Il était le maître de l'école kagyupa au côté du 17e karmapa, tandis que le dalaï lama, chef spirituel des Tibétains, s'inscrit dans la tradition gelugpa.

« Après le départ de notre enseignant d'exception et détenteur de lignée, le 14e shamarpa, tous ses étudiants à travers le monde attendent avec impatience la reconnaissance du prochain shamarpa », écrivent les représentants de 700 centres bouddhiques du monde occidental dans une lettre au 17e karmapa.

L'initiative de ces organisations intervient quelques semaines après des déclarations du 14e dalaï-lama selon lesquelles il pourrait être le dernier de sa lignée, craignant une éventuelle récupération politique de son successeur.


En savoir plus.
03/10 : L'écrivain tibétain Gyitsang Tagmik libéré.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 3 Octobre : Un écrivain tibétain bien connu emprisonné en 2010 pour un message vidéo a été libéré plus tôt aujourd'hui après avoir purgé ses quatre ans de prison dans le Comté de Sangchu.
Kalsang Tsultim, aussi connu sous le pseudonyme de 'Gyitsang Takmik', a été condamné à quatre ans de prison par le tribunal intermédiaire du Peuple de Kanlho le 30 Décembre 2011.
Gyitsang Takmik, aussi l'auteur du livre Miyul La Phulwai Sempa (Un esprit offert à l'exil) a été libéré en Octobre 2009 après sa 1° arrestation. Les officiels l'ont averti qu'il restait assujetti à une nouvelle détention de 6 mois s'il engageait quelque activité politique que ce soit.

En savoir plus.
02/10 : Les exilés tibétains et leurs supporters s'affirment pour Hong Kong.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA,1° Octobre: Les tibétains et leurs sympathisants de par le monde ont exprimé leur soutien et leur solidarité avec les manifestants de Hong Kong qui ont été soumis à grande tension, alors que des milliers de citoyens sont sortis dans les rues pour protester contre l'enquête des chinois sur les candidats pour l'élection prévue en 2017.

Le Tibetan Youth Congress, le plus important groupe pro indépendance de la diaspora tibétaine, a emporté dehors des bougies allumées et à fait une modeste réunion à l'école de jour du TCV pour exprimer son soutien au peuple de Hong Kong dans sa lutte contre la Chine où l'information et les manifestations sont censurées.

En savoir plus.
02/10 : Treize blessés alors que la police chinoise a ouvert le feu sur des manifestants anti-mine tibétains.
(Radio Free Asia)

Article du 01/10.
Treize tibétains, dont une femme enceinte, ont subi des blessures par balle quand les forces de sécurité chinoises ont fait feu sur une foule de villageois qui manifestaient contre des opérations minières dans un Comté du Tibet central le mois dernier, selon des sources.

Les nouvelles de l'incident dans les faubourgs de Tsang Tobgyal à Shigatse, préfecture dans la région autonome du Tibet, ont été retardées à cause de coupures d'internet et d'autres moyens de communication dans la région par les autorités chinoises, ont-ils dit.

En savoir plus.

02/10 : Le dalaï-lama bientôt en pèlerinage au Tibet?
(La Libre Belgique)

Le dalaï-lama a indiqué jeudi à l'AFP qu'il avait des "contacts informels" avec la Chine afin de faire un pélerinage historique au Tibet après plus d'un demi-siècle en exil en Inde.

"Récemment, des responsables chinois, par exemple le secrétaire adjoint du Parti dans la région autonome du Tibet, ont mentionné la possibilité de ma visite dans le cadre d'un pélerinage vers un lieu saint", a déclaré le chef spirituel tibétain dans un entretien avec l'AFP à Dharamsala (nord de l'Inde) où il vit.

"Ce n'est pas finalisé, pas encore, mais l'idée est là", a-t-il ajouté.

Le dalaï-lama, 79 ans, a exprimé "clairement" son désir d'un pèlerinage vers une montagne sacrée au Tibet (nord-ouest de la Chine) dans ses contacts en Chine, y compris avec des responsables à la retraite du Parti communiste, a-t-il dit.

Le chef spirituel tibétain veut notamment visiter la montagne Wutai Shan, considérée comme un lieu saint par le peuple tibétain.

Ces déclarations interviennent dans une atmosphère d'apaisement avec la Chine, qui a dans le passé qualifié le dalaï lama de "séparatiste" en l'accusant de fomenter la sécession du Tibet.


En savoir plus.
29/09 : Tibet : les enjeux géoéconomiques et géostratégiques pour la Chine.
(Les Yeux du Monde .fr)

Par Léonard Lifar.
La question du Tibet occupe régulièrement l’actualité relative aux questions des droits de l’homme. Cependant, on connait moins les raisons pour lesquelles les dirigeants chinois s’accordent tous à définir le « Toit du Monde » comme un espace vital pour la Chine.

Une région clé pour l’économie chinoise

En mandarin, le Tibet (Xizang) signifie « Maison des Trésors de l’Ouest ». La région est effectivement richement dotée en ressources naturelles. Son sous-sol est extrêmement complet et divers : la région possède les plus importantes réserves de chrome et de cuivre chinoises ; mais aussi parmi les plus importantes réserves mondiales de borax, d’uranium et de lithium. Le Tibet possède également la deuxième biomasse forestière de Chine, bien que largement entamée aujourd’hui à cause du déboisement massif.
Mais c’est surtout pour son eau que le Tibet est crucial dans la stratégique économique et politique chinoise. Dans les terres du « Château d’eau de l’Asie », c’est dix des plus grands fleuves régionaux qui y prennent leurs sources. C’est le berceau du Brahmapoutre qui traverse l’Inde et le Bangladesh, du Mékong qui sillonne le Myanmar, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Viêtnam. Le « Toit du Monde » est le quatrième plus grand réservoir d’eau douce au monde : capital pour la région puisqu’il alimente en eau près de 47% de la population mondiale, crucial pour la Chine puisque qu’il constitue 30% de ses réserves hydrauliques.

En savoir plus.
29/09 : Des villageois manifestent dans le Comté tibétain de Maldro au sujet d'une pollution minière.
(
Radio Free Asia)

Plus de 1000 villageois tibétains ont manifesté contre des opérations minières dans un Comté central de la région Autonome du Tibet, disant que les eaux de ruissellement de la mine ont pollué les rivières locales et les ruisseaux, en détruisant poissons et cultures, et causant des problèmes de santé, a dit un résident local.

“Dans le passé, nos rivières étaient fraiches et propres, et les montagnes et la vallée étaient connues pour leur beauté naturelle", a dit la source au service tibétain de RFA.

“Maintenant, les rivières sont polluées avec des déchets toxiques provenant des mines".
La manifestation de la semaine dernière dans le village de Zibuk dans la périphérie de Tashi Gang, Comté de Maldro Gongkar, - la dernière dans une série de démonstrations locales contre la pollution minières - n'a pas apporté de promesse d'action des autorités, quoique la source de RFA aie dit, parlant sous le couvert d'anonymat.

En savoir plus.
28/09 : Le dalaï lama propose un conclave «comme dans l'Église catholique» pour choisir son successeur.
(
Radiovm - Asia News)

Reprise d'un article paru le 25/09 dans le quotidien japonais Asahi Shimbun.
Paru le 26/09/2014.
Le dalaï lama a démenti vouloir mettre fin à sa lignée, comme l'avait récemment annoncé le journal allemand «Welt am Sonntag». Tenzin Gyatso a expliqué au journal japonais «Asashi Shimbun» qu'il envisageait plutôt une autre méthode de désignation de son successeur. Le chef spirituel du bouddhisme tibétain pourrait ainsi être élu par un conclave, sur le modèle de l'élection du pape dans l'Église catholique.

«En 2011, je me suis complètement retiré de mes responsabilités politiques», explique le Prix Nobel de la paix. Il a précisé avoir déclaré il y a déjà longtemps que la continuation de l'institution du dalaï lama dépendait de la seule volonté du peuple tibétain, rapporte le 26 septembre 2014 l'agence d'information catholique «Asia News».

Une déclaration mal interprétée
Concernant le rapport du «Welt am Sonntag» faisant de lui le dernier dalaï lama, Tenzin Talkha, le secrétaire du dignitaire religieux, explique que sa déclaration a été mal comprise. «Le dalaï lama a dit qu'une tradition vieille de 600 ans pouvait sans autre se terminer avec un leader populaire, et que ce serait mieux de finir ainsi que de continuer de façon inconvenante. Mais il n'a jamais prétendu qu'il serait le dernier». Pour son secrétaire, le dalaï lama est profondément préoccupé par le fait que le gouvernement chinois puisse désigner quelqu'un qui serait sous son contrôle.


En savoir plus.
27/09 : Des "gorilles" ont pertubé le festival du film tibétain à Hong Kong.
(
Phayul.com)

DHARAMSHALA, 27 Septembre : Une foule d'environ 20 personnes a perturbé le festival du film tibétain en cours à Hong Kong vendredi et a même malmené les organisateurs.
Le festival du film tibétain qui s'est ouvert hier à l'Hôtel Regale Riverside à Hong Kong projettera des films sur le Tibet, incluant "La fille de Chine", du réalisateur Sonam Tseten installé à Delhi.Un des organisateurs a été giflé quand ils ont essayé d'arrêter la foule qui voulait attaquer Mr. Tashi, le président de l'Association Taiwanaise d'aide aux tibétains.


En savoir plus.
26/09 : De nouvelles conditions pour les candidats aux Comités  de Villages excluent les tibétains ayant des liens avec "la clique du Dalaï".
(Phayul.com)

DHARAMSHALA: Les autorités du gouvernement chinois dans une région frontalière avec l'Inde ont émis de rigoureuses directives pour exclure les tibétains qui ont des relations avec l'étranger ou qui font preuve de dévotion et de loyauté envers le leader tibétain le Dalaï Lama, des comités de village du parti communiste chinois et du gouvernement.
Selon un rapport de "Campagne Internationale pour le Tibet", basée à Washington, les nouvelles conditions pour les candidats aux comités de village pour le parti et pour le gouvernement, dans la préfecture de Ngari, région autonome du Tibet, spécifient que les candidats doivent, non seulement être "politiquement dignes de confiance", et capables de " gagner le soutien des masses", mais qu'ils seront exclus s'ils ont assisté à quelque enseignement du Dalaï Lama que ce soit, ou s'ils ont des "relations avec l'étranger" ou même s'ils "communiquent avec l'étranger".

En savoir plus.
26/09 : Des policiers chinois ivres ont détenu et torturé des festivaliers tibétains.
(Radio Free Asia)

du 24/09/14 Des policiers chinois ivres ont détenu et torturé des spectateurs lors d'une compétition de tir à l'arc dans la province chinoise du Qinghai après qu'ils aient refusé de boire avec eux.
L'agression s'est produite le 2° jour de l'événement annuel qui s'est tenu du 10 au 12 Septembre dans la ville de Markuthang, préfecture autonome de Malo, Chentsa, ont dit les souces cette semaine.
“Le 2° jour du festival, quand les spectateurs se sont réunis pour le repas, un groupe de policiers du Comté devenus ivres a demandé aux tibétains de se joindre à eux et de porter des toasts" a dit Jamyang Dargyal, un tibétain vivant en exil au service tibétain de RFA, en citant des contacts qu'il a dans son lieu d'origine, Chentsa.

En savoir plus.
25/09 : Sous couvert d'ouverture la Chine durcit sa politique contre les militants.
(L'Express)

Alors que l'intellectuel ouïghour Ilham Tohti a été condamné à la prison à vie pour "séparatisme", Sophie Richardson, directrice Chine de l'ONG Human Rights  Watch, revient sur la situation des droits de l'Homme en Chine.
..................Alors que Raphaël Droswski, le premier secrétaire à la délégationde l'Union Européenne à Pékin a déclaré qu' " Ilham Tohti exerçait ses activités dans le respect de la loi chinoise, et nous pensons qu'il doit être libéré ", Sophie Richardson attend toujours une réaction de la part de la France. " Rien n'empêche Laurent Fabius de prendre la parole et dire que le procès d'Ilham Tohti est une mascarade. Une grande partie de la population en Chine attend encore que la communauté internationale élève la voix."
Pour autant, elle est confiante quant à l'avenir des droits de l'Homme en Chine: " Beaucoup de voix s'élèvent contre le gouvernement.C'est très encourageant, ce sont ces personnes dont la Chine a besoin pour  aller de l'avant. Voir des avocats chinois défendre des tibétains inculpés pour avoir pris part à des manifestations, voir des minorités et des groupes ethniques s'unir contre le gouvernement, c'est un progrès extraordinaire."

En savoir plus.
25/09 : Il a été ordonné aux tibétains de célébrer le Festival dans le Comté rétif de Driru.
(Radio Free Asia)

Les autorités chinoises dans un Comté protestataire au Tibet ont ordonné aux villageois de prendre part à un festival annuel préalablement boycotté, dans une tentative pour montrer que les résidents locaux sont heureux et prospères sous la loi de Pékin, ont dit des sources.
L'ordre visait spécialement les jeunes tibétains qui vivent à Driru (en chinois Biru), Comté de Nagchu, préfecture de la région autonome du Tibet, a dit une source locale au service tibétain de RFA cette semaine.
Les tibétains qui ont bravé l'ordre ont été menacés dans leurs moyens de subsistance ou avec possible emprisonnement. Ils ont été réticents à célébrer le festival, en protestation contre la loi chinoise.

En savoir plus.
25/09 : Le TCHRD met en lumière les problèmes des Droits de l'Homme au Tibet aux Nations Unies.
(TCHRD)

La directrice du Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et la Démocratie (TCHRD), Mme Tsering Tsomo, a assisté à la 27 ° session du Conseil des Droits de l'Homme (HRC) aux Nations Unies à Genève du 14 au 24 Septembre 2014, pour attirer l'attention du Conseil sur le pressant problème des Droits de l'Homme à l'intérieur du Tibet.En dehors de la session, Mme Tsering Tsomo a rencontré et mis au courant plusieurs détenteurs de mandats de procédures spéciales, diplomates et représentants d'ONG, de la situation actuelle au Tibet, et fortement appelé leur soutien.

En savoir plus.
25/09 : Six Nobel de la paix boycottent l'Afrique du Sud en Loutien au Dalaï Lama.
(L'orient le jour)

Six femmes Nobel de la paix boycotteront le prochain sommet des lauréats de ce prix en octobre au Cap par solidarité avec le Dalaï Lama privé de visa par l'Afrique du Sud, a indiqué une association canadienne jeudi.


Ces six femmes sont la militante américaine Jody Williams, l'avocate iranienne Shirin Ebadi, la militante du Liberia Leymah Gbowee, la journaliste yéménite Tawakkol Karman, la militante d'Irlande du Nord Mairead Maguire et une représentante de la campagne internationale pour l'interdiction des mines antipersonnel, a précisé à l'AFP Rachel Vincent, directrice de la communication de l'ONG Nobel Women's Initiative.


"Le Dalaï Lama plaide pour une solution non-violente et négociée au problème du Tibet", a souligné l'organisation, tout en notant que la Chine de son côté avait remercié l'Afrique du Sud pour sa décision d'empêcher la venue du leader tibétain.


C'est la troisième fois que le Dalaï Lama est traité en indésirable depuis 2009 et l'accession au pouvoir du président Jacob Zuma. Cette fois-ci, c'est un sommet des prix Nobel de la paix prévu du 13 au 15 octobre au Cap (sud) qui devra se tenir sans le Dalaï Lama, lauréat du prix en 1989.



En savoir plus.
23/09 : En vue de nouvelles arrestations, agrandissement d’un centre de détention dans le comté de Driru, Région autonome du Tibet.
(tibet-info.net - Radio free Asia)

Selon une source locale, dans le comté de Driru [1], les autorités chinoises agrandissent un centre de détention de la police en prévision de nouvelles vagues de détention des habitants qui résistent aux marques forcées de fidélité à Pékin.

L’expansion de l’installation de la police paramilitaire de la ville de Tsamdo, comté de Driru, "est destinée à accueillir davantage de prisonniers".
"Les autorités disent que ce sera une grande prison pour ceux qui mènent des activités contre le gouvernement (chinois) et ses politiques", rapporte une source, parlant sous condition d’anonymat.

L’an dernier, ces habitants de ce comté du nord-est de la "Région Autonome du Tibet" ont attiré l’attention mondiale quand ils ont brûlé, jeté, refusé de déployer des drapeaux chinois et protesté dans les rues après que les autorités chinoises ont lancé une campagne de démonstration forcée de fidélité [2].

L’agrandissement du centre de détention pourrait être un avertissement pour toute nouvelle résistance à la domination chinoise.
Le poste militaire était déjà là depuis un certain temps et n’était pas très grand, mais maintenant les autorités chinoises l’agrandissent.

Le nombre de Tibétains détenus dans le camp de Tsamdo est récemment passé d’un total d’environ 400 détenus en mai et juin, à environ 200 Tibétains toujours détenus à l’heure actuelle.
"Ils sont soumis à un régime intense de cours de rééducation politique visant à « changer leurs idées », « sont obligés de chanter l’hymne national chinois tous les jours », et souffrent physiquement du fait des coups et de la torture", raconte cette même source.
"Certains de ceux qui sont actuellement détenus dans le camp le sont depuis seulement une semaine, avec d’autres détenus qui le sont depuis un mois ou six mois", a-t-il dit, ajoutant : "Les conditions vie et les installations sont dites être horribles".

En savoir plus.
22/09 : Dalai Lama reiterates call for autonomy.
(Phayul.com)

NEW DELHI, 22 Septembre. Sa Sainteté Dalaï Lama a réitéré son appel pour une véritable autonomie à l'intérieur de la République Populaire de Chine et a exprimé sa joie du résultat du référendum en Ecosse.
Le leader tibétain a dit que le Tibet, qui est très en retard sur le plan matériel, bénéficiera économiquement en restant à l'intérieur de la Chine. "Nous restons à l'intérieur de la République Populaire de Chine, si nous cherchons une aide matérielle pour bâtir une économie tibétaine, mais en échange, ils doivent nous donner une véritable liberté au sujet de la préservation de notre culture, de notre langue et de notre religion qui, dans le long chemin, sera une immense aide pour le peuple chinois" a dit le lauréat du prix Nobel a un public sélectionné parmi lequel se trouvaient des parlementaires indiens sur le thème "Un monde, une vision, un futur" au centre indien de l'habitat.

En savoir plus.
21/09 : Non, ce n'est pas fini.
(Le Club de Médiapart)

La violence est partout, le monde ne sait plus où chercher une lueur d'espoir dans cette confrontation entre grands qui veulent affirmer leur suprématie.   Malheur à ceux, où qu'ils soient, qui ne reconnaissent pas cette envie de puissance et ont une tout autre conception des valeurs et de la vie.

Restent des Tibétains, souvent très jeunes, pour refuser d'abandonner leur culture et sa spiritualité au profit d'une course effrénée vers toujours plus de biens matériels.   Ce choc des aspirations est toujours aussi violent, même si l'actualité appelle à tourner les yeux ailleurs. En fait, il a lieu dans de nombreux pays du monde;   au Tibet, il vient de se traduire par une nouvelle immolation.


Tsoe (Tibet) 17/09/2014 - Un étudiant tibétain s'immole

Voice Of América 21 Septembre 2014 http://www.voatibetanenglish.com/content/article/2457023.html

Un étudiant de 22 ans Lhamo Tashi (photo) s' est immolé près d'un bureau de la sécurité de la police chinoise de la ville de Tsoe (Tibet) vers minuit le Mercredi 17 Septembre 2014.

La famille de Tashi qui vit dans le village de Drukdo situé dans le canton de, Amchok ont été informés de l' immolation de leur fils par les forces de sécurité qui ont annoncées qu'il était mort. Toutefois, lorsque les membres de la famille se sont rendus à Tsoe le lendemain pour demander le corps de leur fils, la police leur a dit que Tashi avait déjà été incinéré et a ensuite donné à la famille un peu de cendre à la famille comme etant celle de leur fils.

Lhamo Tashi est le 138e tibétain à s'immoler au Tibet depuis 2009 Bien qu'on ignore à l'heure actuelle si Tashi a laissé un testament comme la plupart des précédents Tibétains qui avaient effectués une immolation de protestations "en appelant à la liberté du Tibet et un Tibet et au le Dalaï Lama ai Tibet.

Le père de Tashi Lhamo est Chopa Tsering et le nom de sa mère est Dhukar Tso.

En savoir plus.
21/09 : Un étudiant tibétain décède de son autoimmolation, la 1° depuis 5 mois.
(Radio Free Asia)

A 22-year-old Tibetan student has burned himself to death in front of a police station in Gansu province in protest against Chinese rule  — the first self-immolation in more than five months among disgruntled Tibetans in China, according to sources.

Lhamo Tashi set himself on fire last week, shouting slogans in front of the Kanlho (in Chinese, Gannan) Tibetan Autonomous Prefecture's police station in Tsoe (Hezuo) county before succumbing to his burns on the spot, the sources said.

Information of Tashi's Sept. 17 fatal burning emerged only at the weekend, apparently due to communication clampdowns usually imposed by Chinese authorities following self-immolation protests.


En savoir plus.
21/09 : ‘La question tibétaine peut être résolue d'ici les 10 prochaines années.
(tibet.net)

[Outlook Magazine]
Le Premier Ministre du gouvernement tibétain en exil parle des différentes solutions.
PRANAY SHARMA INTERVIEWS LOBSANG SANGAY

Né à Darjeeling et éduqué à Harvard, Lobsang Sangay est le 3° premier ministre du gouvernement tibétain en exil. Mais son poste, auquel il a été élu il y a trois ans, a pris plus d'importance depuis que le Dalaï Lama a pris la décision volontaire d'abandonner son rôle politique. Académicien bien connu, Lobsang Sangay, âgé de 46 ans, a été impliqué dans l'organisation de séminaires et de conférences impliquant des érudits chinois et des experts tibétains sur la question tibétaine. Depuis qu'il a été élu premier ministre,  Sangay, un ancien membre du Tibetan Youth Congress, a activement intéressé au projet  la diaspora tibétaine. Il a été implacable dans l'effort pour réunir tous les soutiens pour "la voie du milieu" qui appelle à trouver une solution au problème du Tibet dans le cadre de la constitution de la Chine. Pendant que le président chinois Xi Jiping est en Inde, Sangay a parlé  à Pranay Sharma des différentes possibilités. Extraits de l'nterview.

En savoir plus.
19/09 : Un manifestant solitaire condamné à 10 ans de prison.
(Phayul.com)

By Phuntsok Yangchen

DHARAMSHALA, 19 Septembre. Un tribunal chinois a condamné un moine tibétain à 10 ans de prison après avoir été mis en détention depuis plus d'un mois.
Lobsang Gendun, 21ans,un moine du monastère Drongsar, a organisé une manifestation solitaire perturbant les célébrations officielles marquant le 92° anniversaire de l'établissement du parti communiste de Chine le 1° Juillet 2014 dans la région de Pashoe, dans la province tibétaine traditionnelle du Kham.
La semaine dernière, Gendun a appelé sa famille pour l'informer qu'il avait été condamné à 10 ans de prison par un tribunal de Chamdo. Cependant, il na pas donné d'information sur l'endroit où il a été enfermé pour purger sa peine de prison.

En savoir plus.
18/09 : Des activistes tibétains manifestent contre la venue de Xi à Dehli.
(Phayul.com)

New Delhi, September 18: As Chinese President Xi Jinping began his second day of his three day visit to India, activists from the two pro independence groups carried out protests close to the Taj Palace Hotel where Xi checked in earlier this morning.

Eight Tibetan activists of TYC carried out a protest near the Taj Palace Hotel and four activists of Students for a Free Tibet unfurled two 16 x 5 feet banners reading “Xi Free Tibet Now” from a tall electrical pole and a metro construction pillar around 50 metre away from the Taj Palace Hotel.


En savoir plus.

18/09 : Un jeune activiste tibétain arrêté pendant une manifestation à New Dehli.
(Le Temps)

.....pour dénoncer l'attitude de la Chine envers le Tibet. De nombreuses manifestations ont été organisées par des tibétains exilés à l'occasion de la visite du président Xi Jiping en Inde.

En savoir plus.

18/09 : Le dalaï-lama juge le président chinois Xi Jinping « plus ouvert d'esprit »
(Lemonde.fr)


« L'approche de Xi Jinping est plus réaliste, plus ouverte d'esprit » que celle de son prédécesseur Hu Jintao, a dit jeudi 18 septembre Tenzin Gyatso, le chef spirituel tibétain, qui vit en exil en Inde, à l'occasion de la visite du président chinois en Inde. Par conséquent, « il peut apprendre plus de choses de l'Inde », a-t-il ajouté à des journalistes à Bombay.

« Les relations sino-indiennes fondées sur une nouvelle confiance sont très importantes, essentielles », a déclaré le dalaï-lama, qui a fait ces commentaires alors que Xi rencontre le premier ministre indien Narendra Modi dans le cadre d'une visite d'Etat de trois jours en Inde.

La présence du dalaï-lama en Inde est une source de tensions avec la Chine. Une vingtaine de manifestants tibétains ont protesté jeudi devant le lieu de la rencontre entre les dirigeants chinois et indien, criant « Nous voulons justice [pour le Tibet] ».

Le dalaï-lama, prix Nobel de la paix 1989, est considéré par les dirigeants chinois comme un dangereux séparatiste. Pékin fait pression sur tous les pays du monde pour qu'ils n'accueillent pas sur leur sol le chef spirituel bouddhiste, âgé de 79 ans. Le chef spirituel tibétain insiste sur le fait qu'il ne demande qu'une plus grande autonomie pour le Tibet, envahi et annexé par la Chine au début des années 1950. Neuf sessions de négociations se sont tenues entre Pékin et les émissaires du dalaï-lama entre 2002 et 2010, sans produire de résultat.

En savoir plus.
18/09 : Le dalaï-lama juge le président chinois Xi Jinping « plus ouvert d'esprit »
(Lemonde.fr)

« L'approche de Xi Jinping est plus réaliste, plus ouverte d'esprit » que celle de son prédécesseur Hu Jintao, a dit jeudi 18 septembre Tenzin Gyatso, le chef spirituel tibétain, qui vit en exil en Inde, à l'occasion de la visite du président chinois en Inde. Par conséquent, « il peut apprendre plus de choses de l'Inde », a-t-il ajouté à des journalistes à Bombay.

« Les relations sino-indiennes fondées sur une nouvelle confiance sont très importantes, essentielles », a déclaré le dalaï-lama, qui a fait ces commentaires alors que Xi rencontre le premier ministre indien Narendra Modi dans le cadre d'une visite d'Etat de trois jours en Inde.

La présence du dalaï-lama en Inde est une source de tensions avec la Chine. Une vingtaine de manifestants tibétains ont protesté jeudi devant le lieu de la rencontre entre les dirigeants chinois et indien, criant « Nous voulons justice [pour le Tibet] ».

Le dalaï-lama, prix Nobel de la paix 1989, est considéré par les dirigeants chinois comme un dangereux séparatiste. Pékin fait pression sur tous les pays du monde pour qu'ils n'accueillent pas sur leur sol le chef spirituel bouddhiste, âgé de 79 ans. Le chef spirituel tibétain insiste sur le fait qu'il ne demande qu'une plus grande autonomie pour le Tibet, envahi et annexé par la Chine au début des années 1950. Neuf sessions de négociations se sont tenues entre Pékin et les émissaires du dalaï-lama entre 2002 et 2010, sans produire de résultat.

En savoir plus.
17/09 : Soixante étudiants tibétains arrêtés à Baruda, Gujarat.
(Phayul.com)


DHARAMSHALA, 17 Septembre. Environ 60 étudiants tibétains dont 25 femmes, tous étudiants à l'université Maharaja Sayaji Rao, Varodara, ont été détenus préventivement par la police de Gujarat alors que le président Xi Jiping était arrivé un peu plus tôt aujourd'hui.

S'adressant à Phayul, Tenzin Tophel, président du "tibetan youth congress" régional, Baroda, a dit : "Il y a 4 jours, les étudiants ont planifié de tenir une manifestation à Ahmedabad le jour de l'arrivée du président chinois dans cet état. Quand nous avons parlé avec la police pour demander une permission, ils ont dit que nous serions autorisés à déplacer notre manifestation dans une région désignée, loin du lieu où venaient Xi et modi, mais nous devons faire des cartes d'identité".

En savoir plus.
17/09 : L'activiste tibétain Tenzin Tsundue détenu par la police.
(mid-day.com)

Ahmedabad: Alors que les événements ont pris une tournure dramatique lors de la visite du Président chinois ici, le célèbre activiste Tenzin Tsundue a été capturé dans l'ashram Sabamati, où il était caché depuis la nuit de mardi, a dit la police mercredi.

Tsundue, un résident de Dharamshala en Himashal Pradesh, est un activiste bien connu, associé avec des amis du Tibet (Inde) et qui a été détenu plusieurs fois auparavant pour avoir organisé des manifestations contre l'occupation chinoise au Tibet, spécialement quand les dirigeants chinois sont en visite en Inde.
Pour organiser une manifestation identique contre le président chinois Xi Jiping, qui avait prévu de visiter l'Ashram Sabarmati cet après-midi,Tsundue a prétendu être entré à l'Ashram Sabarmati hier en tant que visiteur et s'être caché à l'intérieur, a dit la police.
"Ce matin,nous l'avons trouvé à l'intérieur de l'Ashram et l'avons incarcéré. Il s'est identifié lui-même comme étént Tenzin Tsundue, qui est connu pour avoir de telles activités.Il dit avoir planifié la manifestation contre le président chinois, mais nous l'avons détenu avant qu'il puisse le faire. Il sera relâché après que Jinping aura quitté la ville" a dit un officiel principal de la branche criminelle.

En savoir plus.
17/09 : Le cas du Tibet soulevé à la 27° session du Conseil des Nations Unies des Droits de l'Homme.
(TCHRD)

Alors que le Conseil des Droits de l'Homme discutait des situations qui requièrent son attention, plusieurs ONG ont soulevé leurs inquiétudes sur l'urgente situation de la détérioration des Droits de l'Homme au Tibet.
Ce matin, Tsering Tsomo, parlant de la défense de la société pour les peuples menacés (STP-Tibet Déclaration), a souligné les récentes fusillades à Kardze (Ch. Ganzi, préfecture du Tibet autonome (province du Sichuan), comme un exemple récent de la spirale descendante de violence au Tibet, perpétrée par la République Populaire de Chine.

En savoir plus.
15/09 : Les conditions pour les reportages des médias étrangers en Chine empirent.
(tibet.net)

Des reporters étrangers ont dû arrêter leurs reportages à Pékin, Chine.(CNN photo)

DHARAMSHALA: Les conditions pour les médias étrangers opérant en Chine, particulièrement dans les régions sensibles comme le Tibet et le Xinjiang sont passées de mauvaises à pire, d'après un rapport intitulé "Rapport sur les conditions de travail des correspondants étrangers en Chine", publié ce vendredi.
99 pour cent des membres du FCCC de surveillance ont dit que les conditions de reportage en Chine n'ont pas réussi à atteindre les standards internationaux et 80 pour cent ont dit que les conditions se sont détériorées ou sont restées inchangées, a dit le rapport.

“Restrictions on foreign journalists’ access to “sensitive” areas of the country remain widespread, arbitrary and unexplained. Large parts of Chinese territory remain officially or effectively out of bounds for foreign correspondents. The 2008 rules prevent foreign reporters from visiting the Tibet Autonomous Region without prior permission from the regional government. Such permission has only rarely been granted in recent years,” the report said.

“Even in areas that are not explicitly off limits – such as Gansu, western Sichuan, and Qinghai – obstruction by local authorities makes working there extremely difficult and risky or impossible for locals to be interviewed.”

According to the report, “China’s ruling Communist Party continues to erect hurdles to foreign journalists, and the media companies that employ them, discouraging reporting on many aspects of China.”

En savoir plus.
15/09 : Quatorze Nobel de la paix apportent leur soutien au dalaï-lama, persona non grata en Afrique du Sud.

Quatorze Prix Nobel de la paix publient lundi 15 septembre une lettre ouverte au président sud-africain, Jacob Zuma, pour protester contre le refus de Pretoria d'accorder un visa au dalaï-lama, invité au Cap en octobre pour un sommet mondial des Prix Nobel de la paix.

« Nous sommes profondément inquiets des dégâts pour l'image internationale de l'Afrique du Sud qu'aura un nouveau refus – ou l'impossibilité – de lui accorder un visa », écrivent les signataires, parmi lesquels se trouvent l'avocate iranienne Shirin Ebadi, l'ancien président polonais Lech Walesa et l'économiste bangladais Muhammad Yunus. Ils exigent « la délivrance sans condition » du document au chef spirituel tibétain.

    « Nous comprenons les susceptibilités en jeu, mais nous voudrions souligner que Sa Sainteté le dalaï-lama n'a plus aucune fonction politique et devrait participer au sommet uniquement en sa qualité de chef spirituel mondialement respecté. »

Le 14e sommet des Prix Nobel de la paix doit se tenir au Cap du 13 au 15 octobre, pour la première fois sur le continent africain. Or, le dalaï-lama a renoncé à y aller et a été contraint de retirer sa demande de visa après avoir été informé qu'elle était vouée à l'échec, afin de ne pas perturber les amitiés prochinoises du gouvernement Zuma.

Prix Nobel de la paix 1989, Tenzin Gyatso est considéré par Pékin comme un dangereux séparatiste.

Une vive polémique avait déjà éclaté en 2011 lorsque Pretoria avait refusé au dalaï-lama un visa pour participer aux fêtes du 80e anniversaire de Desmond Tutu, l'archevêque sud-africain également Prix Nobel de la paix. Très en colère, ce dernier avait accusé le gouvernement d'être « pire que celui de l'apartheid ».

En savoir plus.
13/09 : Chine-Inde : une relation bilatérale déséquilibrée.
(La Communauté Tibétaine de France - Les Echos.fr)

Dans un contexte de revendications territoriales, l’Inde, face à l’intransigeance chinoise, continue de multiplier les concessions.

Ces dernières années, l’Armée populaire de libération (APL) de la Chine a profité de son pouvoir politique croissant pour provoquer des escarmouches et des confrontations avec l’Inde en violant la longue et disputée frontière entre ces deux pays dans l’Himalaya. La récente intensification de ces incursions de l’APL comporte de sérieuses conséquences pour la prochaine visite du président chinois Xi Jinping en Inde – et pour l’avenir des relations bilatérales.

En fait, de telles provocations ont souvent précédé les visites des dirigeants chinois en Inde. La Chine a par exemple ressuscité ses prétentions sur l’État indien de l’Arunachal Pradesh juste avant la visite du président Hu Jintao en 2006.

De même, peu avant le déplacement du Premier ministre Wen Jiabao en Inde en 2010, les autorités chinoises ont commencé à délivrer des visas sur une feuille séparée agrafée au passeport des résidents du Cachemire qui souhaitaient se rendre en Chine – un camouflet indirect pour la souveraineté de l’Inde. La Chine a ensuite abruptement contesté la longueur de la ligne de démarcation de 1597 kilomètres qui sépare le Cachemire indien de la partie du Cachemire contrôlée par la Chine. Et la visite du Premier ministre Li Keqiang en mai dernier faisait suite à une profonde incursion des troupes de l’APL à l’intérieur du Ladakh indien, semble-t-il pour manifester la colère des autorités chinoises devant les efforts de renforcement par l’Inde de ses défenses frontalières.


En savoir plus.
10/09 : Un ex prisonnier tibétain décrit les dures conditions derrière les barreaux.
(
Rfa.org)

Les prisonniers politiques tibétains d'une célèbre prison de la province chinoise du Sichuan sont forcés de travailler de longues heures, isolés les uns des autres et violentés par les gardiens chinois Han, a dit un ancien détenu cette semaine après son évasion et son exil en Inde.
"Le temps que j'ai passé dans cette prison a été la pire partie de ma vie". Gonpo Trinley, un moine bouddhiste libéré de la prison de Deyang en 2010 après avoir purgé une période de deux ans et demie de prison pour son opposition à la loi chinoise a dit le service tibétain de RFA.
“Je prie et j'espère ne jamais avoir à nouveau une telle expérience".

Il a dit que les prisonniers tibétains sont "forcés de travailler tout le temps" et victimes de discriminations car ils ont deux fois plus de tâches à accomplir que les prisonniers Han.
"Notre nourriture était mauvaise, on n'avait pas de literie convenable, nous étions souvent battus et beaucoup d'entre nous tombèrent malades en détention" a dit Trinley qui a emporté avec lui en exil une liste de 45 tibétains détenus à Deyang pendant qu'il y était.

En savoir plus.

12/09 : DÉCRYPTAGE : Dernier Dalaï Lama ? le temps de la responsabilité.
(
tibet-info.net)

Essayons de comprendre toute la portée de la nouvelle déclaration du Dalaï Lama concernant sa succession [1] et de la riposte de la Chine [2], laissant entendre que le "pouvoir central" est seul juge de la renaissance du maître Tibétain.
Cette riposte est bien la preuve que la Chine est tombée dans le piège, pacifique, tendu par le saint homme.
En effet si elle venait à nommer "son" propre Dalaï Lama, elle mettrait fin illico aux yeux des Tibétains à la lignée légitime.
Or pourquoi le Dalaï Lama, ayant bien précisé dans son interview "Pour ceux qui ont une vision politique des choses", veut-il mettre un terme à l’institution ? Précisément car elle est obsolète, et que d’une certaine manière elle n’encourage pas ses compatriotes à prendre assez clairement en main leurs propres affaires.

La démocratie politique à venir doit pouvoir se passer du personnage du "chef charismatique" pour être une affaire de tous les instants.
On n’est pas responsable à mi-temps ! La démocratie, ce n‘est pas de se battre "pour le Dalaï Lama" mais pour l’ensemble de la communauté humaine, à commencer évidemment par ses propres concitoyens.

Cette leçon d’exemplarité qu’il demande aux Tibétains d’offrir à la Chine, au prix de ce qu’ils ont de plus cher, risque d’être difficile à passer. Mais le gouvernement chinois facilite les choses en promettant pour sa part un fantoche au Potala !

Pour ce qui est de la tendresse affectueuse et respectueuse que les Tibétains éprouvent pour le bodhisattva, je crois que l’on peut affirmer qu’il sera toujours là, toujours prêt à entendre leurs prières, animé de ce quatrain de Shantideva ou il exprime ses vœux, et qu’il n’a pas cessé de réciter : 

    Tant que durera l’espace
    et tant que dureront les êtres
    Puissé-je moi aussi demeurer
    Pour soulager les souffrances du monde.

Ce ne sont pas des mots en l’air, mais, comme le faisait remarquer un maître cher lors d’un enseignement, "c’est aussi de vous qu’il s’agit".

Jean-Paul Ribes

En savoir plus.
12/09 : Visite d'attachés militaires étrangers au Tibet.
(French.China.org)

Le ministère de la Défense nationale a invité vendredi des attachés militaires étrangers à effectuer un voyage au Tibet, a-t-on appris d'un communiqué publié par le ministère.

Un total de 96 attachés militaires venus de 46 pays et accompagnés de leurs conjoints ont débuté ce voyage et se rendront dans les villes de Xining, de Lhassa et de Chongqing.

Ils seront informés de la construction militaire au Tibet et visiteront une brigade du Commandement militaire du Tibet et l'Université d'ingénierie de la logistique de l'APL.

Ils se rendront également dans une usine pharmaceutique tibétaine, chez des Tibétains et dans des sites touristiques locaux, selon le communiqué.

La visite a pour objectif de renforcer la connaissance et la compréhension des attachés concernant la vie des Tibétains et de promouvoir la coopération entre les forces armées chinoises et étrangères.

En savoir plus.
11/09 : Des activistes tibétains malmenés par du personnel de l'ambassade de Chine en Suisse.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, September 11: A Tibetan activist belonging to the Tibetan Youth Association Europe on Sunday was manhandled by the staff of Chinese Embassy in Basel, Switzerland, where Tibetans were peacefully demonstrating against China’s occupation of Tibet.

Migmar Dolma, former executive member of Tibetan Youth Association Europe (TYAE) was among ten other activists who staged a demonstration carrying placards calling for ‘Free Tibet’, ‘China, stop propaganda’ and many others during a Chinese festival.


En savoir plus.
10/09 : La Chine entend perpétuer elle-même la lignée des dalaï-lamas.
(Lemonde.fr)

La Chine a accusé, mercredi 10 septembre, le dalaï-lama de « chercher à pervertir l'histoire » et lui a nié tout droit de décider de mettre fin à la tradition pluriséculaire de réincarnation des chefs spirituels tibétains.
Tenzin Gyatso, 79 ans, avait affirmé dimanche dans un entretien au journal allemand Die Welt am Sonntag qu'il entendait être le dernier chef spirituel tibétain et mettre un terme à une tradition religieuse vieille de plusieurs siècles.

Interrogé sur le fait de savoir si les Tibétains avaient toujours besoin d'un dalaï-lama, il avait répondu au journal : « L'institution du dalaï-lama existe maintenant depuis près de cinq siècles. Cette tradition peut maintenant s'arrêter avec le 14e dalaï-lama qui est très aimé. » « Si un 15e dalaï-lama venait et faisait honte à la fonction, l'institution du dalaï-lama serait ridiculisée », avait-il ajouté en riant, selon une transcription de l'entretien en anglais.

« LE TITRE EST CONFÉRÉ PAR LE GOUVERNEMENT CENTRAL »

En savoir plus.
08/09 : Un moine rebel du monastère de Labrang emprisonné pour 5 ans.
(Radio Free Asia)

Un moine tibétain d'un monastère renommé pour sa résistance contre la loi chinoise dans la province de Gansu a été emprisonné pour 5 ans après que les autorités l'aient détenu pour la 4° fois à cause de sa campagne pour la liberté au Tibet, selon des sources.
Acclamé comme un héros par les tibétains pour son défi vis à vis des autorités chinoises, Jigme Gyatso du monastère de Labrang a été reconnu coupable par un tribunal chinois de Langzhou, la capitale et plus grande cité de Gansu, la semaine dernière, et emprisonné pour 5 ans pour avoir prétendument mené des activités séparatistes, ont dit les sources cette semaine.
La condamnation du 5 Septembre a été confirmée après un second procès, suivant sa détention d'Août 2011 pour la 4° fois en 5 ans, ont-ils dit.

En savoir plus.
09/09 : Les postes de contrôle supplémentaires entre Driru et Nagchu compliquent la vie des tibétains.
(Phayul.com)


DHARAMSHALA, 9 Septembre. dans une mesure pour intensifier davantage les restrictions sur les tibétains, les autorités chinoises ont augmenté les postes de contrôle entre le comté de Driru et le comté de Nagchu, rendant ainsi très difficile pour les tibétains de voyager sur cet itinéraire.
L'augmentation du nombre des postes de contrôle de 4 à 8 a augmenté le temps de trajet entre Nagchu et Driru, distants de 270 kms, passant ainsi de 4 heures à 7 heures.

"Dans le passé, la distance pouvait être couverte en environ 4 heures. Maintenat cela prend environ 7 heures pour couvrir la même distance". La radio américaine Free Asia a cité une source locale. "C'est à cause de l'ajout de 4 postes de contrôle supplémentaires pour les véhicules circulant entre les 2 comtés,la présence de la police de la route à tous ces postes,et leur intense examen minutieux des conducteurs".

En savoir plus.
08/09 : Pas de place pour les Tibétains à Lhassa ?
(tibet-info.net)

Lhassa, capitale du Tibet, est devenue plus chinoise que jamais, ayant connu sans transition le développement et la modernisation de la Chine, ainsi que les directives patriotiques, amenant à se demander où les Tibétains-Tibétaines ont disparu. C’est la question que se pose la journaliste indienne Suhasini Haidar, qui faisait partie d’un groupe de journalistes indiens, népalais et bhoutanais invités, parrainés et chaperonnés, pour une visite d’une semaine de l’ancienne capitale du Tibet, et d’un comté voisin.

Le 27 août, dans un blog, sur thehindu.com, site internet du groupe de médias pour lequel elle travaille, écrivant à propos de sa dernière vision de Lhassa, elle se demande aussi, tout comme un chercheur et romancier chinois, pourquoi les Tibétains devraient être tenus de se révéler plus loyaux vis-à-vis de la Chine communiste que quiconque.

Elle a observé que les commerçants chinois dans des rues soigneusement pavées, impeccables, dominent, là où auparavant les Tibétains vivaient et colportaient leurs marchandises, essentiellement traditionnelles, le long d’une ruelle étroite. Elle a également constaté que le Barkhor, qui mène au célèbre temple du Jokhang au milieu de la ville, et qui auparavant s’agitait avec des centaines de petites boutiques d’artisanat, rivaliserait aujourd’hui avec une place de marché européen. Et elle se demande où ces commerçants tibétains travaillent maintenant, tout en remarquant que beaucoup plus de jeunes Tibétains ont actuellement des emplois dans les centres commerciaux, les magasins d’électronique, et dans l’administration locale, qu’elle ne pouvait se rappeler avoir vu au cours de sa première visite. [1].

En savoir plus.
08/09 : Le dalaï-lama annonce qu’il sera le dernier.
(La Croix)



Dans un entretien à la presse allemande dimanche 7 septembre, le leader spirituel tibétain, 14e dalaï lama, a annoncé qu’il allait mettre un terme à la longue tradition religieuse des dalaï-lama (450 ans), la jugeant aujourd’hui dépassée et inutile.
À soixante-dix-neuf ans, le dalaï-lama ne cesse de préparer l’avenir du peuple tibétain et du bouddhisme tibétain afin de leur garantir la plus longue pérennité possible.

En affirmant dimanche 7 septembre dans un entretien à la presse allemande qu’il entendait être le dernier chef spirituel tibétain et qu’il allait mettre un terme à une tradition religieuse vieille de plusieurs siècles, il exprime sa volonté de prendre encore plus de recul avec son ancien rôle de leader politique, auquel il a déjà renoncé officiellement en 2011.
« Cette tradition du dalaï-lama peut s’arrêter »

Interrogé sur le fait de savoir si les Tibétains ont toujours besoin d’un dalaï-lama, il a répondu au journal allemand « Welt am Sonntag » : « L’institution du dalaï-lama existe maintenant depuis près de cinq siècles. Cette tradition peut maintenant s’arrêter avec le 14e dalaï-lama qui est très aimé », précisant, que « si un 15e dalaï-lama venait et faisait honte à la fonction, l’institution du dalaï-lama serait ridiculisée ».

En savoir plus.
07/09 : Torture, Tibet et bagarre avec la PLA (People's Liberation Army / Police militaire de Chine).
(France-Tibet)


Torture, Tibet et bagarre avec la PLA (People's Liberation Army / Police militaire de Chine)
Le 24 Août, 40 stagiaires paramilitaires chinois ont été hospitalisés en raison d'un incident qui a été décrit comme une bagarre entre eux, des adolescents, et leurs formateurs. L'opinion qui s'est exprimée dans les réseaux sociaux en République populaire de Chine était divisée quant à savoir qui était responsable de cette bagarre, les jeunes ou leurs instructeurs. Il n'empêche que cette bagarre a prouvé que même des stagiaires et d'autres membres des organismes de sécurité peuvent être les victimes de violences de la part des organismes de sécurité. En Décembre 2013, un incident semblable avec violences contre des stagiaires a été rendu public sur les réseaux sociaux où il s'est répandu comme une traînée de poudre. Dans cette affaire-là, la video a montré huit agents de la PLA en train de battre cinq stagiaires.

Si l'on compare avec les traitements que subissent les Tibétains et les autres minorités ethniques, ces événements sont relativement mineurs. Moins de deux semaines avant cette bagarre, les forces de la PLA ont tiré à balles réelles sur un groupe de Tibétains qui protestaient contre la détention d'un chef de village très respecté. Cinq Tibétains sont morts après avoir été blessés puis arrêtés sans recevoir de traitement médical et enfin avoir été torturés.

En savoir plus.
06/09 :  Les espoirs d'un retour au Tibet pour le Dalaï Lama.
(France-Tibet)

Dharamshala, 5 septembre : Le leader spirituel tibétain Sa Sainteté le Dalaï Lama croit à un possible retour au Tibet, puisque toute « chose est soumise au changement ».

Dans une interview pour SBS TV, le prix Nobel de la Paix âgé de 79 ans déclarait, à l'occasion du Jour de la Démocratie, qu'il est difficile d'améliorer les choses au Tibet mais les choses changent et le Gouvernement chinois devrait accepter une libéralisation de sa politique. « Ces soixante dernières années, à l'ère Mao, que je considère comme une ère idéologique, ont suivi les années Deng Xiaoping où l'économie était plus importante que l'idéologie. Ainsi l'ère Deng Xiaoping se focalisait sur l'économie. De nos jours, dans un certains sens, la Chine est devenue un pays capitaliste. Un pays socialiste, socialiste était juste un nom. Et donc nous sommes aujourd'hui dans l'ère Xi Jinping. Il n'y a pas pas beaucoup d'autres choix que d'accepter une certaine libéralisation dans le champ politique. »

De plus, il fait remarquer que la Chine devrait trouver des méthodes plus scientifiques ou réalistes pour construire un pasx heureux plutôt que de s'appuyer sur l'usage de la force. « Tu fais usage de la force, tu crées la peur. La peur détruit la confiance. La confiance est la base de l'harmonie. Les extrémistes pensent que l'harmonie et l'unité peuvent être obtenues par la force. C'est contraire à la science, complètement faux. »

En savoir plus.
05/09 : Un océan de sagesse dans un monde de brutes.
(Le Monde des Religions)


Virginie Larousse - publié le 31/07/2014

On connaît bien son regard jovial, dont la lueur d’espièglerie transparaît même derrière de larges verres carrés. Sa mission en faveur de la paix et de la compassion entre les hommes lui a valu de recevoir le prix Nobel de la paix en 1989. Ayant acquis une véritable stature internationale, le dalaï-lama est un orateur recherché, sollicité aussi bien sur des questions religieuses que laïques. On connaît cependant moins l’institution qu’il incarne, en tant que quatorzième représentant d’une lignée vieille de six siècles. Combien d’entre nous savent en effet que ce n’est que le troisième dalaï-lama qui reçut, le premier, ce titre honorifique au XVIe siècle – ses deux prédécesseurs en étant gratifiés à titre posthume ? Combien savent qu’un dalaï- lama, c’est d’abord un lama, c’est-à-dire un sage bouddhiste, mais dont la sagesse est aussi grande que l’océan, dalaï en mongol – car c’est un souverain mongol qui décerna ce qualificatif au plus illustre des Tibétains. Tous les dalaï-lamas, pourtant, n’ont pas été des modèles de sagesse : le sixième d’entre eux manifestait ainsi plus de talent dans l’art de séduire les femmes que dans celui de méditer…

À l’heure où, dans le tumulte des conflits qui ravagent notre monde, le sort du Pays des cimes enneigées a malheureusement été jeté aux oubliettes, ce dossier ne manquera pas d’intéresser autant les sympathisants de la cause tibétaine que ceux qui y sont moins sensibles. Il a en effet le mérite d’aller bien au-delà de l’image quelque peu édulcorée que l’on peut avoir du dalaï-lama, apôtre de la paix, telle qu’elle est véhiculée depuis quelques années en Occident, afin de donner une idée plus précise de ce qu’il représente dans la civilisation bouddhique. De mieux comprendre les relations complexes qui unissent, depuis des siècles, la Chine et le Tibet, lesquelles aboutirent à la déplorable situation que l’on sait. Et aussi de découvrir toute la richesse d’une culture pourtant menacée – puisque c’est bien un génocide culturel qui se déroule, loin, là-bas, du côté de l’Himalaya.

En savoir plus.
05/09 : Regards d’un voyageur sur le Tibet.
(tibet-info.net)

Ce texte est un compte rendu saisissant de la visite d’un chercheur étranger dans la région tibétaine de l’Amdo, au début de l’été 2014.
L’étranger, qui parle chinois, donne son point de vue sur le rythme spectaculaire de l’évolution sur le plateau, de l’urbanisation et l’arrivée du chemin de fer à l’impact des politiques chinoises dans les prairies rurales éloignées. Le chercheur relie le paysage tibétain à son passé récent et aux politiques de la Chine : les manifestations à Labrang qui ont abouti à la torture et à la mort d’un moine et tant d’autres encore en prison ; le stupa blanc à Tsoe où le grand-père du 7ème Gungthang Rinpoché qui s’est auto immolé en 2012 ; les vendeurs de bibelots chinois faisant de l’argent sur le Tibet chic dans une ville de monastère. Le chercheur a choisi de rester anonyme.

Alors que mon avion atterrissait à Chengdu, capitale de la province du Sichuan, je me demandais ce que j’allais trouver à mon retour au Tibet.
Ma destination était l’Amdo, la région la plus septentrionale du Tibet [1], aujourd’hui divisée en préfectures prétendument "autonomes" dans les provinces du Sichuan, Gansu et Qinghai. Depuis ma dernière visite ces zones ont connu de grandes manifestations, répressions sévères, et des dizaines d’auto-immolations.
Au cours des deux semaines suivantes, j’ai voyagé à travers de petits villages et de grandes villes, parlant à des nomades, moines et commerçants, en mandarin et en tibétain, de leur vie dans le Tibet occupé par la Chine.

Ce que j’ai trouvé illustre le paradoxe auquel la Chine est confrontée au Tibet : même si Pékin resserre son étreinte et transforme le pays, leurs efforts ne réussissent pas au niveau humain. Partout à travers le Tibet, les gens affichent ouvertement et courageusement leur mécontentement envers la domination chinoise et leur désir du retour du Dalaï Lama.

En savoir plus.
04/09 : Le Népal empêche les tibétains de célébrer la 54°journée de la démocratie tibétaine.
(Phayul.com)

By Phuntsok Yangchen

DHARAMSHALA, 4 Septembre. Alors que les tibétains en exil célèbrent le 54° jour de la Démocratie tibétaine, le gouvernement népalais a empêché les tibétains de commémorer la journée et a ôté les drapeaux tibétains qui se trouvaient sur les monastères et les maisons.

Confirmant les rapports, Passang Chumdak, Président du "Regional Tibetan Youth Congress" à Kathmandou, a dit que les tibétains n'ont pas été autorisés à célébrer la journée de la démocratie, et que des forces lourdement armées ont été déployées à Boudha, Swyambhu et Jawalakhel, les lieux de résidence les plus importants des tibétains.
La sécurité à l'ambassade de Chine au Népal a aussi été renforcée alors que les autorités ont été averties d'une manifestation au sujet d'une auto-immolation. De plus, les déplacements des tibétains ont égaleùent aussi soigneusement encadrés


En savoir plus.

04/09 : Bras de fer autour d'une demande de visa du dalaï lama en Afrique du Sud.
(
Le Monde)

L'Afrique du Sud a de nouveau refusé un visa au dalaï lama,  invité à un sommet des Prix Nobel en octobre. Le gouvernement sud-africain « m'a informée par téléphone qu'il ne serait pas en mesure d'accorder ce visa parce que cela perturberait les relations entre la Chine et l'Afrique du Sud », a déclaré Nangsa Choedon.

Le porte-parole du ministère sud-africain des affaires étrangères, Clayson Monyela, a nié sur twitter qu'un refus ait déjà été opposé. « L'ambassade en Inde a reçu une demande de visa du dalaï lama. La demande est traitée selon la procédure. Pas de refus », a-t-il tweeté.

Le dalaï lama, leader tibétain, Prix Nobel de la paix 1989, est considéré par Pékin comme un dangereux séparatiste. L'Afrique du Sud fait partie avec la Chine du groupe des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), les pays émergents les plus puissants, et tient à ses bonnes relations avec Pékin. Il devait participer en octobre au Cap à un sommet mondial des Prix Nobel de la paix.

En savoir plus.

02/09 : Les tibétains commémorent le 54° jour de la démocratie.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 2 Septembre. Des milliers de tibétains se sont agglutinés dans la cour du Tsu-la-Khang pour y prendre part aux célébrations du 54° anniversaire du jour de la démocratie tibétaine. La fonction officielle a été remplie par Sri Ravi Thakur, MLA, en tant que dirigeant invité, et le 1° Ministre tibétain Lobsang Sangay, le Président du Parlement Penpa Tsering, le chef de la commission justice Ngawang,Phelge, des membres du Kashag et des membres du Parlement tibétain, parmi d'autres.
Le Kashag dans sa déclaration a déclaré cette journée le deuxième événement le plus important après l'introduction du bouddhisme, et que les tibétains ont pleinement réalisé le voeu précieux du Dalaï Lama pour transformer la politique tibétaine en une démocratie dynamique.

En savoir plus.
1°/09 : La Chine condamne un moine à 9 ans de prison à Driru, et détient une écrivaine à Yushul.
(La Communauté Tibétaine de France - tibet.net)

Publié le 29 août 2014

DHARAMSHALA : selon Radio Free Asia, Geshe Tsultrim Nyendrak, 40 ans, un enseignant du monastère de Rabten dans le comté de Driru, préfecture de Nagchu en Région Autonome du Tibet, a été condamné à 9 ans de prison par un tribunal local.

Le moine suspecté par les autorités chinoises de participation à des activités contre la domination de la Chine sur le Tibet a été arrêté en décembre 2012, il était détenu depuis depuis bientôt 2 ans dans un endroit de Lhassa tenu secret. " Le 31 juillet, les autorités chinoises ont informé la famille de Geshe Nyendrak qu’il purgeait une peine de prison à Chushul, près de Lhassa" dit RFA qui cite une source nommée Samdrup, qui se trouve actuellement en exil.

Une autre source a confirmé que le moine tibétain subissait de sévères tortures en prison. On dit aussi qu’il est en très mauvaise santé, et sa famille a demandé un soutien médical. Cependant, les autorités chinoises ont refusé les doléances de la famille.

Rabten, le monastère de Nyendrak, était l’un des trois, incluant Tarmoe et Drongna, fermés à Driru en décembre 2013 par les autorités chinoises suite au refus du monastère de participer à des campagnes de rééducation politique mises en place par les autorités locales. Une bloggeuse détenue à Yushul

Une écrivaine tibétaine est détenue par les autorités chinoises du comté de Dzatoe, préfecture tibétaine autonome de Yulshul (Yushu) incluse dans la province chinoise du Qinghai, pour avoir écrit de soit-disant articles sur des "questions politiques".

En savoir plus.

29/08 : Une nonne tibétaine arrêtée à Golog.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 29 Août. Une nonne tibétaine de la nonnerie Dokha à Golog, dans le Comté de Golak, a été arrêtée mardi, a dit une source en exil.

Kunsang Lhamo, 30 ans, a reçu un appel de la police locale alors qu'elle assistait un patient à l'hopital de Golok. On lui a dit qu'elle devait rapporter au bureau de police un CD, a dit la source.
Lhamo, accompagnée d'une amie, est allée au bureau de police le jour suivant. Il lui a été dit qu'elle avait commis un crime grave pour lequel elle serait emmenée au quartier général de Qinghaï pour être interrogée.

En savoir plus.

28/08 : Tulku Phurbu Tsering Rinpoche, grand maître tibétain aperçu très émacié dans une prison.
(
TCHRD)

Trulku Phurbu Tsering Rinpoche aussi connu sous le nom de Pangri-Na Rinpoche, un très haut lama réincarné de Kardze (Ch. Ganzi), dans une préfecture tibétaine autonome, province du Sichuan, a été trouvé récemment en mauvaise condition dans une prison près de Chengdu, d'après une information donnée au TCHRD par une source de l'intérieur du Tibet.
La source qui a fourni cette information au TCHRD a dit avoir vu Rinpoche par hasard au début de ce mois alors qu'il rendait visite à un autre prisonnier à la prison Mianyang, à environ deux heures de Chengdu. "Au début, je n'arrivais pas à le reconnaître tant il était devenu faible, presque émacié", a dit la source. "Il semble donc qu'il ne soit pas bien traité en prison".

En savoir plus.

26/08 : Le chinois Xi évince le Dalai Lama d’une visite planifiée en Mongolie.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibetan Revew)

Publié le 21 août 2014

Une visite du chef spirituel tibétain en exil, le Dalai Lama prévue en août dans la capitale mongole Oulan Baator a été annulée du fait de la visite au même moment du président chinois Xi Jinping, rapporte Kyodo News International, qui cite diverses sources. La visite de Xi a lieu les 21 et 22 août.

Les préparatifs de la visite du Dalai Lama, qui devait conférer à un grand nombre d’adeptes une transmission de Kalachakra, l’un des rituels de masse les plus importants du bouddhiste tibétain, devaient avoir commencé au début de cette année. Il en avait auparavant donné une dans le pays en août 1995, à une foule de 30 000 fidèles.

Le rapport a cité des sources disant que les préparatifs pour ce qui devait être sa 9ème visite dans le pays depuis 1979 ont été suspendus après que le projet du leader chinois de se rendre en Mongolie le même mois s’est fait jour et a commencé à prendre forme. La dernière visite du Dalai en Mongolie, dont la majorité de la population suit le bouddhisme tibétain, date de novembre 2011, suscitant des protestations de la Chine.

En savoir plus.

20/08 : Des fuites d'un document secret chinois montrent que des mitrailleuses ont été utilisées contre les tibétains qui manifestaient en Mars 2008.
(TCHRD)

Le Centre tibétain pour les droits de l'Homme et la Démocratie (TCHRD) présente une analyse d'un document secret chinois sur les tibétains qui ont été tués par les forces de sécurité durant les manifestation de Mars 2008 à Lhasa. Le document obtenu récemment par le TCHRD  a été écrit en chinois par le bureau de la sécurité publique de Lhasa (PSB) basé sur les rapports d'autopsie établis le 21 Mars 2008 par le médecin du PSB.

En savoir plus.
20/08 : L'adaptation des Tibétains à l'altitude est unique et génétique.
(Le Figaro Santé)

Une mutation de l'ADN apparue il y a 8 000 ans au Tibet y protège les habitants contre le mal des montagnes. Une particularité que ne possèdent pas les Chinois de souche vivant dans la même région.

L'étude d'un gène chez les Tibétains lève le voile sur le mystère de leur résistance physiologique face à la survie en haute montagne. Des chercheurs de l'université de l'Utah ont trouvé que la modification d'une simple base de l'ADN, apparue il y a environ 8 000 ans, était responsable de leur formidable adaptation à la vie à plus de 4 000 m d'altitude.

Dans un article publié dansNature Genetics , les scientifiques rapportent la présence d'une variation d'un gène localisé sur le chromosome 1, EGLN1, chez près de neuf Tibétains sur dix. La mutation est rare dans le reste de la population mondiale, et n'est pas non plus présente dans le code génétique des autres ethnies de l'Himalaya, chez les Hans chinois en particulier, qui représentent pourtant environ un tiers de la population tibétaine.

En savoir plus.
19/08 : Trois manifestants tibétains de plus décèdent suite à leurs blessures occasionnées par des coups de feu.
(Radio Free Asia)

Three more Tibetans have died of untreated gunshot wounds after Chinese authorities fired on peaceful protesters last week in Sichuan Province and refused to treat the dozens who were injured and detained, according to sources Tuesday. 

The bodies of the three, all members of the same household, were returned to their families on Monday after they succumbed to their injuries at the detention center in Loshu township in the Kardze (Ganzi) Tibetan Autonomous Prefecture.

En savoir plus.
20/08 : Le tourisme tue le Bouddha au Tibet occupé.
(tibettruth)

Google traduction.
Cette image inquiétante encapsule le sort des Tibétains en tant que peuple colonisé, il reflète également la façon dont le peuple chinois aété endoctriné à voir le peuple du Tibet et sa culture bouddhiste comme une curiosité exotique et exploitable.Le Tourisme au Tibet occupé est une composante fondamentale de l'économie et prisé de la stratégie de la Chine qui cherche à assimiler, marginaliser et éventuellement éradiquer l'identité nationale tibétaine. Il existe aussi un racisme inhérent qui concerne le peuple du Tibet comme «inférieur», sa culture étrange et arrièrée, donc pas étonnant que ces touristes chinois témoignent d'un mépris méprisable pour cette tibétaine prosternée ici en ce qui concerne  la dévotion à Bouddha.

Il ya un effort cynique et politiquement motivé par le régime de la Chine à réduire le bouddhisme tibétain au rôle d'une attraction touristique, complètement contrôlée et remodelé pour fournir une forme colorée de divertissement, une séance photo, une preuve manifeste de ce voyage à Lhassa! En attendant que les caméscopes dossier comme le bouddhisme et d'innombrables ersatz "selfies" sont prises dans les centres du bouddhisme tibétain, dans les monastères au Tibet les enseignements du Bouddha sont violemment réprimés. La tyrannie de la Chine sur le Tibet est le plus vivement observé par la transformation des monastères comme des lieux d'étude et de pratique bouddhiste dans les centres de détention, tous les aspects de leur gestion et leur activité quotidienne est sous le contrôle et l'ingérence des fonctionnaires chinois. Les forces paramilitaires souvent basées à proximité, postes de contrôle, de barbelés et des mitrailleuses appliquent les préceptes tordus des autorités chinoises.


En savoir plus.
19/08 : Un politicien néo-zélandais rejette le document tibétain pro-chinois.
(tibet.net)

By John Sudworth

[BBC News, Shanghai]

The former mayor of Christchurch, New Zealand, Sir Bob Parker, says he is not happy to be associated with the document which China is calling the ‘Lhasa Consensus.’
Sir Bob said he did not sign up to the pro-government document produced by China.

Produced at the end of the recently-concluded Fourth Forum on the Development of Tibet held at the Tibetan capital this week, the document is highly critical of the Dalai Lama as well as the Western media.

It also speaks in glowing terms about China’s economic policies in Tibet.

China claims that the 100 or so conference attendees “unanimously agree that what they have actually seen in Tibet differs radically from what the 14th Dalai and the Dalai clique have said.”

“Participants notice,” it says,” that Tibet enjoys sound economic growth, social harmony, deep-rooted Tibetan culture and beautiful natural scenery, and the people enjoy a happy life”.

Sir Bob is still in Tibet, being given a tour of the countryside and other sites of interest.

Speaking to him on his mobile phone I asked if he had indeed endorsed the statement.

“Not at all,” he said. “I’m aware that the statement was made but I certainly haven’t signed up to it. I think a number of people who were there were a little surprised to hear about that statement.”

En savoir plus.
19/08 : Pékin promeut les mariages entre Hans et Tibétains pour « parachever l’unité du Tibet » .
(
Églises d'Asie)

Pour les uns il s’agit de « parfaire l’unité du Tibet », pour les autres, d’une nouvelle tentative d’assimilation des Tibétains, cette fois par le mariage avec les Chinois hans venus coloniser la région. Les consignes du Parti communiste chinois au Tibet, ...




... publiées au début du mois d’août, ont déclenché l’indignation des associations de défense des droits de l’homme, qui dénoncent une nouvelle phase dans la politique de sinisation de Pékin.

Après des décennies de propagande décrivant les Tibétains comme une race arriérée avec laquelle le sang des véritables Chinois (Hans) ne saurait se mélanger, Pékin adopte une nouvelle politique, prônant « l’assimilation par le mariage ». Cette « unification pacifique », dénoncée par les ONG pro-tibétaines comme l’achèvement d’un processus d’annihilation silencieuse d’une minorité ethnique, n’empêche pas par ailleurs la poursuite de l’action répressive qui continue de sévir sur le Toit du monde. La semaine dernière encore, des émeutes ont été réprimées dans le sang par les forces de l’ordre chinoises (1).

Au cours de ces dernières semaines, les autorités chinoises en charge de la Région autonome du Tibet ont commandé aux journaux locaux des séries d’articles sur les mariages mixtes, avec quelques portraits choisis, afin d’encourager les « mélanges interraciaux ».

En savoir plus.
18/08 : Un tibétain blessé par arme à feu a succombé à ses blessures alors qu'un autre s'est suicidé.
(Phayul.com)

By Phuntsok Yangchen

DHARAMSHALA, 18 Août. Alors que les manifestations contre les coups de feu tirés au hasard dans une foule désarmée par la police chinoise se poursuivent, un tibétain a succombé à ses blessures causées par des coups de feu de la police dans la ville de Denma, comté de Sershul. Des sources fiables ont dit à Phayul que l'homme, dont le nom est inconnu à ce jour,est mort après s'être vu refuser un traitement médical à l'hôpital.
Dans le même temps, un autre homme s'est suicidé en prison par protestation.
10 tibétains ont été sérieusement blessés le 12 Août alors que la police chinoise avait ouvert le feu sur plusieurs centaines de tibétains à l'extérieur du bureau de l'administration locale chinoise qui protestaient contre l'arrestation de Wangdak, chef du village de Shukpa, populaire dans la localité pour son honnêteté et sa courageuse confrontation avec les autorités chinoises.

En savoir plus.
CHINE, 17 août 2014 : Le prélèvement d'organes, nouvelle forme d'exécution.
(France-Tibet)

Ethan Gutman parle de son dernier livre, the Slaughter : Mass Killings, Organ Harvesting, and China's Secret Solution to Its Dissident Problem ce mardi au National Endowment for Democracy. Dans son livre M. Gutman estime à 65 000 le npmbre de membres du Falun Gong tués pour leurs organes entre 2000 et 2008.

En Chine, ces dernières années, le prélèvement d'organes est devenu une nouvelle forme d'exécution des prisonniers politiques d'après le nouveau livre d'un analyste de la Chine et des Droits de l'Homme.

Les Tibétains et les Ouïghours, minorités chinoises persécutées de longue date pour leurs croyances, sont aussi des cibles. La vente des organes peut atteindre des centaines de milliers de dollars de profits.

Ethan Gutman dit que les premiers prélèvements d'organes à motivation politique apparurent fin des années 90 à la suite de la répression des manifestations musulmanes de Ghulja réprimées par les autorités chinoises. Lors d'une interview, un jeune docteur révéla qu' il avait reçu l'ordre de faire des prélèvements de sang dans une prison politique à Urumqi ( capitale ouïghoure du Xinjiang, province "autonome" ). Plus tard, la pratique s'est accélérée dans les prisons militaires.

"La limite a été franchie avec les Ouïghours. c'est une région où la limite est toujours dépassée", déclara M. Gutman.

En savoir plus.
Tibet, 17 aout 2014 : la propagande bien huilée de Pékin.
(France-Tibet)

Cette semaine, la Chine a peut-être réalisée une importante opération de relation publique avec sa campagne pour se disqualifier des accusations de non-respect des Droits de l'Homme et d'autres injustices à l'encontre des Tibétains, grâce aux rouages bien huilées de la propagande de Pékin.

Tandis que le 12 Août, dans la province du Sichuan, les forces de sécurité chinoises ouvraient le feu sur des manifestants tibétains pacifique, l'information officielle de Pékin annonçait l'adoption à Lhassa par 100 politiques et de 30 représentants d'état d'une assertion commune : les Tibétains vivent une "vie heureuse". (en résultat la première information n'est pas officiellement traduite en française, alors que la seconde, ce sont bien les rouages de cette propagande qui se sont chargés de la traduire, NdT)

L'agence d'information Xinhua annonçait que la Grande-Bretagne, le Japon, la Nouvelle-Zélande, l'Inde et d'autres pays ont reconnu la politique du gouvernement chinois au Tibet malgré les dénonciations des organisations pour les Droits de l'Hommes disant que les contrôles sur la culture, la langue et la religion tibétaines se sont intensifiés au milieu des omniprésentes violations des Droits de l'Homme.

A la fin du forum 2014 sur le Développement du Tibet organisé par Pékin, les participants, apparemment oublieux quant aux tirs [chinois] sur des manifestants tibétains à Kardze où douze tibétains ont été gravement blessés, ont rejoint ce que les médias chinois appellent le "Consensus de Lhassa".

En savoir plus.
15/08 : APPEL AU PRESIDENT OBAMA : GAO ZHISHENG libéré mais en grand besoin de traitement médical après tortures dans les geôles chinoises.
(France-Tibet)

Une semaine après sa remise en liberté, la femme du dissident Gao Zhisheng, annonce que son mari a été gravement torturé en prison au point qu'une organisation pour les Droits de l'Homme le décrive comme "totalement détruit".
"Je suis complètement dévastée par ce que le gouvernement chinois a fait subir à mon mari", a dit Geng He après avoir eu Gao et sa famille au téléphone (elle vit aux Etats-Unis). Il est dans une "immense souffrance" suite à sa libération d'une prison située dans la région du Xinjiang.
"La seule chose qui me faisait plus peur que son décès, c'était qu'il subit sans relâche d'horrible torture et qu'il soit gardé en vie", a déclaré son épouse à l'association américaine Freedom Now (Basée à Washington, elle milite pour les prisonniers d'opinion).

"Il peut à peine parler (et seulement en utilisant de très courtes phrases), la plupart du temps il murmure et est inintelligible. On croit qu'il souffre maintenant d'un large panel de problèmes physiques et mentaux. [Pour autant] il n'a pas été autorisé à voir une docteur depuis sa libération," précisa l'association.
Freedom Now affirme que Gao, 52 ans, vivant pour le moment chez sa belle-sœur dans le Xinjiang, est sous surveillance constante, et qu'il a été "totalement détruit".

En savoir plus.
13/08 : 10 blessés par la police chinoise qui a ouvert le feu sur des tibétains à Derge.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 13 Août. Au moins 10 tibétains ont été sévèrement blessés et plusieurs autres arrêtés alors que la police chinoise a ouvert le feu sur des manifestants demandant la libération d'un chef de village tibétain dans la ville de Denma, Comté de Sershul, préfecture de Kardze du Tibet autonome, ce mardi.

Plus d'une centaine de tibétains se tenaient à l'extérieur du bureau local de l'administration chinoise dans la ville de Denma, région de Lachuk, en protestation contre l'arrestation de Wangdak, le chef du village de Shukpa dans le comté de Sershuk. Il avait été emmené, depuis sa maison ce lundi par la police vers minuit.

En savoir plus.
12/08 : La Chine autorise un Lama expulsé à donner des enseignements dans son monastère de Nagchu.
(Phayul.com)



DHARAMSHALA, 12 Août. Les autorités chinoises du Comté tibétain de Nagchu ont autorisé un vénérable Lama tibétain qu'elles avaient expulsé de son monastère 4 ans plus tôt à se rendre en visite à son monastère et à donner des enseignements et des initiations à ses fidèles la semaine dernière, a dit Ngawang Tharpa, un tibétain en exil.

Des centaines de tibétains se tenaient le long de la route avec des khatags mardi, pour souhaiter la bienvenue à Dawa Rinpoche, qui avait été arrêté à Lhassa la capitale du Tibet, ainsi que 4 moines du monastère de Shag Rongpo en 2010.

En savoir plus.
10/08 : Jusqu’à 12 ans de prison pour six villageois tibétains qui avaient protesté contre des mines.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibetan Review)

Publié le 7 août 2014

La Chine a condamné six Tibétains qui avaient protesté contre des projets miniers il y a deux ans, projets qui avaient conduit à l’évacuation forcée de 119 maisons et la submersion de toute une ville, à des peines de prison ferme de 8 à 12 ans, pour le motif de soit disant séparatisme dans le comté de Phenpo Lhundup (en chinois : Lingzhi) de la ville de Lhassa, en Région Autonome du Tibet (RAT). Tous les six avaient été arrêtés en avril 2011 pendant la manifestation et on ne savait pas bien quand ils avaient été condamnés.

Les opérations minières du gouvernement chinois dans le village de Gyawodhong à Phodhoe où deux rivières, Phendho Lhachu et Radeng Tsangpo, se rencontrent, avaient commencé en 2000, après l’évacuation forcée de maisons tibétaines l’année précédente.

Les villageois Kunga et Pema ont été condamnés à 12 ans de prison pour avoir apparemment été les meneurs des manifestations. Les villageois Choeying Woeser, Ngawang Yeshe, et Penpa ont été légèrement moins condamnés, à 11 ans chacun. Un sixième villageois, Pema Gyalpo, a été condamné à 8 ans de prison. Ils ont été reconnus coupables de mener des activités séparatistes sous un soit disant prétexte de protection de l’environnement.

En savoir plus.
10/08 : Les Chinois seuls initialement autorisés à emprunter la ligne Lhassa-Shigatse.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibetan Review)

Publié le 5 août 2014

Le privilège initial de voyager sur l’extension Lhassa-Shigatse de la ligne de chemin de fer Qinghai-Tibet, qui doit entrer en service à la fin de ce mois, sera accordé uniquement aux Chinois de Chine, avec un premier groupe de touristes de la province du Shandong rapporte CNN.com le 4 août, citant Suolang Deji, officier du département du tourisme de Shigatse.

Alors que le Tibet est totalement ouvert aux visiteurs de Chine, il demeure étroitement contrôlé pour les autres étrangers et les Tibétains, dont les mouvements sont fortement restreints à leurs zones locales pour des raisons politiques. On ne sait pas quand la ligne Lhassa-Shigatse sera ouverte aux autres voyageurs.

Le train réduira le temps de trajet entre Lhassa et la seconde ville du Tibet, de cinq heures de route à des altitudes de 3600 à 4000 mètres, à seulement deux heures.

En savoir plus.
31/07 : Les autorités détiennent 40 tibétains après des affrontements au sujet d'un fatal accident de la circulation.
(Radio Free Asia)


Authorities in China’s Qinghai province detained about 40 Tibetans following a clash with police over a dispute about compensation for the family of a Tibetan motorcyclist who was knocked down and killed by a Chinese truck driver, according to a source.

Relatives and friends of the victim, identified as Soebey, said the driver was convicted of manslaughter and ordered to pay a compensation of 400,000 yuan (U.S. $65,000) to the victim’s family, but he paid only one-eighth of the amount and police let the defendant off scot free, the sources said.

When the local Tibetan community found out what had happened, they became enraged and demanded that the police answer for freeing the truck driver.

“On July 25, relatives, friends and others went to the police station and complained about the release of the driver. They also demanded explanation for their decision to grant his release. But when the police refused to explain, the tension led to a clash between the two sides,” the source said.

“During this clash one police officer was injured. Soon after, several People’s Armed Police (PAP) arrived and detained about 40 Tibetans. In the confrontation [with the PAP], many Tibetans, including [Soebey’s] relatives were severely injured.”

The source said that the injured Tibetans had been taken to a nearby hospital for treatment.


En savoir plus.
10/08 : Un écologiste et un moine tibétains libérés après avoir purgé leurs peines d'emprisonnement.
(Radio Free Asia)

Two Tibetan activists — an environmentalist who organized villagers to plant trees and report poaching, and a Tibetan monk who joined mass protests against Chinese rule — have been released from jail after serving sentences deemed as punishment for their activism, according to sources

Rinchen Samdup, who ran an environmental group in the mountainous Gonjo (in Chinese, Gongjue) county in the Tibetan Autonomous Region's Chamdo (Changduo) prefecture, was freed from a jail in the regional capital Lhasa on Friday after serving five years on charges of "inciting to split the nation," the sources said citing local contacts. 

Samdup was detained in August 2009 after he accused local officials in Gonjo county of hunting endangered animals, angering powerful local groups with vested interests, sources in the area said at the time of his conviction.

En savoir plus.
10/08 : Jusqu’à 12 ans de prison pour six villageois tibétains qui avaient protesté contre des mines.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibetan Review)

Publié le 7 août 2014

La Chine a condamné six Tibétains qui avaient protesté contre des projets miniers il y a deux ans, projets qui avaient conduit à l’évacuation forcée de 119 maisons et la submersion de toute une ville, à des peines de prison ferme de 8 à 12 ans, pour le motif de soit disant séparatisme dans le comté de Phenpo Lhundup (en chinois : Lingzhi) de la ville de Lhassa, en Région Autonome du Tibet (RAT). Tous les six avaient été arrêtés en avril 2011 pendant la manifestation et on ne savait pas bien quand ils avaient été condamnés.

Les opérations minières du gouvernement chinois dans le village de Gyawodhong à Phodhoe où deux rivières, Phendho Lhachu et Radeng Tsangpo, se rencontrent, avaient commencé en 2000, après l’évacuation forcée de maisons tibétaines l’année précédente.

Les villageois Kunga et Pema ont été condamnés à 12 ans de prison pour avoir apparemment été les meneurs des manifestations. Les villageois Choeying Woeser, Ngawang Yeshe, et Penpa ont été légèrement moins condamnés, à 11 ans chacun. Un sixième villageois, Pema Gyalpo, a été condamné à 8 ans de prison. Ils ont été reconnus coupables de mener des activités séparatistes sous un soit disant prétexte de protection de l’environnement.

En savoir plus.


10/08 : La Chine libère le défenseur des droits de l'homme Gao Zhisheng
).
(Libération - AFP)

Du 07/08.
L’avocat chinois Gao Zhisheng, éminent défenseur des droits de l’homme dont la détention avait suscité un vif émoi à l’étranger, a été libéré ce jeudi après une peine de trois ans de prison, a annoncé un membre de sa famille. Gao, qui avait défendu la cause de Chinois défavorisés (chrétiens, mineurs ou cyberdissidents), avait été arrêté en février 2009, puis maintenu dans un isolement quasi total. Brièvement relâché en mars 2010, le dissident avait ensuite été de nouveau emprisonné.

«Il est sorti (de prison) mais il n’est pas encore rentré chez lui (dans la province du Shaanxi), il se trouve dans la maison de son beau-père à Urumqi», a indiqué à l’AFP un proche parent de Gao, sous couvert d’anonymat. C’est à Urumqi, capitale de la région musulmane du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, que Gao Zhisheng effectuait sa détention.

En savoir plus.
10/08 : Il est dans l’intérêt chinois de donner plus d’autonomie au Tibet (Sikyong).
(La Communauté Tibétaine de France - Tibet Post International)

Dharamshala :- Le chef politique élu du peuple tibétain, Dr Lobsang Sangay, a dit que les gens au Tibet seront heureux si la Chine leur donne davantage d’autonomie « dans la constitution chinoise ».

Dr Sangay, chef élu de l’Administration Centrale Tibétaine âgé de 46 ans qui achève 3 ans de mandat le 8 août, a dit à l’IANS (Indo-Asian News Service) qu’il croit que les Tibétains seront contents si les Chinois leur donnent plus d’autonomie.

« Oui, ce serait dans le propre intérêt de la Chine, car nous cherchons une véritable autonomie pour le peuple tibétain dans la constitution chinoise » a dit Dr Sangay lors d’une interview par Vishal Gulati d’IANS à Dharamshala, station de montagne de l’Himachal Pradesh en Inde.

« Nous croyons fermement dans la “voie du milieu” que même les leaders mondiaux soutiennent, dont le président américain Barack Obama et de nombreux intellectuels chinois comme le prix Nobel de la paix emprisonné Liu Xiaobo. »

Sur la gravité du sujet, il a dit que « la Chine devrait considérer sérieusement la question car sa souveraineté, son intégrité territoriale et sa stabilité ne sont plus remises en cause si la véritable autonomie est accordée aux Tibétains. »

En savoir plus.
09/08 : Accident d'autocar au Tibet : 44 morts, 11 blessés.
(Le Parisien)

Un autocar de tourisme a fait une chute samedi dans une vallée du Tibet après avoir heurté deux véhicules et le bilan s'élève à 44 personnes tuées et 11 blessées, a annoncé l'agence de presse officielle Chine nouvelle.
L'autocar qui transportait une cinquantaine de personnes, en majorité des touristes chinois, "est tombé du haut d'une falaise de dix mètres après être entré en collision avec un véhicule utilitaire sports et une camionnette" dans la région autonome du Tibet, a annoncé l'agence citant le gouvernement régional.

Cinq personnes se trouvaient dans les deux autres véhicules lorsque l'accident s'est produit dans le comté de Nyemo, à l'ouest de Lhassa, capitale de la région autonome du Tibet qui est administrée par la Chine.
Les passagers de l'autocar étaient principalement des touristes de l'est de la Chine. La vie des blessés, qui ont été admis dans des hôpitaux de Lhassa, n'était pas en danger, a ajouté l'agence.

En savoir plus.
31/07 : Une foule de plusieurs milliers de tibétains pour l'intronisation du jeune lama .
(
Radio Free Asia)

More than 20,000 Tibetans and well-wishers from around the world gathered this week in China’s Sichuan province to mark the enthronement of the yangsi, or reincarnation, of the former head of the oldest school of Tibetan Buddhism.

In a colorful ceremony, a three-year-old boy whose followers believe him to be the reincarnation of Penor Rinpoche, the head of the Nyingma tradition of Tibetan Buddhism, was formally enthroned Thursday at Palyul monastery in Palyul (in Chinese, Baiyu) county in the Kardze (Ganzi) Tibetan Autonomous Prefecture.

He was escorted on arrival Monday in a convoy of traditionally clad horsemen and hundreds of motorbikes and cars to the monastery where various rituals were performed ahead of his enthronement.

En savoir plus.
08/08 : L'écrivaine tibétaine Woeser détenue à son arrivée à l'aéroport de Lhasa.
(Radio Free Asia)

Beijing-based Tibetan poet and writer Tsering Woeser said Chinese authorities detained and “intimidated” her during three hours of interrogations on arrival at the airport in the Tibetan capital Lhasa.

She said on her Twitter account that security personnel searched through all of her personal belongings and interrogated her after detaining her as she was about to leave the departure gate at Lhasa Gonggar Airport at 11 a.m. local time.

“Chinese security personnel stopped me before I left the main departure gate,” Woeser said.

“They interrogated me and went through my personal belongings in my handbag, taking pictures of my lingerie, medicine, cosmetics, books and DVDs, and even copying all the contents of my computer. They also thoroughly checked my cell phone.”

Woeser said that airport security had “intimidated” her during the three-hour interrogation.

En savoir plus.
04/08 : L’ouverture du Lhassa Paradise Resort pose question.
(PagTour)

Pour bon nombre de tibétains, l’ouverture de cet hôtel de luxe de 2000 chambres par l'Intercontinental Hotel Group (IHG), dont les principaux clients seront chinois, représente une légitimation de l’occupation du Tibet par la Chine.

Selon l’organisation « free Tibet » la présence d'une marque multinationale haut de gamme telle qu’Intercontinental Group est un cadeau inestimable pour le régime chinois responsable de graves violations des droits de l'homme dans le Tibet.

Un porte-parole d’IHG aurait déclaré (sans rire) : « Nous prenons des engagements en matière de droits et la création d’opportunités économiques locales très au sérieux. » Et pourtant, tous les employés IHG adhèrent et signent le code d'éthique et de conduite des affaires ainsi que de la politique en matière des droits de l'homme. On va essayer d’y croire !

En attendant les activistes pour un Tibet libre ont lancé dans plusieurs pays des campagnes de boycott du Lhassa Paradise Resort (*).

En savoir plus.
04/08 : Tenzin Tsetan Choklay, cinéaste tibétain, remporte le prix du "Jeune réalisateur" au festival du cinéma asiatique américain de New York avec le film "Bringing Tibet Home"
(Phayul.com)

By Tenzin Dorjee
Phayul Special Correspondent

NEW YORK, AUGUST 4: In a major milestone for Tibetan filmmaking, Tenzin Tsetan Choklay, a New York based Tibetan filmmaker, has won the 'Emerging Director Award' at the Asian American International Film Festival in New York City on Saturday. Choklay's documentary film, 'Bringing Tibet Home', was screened on Thursday to a full-house audience, that was visibly mesmerized by the film and stayed transfixed through the Q&A session.

"It is a great honor to be bestowed this award and I am grateful to the Asian American International Film Festival for the selection," said Choklay after receiving the award. "I feel proud to to have been able to represent the Tibetan people not just in this festival but at numerous events around the world. I'm humbled and moved by the interest and love shown to this film by audiences at every single festival screenings so far."

En savoir plus.
30/07 : La Chine viole sérieusement le droit religieux selon un rapport US.
(Phayul.com)

By Phuntsok Yangchen

DHARAMSHALA, Juillet 2014. Les États Unis ont nommé la Chine parmi les 8 pays particulièrement concernés par de sévères violations de la liberté religieuse dans un nouveau rapport réalisé par le Département d'État des U.S.

The United States Commission on International Religious Freedom, in its 2013 Annual Report released on Monday, said that Chinese government’s respect for and protection of Tibetan religious freedom were “poor” with widespread official interference in religious practice in Tibetan monasteries and nunneries.

“General affairs in TAR monasteries, which in the past had been managed primarily by monks, are now overseen by Monastery Management Committees (MMCs) and Monastic Government Working Groups (MGWGs), both of which are composed primarily of government officials and CCP members, together with a few carefully selected monks,” the report says.

En savoir plus.
28/07 : Les autorités chinoises de Driru ont publié un manuel  de nouvelles lois.
(Phayul.com)

 Par Phuntsok Yangchen

DHARAMSHALA, 29 Juillet. Les autorités chinoise de Driru ont publié un manuel intitulé : " Deux lois par le gouvernement du peuple du Comté de Driru” (Driru Dzong Mimang Sishung gi Tenbeb Khag Ni) en Juin.

Le livre contient 4 chapitres et 26 articles de nouveaux textes de lois et des châtiments pour empêcher les tibétains de manifester contre le gouvernement chinois.

Dans le 1° chapitre intitulé "La cause sociale "(Chi-yi Tsadhon), il est interdit aux tibétains de participer au Festival de la Grande Prière (Monalm Chenmo), de répandre des rumeurs, et aux moines et aux nonnes d'étudier dans des monastères ou des institutions hors du comté. Les nouvelles lois stipulent aussi que les tibétains doivent maintenir l'harmonie et la stabilité dans le comté.

En savoir plus.
28/07 : Les Tibétains en exil commémorent le centenaire de la Shimla Convention.
(La Communauté Tibétaine de France - Phayul.com)

Publié le jeudi 24 juillet 2014

Par Phuntsok Yangchen

DHARAMSHALA, July 24 : les Tibétains en exil ont commémoré mercredi le centenaire de la Shimla Convention de 1914, avec une réunion-débat sur la ligne McMahon, l’accord Panchsheel, et l’actuelle crise frontalière sino-indienne.

Le Dr. Dibyesh Anand, professeur associé à l’Université de Westminster à Londres, Lobsang Yeshi, membre du Parlement tibétain, et Tenzin Tsundue, activiste et écrivain tibétain, ont participé aux discussions à l’école de jour du TCV.

« Il y a une centaine d’années, un traité ou une convention était discuté entre l’Inde britannique, le Tibet et la Chine. La raison pour laquelle c’est important est que même la Chine a reconnu que le Tibet était en mesure de signer un traité. Seul un Etat indépendant a cette capacité, c’est pourquoi la Shimla Convention est si importante pour les Tibétains aujourd’hui, car c’est un rappel au monde que le Tibet a été historiquement indépendant » dit Dibyesh Anand.

Anand a également remarqué que la position indienne était « très curieuse » car elle cherche à accepter le traité signé par le Tibet mais pas à pousser la communauté internationale à reconnaître que le Tibet était indépendant et avait la capacité de signer un traité.

En savoir plus.

23/07 : La Chine investira pour offrir aux temples tibétains un accès à l'eau potable.
(french.china.org)

La Chine investira massivement pour offrir à tous les temples du Tibet un accès à l'eau potable d'ici 2014, ont déclaré les autorités locales mercredi.

Cet unique investissement de 495 millions de yuans (près de 79,2 millions de dollars) permettra d'offrir un accès à l'eau potable à 1.466 temples, selon le département local des ressources en eau.

Environ 50.000 personnes, y compris des moines, des nonnes, le personnel des temples ainsi que les habitants vivant à proximité des temples, profiteront de ce projet, a indiqué Chagxi, un haut responsable du département.

Ce projet vise à résoudre les problèmes d'approvisionnement en eau potable des temples tibétains.

La plupart des monastères tibétains sont construits dans des régions montagneuses ou reculées, a noté Chagxi.

Des puits seront forés, et des pompes à eau à haute pression ainsi que des canalisations seront installées, a-t-il expliqué.

En savoir plus.
22/07 : Tibet: la propagande chinoise relayée par de faux comptes Twitter.
(la-croix.com)

Au moins une centaine de faux comptes Twitter propagent la propagande chinoise sur le Tibet, incluant des attaques contre le dalaï lama, selon une organisation de défense des Tibétains.

Ces comptes diffusent des messages censés convaincre le monde que le Tibet est une région chinoise où règne la sécurité et dont les habitants baignent dans la félicité, a précisé Free Tibet dans un communiqué lundi soir.

Les chercheurs de l'ONG basée à Londres ont identifié une centaine de comptes aux titulaires fictifs, les photos de leur profil ayant été subtilisées sur l'internet, notamment sur des sites de mannequins. Ceci probablement pour mieux accrocher l'oeil des internautes.

Des photos de personnalités, comme celle de Syd Barrett, un des membres fondateurs des Pink Floyd, ont également été utilisées pour créer ces faux comptes, censés appartenir à des Occidentaux, affirme Free Tibet.

En savoir plus.
21/07 : Le Dalai Lama prône une solution réaliste et non historique pour le Tibet.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibetan Revew)

Le chef spirituel du Tibet en exil, le Dalai Lama, a appelé le 15 juillet à une approche réaliste pour résoudre la dispute sino-tibétaine, affirmant qu’utiliser seulement l’histoire pour affirmer sa position peut en réalité aggraver la situation. Citant le conflit israélo-palestinien en exemple, il a dit que le conflit au Moyen-Orient durait parce que des deux côtés, le contexte historique était utilisé pour les revendications territoriales (interview par Radio Free Asia (Washington) le 15 juillet dans la ville himalayenne de Choglamsar à Leh, capitale de la région du Ladakh dans l’Etat indien du Jammu et Kashmir, où le Dalai Lama terminait trois jours plus tôt ses 33èmes enseignements de Kalachakra devant une assemblée d’environ 150 000 disciples).

Alors que les Tibétains affirment que le Tibet est un Etat historiquement indépendant, la Chine prétend, sur la base de sa situation actuelle, que le territoire himalayen est une partie de l’empire chinois depuis les temps anciens. Et pendant que les Tibétains, qui ont peu à perdre, cherchent une solution négociée qui assurerait leur autonomie sous la loi chinoise, Pékin maintient qu’il n’y a pas de question tibétaine, que le statut du Tibet n’est pas négociable.

En savoir plus.
18/07 : CHINE - Le dissident chinois Hu Jia tabassé par des policiers en civil.
(Médiapart - Phayul.com)

Un dissident chinois de premier plan de la politique de la Chine sur le Tibet a été battu par des policiers en civil aux abords d'une station de métro à Pékin,  dans la soirée du mercredi 16 Juillet 2014 .

Le militant chinois des droits de l'homme Hu Jia (photos) a posté des photos de lui-même, le nez ensanglanté, sur son compte Twitter, et a écrit qu'il a été attaqué par trois hommes qui l'attendaient à l'endroit où il avait garé sa voiture.

Sur sa page Twitter, Hu Jia a déclaré avoir subi une fracture de l'os maxillaire frontal.  Il a ajouté sur sa page qu'il avait été battu à l' endroit même où il avait garé sa voiture   -une croix rouge avait été marqué sur une barrière à cet endroit, mais nulle part ailleurs-    Hu estime que l'attaque avait été planifiée,  signalée à la police.

En savoir plus.
18/07 : Un moine tibétain se suicide en protestation de la répression religieuse.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 18 Juillet: Un moine tibétain s'est pendu en dehors de son monastère de Labrang, Comté de Sangchu; il a été rapporté que son geste a été motivé à cause de la répression et les restrictions du gouvernement chinois dans le domaine de la religion le 9 Juillet, a rapporté Radio Free Asia.

Thabke, un moine de 24 ans du monastère de Labrang, s'est pendu à un arbre en dehors de son monastère, un des plus grands monastères du Tibet, la semaine dernière.

En savoir plus.
17/07 : Les musiciens tibétains bravent les dangers et la censure chinoise pour chanter leur amour du Tibet .
(Global Voices)

Gebey, un chanteur tibétain arrêté fin mai après un concert dans la préfecture de  Ngaba, dans le Tibet oriental vient d’être relâché. Gebey  (orthographié parfois Gaybay ou Gebey) a fait choix d’une profession dangereuse au Tibet : il a été arrêté et ré arrêté plusieurs fois au cours des dernières années à cause de sa musique.

Le Tibet qui se trouve sous contrôle chinois depuis plus de soixante ans a connu des insurrections à grande échelle contre la Chine et ce jusqu'en 2008. Ces faits, allant de pair avec des immolations qui continuent dans tout le Tibet en manière de protestations politiques depuis 2009, ont eu pour conséquence de sévères confinements militaires et répressions militaires et des coupures répétées des télécommunications.

En savoir plus.
16/07 : Le neveu de Khenpo Jigme Phuntsok libéré après 6 ans de prison.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 16 Juillet. Un neveu de Khenpo Jigme Phuntsok, le fondateur et abbé du monastère Serta Larung Ngarig, a été libéré de prison en mauvaise santé et avec une vision altérée, après 6 ans d'emprisonnement le 8 Juillet 2014.

Ngagchung, 45 ans, a été arrêté avec son frère Taphun et Drudak du monastère Serta Larung Ngarig le 8 Juillet 2008 par le bureau de la Sécurité Publique de Chengdu. Taphun et Drudak ont été vite relâchés mais Ngagchung a été détenu avec les charges de divulgation d'informations de  "forces séparatistes" par téléphone et d'autres moyens.

En savoir plus.
14/07 : Un moine supérieur bouddhiste tibétain érudit arrêté alors que la répression s'intensifie dans un comté tibétain rétif.
(TCHRD)

Un moine supérieur tibétain, érudit accompli a été arbitrairement arrêté et a disparu en Mai 2014 alors qu'il faisait une lecture sur les "Statuts de la langue et de la nationalité tibétaines" (Tib. mi rigs dang skad yig ki gnas bab skor) aux villageois de Shagchu dans le comté rétif de Diru, préfecture de Nagchu, dans la région autonome du Tibet, dans la province traditionnelle du Kham.

En savoir plus.

11/07 : Un moine tibétain arrêté à Serta après une manifestation solitaire.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 11 Juillet. Un moine tibétain a été arrêté par la police chinoise dans le Comté de Serta après une manifestation solitaire contre le gouvernement chinois ce mercredi, a rapporté Radio Free Asia.

Sherkyap, un moine tout juste âgé de 20 ans, a investi les rues de la ville de Serta ce mercredi vers midi pour une manifestation solitaire qui appelait à la liberté au Tibet et au retour d'exil du leader tibétain le Dalaï Lama au Tibet.

En savoir plus.
09/07 : Les Tibétains défient l’interdiction chinoise pour marquer l’anniversaire du Dalai Lama.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibetan Revew)

Malgré de sévères restrictions pour faire respecter une interdiction, dont des coupures des communications, les Tibétains de plusieurs parties du Tibet sous domination chinoise ont marqué le 79ème anniversaire du Dalai Lama le 6 juillet, rapporte Radio Free Asia (Washington) le 7 juillet. La Chine condamne le Dalai Lama, le chef spirituel tibétain en exil, comme un dangereux séparatiste, bien que ce dernier ait seulement appelé à une autonomie du Tibet sous loi chinoise, son leit-motiv au cours des trois dernières décennies.

Dans la préfecture de Tsolho (en chinois : Hainan), dans la province du Qinghai, les Tibétains ont arboré de nouveaux drapeaux de prières, sont allés à des pique-niques, ont organisé des courses de chevaux, et brûlé de l’encens sur des montagnes sacrées, dit le rapport.


En savoir plus.
09/07 : L'écrivain tibétaine Woser et son mari assignés à résidence pour la venue de John Kerry.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 9 Juillet. L'écrivain tibétaine et son mari chinois Wang Liwiong ont été assignés à résidence à leur domicile afin de les empêcher de participer au dîner à la résidence de l'embassadeur des États Unis ce mercredi, alors que le secrétaire d'état John Kerry démarre sa visite en Chine.

En savoir plus.
06/07 : Déclaration du Kashag à l’heureuse occasion du 79ème anniversaire de Sa Sainteté le Grand Quatorzième Dalaï Lama.
(tibet-info.net)

A l’occasion heureuse et très propice du soixante-dix-neuvième anniversaire de Sa Sainteté le Grand Quatorzième Dalaï Lama, le Kashag souhaite exprimer son très grand respect et sa vénération pour Sa Sainteté le Dalaï Lama au nom de tous les Tibétains au Tibet et à l’extérieur. Nous nous joignons aux millions d’admirateurs de Sa Sainteté présents dans le monde entier pour lui souhaiter longue vie et bonne santé. Le Kashag souhaite également profiter de cette occasion pour exprimer sa profonde gratitude envers les parents de Sa Sainteté le Dalaï Lama, les regrettés Chokyong Tsering et Dekyi Tsering, qui nous ont généreusement offert leur précieux fils, Lhamo Dhondup [1], né le 6 juillet 1935 d’une famille de paysans dans le village de Takser, Amdo.

Le quatorzième Kashag a retenu 2014 comme étant "l’Année du Grand Quatorzième Dalaï Lama" afin d’exprimer son infinie gratitude envers Sa Sainteté pour les immenses avancées qu’Elle a réalisées en faveur du Tibet et de la paix, de l’harmonie entre les religions et les valeurs humanitaires partout dans le monde. Durant ce programme, qui durera un an, l’Administration centrale tibétaine se propose d’organiser 21 événements majeurs et quelque 300 autres de moindre importance. Dans une perspective à plus long terme, le Kashag marquera le quatre-vingtième anniversaire de Sa Sainteté selon le calendrier tibétain, le cinquième jour du cinquième mois tibétain, qui sera le 21 juin 2015, par une offrande extraordinaire de longue vie pour Sa Sainteté le Dalaï Lama.

En savoir plus.
06/07 : Les tibétains en exil fêtent les 79 ans du Dalaï Lama.
(Phayul.com)

Dharamsala, 6 Juillet. Environ 5 mille tibétains et supporters ont participé aujourd'hui aux célébrations officielles du 79° anniversaire du leader tibétain Sa Sainteté le Dalaï Lama dans les cours du Tsuglakhang.

Le leader tibétain exilé qui a eu 79 ans aujourd'hui est actuellement au Ladakh pour la 33° initiation de Kalachakra.

En savoir plus.
02/07 : 9 arrestations lors de manifestations contre l'exploitation minière dans le Comté de Dechen.
(Phayul.com)

  DHARAMSHALA, 2 Juillet. Au moins 9 tibétains ont été arrêtés par la police chinoise dans le Comté de Dechen, dans la région tibétaine du Kham, à la suite de manifestations contre des opérations minières dans le village de Martak, dans les faubourgs de Yama ce lundi.  Une source tibétaine a dit qu'environ deux cents policiers sont arrivés sur le site de la mine près du mont Gongla qui, disent des habitants de ce lieu, a une signification religieuse pour les tibétains.

En savoir plus.
02/07 : La chapelle du monastère de Taksa endommagée par le feu.
(Phayul.com)

 DHARAMSHALA, 2 Juillet. Un gigantesque incendie a éclaté au monastère Taktsa Gon Geden Taski Choesang dans le Comté de Zoege, province du Sichuan, ce lundi, a rapporté le Tibet Times. La cause exacte et l'étendue des dommages des bâtiments ne sont pas encore vérifiés. Le feu a endommagé la chapelle principale des déités du monastère.
 

En savoir plus.
30/06 : Pour éviter l’accueil par la foule, la Chine reconduit chez elle au milieu de la nuit une nonne tibétaine libérée.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibetan Revew)

Publié le 28 juin 2014

Afin d’éviter qu’une foule importante célèbre le retour d’une nonne bouddhiste tibétaine libérée après trois années de prison, les autorités chinoises de la préfecture de Karze (chinois : Ganzi) dans la province du Sichuan, l’ont reconduite chez elle au milieu de la nuit, dit Radio Free Asia (Washington) le 26 juin. Ani Chime, âgée d’environ 41 ans et emprisonnée en 2011 pour raisons politiques, a été libérée le 25 juin et reconduite chez elle, dans le village de Khotsoe Arora, comté de Karze, plus tard dans la nuit

La famille de la nonne et d’autres personnes l’attendaient le 28 juin, mais elle a été déposée chez elle à minuit deux jours plus tôt, ajoute le rapport.

En savoir plus.
30/06 : Pas de caution pour Khenpo Kartse, son avocat se voit refuser le droit de visite.
(La Communauté Tibétaine de France - Phayul.com)

Publié le vendredi 27 juin 2014

DHARAMSHALA, 27 juin : Parmi les préoccupations grandissantes sur la santé d’un chef bouddhiste tibétain arrêté en décembre dernier, les autorités chinoises ont dit à son avocat que les charges retenues contre lui ont été changées de « mise en danger de la sécurité nationale » en « hébergement illégal » et « divulgation de secrets d’Etat ».

Selon l’écrivain tibétaine Tsering Woser, basée à Pékin, l’avocat de Khenpo, Tang Tianhao, qui a recherché une caution pour son client sur des bases médicales, a été informé par les autorités qu’il pourrait continuer à être détenu « car il s’agit d’un cas important engageant le maintien de la stabilité et que sa libération ne serait pas autorisée ».

Des sources en exil disent que Khenpo Karma Tsewang, plus connu sous le nom de Khenpo Kartse, souffre de graves complications hépatiques.

Woser a écrit sur son blog le 24 juin que Tang, l’avocat de Khenpo qui a rencontré son client en février dernier, s’était vu refuser le droit de voir Khenpo le mois dernier et a été menacé d’abandonner le dossier.

En savoir plus.
25/06 : Chine : La carte nationale s'agrandit.
(Courrier International)

Une nouvelle carte représente tous les territoires chinois d'un seul tenant, y compris les zones maritimes disputées.


Les autorités chinoises ont approuvé la publication d'une nouvelle carte de Chine qui présente d'emblée tous ses territoires, terrestres comme maritimes, ce qui a pour effet d'agrandir fortement la surface de la carte habituelle. D'horizontale, la nouvelle version devient verticale. Auparavant, la carte étant centrée sur la masse continentale de la Chine, les zones maritimes n'étaient que partiellement représentées. Les îlots disputés par d'autres pays riverains de la mer de Chine du sud étaient représentés dans des cartouches, avec pour effet de ramasser tous les éléments sur une feuille plus petite.

En savoir plus.
25/06 : Un tibétain qui avait été arrêté pour avoir profané le drapeau chinois libéré.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 25 Juin. Un prisonnier politique tibétain a été libéré de la prison Pawo Tramo dans le comté de Nyingtry à Kongpo après avoir purgé 3 ans de prison ce dimanche mais il reste sous contrôle des autorités.

Sonam Norgye, 30 ans, habitant du Village de Golak dans le Comté de Pashoe, a été arrêté en Juin 2011 sous l'inculpation de  manque de respect au drapeau chinois.

En savoir plus.
24/06 : Le tribunal espagnol abandonne l'enquête sur les ex dirigeants chinois au Tibet en vertu des nouvelles compétences sur la loi universelle (en Espagne).
(tibet.net)

Associated Press.

MADRID –  Spain’s National Court has scrapped an investigation into several former Chinese leaders for alleged genocide in Tibet, a probe that had angered Beijing.

A court statement late Monday said the court dismissed the investigation because it did not comply with a new law that curbs Spanish courts’ use of universal jurisdiction to pursue crimes against humanity committed abroad.

The law was drawn up after China expressed anger over the probe and hinted it could damage relations. The officials under investigation included two former presidents.

En savoir plus.
23/06 : 27 Tibétains détenus pour s’être opposé à une mine chinoise illégale.
(La Communauté Tibétaine de France)


Publié le 20 juin 2014

La police chinoise du comté de Chabcha (en chinois : Gonghe), préfecture de Tsolho (Hainan) dans la province du Qinghai, a détenu 27 Tibétains les 6 et 7 juin après qu’ils ont protesté contre une mine chinoise de marbre blanc illégale dans leur région, rapporte Radio Free Asia (Washington) le 18 juin. Le rapport dit que les mineurs travaillaient au-delà de leur période contractuelle et avaient commencé à empiéter sur des sites sacrés pour le bouddhisme tibétain.

Les détenus tibétains étaient tous du village de Karsel, dont les résidents avaient promis de faire obstruction à toute autre mine chinoise de marbre blanc dans leur région. Deux dirigeants du village, Trothar et Barma, figuraient parmi les détenus.

Alors que quatre villageois ont été libérés, les 23 autres sont toujours en détention.

La mine chinoise serait en service depuis environ 1989. Bien que le contrat des mineurs a expiré cette année, ils ont non seulement continué à travailler dans la mine en toute impunité, mais aussi commencé à s’attaquer à des sites sacrés pour les résidents Tibétains. L’empiètement aurait également atteint la limite d’un second village tibétain.

En savoir plus.
23/06 : Les Nations Unies doivent aider les réfugiés Tibétains à passer par le Népal.
(La Communauté Tibétaine de France)

Publié le 20 juin 2014

DHARAMSHALA : Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a dit qu’il aiderait les réfugiés Tibétains à passer par le Népal en sécurité. « L’UNHCR facilite le transit en sécurité des nouveaux arrivants Tibétains en Inde par le Népal, où ils viennent rencontrer leur guide spirituel le Dalai Lama, et assurent leur protection et leurs besoins matériels au Népal » a déclaré aujourd’hui l’UNHCR dans une conférence de presse à l’occasion de la Journée internationale des réfugiés.

Cette déclaration vient sur fond d’un récent rapport de Human Rights Watch intitulé « A l’ombre de la Chine : le mauvais traitement des Tibétains au Népal » qui fait état de restrictions imposées aux Tibétains au Népal suite à une forte pression de la Chine. Plus de 2000 Tibétains sont réfugiés au Népal depuis 1959. Human Rights Watch a exhorté le gouvernement népalais à respecter ses obligations légales envers les Tibétains, conformément aux termes du “Gentleman’s Agreement” signé entre le gouvernement du Népal et l’UNHCR. Selon cet accord, le Népal garantit aux Tibétains qui atteignent leur territoire un transit sûr vers l’Inde, où ils peuvent obtenir le statut de réfugié. Les lois internationales empêchent le Népal de procéder à un retour forcé des réfugiés tibétains en raison du risque de torture ou de persécution auquel ils sont exposés en Chine.

En savoir plus.


24/06 : PEKIN / LHASSA, 20 juin 2014 : Tangula Express ... Danger !!
(France-Tibet)

Les inondations feraient peser une nouvelle menace majeure sur la ligne ferroviaire Qinghai-Tibet

Tibetan Review

Vendredi 20 juin 2014, par Communauté Tibétaine

Publié le 16 juin 2014

Ce n’est pas seulement le dégel du permafrost sur lequel il est construit mais aussi les inondations provoquées par le débordement des lacs en raison des chutes de pluie de plus en plus importantes qui font peser un sérieux risque à la ligne ferroviaire très prisée de Chine, la ligne Qinghai-Tibet qui dessert Lhassa, la capitale du Tibet occupé. En conséquence, les experts chinois ont appelé à des efforts conjoints entre les départements pour empêcher des dommages possibles à cette voie stratégique de transport rapide et à forte capacité, rapporte le quotidien officiel chinois China Daily le 14 juin.

Quant au danger, Liu Baokang, ingénieur au Centre de surveillance déportée par satellite du Bureau météorologique de la province du Qinghai, dit que "La ligne ferroviaire n’est plus qu’à 8 km du lac salé de la région de Hoh Xil au Qinghai, contre 12 km en septembre 2011."

En savoir plus.
21/06 : La Chine ouvre 24 postes de police dans des monastères au Labrang.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 21 Juin. Dans son escalade pour aller encore plus loin dans la surveillance et le contrôle des monastères tibétains, la Chine a établi plus de 20 bureaux de police dans les monastères de Labrang, dans la province de Gansu cette semaine.

En savoir plus.
20/06 : Deux écrivains tibétains libérés.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 18 Juin Dharamshala, le 20 Juin, deux  écrivains tibétains emprisonnés en 2010  pour avoir écrit des articles contre la Chine dans un magazine ont été libérés plus tôt hier de la prison de Menyang, à environ 200 Kms de Chengdu, la capitale de la province du Sichuan,  a dit une source tibétaine.

En savoir plus.
18/06 : Un Tibet ouvert pour évaluer les droits de l’homme (législateurs américains).
(Tibet Post international - La Communauté Tibétaine de France)

Dharamshala : - Un groupe bipartis de législateurs américains a présenté une loi à la Chambre des Représentants pour demander un Tibet ouvert et accessible afin d’évaluer de manière objective la situation des droits de l’homme dans les régions tibétaines.

Le projet de loi bipartis, nommé « Loi pour l’accès réciproque au Tibet », promeut l’accès aux régions tibétaines de Chine pour les officiels américains, les journalistes, et les citoyens moyens, dit M. McGovern. Actuellement, les restrictions de voyage imposées par le gouvernement chinois au Tibet sont plus sévères que dans toute autre entité provinciale de Chine.

Ces restrictions ont des conséquences négatives à la fois sur les citoyens américains et tibétains. Après un accident de bus en octobre 2013, avec des Américains à bord, les officiers consulaires américains ont rencontré des délais prolongés pour obtenir l’accès au Tibet, faisant obstacle à leur capacité à servir les Américains en situation de détresse, dit-il.

En savoir plus.

17/06 : Le chanteur tibétain Gepey et Ngawang Lobsang libérés.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 17 Juin. Les autorités chinoises de Zoege, comté de Khyungchu, ont remis en liberté provisoire Gepey, un chanteur populaire tibétain,  jeudi dernier.

Gepey, un chanteur populaire connu pour ses chansons patriotiques, avait été arrêté par le bureau de la sécurité publique du comté de Barkhan après un concert auquel avaient assisté des milliers de fans et d'enthousistes amateurs de musique le 24 Mai. Un groupe de jeunes tibétains du comté de Khyungchu  avait organisé le concert pour lequel avaient été invités des chanteurs tibétains de différentes régions du Tibet.

En savoir plus.
12/06 : Du côté de la Porte Dorée (3): la paix en soi, la paix dans le monde.
(blogs.mediapart.fr)

Il n'y a pas que le foot dans l'actualité, même si mon dernier billet était sur la «coupe au monastère tibétain»... Ainsi du côté de la Porte Dorée à la Pagode (Paris 12ème), les 14 et 15 juin c'est le 14ème festival du Tibet et des Peuples de l'Himalaya. Et le dernier week-end de juin (du 27 au 29), toujours à la Grande Pagode de Vincennes, aura lieu le Festival pour la paix, inspiré par le mouvement bouddhiste en France.
Le Tibet et les peuples de l'Himalaya

C'est la Maison du Tibet qui organise ce 14ème Festival Culturel du Tibet et des peuples de l'Himalaya. Avec l'objectif de défendre et de développer la connaissance de la culture tibétaine en France, cet événement cherche à sensibiliser sur les droits de l'Homme et la situation faite aux populations par l’hégémonie chinoise.

Cet année le festival rendra hommage, lors d'une table ronde, au Dalaï Lama. C'est toujours une opportunité de découvrir les danses tibétaines, venues de divers pays européens où vivent des communautés de réfugiés du Tibet.

En savoir plus.
10/06 : Des Tibétains manifestent à l’occasion de l’arrivée du ministre des affaires étrangères chinois à New Delhi.
(Tibetan Revew - La Communauté Tibétaine de France)

Publié le 9 juin 2014

Une centaine de Tibétains ont participé à une manifestation dirigée par le Congrès de la jeunesse tibétaine (Tibetan Youth Congress) le 8 juin à Delhi, alors que le ministre des affaires étrangères chinois M. Wang Yi, envoyé spécial du président Xi Jinping, arrivait dans la capitale indienne. Ceux qui ont participé à la manifestation, qui s’est déroulée dans la colonie tibétaine de Majnu-Ka-Tila au nord de Delhi ont demandé que le premier ministre indien M. Narendra Modi aborde la question tibétaine pendant son entretien avec M. Wang.

Selon l’agence de presse PTI le 8 juin qui cite le commissaire de police adjoint pour le nord Sindhu Pillai, les manifestants ont également lancé des slogans anti-chinois et se sont dispersés un peu plus tard. L’agence de presse ANI dit que le drapeau chinois a été brûlé.

Le Congrès de la jeunesse tibétaine est la plus grande ONG tibétaine, elle fait campagne pour la restauration de l’indépendance du Tibet occupé par la Chine. D’un autre côté, l’Administration tibétaine en exil à Dharamshala demande seulement une véritable autonomie pour le Tibet sous loi chinoise. La Chine fait peu de différence entre les deux, les qualifiant de partie de ce qu’elle appelle « la clique du Dalai » ; de temps en temps, elle condamne l’Administration en tant qu’ « organisation terroriste » et désigne le Dalai Lama comme séparatiste.

En savoir plus.
10/06 : Des nonnes tibétaines formées à diffuser la culture chinoise et à sauvegarder l’unité nationale.
(Tibetan Revew - La Communauté Tibétaine de France)


Publié le 8 juin 2014) – Le 5 juin,

la Chine a demandé à un groupe de nonnes bouddhistes de la Région Autonome du Tibet, la partie ouest de la région d’ethnie tibétaine, de travailler à la diffusion de la culture chinoise et vivement à la sauvegarde de l’unité nationale, rapporte le site web officiel chinois womenofchina.cn le 7 juin. Les nonnes, au nombre de 35 et originaires de nonneries de toute la région, faisaient un voyage d’éducation politique de 6 jours à Pékin.

Le rapport dit que les nonnes ont été formées sur des sujets comprenant « la morale religieuse, les politiques et lois religieuses, les lignes directrices de la 3ème session plénière du 18ème Comité Central du Part Communiste Chinois (PCC), le congrès du peuple national (NPC) 2014, la conférence politique consultative du peuple chinois (CPPCC), et le bien-être féminin, dans la préfecture autonome tibétaine de Chamdo ».

La formation était dirigée par la fédération des femmes chinoises, une prétendue ONG fondée et dirigée par le gouvernement chinois, et les commentaires dits par Cui Yu, sa vice-présidente et membre du secrétariat. Selon le rapport, après Pékin, les nonnes devaient poursuivre leurs études politiques dans la municipalité de Tianjin dans le nord de la Chine, et dans la province du Sichuan dans le sud-ouest.


En savoir plus.
11/06 : Pour une « révolution » climatique afin de sauver le Tibet.
(Orgyen Trinle Dordje - Le Nouvel Observateur - Rue 89)

Making Of
Orgyèn Trinley Dorjé est considéré par les Tibétains comme le XVIIe Karmapa, la troisième position dans le bouddhisme tibétain après le dalai lama. Agé de 28 ans, il s’est enfui du Tibet sous domination chinoise à l’age de 14 ans, à la veille de l’an 2000, pour se réfugier à Dharamsala, en Inde, où se trouvent aussi bien le dalai lama que le gouvernement tibétain en exil. Il est considéré par beaucoup comme un successeur possible du dalai lama vieillissant comme figure centrale du bouddhisme tibétain en exil, alors que le pouvoir chinois tente de semer la confusion en favorisant sa propre « réincarnation » du Karmapa... Ses prises de parole sont rares et ce texte qui mêle à la fois des considérations sur l’environnement mais aussi sur le sort du Tibet, constitue une étape dans l’émergence de ce personnage central -et jeune- du bouddhisme tibétain. P.H.

Je suis né dans une famille nomade d’un coin reculé du Tibet oriental. Étant donné que nous étions des éleveurs, nos déplacements étaient réglés par les conditions climatiques, les ressources en eau et l’état du sol.
Ma famille vivait du terroir de manière très simple et très frugale. L’idée de détenir des terres et de traiter la nature comme une propriété nous était étrangère.
Nous vivions dépourvus des facilités du monde moderne et n’avions que très peu de possessions, mais ma famille et ma communauté étaient heureuses et satisfaites.

En savoir plus.
10/06 : Les dirigeants tibétains relancent leur demande d'autonomie.
(France-Tibet)

5/6/14 - 10 H 38 - Mis à jour le 5/6/14 - 12 H 40
Le Premier ministre tibétain en exil, Lobsang Sangay, a dénoncé jeudi la répression exercée par la Chine à l'encontre des Tibétains et mis en garde contre la domination chinoise lors du lancement d'une nouvelle campagne pour l'autonomie de la région.

Le dalaï lama, chef spirituel des Tibétains officiellement en retrait de l'action politique, a apporté son soutien à cette campagne qui sera, selon lui, une oeuvre de longue haleine.

"Il y a une répression totale et une discrimination totale" qui s'exerce au Tibet, a dit Lobsang Sangay lors d'une conférence de presse au siège de son gouvernement dans le nord de l'Inde.

"Toute cette répression renforce le ressentiment des Tibétains envers le gouvernement chinois et sa politique et déclenche différentes formes de protestation", a-t-il ajouté.

Les dirigeants tibétains en exil se sont retrouvés jeudi dans le nord de l'Inde pour relancer leur demande d'une autonomie élargie du Tibet au sein de la Chine, après quatre ans sans avancée.

Le président américain Barack Obama et d'autres dirigeants occidentaux demandent à Pékin de reprendre les discussions avec les émissaires du dalaï lama alors que les négociations ont été rompues en 2010.

Le Premier ministre en exil, qui conduit la lutte politique tibétaine depuis 2011, a estimé qu'il était indispensable pour eux de répondre à "la campagne de désinformation" chinoise.

En savoir plus.
07/06 : Les États-Unis demandent à la Chine d'engager des pourparlers avec le Dalaï Lama.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 7 Juin. Les États-Unis ont demandé à la Chine d'engager des  "pourparlers inconditionnels" avec les représentants du chef tibétainle le Dalaï Lama, et de poser les questions qui permettraient de savoir ce qui a entrainé 131 auto-immolations au Tibet depuis 2009.

"We have continued to urge the Chinese government to engage in substantive dialogue with the Dalai Lama or his representatives without preconditions as a means to reduce tensions, obviously urge China to address policies that have created tensions in Tibetan areas and that threaten the Tibetan unique culture," US State Department spokesperson Marie Harf told reporters in Washington Friday.


En savoir plus.
07/06 : Tenzin Yangzom couronnée ‘Miss Tibet 2014′ sans opposition.
(La Communauté tibétaine de France)

La concurrente tibétaine Tenzin Yangzom, du Sikkim, sera sacrée Miss Tibet 2014 ici-même le 8 juin, a déclaré un organisateur mardi. Yangzom a remporté le concours de beauté sans opposition.

« Nous avons reçu huit candidatures pour le concours de cette année. Cinq ont été confirmées, mais quatre se sont retirées à la dernière minute pour raisons personnelles » a dit le producteur-directeur Lobsang Wangyal à IANS. « Puisque le concours de beauté Miss Tibet consiste à responsabiliser de jeunes femmes tibétaines, nous estimons important de respecter et d’apprécier l’engagement et l’enthousiasme de l’unique concurrente » a-t-il ajouté.

C’est la quatrième fois que le concours ne voit qu’une seule candidate pour la couronne, et la deuxième année consécutive ; ceci s’était produit lors de deux précédentes éditions, en 2003 et 2005.

Yangzom, 23 ans, s’était bien préparée et elle était prête pour le concours. Après avoir été informée qu’elle était la seule concurrente, elle s’est demandée pourquoi les autres avaient abandonné, et pourquoi il n’y avait pas plus de candidates.

Elle vient de terminer sa licence universitaire à Bangalore. Elle est multilingue et aime la danse, le basketball, la chanson, la peinture et la photographie. « Dans des forums nationaux et internationaux, Miss Tibet peut être la messagère de la dégradation de la situation des droits de l’homme au Tibet, et gagner le soutien international » dit-elle.
.

En savoir plus.
07/06 :  La Chine appelle le dalaï lama à cesser les activités sécessionnistes.
(France-Tibet)

Le ministre chinois des Affaires étrangères a démenti les récentes remarques d'un leader tibétain en exil concernant le dialogue avec le gouvernement central, et a exhorté le dalaï lama à cesser les activités sécessionnistes.
Lobsang Sangay, le "Premier ministre" du "gouvernement tibétain en exil", a déclaré que le "gouvernement tibétain en exil" reprendrai bientôt le dialogue avec le gouvernement chinois et que les contacts à bas niveau avaient été maintenus tout du long.

Lobsang Sangay a aussi indiqué que son "gouvernement tibétain en exil" continuerait de promouvoir la "voie du milieu" du dalaï lama dans la recherche d'une "autonomie du Tibet".

"Lobsang Sangay est un sécessionniste et le leader du 'gouvernement tibétain en exil', qui n'a jaéais rien fait de bien pour les réèions où habitent les Tibétains", a dénoncé le porte-parole du minist�re Hong Lei lors d'un point de presse.

Selon le porte-parole, le "gouvernement tibétain en exil" opère à l'encontre de la loi chinoise. Il s'agit d'une organisation sécessionniste qui tente de parvenir � "l'indépendance du Tibet" et n'a été reconnue officiellement par aucun gouvernement depuis sa création.

En savoir plus.
07/06 : Les autorités chinoise ont perturbé des prières pour Tulkou Tenzin Delek.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 7 Juin. Les autorités chinoises de Lithang ont empêché les tibétains locaux de tenir une réunion de prière de longue vie et de bonne santé pour le chef spirituel tibétain Tulkou tenzin Delek le 2 Juin.
Les tibétains, des moines et des laïcs, s'étaient retrouvés à Nalanda Theckchen Janghub Choeling pour les prières mais ont été interrompus et réprimandés par les autorités chinoises.

En savoir plus.
05/06 : Le cinéaste Dhondup Wangchen libéré après six ans d’emprisonnement !
(La Communauté Tibétaine de France)

ETL blogger

Dharamsala | Zurich | San Francisco 5 Juin 2014

Dhondup Wangchen, le tibétain vidéo-activiste emprisonné, a été libéré de prison à Xining capitale provinciale du Qinghai ce matin après avoir purgé une peine de six ans. Après discussion avec les autorités, il a finalement été conduit par la police à Khotse (en chinois, Keque, environ deux heures de route de Xining), où il a atteint la maison de sa sœur après environ 15h heure locale. (1)

Dans un appel téléphonique à Gyaljong Tsetrin, cousin et président de Filming For Tibet, vivant en Suisse, un très émouvant Dhondup Wangchen a déclaré : « En ce moment, je pense que tout en moi est dans une mer de larmes. J’espère récupérer ma santé bientôt. Je tiens à exprimer mon sentiment de profonde gratitude pour tout le soutien que j’ai reçu en prison et je veux retrouver ma famille ".

Lhamo Tso, l’épouse du cinéaste emprisonné, qui a obtenu l’asile aux États-Unis en 2012 et vit actuellement à San Francisco, est ravi : « Six ans d’injustice et à compter les jours douloureux se erminent aujourd’hui. C’est un jour de joie incroyable pour ses parents à Dharamsala, nos enfants et moi-même. Nous nous réjouissons d’être réunis en famille ". Gyaljong Tsetrin, son cousin et co-producteur de "Leaving Fear Behind", a déclaré après lui parler : « Bien que Dhondup soit toujours sous le contrôle des autorités chinoises, je suis très soulagé qu’il puisse enfin quitter la prison et a maintenant la possibilité de consulter un médecin ".

En savoir plus.
05/06 : Les dirigeants tibétains relancent leur demande d’autonomie.
(Libération)

Le Premier ministre tibétain en exil, Lobsang Sangay, a dénoncé jeudi la répression exercée par la Chine à l’encontre des Tibétains et mis en garde contre la domination chinoise lors du lancement d’une nouvelle campagne pour l’autonomie de la région.

Le dalaï lama, chef spirituel des Tibétains officiellement en retrait de l’action politique, a apporté son soutien à cette campagne qui sera, selon lui, une oeuvre de longue haleine.

«Il y a une répression totale et une discrimination totale» qui s’exerce au Tibet, a dit Lobsang Sangay lors d’une conférence de presse au siège de son gouvernement dans le nord de l’Inde.

«Toute cette répression renforce le ressentiment des Tibétains envers le gouvernement chinois et sa politique et déclenche différentes formes de protestation», a-t-il ajouté.

Les dirigeants tibétains en exil se sont retrouvés jeudi dans le nord de l’Inde pour relancer leur demande d’une autonomie élargie du Tibet au sein de la Chine, après quatre ans sans avancée.

En savoir plus.
04/06 : ‘Pour les valeurs de démocratie et d'égalité : Souvenir des héros de Tien Anmen.
(TCHRD)

“Pour les valeurs de démocratie et d'égalité, beaucoup de grands hommes et femmes ont donné leur vie. Sur cette terre, sous le vaste ciel, bien que la liberté et la démocratie appartiennent à la terre entière, ils n'appartiendront jamais à ceux qui opressent et pratiquent la dictature”. ~ Tashi Rabten aka Theurang

En savoir plus.
02/06 : Jigme Gyatso, un "héros de l'information" tibétain, enfin libre.
(Ifex)

Reporters sans frontières
Publie le 23 mai 2014.

Reporters sans frontières est extrêmement soulagée d'apprendre que Jigme Gyatso, moine tibétain porté disparu depuis près de deux ans, a pu rejoindre Dharamsala en Inde, le 19 mai 2014, sain et sauf. Co-réalisateur, aux côtés de Dhondup Wangchen, du documentaire filmé en secret "Surmonter la peur" (Leaving Fear Behind) en 2008, Jigme Gyatso n'avait plus donné de nouvelles depuis septembre 2012, lorsqu'il a été enlevé par les autorités chinoises.

"Apprendre qu'un héros de l'information dont on était sans nouvelles depuis deux ans est arrivé en Inde, est en sécurité et relativement en bonne santé est une excellente nouvelle", se réjouit Benjamin Ismaïl, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters sans frontières. "Notre joie ne peut pas être entière car nous demeurons extrêmement inquiets pour Dhondup Wangchen , toujours emprisonné. Nous appelons les autorités chinoises à le libérer ainsi que tous ceux qui, comme lui, n'ont commis d'autre crime que celui de donner une voix à une population discriminée", ajoute-il.


En savoir plus.
02/06 : La Chine augmente la répression pendant le festival religieux au Tibet.
(tibet.net)

La police chinoise encercle des tibétains pendant le festival religieux à Kumbum (voir photo dans l'article par le lien).

DHARAMSHALA: Des rapports venant du Tibet indiquent que les autorités chinoises font tout ce qu'elles peuvent pour restreindre le nombre de dévots et de touristes quiserassemblent au Mont Kailash, en particulier pendant Saka Dawa, un des mois les plus sacrés observés par les tibétains. Saka Dawa est célébré le 15° jour du 4° mois du calendrier lunaire tibétain, et il tombe cette année le 13 Juin. Ce jour est très auspicieux et sacré car c'est le jour où le Bouddha est né, a atteint l'Éveil et a achevé son Pari-Nirvana.

En savoir plus.
30/05 : Des tibétains forcés de participer à une campagne anti-immolations.
(Radio Free Asia)

Les autorités chinoises dans le Comté tibétain du Sichuan obligent par la force les  résidents de cette région à participer à des entrainements ayant pour but de prévenir les auto-immolations et autres manifestations qui contestent la loi de Pékin dans les territoires tibétains, selon des sources locales.
 


Un exercice s'est tenu cette semaine à Kardzé, la principale ville du Comté, dirigé par les services de la sécurité chinoise, et  comprenant de nombreux employés du gouvernement tibétain qui ont été contraints d'y prendre part, a dit un résidant de la région jeudi au service tibétain de Radio Free Asia.


En savoir plus.
26/05 : Des textes historiques révèlent la solution tibétaine.
(Phayul.com)


[Asia Times Online]

By Jampa Tenzin
Cette année est le 100° anniversaire de la signature de l'accord de Silma qui a conclu la convention tripartite qui s'est tenue à Simla entre le Tibet, l'Inde Britanique et la Chine en 1914. Aujourd'hui, le 23 Mai, marque l'achèvement de 63 ans depuis que le Tibet et la République Populaire de Chine ont signé l'accorde en 17 points sur la division géographique de la région du Tibet en 1951.

En savoir plus.
26/05 : La Chine a arrêté un chanteur tibétain populaire lors d'un concert bondé.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 26 Mai. Les autorités chinoises du Comté de Khyungchu ont arrêté un chanteur populaire tibétain après un concert bondé auquel participaient plusieurs autres chanteurs de différentes régions du Tibet le 24 Mai, ont dit des sources.
Le patriote et populaire chanteur, Gepey, a été arrêté par le bureau de la Sécurité Publique du Comté de Barkham après un concert qui a été suivi par des milliers de fans de musique enthousiastes.Un groupe de jeunes tibétains du Comté de Khyungchu avaient organisé le concert pour lequel ils avaient invité les chanteurs parmi lesquels Gepey était le plus populaire du concert de ce jour.
Le concert, ont dit les sources,a été organisé dans le but de faire prendre conscience à la jeunesse tibétaine de l'importance de la langue tibétaine et de sa culture.

En savoir plus.
26/05 : Première visite en Europe de Sa Sainteté le 17ème Karmapa Ogyen Trinley Dorje.
(La Communauté Tibétaine de France - Karmapa Foundation)

par Wangdu le 28 février 2014

Avec le soutien des gouvernements indien et tibétain, la Fondation Karmapa pour l’Europe (KFE) a le grand plaisir et l’honneur d’annoncer la première visite en Europe de Sa sainteté le 17ème Karmapa Ogyen Trinley Dorje.

La visite aura lieu en Allemagne, pendant 2 semaines à partir de fin mai 2014. Des enseignements seront donnés et des activités publiques se dérouleront au Kamalashila Institute et à Berlin du 28 mai au 8 juin 2014.

lien : http://karmapafoundation.eu


En savoir plus.
26/05 : Des parlementaires danois soutiennent la lutte non-violente pour le Tibet .
(La Communauté Tibétaine de France - Tibet Post international)

Publié Jeudi le 22 mai 2014 / Par Rajdip Ray,

Dharamshala : - Pendant leur entretien avec Sikyong Dr Lobsang Sangay, le chef politique du peuple tibétain, un groupe de parlementaires danois a unanimement exprimé son soutien au peuple tibétain dans sa lutte juste et non-violente pour une véritable autonomie.

Dr Lobsang Sangay, qui est au Danemark pour défendre la cause du Tibet, était invité dans les locaux du groupe du Parti Populaire danois, où un grand drapeau tibétain ornait l’un des murs.

Les 19 et 20 mai, Dr. Sangay a rencontré des représentants de 5 des 8 partis du parlement danois (Folketinget) à Copenhague, la capitale du Danemark. Les 22 membres du Parti Populaire danois ont invité Sikyong Sangay à s’exprimer à leur réunion, où il a reçu un accueil enthousiaste et chaleureux. Le parti de l’opposition du Danemark tient beaucoup à offrir son soutien au Tibet, comme cela a été expressément mentionné par Peter Skaarup, membre du parlement danois et président du groupe parlementaire. « Vous pourriez penser qu’en raison de la taille et des ressources de la Chine, le soutien d’un petit pays comme le Danemark ne signifie pas grand-chose.

Au contraire, cela a de l’importance. Toute résolution qui montre un soutien à la situation critique des Tibétains est d’une grande aide pour nous » dit le Sikyong après avoir donné une rapide esquisse de la situation au Tibet, dont les nombreux cas d’auto-immolations qui y ont eu lieu.

En savoir plus.

26/05 : La Chine publie un livre blanc sur les droits de l'homme dans le pays.
(France-Tibet)

2014-05-26 13:33:02 xinhua
La Chine a publié lundi un livre blanc sur les progrès qu'elle a accomplis en 2013 dans le domaine des droits de l'homme, soulignant l'amélioration de la justice sociale, de la justice dans son ensemble et de la liberté d'expression.
"Les progrès accomplis par la Chine en matière de droits de l'homme peuvent être constatés par le monde entier, et tout observateur raisonnable et dénué de préjugé peut en tirer une conclusion juste", a indiqué ce livre publié par le Bureau de l'Information du Conseil des Affaires d'Etat.

Le livre, intitulé "Progrès des droits de l'homme en Chine en 2013", décrivant les réalisations accomplies par le gouvernement en ce qui concerne le droit du peuple au développement, indique que "le développement de la Chine apporte à tous les Chinois des opportunités de développement personnel, de servir la société et de réaliser leurs rêves".

Pour promouvoir la justice sociale et le bien-être du peuple, le gouvernement chinois a approfondi en 2013 la réforme d'une manière globale dans différents domaines et a protégé les droits du peuple à se développer.

En savoir plus.
26/05 : PELERINAGE AU MONT KAILASH, 23 mai 2014 : La zone du Kailash est fermée ATTENTION PELERINS ET TOURISTES ...
(France-Tibet)

12, 13 et 14 juin 2014
DARCHEN - DIRAPHUK-ZUTRUL PHUK

Alors que de nombreux ouristes occidentaux et pèlerins bouddhistes et hindouïstes népalais, indiens et tibétains en exil en particulier se réjouissaient de parvenir au pied du Mont Kalash pour l'important pélerinage de SAGA DAWA 2014, France Tibet reçoit des informations confirmant que
La zone du Kailash est fermée


Aucune information n'apparaît sur le site du Ministère des affaires étrangères françaises
Aucune information en ce sens sur le site des agences visitées.

L'Ambassade de France consultée ne peut rien confirmer puisque l'Ambassade de Chine ne fournit aucune information à ce sujet ... bien évidemment!!! CQFD

" Le Tibet reste accessible " nous dit-on!

Cependant si vous souhaitez vous rendre spécifiquement à ce pèlerinage
Soyez donc vigilants


En savoir plus.
21/05 : Engager les jeunes montréalais en faveur de la liberté du Tibet.
(Students for a free Tibet Canada).

Posted by Margot Fortin on Wednesday, May 21, 2014 

Montréal, le 20 mai 2014 – Mardi dernier, j’ai entamé mon stage d’été comme coordonnatrice des activités communautaires à Montréal avec Students for a Free Tibet Canada (Étudiants pour un Tibet Libre Canada). Apparemment, c’est la première fois que SFT a l’occasion d’engager un coordonnateur à Montréal pour aider les étudiants qui s’impliquent au sein d’un chapitre local de SFT. Au Québec, il y a un seul chapitre actif de Students for a Free Tibet, celui de McGill. Comme Montréal est une ville particulièrement vibrante et qu’il s’agit de la ville qui compte le plus grand nombre d’institutions universitaires et d’étudiants au Canada, SFT a des raisons de croire qu’il y a un fort potentiel d’expansion de ses chapitres dans d’autres Universités québécoises.

Puisque le Français est ma langue maternelle, l’une de mes tâches sera de rendre les ressources produites par SFT plus accessibles pour les francophones. Je compte ainsi faciliter le développement de nouveaux chapitres à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), à l’Université de Montréal (UdeM) ou même à l’Université Laval, à Québec. Lorsque cela se produira (très rapidement, espérons-le!), les personnes fantastiques qui vont s’atteler à cette tâche auront des ressources déjà toutes prêtes pour les épauler dans leurs démarches.

J’ai entrepris mon stage dans une atmosphère fort positive. En effet, le cinéaste tibétain emprisonné Golog Jigme est apparemment maintenant en sécurité à Dharamsala, après des années d’incertitude quant à son état de santé. De plus, les activistes pour les droits humains du monde entier attendent avec impatience la libération prochaine du réalisateur tibétain Dhondup Wangchen, qui a été condamné à 6 ans de prison en 2009. Bien que ces nouvelles sont fantastiques, je sais que derrière chacune de ces importantes victoires auxquelles ont contribué SFT et les autres organisations qui défendent le Tibet, il y aura toujours bon nombre de déceptions.

En savoir plus.
20/05 : Un moine qui avait assisté un réalisateur emprisonné fuit en exil.
(La Communauté tibétaine de France - Phayul.com)

DHARAMSHALA, 19 mai : Un moine tibétain qui avait aidé à réaliser un film documentaire critiquant la loi chinoise au Tibet a rejoint l’exil. Jigme Gyatso, plus connu sous le nom de Golok Jigme, est arrivé dimanche à Dharamsala, le Centre d’Accueil tibétain prend actuellement soin de lui.

Des représentants de plusieurs ONG tibétaines l’ont accueilli dans ses quartiers du Centre d’Accueil avec des écharpes de bienvenue traditionnelles. Golok Jigme a été récemment primé par Reporters Sans Frontières parmi « 100 héros de l’information » lors de la journée mondiale pour la liberté de la presse.

Jigme avait assisté Dhondup Wangchen pour la réalisation clandestine de son film documentaire “Leaving Fear Behind”, qui a mis en lumière la vie des Tibétains en Chine dans la période préparatoire des Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Le film montrait une série d’entretiens avec des Tibétains parlant de la façon dont la Chine avait détruit la culture tibétaine, violé les libertés religieuses et leur respect indéfectible au leader en exil, Sa Sainteté le Dalai Lama.

En savoir plus.
19/05 : La Chine jure de couper encore le Tibet du reste du monde .
(La Communauté Tibétaine de France - The Tibet Post International).

Publié Vendredi le 16 May 2014 Par - Tenzin Dawoe,

Dharamshala : – Malgré de vives condamnations de la part de la communauté internationale, dont des groupes pour les droits, le régime communiste chinois au Tibet a imposé d’autres contrôles sur l’usage d’internet et des publications électroniques, dans le but de réprimer encore plus durement les écrivains, artistes, intellectuels et soutiens culturels tibétains qui ont critiqué l’échec des politiques du gouvernement chinois.

Lors d’une réunion du bureau d’information du Conseil d’Etat le 12 mai, Dong Yunhu, chef du département de la propagande pour la Région Autonome du Tibet, a juré de « sceller et étouffer » internet afin de rendre les groupes séparatistes inoffensifs, rapporte Reuters le 14 mai en citant le cabinet chinois. Dong a été cité disant : « Nous devons mettre la pression d’en haut, trouver et confisquer les équipements, sceller et étouffer l’internet – la sainte trinité de la supervision et du contrôle du système. (Ceci) pour empêcher la propagande séparatiste tibétaine de s’infiltrer et détruire toute manière de communication. »

En savoir plus.
18/05 : La Chine accroit les mesures afin de contrôler les monastères tibétains.
(TCHRD)

Les autorités chinoises de la préfecture tibétaine autonome de Yushul, dans la province de Qinghai, de la province tibétaine Kham, ont commencé à mettre en oeuvre de nouvelles mesures répressives, introduites depuis 2011, afin de gérer et de contrôler les institutions bouddhistes au Tibet.
Une source ayant des contacts au Tibet a dit au TCHRD que ces derniers mois,des officiels chinois sont venus visiter Kyegudo et ont donné des ordres aux monastères tibétains, en particulier ceux du Comté de Trindu, afin de remplacer le chef du monastère et les membres du comité de gestion par une équipe et une adminitration désignées le 7 Juin 2014.

En savoir plus.
15/05 : Un moine disparait après avoir envoyé des Emails de protestation sur des téléphones mobiles de cadres chinois.
(TCHRD)

Un moine tibétain a disparu après avoir envoyé des Emails contenant des écrits de ses critiques de la loi chinoise sur les téléphones mobiles des cadres chinois stationnés au monastère de Tsender dans le Comté de Sog préfecture de Nagchu, région autonome du Tibet (TAR).
Les sources ont dit au TCHRD que Choeying Kalde, 20 ans, un moine du monastère était détenu par les officiers du bureau de la sécurité publique du Comté de Sog depuis le 16 Mars 2014.Le moine avait partagé ses écrits avec ses amis aussi bien qu'avec les membres de "l'équipe de travail" chinoise par ses Emails.
On ne sait pas encore où il est détenu.Les tibétains locaux croient qu'il a été emmené dans la région de Nagchu, bien que le lieu exact de sa détention ne soit pas connu.

En savoir plus.
13/05 : Les Nations Unies interrogent la Chine sur l’éviction de Tibétains de leurs terres nomades.
(La Communauté Tibétaine de France - Tbetan revew)

Publié le 11 mai 201

Le 8 mai, le Comité des Nations Unies pour les droits économiques, sociaux et culturels (ESCR) a posé à la Chine des questions précises sur 3 sujets relatifs à l’éviction de nomades Tibétains de leurs terres ancestrales. Au cours de sa revue de performance qui a duré 8 heures, le comité a interrogé la Chine sur la réinstallation forcée de plus de 1,7 millions de nomades Tibétains, la violation des droits des Tibétains à la non-discrimination, et le besoin pour les Tibétains d’être en mesure d’exercer totalement leurs droits culturels et religieux.

Cependant, la Chine a prétendu que les politiques d’éviction forcées étaient menées avec une consultation à 100% des Tibétains concernés. Elle a aussi dit clairement que la terre héritée par des générations depuis des millénaires n’appartient plus désormais aux nomades Tibétains puisque la propriété est passée à l’Etat chinois depuis l’annexion du Tibet qui a suivi la fondation de la République Populaire de Chine en 1949.

En savoir plus.

12/05 : Lhakar ! Mercredi Blanc ! Nouvelle forme de résistance au Tibet.
(blogs.mediapart.fr)

Mercredi Blanc, nouvelle forme de résistance.

Des Tibétains bravent le gouvernement chinois avec une forme nouvelle de protestation silencieuse.

Dans le combat pour leur liberté, des Tibétains ont développé une forme de protestation subtile contre le pouvoir chinois. Ils se parlent uniquement en tibétain, ne mangent que de la cuisine tibétaine ou boycottent les produits chinois.

Voilà bien six ans que les Tibétains se sont soulevés contre la domination chinoise.

Triste résultat : le soulèvement a été réprimé, des centaines de Tibétains ont été condamnés à mort ou à la prison longue durée. Le désespoir face à l'impuissance a engendré en 2011 une vague d'auto-immolations par le feu. Plus de 130 Tibétains ont délibérément choisi de mourir dans les flammes sous l'indifférence du parti communiste chinois qui refuse toute concession et reporte la responsabilité sur le Dalai Lama.

Mais comme tous les Tibétains ne sont pas prêts à sacrifier leur vie ou le reste de leur liberté, les voilà sur une autre forme de résistance :

Silencieuse, moins spectaculaire mais plus efficace partout où elle se manifeste.  « Lhakar »,  s'appellet-elle, ce qui en allemand donne  « Mercredi Blanc »  avec blanc pour  « porte bonheur » .

Le Dalai Lama étant né un mercredi ...  C'est donc dans une entente tacite que les Tibétains ont fait de ce jour de la semaine une Fête. Aux activistes « Lhakar » de porter des vêtements de fête, de ne manger que de la cuisine tibétaine, de ne parler qu'en tibétain et se rendre au temple ce jour-là.

En savoir plus.
09/05 : Les Tibétains nés en Inde autorisés à voter, mais peu saisissent l’offre.
(La Communauté Tibétaine de France - The New York Times)

Par ANURADHA SHARMA

Publié le 7 mai 2014

DHARAMSALA, Inde — Cette année voit la première élection pour laquelle les réfugiés Tibétains nés en Inde ont le droit de vote, mais alors que l’Etat de l’Himachal Pradesh, incluant les résidants de cette région vallonnée et ombragée, se sont rendus aux urnes mercredi, il y avait peu de Tibétains parmi eux.

« En reconnaissant que les Tibétains nés en Inde, comme moi, sont des citoyens à part entière, le gouvernement indien est magnanime » déclare de manière sardonique le poète activiste de 40 ans Tenzin Tsundue. Nouvelles et analyse de la plus grande élection.

« Mais l’annonce ne colle pas vraiment à la réalité politique » poursuit-il. « Nous sommes des étrangers en situation régulière, bien que sentimentalement nous nous appelons réfugiés, sujets à diverses restrictions sur des sujets aussi basiques que la liberté de mouvement en Inde et la propriété. Comment un étranger peut-il prendre part aux élections indiennes ? »

A Dharamsala, seuls 237 réfugiés Tibétains éligibles ont demandé leur inscription sur les listes électorales avant la date butoir du 15 avril, dit Harish Gajju, le magistrat de Dharamsala. 217 d’entre eux se sont vus remettre une carte d’électeur.

En savoir plus.

OSLO, 9 mai 2014 : Norvège: «sacrifié» par le gouvernement, le dalaï-lama reçu au Parlement.
(France-Tibet - internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga)


La Norvège a qualifié vendredi de « sacrifice » indispensable à la normalisation de ses relations avec la Chine la décision de son gouvernement de ne pas rencontrer le dalaï-lama, accueilli en revanche au Parlement. « Depuis quatre ans, nous nous trouvons dans une situation où il n’y a aucun contact politique avec les autorités chinoises. Cela rend impossible un dialogue sur les grandes questions difficiles comme le climat et les droits de l’homme », a déclaré la chef du gouvernement, Erna Solberg, à la radio NRK. « C’est donc un sacrifice nécessaire pour montrer à la Chine que nous jugeons important d’avoir un dialogue avec elle », a-t-elle dit, interrogée sur le refus de rencontrer le chef spirituel tibétain pendant sa visite à Oslo cette semaine pour marquer le 25e anniversaire de son prix Nobel de la paix. Ni le chef de la diplomatie ni le président du Parlement --pourtant tous deux ex-présidents du Comité parlementaire d’amitié avec le Tibet-- ni aucun autre membre du gouvernement n’ont souhaité rencontrer le dalaï-lama lors de sa visite de trois jours. En amont, la Chine avait multiplié les mises en garde quant à l’accueil réservé à celui qu’elle considère comme un « séparatiste ». Le dalaï-lama a en revanche été reçu vendredi au Parlement par des députés membres du comité pour le Tibet représentant toutes les formations politiques, y compris celles du gouvernement de droite. Accueilli à l’entrée principale alors qu’il avait un temps été question de le faire passer par une porte de service, le moine bouddhiste a dit être « un admirateur du système démocratique ». L’absence de rencontre ministérielle avec le dalaï-lama a été fustigée dans l’opinion publique, où de nombreuses voix ont critiqué la « lâcheté » du gouvernement et sa décision de brader ses valeurs pour ses intérêts économiques.
A lire sur Sudinfo
En savoir plus.
08/05 : Un tibétain se suicide pour protester contre une exploitation minière.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 8 Mai. Un homme de 32 ans est mort sur le lieu même de son suicide après être monté lui-même et s'être jeté du haut d'un immeuble mercredi en protestation contre l'exploitation minière dans la région de Tongbar, Comté de Chamdo, a rapporté la section US de Radio Free Asia.
Phakpa Gyaltsen, ont rapporté des tibétains locaux, avait dit qu'il voulait faire quelque chose pour exprimer l'opposition collective des tibétains aux activités minières dans la région, a dit une source tibétaine qui n'a pas voulu être identifiée, à la radio.

En savoir plus.
1°/05 : Lutte contre le blackout au Tibet : journée de  campagne pour la liberté de la presse.
(TCHRD)

La campagne "Lutte contre le blackout" vise à faire ressortir et à mettre fin aux extrêmes restrictions imposées aux journalistes indépendants et aux contrôleurs des droits de l'Homme afin de rendre visite et d'évaluer la situation sur le terrain au Tibet puisque les tibétains poursuivent leurs immolations de protestation et sont devenus victimes  d'abus des droits de l'Homme.

En savoir plus.
26/04 : Un moine arrêté à Ngaba après une manifestation solitaire.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 26 Avril. Un moine tibétainde 19 ansa été arrêté quelques minutes après sa manifestation solitaire dans les rues du comté de Ngaba aujourd'hui, a dit Kanyak Tsering, un moine en exil résidant ici, au monastère de Kirti.
Lobsang Tenpa, un moine du monastère de Ngaba dans le comté tibétain de Ngaba, avait drapé autour de sa tête un drapeau national tibétain dessiné à la main, et portait une grande photo du leader tibétain exilé le Dalaï Lama que Pékin injurie en le traitant de "loup en robe de moine".

En savoir plus.
26/04 : Quatre tibétains arrêtés à Palyul pour avoir refusé de vendre des terres à des chinois.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 26 Avril. 4 tibétains ont été arrêtés dans le comté tibétain de Palyul, dans la province tibétaine traditionnelle du Kham après le refus des tibétains de vendre des terres à une compagnie minière chinoise, a dit un tibétain exilé ayant des contacts dans la région.

Thupgah, Gadey, Kyamo et Jamyang, tous du village de Barchung dans la périphérie de Tromthar, ont été arrêtésle 21 Avril, a dit la source.

En savoir plus.
25/04 : Aucun ministre norvégien ne rencontrera le dalaï lama à Oslo.
(La Communauté Tibétaine de France - Huffingtonpost)

Aucun ministre norvégien ne rencontrera le dalaï lama lors de sa visite à Oslo en mai, a annoncé vendredi la Norvège, une décision controversée motivée par sa volonté de réchauffer ses relations glaciales avec la Chine.

Le chef de la diplomatie Boerge Brende a expliqué ce choix auprès de l’agence norvégienne NTB par "la situation complètement extraordinaire (qui règne) entre la Chine et la Norvège (...) sans contacts politiques réels" depuis plusieurs années.

Après l’attribution en 2010 du prix Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo qu’elles considèrent comme un "criminel", les autorités chinoises ont mis fin à tout contact de haut niveau avec leurs homologues norvégiennes.

Le dalaï lama est attendu du 7 au 9 mai à Oslo, sur l’invitation de groupes de sympathisants de la cause tibétaine, pour célébrer le 25ème anniversaire de son propre prix Nobel. Déjà à l’époque, la récompense avait ulcéré Pékin qui voit en lui un "séparatiste".

Cette semaine, le régime chinois a adressé une nouvelle mise en garde, se disant opposé "à ce que des pays fournissent une plateforme aux activités du dalaï lama qui visent à diviser la Chine".

En savoir plus.
25/04 : Des officiels chinois soudoyés pour détruire une briquetterie tibétaine, et ont tabassé les ouvriers.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 24 Avril. Les autorités chinoises de la région de Kyegudo dans la province traditionnelle du Kham ont détruit plusieurs briquetteries appartenant à des tibétains et tabassé des ouvriers sur l'ordre de propriétaires chinois de briquetteries le 20 Avril, a rapporté la radio "Voix du Tibet".
Un tibétain de Kyegudo qui vit maintenant en exil a dit que les autorités chinoises ont été soudoyées pour la somme de 60 000 yuan chinois par des propriétaires de briquetteries chinoises, pour appréhender les tibétains dans le village de Gapey.
"Avec les forces de police et armées de bulldozers, les autorités chinoises sont arrivées sur le site des briquetteries appartenant à des tibétains et ont détruit les fabriques; ils ont détruit les maisons construites par les ouvriers," a dit la source.


En savoir plus.
24/04 : Sous tension au Tibet, le Panchen-lama passe son 25ème anniversaire en prison.
(AgoraVox - Tibet libre)

Un enfant de 6 ans, Guendun Choekyi Nyima, avait été reconnu en 1995 comme réincarnation du Panchen-lama par le Dalaï-lama. Quelques jours plus tard, il était arrêté par les autorités chinoises et placé en détention. Depuis lors, nous sommes sans nouvelles de lui et de sa famille. Il aura 25 ans le 25 avril 2014, un anniversaire qui survient dans la répression au Tibet. Depuis les manifestations de 2008 où 400 Tibétains furent tués, et 5000 emprisonnés, un climat de terreur a conduit 131 moines et laïcs à s'immoler par le feu. Plus récemment, l'abbé d'un monastère a été arrêté pour ses prières pour les Tibétains, mais aussi des laïcs et des moines pour diverses activités jugées sensibles par les autorités chinoises.

La police chinoise a arrêté Khenpo Khedup, l'abbé d'un monastère de la région de Chamdo le 13 avril 2013, alors qu'il était sur le point de se rendre à Lhassa pour assister à une réunion bouddhiste. Il est actuellement détenu dans une prison de Chamdo. Il aurait été arrêté pour avoir créé des prières pour les Tibétains qui sont morts pour la cause tibétaine. Depuis février 2009, 131 Tibétains se sont immolés pour protester contre le gouvernement chinois. Nombre d'entre eux demandaient le retour du chef spirituel tibétain en exil, le Dalaï-lama .

Une semaine plus tôt, trois laïcs - phurbu, Trindu, Dadak - et un moine nommé Tendar ont été arrêtés dans la ville de Trido du district de Sog. L'arrestation des trois laïcs pourrait être due à des photos ou documents à caractère politique sur leurs téléphones portables, tandis que le moine aurait été arrêté en relation avec un texte appelant à l'indépendance du Tibet peint sur un pont de fer de la ville le mois dernier. Les autorités ont renforcé la surveillance de la ville avec un contrôle strict de tous les mouvements et interception des lignes de communication dans la ville de Trido. Six postes de contrôles strictes ont mis en place dans le région.

En savoir plus.
23/04 La République tchèque veut de meilleures relations avec la Chine et ne critiquera pas l’occupation du Tibet.
(Radio Prague)

La République tchèque entend améliorer ses rapports avec la Chine, essentiellement en raison des perspectives et de ses intérêts économiques. C’est pourquoi Prague ne critiquera plus Pékin pour l’occupation du Tibet. Le gouvernement a approuvé, ce mercredi, la visite du ministre des Affaires étrangères, Lubomír Zaorálek, et a déclaré son intérêt pour les investissements chinois en République tchèque. Le Premier ministre, Bohuslav Sobotka, a expliqué que son cabinet ne s’ingérera pas dans les affaires intérieures de la Chine et ne peut pas reconnaître le gouvernement tibétain en exil. Lubomír Zaorálek se rendra en Chine la semaine prochaine.

En savoir plus.
24/04 : Les organisateurs d'un événement en langue tibétaine contraints d'annuler le concours.
(Phayul.com)(

DHARAMSHALA, 23 Avril. Les autorités chinoises de la ville de Muge Nowa dans le Comté de Zungchu, préfecture de Ngaba, ont forcé les organisateurs d'un concours de langue tibétaine à annuler leur événement disant qu'il y avait "des implications politiques", a rapporté Radio Free Asia. Les autorités ont appelé les organisateurs, Drime et Lodroe Gyatsen, et leur ont ordonné d'annuler la compétition, a rapporté RFA, citant une source.

En savoir plus.
23/04 : Une visite du dalaï lama plonge la Norvège dans l'embarras.
(Le Parisien)

Une prochaine visite du dalaï lama embarrasse la Norvège, tiraillée entre sa volonté de réchauffer des relations déjà glaciales avec la Chine et la pression de l'opinion publique critique face à la "lâcheté" de ses dirigeants.
Le rencontrer ou l'ignorer? Dérouler le tapis rouge ou le faire passer par une porte de service? Les autorités norvégiennes tergiversent avant la venue du chef spirituel tibétain attendu le 7 mai à Oslo pour marquer le 25e anniversaire de son prix Nobel de la paix.

Déjà à l'époque, cette récompense avait ulcéré Pékin mais l'orage était passé. L'attribution en 2010 d'un autre Nobel au dissident chinois Liu Xiaobo a cependant précipité les relations bilatérales à un nouveau plus bas, les Chinois ayant gelé tout contact de haut niveau avec les Norvégiens.
Les tentatives d'Oslo de normaliser les relations avec la deuxième puissance économique mondiale ont échoué depuis, Pékin ayant visiblement décidé de statuer pour l'exemple.
Mercredi, la Chine a adressé une nouvelle mise en garde. "Nous sommes fermement opposés à ce que des pays fournissent une plateforme aux activités du dalaï lama qui visent à diviser la Chine, et nous nous opposons à ce que des dirigeants étrangers le rencontrent", a déclaré le porte-parole de la diplomatie chinoise, Qin Gang.
Pour ne pas jeter d'huile sur le feu, le président du Parlement norvégien, deuxième derrière le roi dans le rang protocolaire, a annoncé qu'il ne rencontrerait pas le religieux tibétain, reçu le mois dernier à la Maison Blanche par Barack Obama.
"Nos possibilités d??uvrer en faveur de nos valeurs (...) n'ont rien à gagner de l'impasse dans laquelle nous nous trouvons actuellement", a déclaré Olemic Thommessen sur la chaîne de télévision publique NRK.
Le chef de la diplomatie Boerge Brende a précisé qu'aucune décision n'avait encore été prise sur une éventuelle rencontre entre un membre du gouvernement et le dalaï lama au cours de sa visite qui, insiste-t-on au ministère, est "d'ordre privé".
"Nous devons être conscients du fait que, si les autorités norvégiennes reçoivent le dalaï lama, ce sera plus compliqué de normaliser nos relations", a-t-il déclaré devant le Parlement.
- 'Des mots vides' -
Cette gêne est d'autant plus patente que MM. Brende et Thommessen ont tous deux dirigé dans le passé le comité parlementaire pour le Tibet, le second jusqu'à l'an dernier.

En savoir plus.
20/04 : Froissée par le Royaume-Uni, la Chine annule le dialogue sur les droits de l’homme.
(La Communauté Tibétaine de France - The Epoch Time)

Publié le 18 avirl 2014 / par Matthew Robertson, Epoch Times

Les autorités chinoises ont récemment annulé le dialogue sur les droits de l’homme avec le gouvernement britannique, reprochant à ce dernier d’avoir tenu « des propos irréfléchis et négligents » concernant la situation des droits de l’homme en Chine.

Un rapport récemment publié par le Royaume-Uni aurait soulevé des « reproches et diffamations excessifs » quant aux droits de l’homme en Chine.

Le Rapport 2013 sur les droits de l’homme et la démocratie publié le 10 avril dernier par le Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth, définissait la Chine comme un « pays préoccupant ».

Ce rapport présente la même description de la situation des droits de l’homme en Chine que celle avancée par les groupes internationaux de défense des droits de l’homme et autres gouvernements occidentaux, notamment les États-Unis.

Les premières lignes de ce rapport indiquent que « la croissance économique de la Chine continue à contribuer aux droits économiques et sociaux des citoyens chinois ». « Leurs droits civils et politiques restent néanmoins considérablement restreints. »

Le paragraphe traitant de la Chine revient ensuite sur les cas de violation des droits de l’homme les plus marquant de ces dernières années. Il reconnaît également, mais prudemment, certains progrès quant au droits de l’homme en Chine, tels que la promesse faite en Novembre (mais abrogée depuis) de ne plus utiliser les organes de prisonniers exécutés en vue de transplantations.

Le ministère des Affaires étrangères chinois n’a pas précisé quelle était la partie du rapport qu’il définissait « d’irréfléchie et négligente ».


En savoir plus.
19/04 : Un tibétain arrêté pour avoir photographié une auto-immolation de protestation.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 19 Avril. Un parent du dernier tibétain qui est mort suite à une auto-immolation de protestation dans la région tibétaine de Tawu le 15 Avril, a été arrêté pour avoir pris des photos de l'auto-immolation et les avoir envoyées, a dit Lobsang Jinpa, un exilé tibétain.

Rikchung, qui possédait une boutique dans la ville de Khangsar où son parent Thinley Namgyal, 32 ans, s'est donné la mort par le feu, a été arrêté car les autorités chinoises l'accusent d'avoir pris des photos de la protestation de Thinley et les avoir envoyées à des forces extérieures.

En savoir plus.
17/04 : Un abbé parmi cinq tibétains arrêtés.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 17 Avril. Dans la région autonome du Tibet, la police chinoise a arrêté l'Abbé du monastère de Boeyak dans la ville de Menda à Chamdo. Khenpo Khedup a été arrêté le 13 Avril alors qu'il allait partir à Lhasa pour participer à une assemblée du centre d'études bouddhistes de la région autonome du Tibet a dit une source.

Les autorités surveillaient Khenpo Khedup, selon la même source, depuis novembre 2011. Khenpo Khedup, connu familièrement sous le nom de Chamdo Khendup, a été brièvement emprisonné un mois en 2013. Il est actuellement détenu en prison à Chamdo.

Une source tibétaine a dit que Khenpo Khedup avait dû être arrêté pour avoir initié des prières pour les tibétains qui sont morts pour la cause tibétaine.

En savoir plus.

15/04 : Dalaï Lama, liberté d’expression, droits de l’homme : La question du Tibet, une épine sous le pied de la Chine.
(LeSoleilonline)

BEIJING (Chine) - La question du Tibet semble être l’épine sous le pied des autorités chinoises. Face aux journalistes étrangers, les officiels en parlent avec prudence, circonspection et choisissent bien les mots qu’ils utilisent pour décrire la situation qui prévaut dans cette province autonome du sud-ouest de la Chine rendue célèbre par le Dalaï lama. Cette figure religieuse et politique vit en exil à Dharamsala, en Inde, depuis mars 1959, après le soulèvement d’une partie des Tibétains.

Deux membres du Centre chinois de recherches sur les questions tibétaines, Lian Xiangmin et Tsering Yangdzom, ont essayé d’expliquer à des journalistes étrangers la situation qui prévaut au Tibet, une vaste région qui s’étend sur plus de 1,2 millions de km2 pour une population à peine supérieure à 3 millions d’habitants. La rencontre s’est déroulée à Beijing le jeudi 10 avril dernier, dans l’après-midi, au siège de l’Association nationale des journalistes chinois. Le Tibet a accédé au stade de province autonome en 1965, après l’exil, en Inde, du Dalaï lama, en 1959. Depuis cette année, la région (l’une des cinq provinces autonomes de la Chine) passionne le monde et les médias qui s’intéressent aussi bien à sa religion (le bouddhisme) qu’à ses péripéties politiques.

En savoir plus.
15/04 : Homme tibétain s’immole au Kham Tawu, Tibet.
(La Communauté Tibétaine de France - Tibetpost International)

  Traduit par Cercle Tibet Verité

Dharamsala : – Un homme tibétain s’est immolé par le feu le 15 Avril dans le comté de Tawu dans la région de Kham est du Tibet pour protester contre l’oppression chinoise.

L’homme, identifié comme 32 ans Trinley Namgyal, auto-immolé dans une protestation apparente contre la poursuite des politiques répressives du gouvernement chinois dans les régions tibétaines. Namgyal lui mettre le feu autour de 12h06 (heure locale) près du bâtiment du gouvernement chinois dans Khangsar canton dans le comté de Tawu.

Les sources ont également dit Le Tibet Post que peu de temps après l’incident, le corps de l’homme a été transporté par les habitants du monastère Gongthal et cette condition est actuellement inconnu.

« Du monastère, il a été pris par les membres de sa famille et est soupçonné d’avoir succombé à ses brûlures graves,« sources.

L’incidence d’aujourd’hui porte le nombre total d’immolations connus au Tibet à 130 depuis Février 2009. L’année dernière auto-immolé en Juin nonne bouddhiste, dans une protestation apparente contre les politiques répressives chinoises au Tibet.

Grâce à trois précédente auto-immolation qui a eu lieu dans la région au cours des trois dernières années, la région a subi la répression sévères et a été soumis à des restrictions et des contrôles accrus.

Le régime chinois a accusé les auto-immolations sur les forces étrangères hostiles qui veulent séparer le Tibet de la Chine. Des centaines de personnes associées aux immolés ont été arrêtés. Certains ont été condamnés à des peines de prison ou la mort.

L’Administration centrale tibétaine basée à Dharamsala, en Inde, a lancé des appels exhortant les Tibétains à s’abstenir de prendre des mesures drastiques telles que l’auto-immolations. Les auto-immolés appelés pour le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama et la liberté pour le peuple tibétain.

source : http://www.thetibetpost.com/images/...

En savoir plus.
10/04 : Deux tibétains arrêtés pour avoir échangé des informations par téléphone.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 10 Avril. Les autorités chinoises du Comté de Sog ont arrêté deux tibétains du village n° 4 des faubourgs de Trido le 30 Mars, selon Ngawang Tharpa, un tibétain qui a des contacts étroits dans la région.
Les deux tibétains,Tseko et un homme non identifié, ont été arrêtés pour avoir échangé des photos et des informations politiques sur le Tibet, par leurs téléphones cellulaires, a dit Tharpa. "Ils ont été emmenés tous les deux dans le Comté de Sog, mais le lieu de leur détention est actuellement inconnu.
Tharpa a aussi signalé que beaucoup de personnes dans le Comté de Sog ont été arrêtées sans raison et la situation reste tendue.

En savoir plus.
10/04 : Un jeune tibétain arrêté pour une manifestation en solo à Dege.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 9 Avril. Un jeune tibétain a été arrêté par les autorités chinoises dans la ville de Mani Ghego, du Comté de Dege, de la province tibétaine traditionnelle de Kham, après une manifestation solitaire le 8 Avril; un vidéoclip de l'événement circule sur Facebook.
La vidéo, apparemment prise par un passant, montre le jeune tibétain lançant en l'air des tractset criant : "Longue vie Gyalwa Tenzin Gyatso (Dalaï Lama), le Tibet a besoin de liberté, pendant qu'il marchait dans la rue, se dirigeant vers les bureaux du gouvernement. Les passants pouvaient être entendus en train d'exprimer leur soutien au jeune.
Il n'y a pas d'autre information disponible sur ce jeune tibétain ni sur les conséquences de sa manifestation, si ce n'est qu'il a été arrêté.

En savoir plus.
09/04 : La Chine fore à 7 km de profondeur au Tibet.
(rfi.fr)

Pékin explore le potentiel pétrolier du Tibet par un puits spectaculaire.

La Chine fore à 7 km de profondeur au Tibet ! La localisation exacte est inconnue, la compagnie publique chinoise Sinopec qui a procédé au forage reste discrète, dans cette région autonome si sensible politiquement. Mais il s'agirait du plateau himalayen de Xigazê, à l'ouest de Lhassa et en direction du Bhoutan.

Aucun résultat pour l'instant, les carottes extraites du forage sont en cours d'analyse, mais les scientifiques chinois qui, selon Pierre Terzian de Pétrostratégie, ont volontairement laissé l'information se propager, sont déjà convaincus de l'énorme potentiel tibétain. L'ensemble du bassin du Tibet contiendrait, selon l'Académie chinoise des sciences géologiques, 70 milliards de barils de pétrole ; et peut être du méthane.

La profondeur du puits, 7 km, frappe l'imagination. Pourtant ce n'est plus un exploit aujourd'hui : en 1991, on a foré aussi profondément au pied des Pyrénées françaises, rappelle le géologue de l'IFP Energies nouvelles Roland Vially ! Sans parler du record mondial, 13 km, réalisés par les Soviétiques dans le granit près de Mourmansk en 1980.

Mais forer le Toit du monde reste un véritable défi : l'altitude raréfie l'oxygène pour le personnel des rigs de forage ; et si l'on décide de pérenniser le puits, il faudra le « recreuser » régulièrement pour éviter qu'il soit comblé, étant donné le rapprochement inexorable des plaques asiatique et indienne, à l'origine du massif himalayen. La Colombie et le Pérou sont parvenus à surmonter ces difficultés dans l'Altiplano, avec des contraintes tectoniques similaires, souligne le géologue Yves Mathieu. Alors pourquoi pas la Chine, si motivée à développer ses propres ressources d'hydrocarbures, dont le gaz de schiste.

Quelle que soit l'issue de ce forage spectaculaire au Tibet, la Chine affiche encore une fois sa volonté d'accroître son indépendance énergétique, vis-à-vis de ses fournisseurs du Moyen-Orient, d'Asie centrale et de Russie. Pékin accroît aussi de cette manière sa mainmise économique sur la région autonome du Tibet.

En savoir plus.
07/04 : Détentions illégales de manifestants en Belgique lors de la visite du président chinois.
(fidh)

Des Tibétains et des activistes belges de la cause tibétaine qui cherchaient à manifester pacifiquement pendant la visite de Xi Jinping à Bruges, en Belgique, le 1er avril ont été détenus pendant plusieurs heures et se sont vus confisqués des drapeaux tibétains. L’autorisation d’organiser une manifestation pacifique avait pourtant été accordée par le maire de Bruges.
Nos organisations [1] signalent les points suivants :

    Les détentions d’au moins 13 Tibétains et de 3 citoyens belges, qui étaient en route vers le lieu de rassemblement de la manifestation, ou bien se trouvaient près du lieu où le Président chinois devait faire un discours devant les étudiants du Collège d’Europe.

    Inge Hermans, musicienne à l’opéra d’Anvers et présidente de Vrienden van Tibet, a été arrêtée et fouillée lors de sa garde à vue et a été détenue dans une « cellule froide et humide » pendant plusieurs heures. La police lui a dit que lors de la visite de Xi Jinping qu’« il n’y avait pas de démocratie en Belgique » et que « les règles avaient changé ».

    La confiscation par la police de drapeaux tibétains contenus dans les sacs de civiles.

    Un manifestant tibétain a été jeté à terre par la police et un agent en civil a tenté de lui mettre du tissu dans la bouche pour l’empêcher de crier que le Président Xi devait parler au dalaï-lama (vidéo de l’incident disponible ici)

    Certains Tibétains en route pour la manifestation ont été enfermés dans un fourgon de police qui leur a dit que « seuls les Chinois sont autorisés à être là, pas les Tibétains ».

    Le chef de la police de Bruges a dit à un journaliste qu’à la demande des forces de sécurité chinoises , toutes les fenêtres sur la route du président chinois devaient être inspectées pour éviter que des drapeaux tibétains ou des photos du Dalaï-lama n’y soient placés. Le chef de la police a dit à la journaliste : « Les ordres étaient clairs : le président Xi ne devrait voir ou entendre aucune protestation tibétaine " (voir à ce propos l’article de Koen Theunes du 2 avril dans De Nieuwsblad).

En savoir plus.
04/04 : LA CHINE CONDAMNE UN MOINE TIBÉTAIN A 18 ANS DE PRISON.
(La Comunauté Tibétaine de France - Tibet.net)

Publié le 1 er Avril 2014 à 17 h 42

DHARAMSALA : Thardoe Gyaltsen , l’Administrateur du Monastère de Drongna du Comté de Driru dans la préfecture de Nagchu dans l’Est du Tibet ( incorporée à la Région Autonome du Tibet ) a été condamné à une peine de 18 ans de prison sur l’accusation présumée d’avoir conserver des photos et les discours de Sa Sainteté Le Dalaï Lama à la suite de quoi, le tribunal du Comté de Driru a prononcé cette sentence en Janvier de cette année.

Thardoe Gyaltsen est un moine tibétain dévoué qui est aussi un des Administrateurs du Monastère et a été condamné à la prison pour des raisons politiques comme "l’incitation au séparatisme" ce qui est en fait une façon de renier la noblesse de son travail au Monastère ainsi que dans les écoles avoisinantes." nous a rapporté une source fiable.

Thardoe Gyaltsen a, dans son enfance, rejoint le Monastère de Gaden en tant que novice, puis plus tard, celui de Drongna et nommé Maître de Chant ainsi qu’Administrateur de ce Monastère. C’est un moine profondément pieux et très engagé dans la pratique et la sauvegarde du Bouddhisme tibétain.

Le Monastère de Drongna a été fondé au 11 ème Siècle puis pratiquement détruit par les Forces chinoises lors de la Révolution Culturelle. Il a été reconstruit plus tard par l’Abbé Khenrab Choedak avec l’aide de son Maître de Chant Tenzin Wangchuk . Le Monastère est habité par environ 90 moines

Durant les manifestations pacifiques de Driru du milieu de l’année 2013 à la fin 2014, de nombreux moines de Drongna fûrent arrêtés et le Monastère sujet à de nombreuses descentes de police ainsi qu’à une surveillance accrue.Les moines de ce Monastère sont interdits de pratiques religieuses ainsi que de toutes activités monastiques.

En savoir plus.
03/04 : Karmapa : je soutiens sans équivoque l'approche de la Voie du Milieu défendue par  Sa Sainteté Dalaï Lama.
(tibet.net)

Ogyen Trinley Dorje, the 17th Karmapa or head of the Karma Kagyu school of Tibetan Buddhism, has for the first time slammed Beijing’s totalitarian rule in Tibet and come out in open support of Dalai Lama’s middle-path approach, or ‘meaningful autonomy’ to resolve the Tibetan crisis. In an interview with ET’s Dipanjan Roy Chaudhury in New Delhi, the Karmapa who has lived in exile in India since 2000 when he was just 14, expressed hope that a change in political situation in China will soon make the communist country change its policy towards Tibet, Edited excerpts:

En savoir plus.
02/04 : Goshul Lobsang torturé avec des injections provoquant des douleurs laisse un mot de défi trouvé après sa mort prématurée.
(TCHRD)

Une nouvelle information reçue par le Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et la Démocratie (TCHRD) indique que Goshul Lobsang, qui est récemment décédé de blessures, a reçu des injections destinées à causer et exacerber sa douleur pendant qu'il était torturé en détention. L'usage de méthodes de torture pour augmenter la douleur est habituellement utilisé conjointement avec d'autres techniques de torture. Par exemple, les chinois ont adopté des techniques de torture soviétique pour infliger plus rapidement la douleur.

En savoir plus.
1°/04 : Népal : Les réfugiés tibétains sont menacés par la pression exercée par la Chine.
(Human Rigths Watch)

(Katmandou) – Le Népal a renforcé les restrictions qu’il impose aux Tibétains vivant dans le pays en raison de fortes pressions exercées par la Chine, a déclaré Human Rights Watch dans un nouveau rapport publié aujourd’hui. Le nouveau gouvernement népalais devrait indiquer clairement à la Chine qu’il est prêt à accueillir en tant que réfugiés les Tibétains qui fuient la persécution, sans porter atteinte à leur droits fondamentaux à l’expression, à la réunion et à l’association pacifiques.

Le rapport de cent pages, intitulé « Under China’s Shadow: Mistreatment of Tibetans in Nepal » (« Dans l’ombre de la Chine : Abus à l’encontre de Tibétains réfugiés au Népal »), explique que les communautés de réfugiés tibétains au Népal font désormais l’objet d’une interdiction de facto de participer à des manifestations politiques, d’une limitation stricte des activités publiques promouvant la culture et la religion tibétaines, ainsi que d’exactions fréquentes aux mains des forces de sécurité népalaises. Parmi ces exactions figurent un recours excessif à la force, des détentions arbitraires, des mauvais traitements en détention, des menaces et des mesures d’intimidation, une surveillance portant atteinte à leur vie privée et une application arbitraire de définitions vagues et d’une portée excessive de la notion d’atteinte à la sécurité.

En savoir plus.
1°/04 : La Chine a condamné un écrivain et un ex policier tibétains à 13 ans de prison.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 1° Avril. Les autorités chinoises du Comté tibétain de Driru ont informé les familles de 2 tibétains arrêtés l'an dernier à Driru qu'ils ont été condamnés à 13 ans de prison, a dit un exlé tibétain de Driru.
L'écrivain tibétain Tsultrim Gyaltsen, 28 ans, qui écrivait sous le nom de plume de "Shokdrill" et son ami Yougyal, 27 ans, un ancien policier, ont été condamnés à 13 ans et 10 ans de prison, respectivement pour "trouble à l'ordre social" et "faute grave envers des officiels gouvernementaux.

En savoir plus.
1°/04 : Le chef des chants du monastère de Driru a été condamné à 18 ans de prison.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 1° Avril. Un moine tibétain du monastère de Drongma dans le Comté de Driru a été condamné à 18 ans de prison pour incitation au séparatisme, la plus commune et la plus arbitraire des allégations contre les tibétains engagés dans les manifestations anti chinoises, ou d'expression de loyauté au chef tibétain exilé le Dalaï Lama.

Thardoe Gyaltsen, le chef des chants et administrateur du monastère, a été prétendument trouvé en possession d'images du chef tibétain le DalaÏ Lama, et d'enregistrements de ses discours et enseignements, a dit Ngawang Tharpa, une source tibétaine qui vit ici.

En savoir plus.
1°/01 : Le rugissement du lion des neiges : L'écrivain tibétain Tashi Rabten relâché après 4 ans de prison.
(TCHRD)

Le Centre tibétain des Droits de l'Homme et de la Démocratie (TCHRD) salue la libération de l'écrivain Tashi Rabten, aussi connu sous le nom de Theurang, qui a purgé 4 ans de détention à la prison de Mianyang dans la province du Sichuan. Il avait été inculpé "d' activités incitant à la division de la nation", par la Cour populaire de Ngaba (Ch. Aba), le 2 juin 2011.
Tashi Rabten était étudiant à l'université des minorités du Nord Ouest à Lanzhou, dans la province de Gansu; il a été porté disparu le 26 Juillet 2009, quand l'université a fermé pour les congés d'été. Sa localisation est restée inconnue jusqu'au 6 Avril 2010, quand sa trace a été retrouvée au centre de détention de Ngaba dans le Comté de Barkham.

En savoir plus.
31/03 : Ils se rasent la tête face au Parlement européen pour le Tibet.
(7sur7.be)

En marge de la rencontre à Bruxelles du président chinois Xi Jinping avec les présidents des instances européennes Herman Van Rompuy, Martin Schulz et José Manuel Barroso, plus de 200 personnes, selon la police, se sont rassemblées lundi de 12 à 14 heures devant le Parlement européen pour réclamer le respect des droits humains en Chine et au Tibet.  Ce rassemblement a été organisé par la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme, l'International campaign for Tibet, l'Unrepresented nations and peoples organization et les communautés tibétaines et ouïghours.

Une cinquantaine de Tibétains, dont plusieurs femmes, se sont rasés la tête en signe de solidarité avec les 133 personnes qui se sont immolées par le feu au Tibet depuis 2009. Les pompiers ont veillé à éviter qu'un manifestant ne tente de s'immoler. Sur les pancartes, les militants demandaient au président chinois de rencontrer le Dalaï-Lama, d'entamer le dialogue ou de partir du Tibet. Ils dénoncent la détérioration des droits de l'Homme en Chine et au Tibet depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping.


En savoir plus.

31/03 : Le vétéran Tibetain Communiste Phunwang est décédé,le Dalai Lama exprime son chagrin.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, Le 30 Mars. Le vétéran communiste Bapa Phuntsog Wangyal est décédé à l'hôpital de Pékin dimanche. Il avait 92 ans.
Phuntsog Wangyal, plus connu populairement sous le nom de Phunwang était né à Bathang dans la province tibétaine du Kham en Janvier 1922. Il a fondé le parti communiste tibétain qui a ensuite fusionné avec le parti communiste chinois de Mao.
Il a écrit des lettres ouvertes aux dirigeants chinois, y compris Hu Jintao, les appelant à revoir leur attitude envers le Dalaï Lama, chef des tibétains en exil.

En savoir plus.
31/03 : Une nonne tibétaine s'immole par le feu en Chine.
(lemonde.fr)

Une nonne tibétaine a tenté de s'immoler par le feu samedi 29 mars afin de protester contre la politique répressive des autorités dans sa région, Kardze, préfecture de la province du Sichuan, une région tibétaine du sud-ouest de la Chine, ont rapporté Radio Free Asia (RFA) et l'organisation non gouvernementale Free Tibet, toutes deux sises hors de Chine.

Ni l'identité, ni l'âge, ni l'état de santé de la femme n'ont été révélés, les communications avec sa région ayant été coupées par les autorités, comme c'est le cas généralement après une immolation par le feu. La Tibétaine a enflammé ses vêtements dans un monastère et des personnes présentes sont intervenues pour éteindre le feu et l' emmener à l'hôpital, a indiqué à RFA Kalsang Gyaltsen, un responsable tibétain en exil en Inde. La plupart des Tibétains qui ont effectué le même geste sont morts de leurs graves brûlures.

En savoir plus.
30/03 : Jetsun Pema reçoit le GR8 ! Golden Scroll.
(La Communauté Tibétaine de France -  Phayul.com)

Publié le 27 Mars 2014

DHARAMSHALA, 27 mars : Jetsun Pema, plus connue sous le nom d’Amala, a été honorée du GR8 ! d’Or lors du 13ème GR8 !Women Award qui s’est tenu au Park Hyatt Hotel d’Hyderabad le 23 mars.

S’exprimant à cette occasion, la jeune soeur de Sa Sainteté le Dalai Lama a dédié la récompense à tous ceux qui luttent pour la cause du Tibet.

Sridevi, actrice de Bollywood, Tamannah Bhatia et la joueuse de badmington Saina Nehwal étaient parmi les récipiendaires. Les catégories dans lesquelles les femmes d’exception d’Hyderabad ont été sélectionnées cette année comprennent l’art, le cinéma, les sciences et technologies, l’éducation, le service social, la banque, les arts culinaires, etc… Le Gr8 ! Women Awards est une oeuvre de charité de la fondation ‘BETI’, qui a été présentée à Bombay au cours des 12 dernières années par Anu et Shashi Ranjan. “Les GR8 ! Women Awards sont une reconnaissance attendue pour les personnalités féminines et le prestigieux trophée qui accompagne la récompense a été remis à des femmes d’exception comme Asha Bhonsle, Shelia Dixit, Nita Ambani, Aishwarya Rai, Rajshree Birla, Sushmita Sen, Medha Patkar, Mahashweta Devi, Yamini Krishnamurthy, Sonal Mansingh, Gayatri Devi, et bien d’autres” dit Anu Ranjan, qui a fondé le GR8 ! Women Awards.

Jetsun Pema travaille depuis 40 ans en faveur de la situation critique des enfants tibétains réfugiés. Alors étudiante qui passait ses vacances à Dharamshala, Jetsun Pema aidait sa soeur Tsering Dolma à prendre soin des enfants de déplacés tibétains travaillant sur les chantiers de construction de routes. Après le décès de sa soeur, Jetsun Pema s’est occupé de la chambre d’enfants de Bhusokhang (comme elle était appelée à cette époque), elle n’avait à son commencement en 1960 que 51 étudiants. Aujourd’hui, elle est devenue l’une des plus grandes écoles d’Inde.

La plus jeune des trois soeurs du Dalai Lama, Jetsun Pema est un ancien kalon (ministre du Kashag, ou Cabinet tibétain), et elle a été la première femme ministre au Cabinet tibétain.

En savoir plus.
27/03 : The First Lady’s Travel Journal: A Taste of Tibetan Culture.
(tibet.net)

Chengdu, China. March 26, 2014. (Official White House Photo by Amanda Lucidon)

Chengdu is sometimes known as the “Gateway to Tibet” because it is located just a few hours from the towering mountains and rich culture of Tibet, which is a region of China.  There are roughly 6.5 million Tibetans in China, and they are one of the largest and most well-known minority groups in the country.

For centuries, Tibet was largely unknown to the outside world — but today, Tibetan Buddhism (the main religion in this area) and its spiritual leader in exile, the Dalai Lama, are known across the globe for their teachings on compassion, forgiveness and tolerance.  Tibet is also known for its beautiful, majestic landscapes.  Some of the world’s tallest mountains are located there – if you want to scale Mount Everest, you can start from a base camp in Tibet.

To experience some of the rich culture of Tibet, we headed to the Zangxiang Village Tea House for a traditional Tibetan meal that included the following items: truk ja (yak butter tea), yak soup made with highland barley, sha pa le (yak pie made with minced onion and celery), boiled yak ribs, samba (a dense bread made with barley) and steamed vegetables with barley.

En savoir plus.
27/03 : Michelle Obama generates Internet comment after Tibetan lunch.
(tibet.net)


(Reuters) – U.S. first lady Michelle Obama lunched at a Tibetan restaurant in China’s Sichuan province on Wednesday, prompting murmurs about “political overtones” on the country’s active Internet social networks.

Obama, her two daughters and mother visited the city of Chengdu as part of a week-long trip to China, where she has sought to promote education and boost cultural ties.

China has criticized the White House for its support for exiled Tibetan leader the Dalai Lama, denounced by Beijing as a separatist “wolf in sheep’s clothing”.

A senior administration official who accompanied Obama said the first lady simply wanted to meet Tibetans in Chengdu.

“Tibetans are an important minority group, and there is a sizeable Tibetan community in Sichuan,” the official said last weekend.

The restaurant was chosen because of the first lady’s interest in the rights of minorities in China, a member of Obama’s staff said, according to a pool report.

U.S. President Barack Obama met the Dalai Lama in February, a meeting denounced by Beijing as interference in its internal affairs.


En savoir plus.
24/03 : LYON / LA REVISITE DE L'HISTOIRE : « Jinping à Lyon, la liberté académique et la ré-écriture de l'Histoire ».
(France-Tibet)

«Sur les traces de Deng Xiaoping» - Visite de Xi Jinping à Lyon, la liberté académique et la ré-écriture de l'Histoire

24 MARS 2014 | PAR GBLEE

Traduction Google ... en attendant mieux
Merci de votre patience !

Président de la Chine, et le secrétaire général du Parti communiste chinois, Xi Jinping, est en visite en France cette semaine. Contrats Airbus seront signés, et les exportations de vins français ont discuté, mais la délégation chinoise a également décidé d'intégrer un aspect culturel et historique à des événements en visitant le site de l'ancien Institut sino-français de l'Université (1921-1946) situé à Lyon. A première vue, cette visite semble être une merveilleuse séance de photos pour la ville de Lyon. Cependant, des politiciens locaux et nationaux conscients des implications politiques et symboliques de cette décision? Prudence est exigé quand l'histoire est devenu un spectacle par un Etat déterminé à contrôler déclarations publiques et les comptes historiques concernant à la fois à la maison, et maintenant à l'étranger. En effet, les nouvelles histoires chinoises circulent déjà montrent que le principal objectif de la couverture chinoise de la visite est de souligner un retour aux sources orthodoxes du Parti communiste légitimité par allusion à la présence supposée de communistes légendes chinoises Zhou Enlai et Deng Xiaoping à Lyon. Ce dernier est toutefois une erreur historique totale. Un deuxième objectif est la démonstration de la RPC est responsable de façon rétrospective et en contrôle de toute l'histoire moderne de la Chine indépendamment de ses couleurs politiques passées.

S'en tenir à la neutralité en apparence politique et symbolique de l'économie aurait permis de la Ville de Lyon pour sauver la face. Certes, en organisant une visite d'Etat du chef de la plus grande dictature sur la terre est moins glorieuse, mais les contrats attractifs enrober la pilule qui, autrement, aurait été difficile à avaler.


En savoir plus.
23/03 : Lobsang Palden, l'auto-immolé tibétain, est décédé.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 23 Mars. Un moine tibétain du monastère de Kirti à Ngaba qui s'était lui-même mis le feu pour le 6° anniversaire du soulèvement de 2008 a succombé à ses brûlures vendredi vers 1h30 de l'après-midi heure locale.

En savoir plus.
21/03 : La Chine nie à nouveau son problème avec le Tibet mais ne peut réduire la critique au silence.
(France-Tibet - International Tibet Network)

Hier, au Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies à genève, la Chine a prouvé à nouveau qu'elle est indigne d'être membre du Conseil. En Novembre dernier, nous nous sommes ouvertement opposés à la réelection de la Chine au Conseil des Droits de l'Homme, et, grâce  à une pétition d'Avaaz, 1 million de personnes étaient d'accord avec nous. Pendant que la Chine peut continuer à faire fi des lois et tente de faire taire tous ceux qui critiquent par des rapports les droits de l'Homme qui y sont bafoués, cela ne pourra pas réussir à changer.
Durant l'année dernière, le Mouvement Mondial pour le Tibet a travaillé dur pour mettre en lumière le Tibet dans le contexte d'un processus appelé "Revue Périodique universelle de Chine". En Octobre, 14 gouvernements se sont dits concernés par le Tibet et ont fait des recommandations pour que la Chine améliore ses opérations de police envers les tibétains.

En savoir plus.
21/03 : La Première dame de Chine reçoit Mme Obama, et celle-ci a demandé à déjeuner dans un restaurant tibétain à Chengdu.
Merci Madame !
(Lefigaro.fr)

 La Première dame des Etats-Unis Michelle Obama était reçue aujourd'hui à Pékin par l'épouse du président chinois Xi Jinping, pour une visite censée renforcer les liens entre les deux premières puissances mondiales. Michelle Obama, ses filles Sasha et Malia et sa mère doivent rester sept jours en Chine, ce voyage étant consacré à des sujets peu controversés, comme l'éducation de la jeunesse, pour tenter de dissiper la méfiance qui caractérise les relations sino-américaines.



La Première dame chinoise, l'ancienne chanteuse et officier de l'armée Peng Liyuan, a fait découvrir aujourd'hui la calligraphie à Michelle Obama, lui servant aussi de guide dans la Cité interdite. Les maris des deux femmes, Xi Jinping et Barack Obama, doivent de leur côté se rencontrer la semaine prochaine lors d'un sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye. Michelle Obama et sa famille effectueront un circuit touristique classique, avec un passage dans la ville de Xian (nord) pour y voir sa célèbre armée de terre cuite et dans celle de Chengdu (sud-ouest) célèbre pour ses pandas. "Nous estimons que cette visite va promouvoir la compréhension mutuelle et l'amitié entre nos deux pays", a souligné jeudi Hong Lei, un porte-parole de la diplomatie chinoise.

Interrogé sur la raison du choix annoncé de Michelle Obama d'un restaurant tibétain pour l'étape de Chengdu, il n'a pas fait de commentaire. Le voyage de Michelle Obama, son premier en Chine et troisième à l'étranger sans son mari depuis leur arrivée à la Maison Blanche, a suscité quelques critiques aux Etats-Unis pour le coût élevé imputé aux contribuables et pour le fait qu'il évitait le sujet des droits de l'homme.

En savoir plus.

21/03 : La mort de Cao Shunli, un " coup énorme " porté aux droits de l'homme.
(Blog Médiapart - Pierre Guerrini)

Dharamshala, le 19 mars,

Les Tibétains en exil ont exprimé leur profonde tristesse devant la mort d'une militante chinoise des droits de l'homme, Cao Shunli, 52 ans, qui est décédée, la semaine dernière, dans un hôpital de Pékin . Condamnant le traitement infligé à Cao par les autorités pénitentiaires chinoises, le Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et de la Démocratie a déclaré que le mort de Cao est " un coup dur " pour le mouvement des droits de l'homme en Chine.




Le Centre tibétain pour les Droits de l'Homme et de la Démocratie a déclaré que les autorités chinoises doivent être tenues pour responsables de la mort de Cao qui se produit,  tout juste,  cinq jours avant l'évaluation prévue du Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies, de la deuxième présentation  du dossier des droits de l' Homme en Chine, dans le cadre du mécanisme d'Examen Périodique Universel ( UPR ), auquel Cao a présenté à la session précédente,  un rapport de la société civile détaillant le sort des pétitionnaires en Chine. Cao avait  été arrêtée  le 14 Septembre 201, alors qu'elle s'apprêtait à prendre un vol à destination de la Suisse pour  participer à une formation sur les droits de l'homme et les mécanismes des Nations Unies à Genève.

« La mort de Cao Shunli illustre de manière absolument tragique que la détention arbitraire, la torture, et, la mort en détention, sont répandus partout  dans la République Populaire de Chine, et ne se limitent pas au Tibet et aux minorités ethniques et religieuses ",  a déclaré Mme Tsering Tsomo,  directeur exécutif du Tibetan Centre for Human Rights and Democracy  ( TCHRD ).

En savoir plus.
17/03 : Le Comité du Sénat italien vote une résolution sur le Tibet.
(Communauté Tibétaine de France - Tibet.net)

DHARAMSHALA : Le Comité spécial pour la protection et la promotion des droits de l’homme au Sénat italien a adopté une résolution sur le Tibet. La résolution s’est appuyée sur le fond d’un témoignage de Kalon Dicki Chhoyang du Département de l’information et des relations internationales de l’Administration Centrale Tibétaine, au sénat italien en décembre dernier.

Dans son témoignage, Kalon Dicki Chhoyang a parlé de situation tragique au Tibet sous oppression du gouvernement chinois, des efforts sans relâche et de l’engagement des Tibétains pour préserver leur dignité et la culture tibétaine. Elle a demandé au Sénat italien de presser le gouvernement chinois d’engager le dialogue avec les envoyés de Sa Sainteté le Dalai Lama afin de trouver une solution à la question du Tibet par le biais de la voie médiane.

La résolution adoptée la semaine dernière par le Comité des droits de l’homme du Sénat italien demande instamment au gouvernement chinois de « cesser sur le champ l’oppression du peuple tibétain, et de reprendre le dialogue avec les envoyés de Sa Sainteté le Dalai Lama pour la mise en œuvre d’une véritable autonomie du peuple tibétain. »

Exprimant sa déception à propos de l’échec du dialogue sino-européen pour améliorer la situation des droits humains du peuple tibétain selon toute mesure significative, elle insiste sur le fait que la Chine devrait redoubler d’efforts pour s’attaquer à la situation des droits humains du peuple tibétain dans le cadre du dialogue sino-européen sur les droits de l’homme.

Elle presse les autorités chinoises de respecter la liberté de langue et de culture du peuple tibétain et d’autoriser l’enseignement du tibétain dans les écoles tibétaines.

En savoir plus.
17/03 : La Chine intimide les Tibétains par une démonstration de force le jour anniversaire du soulèvement.
(Communauté Tibétaine de France - Tibetan Revew)

Publié Le 14 mars 2014

Anticipant des protestations de la part de Tibétains en colère après plus de 5 décennies d’occupation le 10 mars, jour du 55ème anniversaire de leur soulèvement, la Chine a procédé à une démonstration de force massive et très intimidante dans les régions de peuplement tibétain de la République Populaire de Chine (service tibétain de Radio Free Asia, Washington, le 12 mars). Selon le rapport qui cite une source locale, la police et des unités paramilitaires participant à cette démonstration de force étaient « bien armées et très intimidantes ». Elles comprenaient des cortèges de véhicules blindés et des mouvements « menaçants » des troupes en uniforme.

Les unités stationnées le long des routes principales menant aux sièges des comtés cherchaient et interrogeaient les voyageurs tibétains, dit le rapport citant la source.

A Lhassa, la capitale historique du Tibet, la police et les unités paramilitaires ont mené le 9 mars un exercice commun ayant pour but affiché de « protéger la stabilité » et d’empêcher les immolations et autres protestations.

Les cibles particulières étaient les préfectures tibétaines de Chabcha (en chinois : Gonghe) et les comtés de Trika dans la préfecture de Tsolho (Hainan), et le comté de Bayan Khar (Hualong) dans la préfecture de Tsoshar (Haidong), toutes deux dans la province du Qinghai. Par ailleurs, le déploiement de forces a aussi été signalé dans le comté de Sangchu (Xiahe), préfecture de Kanlho (Gannan) dans la province du Gansu.

La Chine a imposé des contrôles serrés sur les échanges d’information à travers le plateau tibétain, rendant extrêmement difficile l’obtention d’informations même rudimentaires sur la situation dans les régions de peuplement tibétain.

En savoir plus.
17/03 :  Quatre tibétains arrêtés à Sog.
(Phayul.com)
.
DHARAMSHALA, 17 Mars. Deux moines tibétains ont été arrêtés dans le Comté de Sog par les autorités chinoises le 13 Mars de cette année, a dit Ngawang Tharpa, un exilé tibétain qui a des contacts avec la région.Les deux moines appartenaient au Monastère de Drilda où les prières du Grand Meunlam étaient en cours.

Le monastère a été cerné par les forces de sécurité de l'armée dimanche, 15° jour du Nouvel An tibétain, ou prières de Choenga Choepa.


Lobsang Dhargay, 19 ans, et Lungtok Gyaltsen, 18 ans, étaient allés à la ville de Chungma pour acheter des provisions requises par les moines durant les prières. Ils ont été retenus tous les deux alors qu'ils rentraient de leurs courses, car suspectés d'être impliqués dans la réalisation d'un graffiti sur lequel on pouvait lire "Le Tibet est indépendant", sur un pont de fer près de la ville.

En savoir plus.

17/03 : Résolution de solidarité par parlement tibetain en exil.
(Secrétariat du Bureau du Tibet à Paris, Tsering Dhondup - Tibet.net)

Bonjour tous les amis du Tibet,

Je vous envoie la résolution adoptée par le Parlement tibétain en exil sur la situation au Tibet.
 
Partagez avec vos representants élus et personnes / groupes intéressés SVP:

Cordialement,

Tsering Dhondup

Secretary
Bureau du Tibet
84 Boulevard, Adolphe Pinard
75014 PARIS

RÉSOLUTION DE SOLIDARITÉ

Attendu que :

Suite à son invasion du Tibet, le gouvernement chinois a fait de nombreux

efforts pour induire le monde en erreur en projetant la belle image d’avoir

« libéré un million de serfs tibétains de leur exploitation par les

propriétaires ». En fait, il a transformé le Tibet en colonie et continue

d’imposer une série de politiques extrêmement brutales et intransigeantes

de répression politique, ainsi que de discrimination ethnique et

économique, et une destruction incalculable de la religion, de la culture et

de l’environnement du Tibet. Par conséquent, des protestations sans

précédent et à grande échelle par des dizaines de milliers de Tibétains ont

éclaté à travers les trois grandes provinces traditionnelles du Tibet le 10

mars 2008. De plus, depuis le début de 2009 jusqu’à la sixième session

du 15
e Parlement-en-Exil Tibétain l’année dernière, plus de 120 Tibétains

et Tibétaines à l’esprit et au courage indomptables ont employé le plus

fort moyen de protestation pacifique contre les politiques intransigeantes

du gouvernement chinois et pour la liberté du peuple tibétain, et ont

sacrifié leur vie en s’auto-immolant. Encore 6 Tibétains se sont autoimmolés

depuis. Cependant, au lieu de mener une enquête impartiale sur

les causes des griefs des Tibétains et de mettre en oeuvre une politique de

recherche de la vérité à partir de faits basés sur les réalités de terrain au

Tibet, le gouvernement chinois a continué sa politique impitoyable de

tromper les gens avec, d’un côté, toutes les tentations monétaires

possibles et de l’autre, la répression militaire. De telles actions sont

rétrogrades et ne sont en aucune façon en phase avec la réalité du monde

d’aujourd’hui.

Selon les faits connus, au cours des six derniers mois le gouvernement

chinois a arrêté et détenu de façon arbitraire de nombreux Tibétains dans

les comtés de Driru, Drakgo, Dzamthang et Sog, sur de fausses

accusations. Il est difficile de confirmer les statistiques réelles sur le vrai

nombre d’arrestations, de cas de torture et de mort de Tibétains, ou même

sur le fait qu’ils soient morts ou vivants.

Selon un rapport du Centre Tibétain des Droits de L’Homme et de la

Démocratie basé à Dharamshala, le nombre total de Tibétains détenus ou

emprisonnés pour s’être engagés dans des activités politiques est de 920.

En exil, L’Administration Centrale Tibétaine, des organisations et des

individus continuent à s’engager dans de nombreuses activités pour

montrer leur soutien et leur solidarité avec les actes altruistes des

Tibétains à l’intérieur du Tibet. Depuis le 14
e Parlement-en–Exil Tibétain,

des séries de motions de condoléance et de solidarité ont été adoptées.

Au niveau international, beaucoup de gouvernements ont passé des

résolutions, publié des proclamations et des déclarations exprimant leur

profonde préoccupation sur la situation au Tibet et ont exhorté le

gouvernement chinois de mettre fin à sa politique répressive au Tibet. Ils

ont également appelé le gouvernement chinois à s’engager dans un

dialogue avec les représentants de Sa Sainteté le Dalaï Lama pour

résoudre le problème sino-tibétain.

Attendu que la situation au Tibet s’empire et devient dramatique, il est

donc impératif que la motion de solidarité ci-dessous soit adoptée.

Le Parlement-en-Exil Tibétain,

1. En recommandant l’esprit et le courage de tous les courageux Tibétains

et Tibétaines qui se sont auto-immolés, des membres de leurs familles et

de ceux qui endurent des souffrances pour la cause du Tibet, par la

présente exprime également sa solidarité.

2. Réitère fermement son appel au gouvernement chinois de mettre fin à

sa politique répressive au Tibet, de répondre aux aspirations des Tibétains

à l’intérieur et à l’extérieur du Tibet, qui souhaitent le retour de Sa

Sainteté le Dalaï Lama au Tibet ainsi que la liberté et les droits de l’homme

pour les Tibétains, et d’entamer immédiatement le dialogue pour résoudre

le problème du Tibet.

3. Exprime sa reconnaissance aux Gouvernements et aux Parlements du

monde pour avoir passé des résolutions de soutien et de préoccupation

pour la situation critique à l’intérieur du Tibet ; et pour les Groupes de

Soutien du Tibet, les Organisations Non-Gouvernementales, les militants

démocratiques chinois et les défenseurs individuels pour leur soutien au

travers de diverses campagnes non-violentes. Il appelle en outre à plus de

soutien pour résoudre le problème du Tibet en général et les problèmes

actuels et pressants à l’intérieur du Tibet en particulier. Il exhorte les

membres du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies à

convoquer une session immédiate sur le problème du Tibet et d’envoyer

des missions d’enquête pour évaluer la situation urgente à l’intérieur du

Tibet.

Le 11 mars 2014
Texte original par le lien ci-dessous.

En savoir plus.
16/03 : Deux tibétains s'immolent, un autre, détenu, se meurt.
(Blog.Médiapart - Pierre Guérrini)

Dharamshala 16 Mars,

Un moine tibétain s'est immolé par le feu aujourd'hui pour protester contre l'occupation chinoise du Tibet et sa ligne politique extrêmement  dure qui sévit  dans la région agitée de Ngaba, a déclaré Kanyag Tsering, un moine tibétain de monastère de Kirti.

Khechok Palden, également connu comme Lobsang Palden, moine du monastère de Kirti, jeune homme d'un vingtaine d'années, vient de  se mettre le feu en signe de protestation contre la politique de la ligne dure de la Chine,  à la " Pawoe Sanglam » ( rue des Martyrs ) à Ngaba, aux environs de 11h30 ( heure locale ).

La police chinoise s'est immédiatement rendue sur le lieu où le jeune homme s'est auto-immolé en signe de protestation, a aspergé le corps en feu, et l'ont emmené dans un véhicule. Rien n'a filtré de l'état de santé de Khechok Palden. On ne sait pas s'il est encore en vie ou a succombé à ses brûlures .

Ce 16 mars 2014  marque la sixième année depuis le début, en 2008, des manifestations de Tibétains dans Ngaba, au cours desquelles de nombreux  tibétains sont morts, ont été torturés ou emprisonnés, alors qu'allaient débuter les Jeux olympiques de Pékin. Trois moines du  monastère de Kirti  sont morts depuis 2011, de la même manière,  en mettant le feu à leur corps,  à la même date ( Mars 16) et, au même endroit .

En savoir plus.
16/03 : Un moine tibétain s'auto immole à Ngaba.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 16 Mars. Un moine tibétain s'est mis le feu en signe de protestation contre l'occupation chinoise du Tibet et ses politiques jusqu'au boutistes dans la région rétive de Ngaba, a dit Kanyang Tsering, un moine tibétain du monastère de Kirti.

Khechok Palden également connu sous le nom de Lobsang Palden, un moine du monastère de Kirti âgé d'une vingtaine d'années, s'est lui même enflammé en prorestation contre les politiques jusqu'au boutistes de la Chine dans le "Pawoe Sanglam" (la rue des Martyrs) dans la ville de Ngaba vers 11h30 du soir (heure locale). la police chinoise est arrivée immédiatement sur le lieu de la protestatio, a éteint le feu et l'a emmené dans un véhicule. On ne sait pas s'il est encore en vie ou s'il a succombé à ses brûlures.

En savoir plus.
11/03 : La survie de la culture et de la religion tibétaines est vital, dit Sa Sainteté le Dalai Lama.
(La Communauté Tibétaine de France - Phayul.com)

Publié le 11 Mars.
DHARAMSHALA : Décrivant la culture et la religion tibétaines comme un trésor pour le monde, Sa Sainteté le Dalai Lama a dit que les Tibétains doivent s’efforcer de garder leur culture et leur religion vivantes pour le soutien durable de la communauté internationale à la question du Tibet.

« En tant que Tibétains, nous devons préserver notre identité, notre culture et notre religions, uniques. Si nous pouvons préserver notre culture et notre identité, le soutien international à la cause tibétaine durera » a dit Sa Sainteté le Dalai Lama dans son discours aux membres du Parlement en exil après l’inauguration du nouveau bâtiment.

Sa Sainteté a souligné que la langue tibétaine est l’un des facteurs d’union du peuple tibétain les plus forts. De plus, la langue tibétaine est la seule langue dans laquelle le bouddhisme issu de l’école indienne de Nalanda est préservé, a-t-il dit, ajoutant que la langue et la culture tibétaines sont devenues un trésor inestimable pour le monde. Le meilleur moyen pour les Tibétains de préserver leur culture et leur religion, et de les faire résonner, est l’étude.

Sa Sainteté a dit que suite à la passation de ses pouvoirs politiques, il concentrerait ses efforts sur la promotion de la responsabilité universelle et de l’harmonie religieuse dans le monde.

En tant que Tibétain, Sa Sainteté a dit continuer à faire des efforts constants pour garder vivantes la culture, la religion et l’identité tibétaines, comme un peuple à part. En retour, cela aide la cause tibétaine, a-t-il ajouté.

Sa Sainteté le Dalai Lama a ensuite dit que ses aspirations et sa vision à long terme pour démocratiser la communauté tibétaine ont trouvé leur aboutissement dans la transmission de son autorité politique à un dirigeant démocratiquement élu en 2011. Il a dit que l’Administration Centrale Tibétaine n’est plus à présent tributaire d’une seule personne.

En savoir plus.
14/03 : Free Tibet- Le témoignage d’un ancien prisonnier tibétain.
(Partireninde.com)

    « Tous et chacun, nous sommes responsables. Nous sommes en charge de prendre soin de ce monde pour les générations futures. C’est pourquoi, je partage mon histoire avec vous aujourd’hui, pour que vous puissiez la transmettre aux quatre coins du monde… »

Free-Tibet-chinois-armée

 En détention pendant 5 ans, de 1996 à 2001 pour avoir distribué des tracts contre l’occupation du gouvernement chinois au Tibet, cet ancien prisonnier politique est là, aujourd’hui, pour nous raconter ce dont il a été témoin et plus particulièrement ce qu’il a subi pendant ces cinq longues années de détention.

Il nous examine soigneusement pendant quelques secondes pour finalement nous partager son récit qu’il entame par la description de son village d’enfance. Il se souvient du soleil sur la cime des grands arbres qui entouraient son village faisant face à l’Himalaya. Il jouait et s’amusait dans cette forêt, après l’école, avec ses camarades : libre et insouciant.

 Moine bouddhiste, il apprend à vivre au rythme des prières et des méditations, ainsi il mène une vie plutôt paisible, pendant 6 ans, dans son monastère, situé dans le sud du Tibet, jusqu’à l’arrivée de l’armée chinoise en 1959.

Dès lors, l’armée chinoise investit le Tibet détruisant et réduisant à néant toutes les croyances et enseignements des Tibétains pour laisser place à l’idéologie communiste imposée par Mao Zedong. Elle investit même les monastères. Le gouvernement chinois force les moines à intégrer la culture chinoise, à apprendre le mandrin et abandonner totalement l’enseignement bouddhiste. La Chine impose des règles parfaitement arbitraires.  Elle interdit officiellement la possession de toutes représentations du Dalai lama sous peine de sanction sévère (Règle encore en vigueur aujourd’hui).

Il nous explique les conditions de détention, torturés, mal nourris, les prisonniers politiques sont soumis à de longs interrogatoires quotidiens afin de leur soutirer des informations sur les opposants. Frappés, battus à coup de bâtons, ils reçoivent régulièrement des décharges électriques les laissant inconscients un, deux parfois trois jours. L’armée chinoise ne manque pas d’imagination pour faire de la vie de ses hommes un enfer (insrtuments de torture, privation etc.). Un grand nombre de  prisonniers politiques n’en ressortent pas vivant. (Environ 20 % des 400 détenus politiques de la prison de Changsha selon l’ancien moine)

Durant ses longues années de détention, il nous explique qu’il rêve aux arbres, à la forêt de son petit village  d’enfance, au pied de l’Himalaya. Un souvenir auquel il se raccroche alors qu’il est totalement coupé du monde extérieur.


En savoir plus.
13/03 : Le Premier ministre tibétain proclame 2014 “année de Sa Sainteté le Dalai Lama”.
(Communauté Tibétaine de France - Phayul.com)

Publié le 11 mars 2014

Par Phuntsok Yangchen

DHARAMSHALA, 10 mars : Le gouvernement tibétain en exil à annoncé aujourd’hui que 2014 sera observée officiellement comme l’année de Sa Sainteté le Dalai Lama pour rendre hommage à son leadership visionnaire et sa contribution au Tibet et au monde.

Le chef spirituel tibétain, Sa Sainteté le Dalai Lama, revenu de sa tournée aux Etats-Unis, n’a pas assisté aujourd’hui à la commémoration officielle du 55ème anniversaire du soulèvement national tibétain. Après avoir transmis ses pouvoirs politiques à un dirigeant élu en 2012, le Nobel âgé de 78 ans est resté depuis l’an dernier à l’écart des commémorations du soulèvement national tibétain.

« Depuis l’âge de 16 ans, Sa Sainteté le Dalai Lama a œuvré pour le Tibet et a fait connaître au monde le Tibet et les Tibétains. Grâce à lui, nous pouvons vivre en exil en gardant la tête haute » a dit ici le Premier ministre tibétain Lobsang Sangay dans son discours à l’occasion du 55ème anniversaire du soulèvement national tibétain.

Le premier ministre Sangay a hissé le drapeau national tibétain alors que l’hymne national tibétain était chanté. Une minute de silence a été observée pour rendre hommage aux Tibétains qui ont perdu la vie pour la cause du Tibet.

Le Premier ministre tibétain a également renouvelé l’engagement de son gouvernement dans la voie du milieu pour résoudre la question tibétaine. « Une véritable autonomie pour le Tibet par le biais de la voie médiane aspire à remplacer la répression politique par la liberté fondamentale, la marginalisation économique par la responsabilisation économique, l’assimilation culturelle par la promotion culturelle et la destruction de l’environnement par la protection de l’environnement. »

Il a également envoyé un message aux Tibétains du Tibet, disant que le gouvernement tibétain en exil écoute leurs appels à mettre fin à la répression et aux souffrances. « Notre voyage pourrait être long et les défis peuvent sembler décourageants mais nous y parviendrons » a-t-il ajouté.

Il a aussi noté que si les Tibétains demeurent unis, et apportent les riches traditions des anciens pour interagir avec l’innovation et le dynamisme de la jeune génération, le gouvernement chinois devrait répondre aux aspirations des Tibétains.

En savoir plus.
11/03 : « Un drapeau pour le Tibet »
(czech.cz)

  Dans le cadre de la campagne européenne « Un drapeau pour le Tibet », 599 mairies, villes et villages ainsi que 96 écoles, collèges et universités de République tchèque ont hissé le drapeau tibétain ce lundi 10 mars, date marquant le 55e anniversaire du soulèvement tibétain contre les Chinois, qui avaient envahi le territoire indépendant du Tibet au mois d’octobre 1950. Le soulèvement du 10 mars 1959 avait conduit à la mort au moins 80 000 Tibétains. Par la suite près d’un million de personnes ont péri de la famine liée aux réformes agraires et culturelles impulsées par les autorités chinoises, dans des prisons ou des camps de travail.

 Radio Prague.
 

« Un drapeau pour le Tibet », tel est le nom de l’ambitieuse campagne européenne, créée dans les années 1990, qui veut attirer l’attention sur la persistance de la violation des droits de l’homme. L’initiative se veut solidaire du peuple tibétain, de leur volonté de conserver leur identité nationale, et d’obtenir un statut de pleine autonomie pour leur pays. A Prague, à l’initiative de l’organisation non gouvernementale Amnesty International, des dizaines de personnes se sont également réunies ce lundi devant l’ambassade de Chine, dans le quartier de Bubeneč, pour manifester leur désaccord avec la présence chinoise au Tibet. La porte-parole d’Amnesty International, Martina Pařízková, a tenu à souligner l’intérêt de cette action :

En savoir plus.
12/03 : La Disneyfication du Tibet.
(Blog Médiapart - Pierre Guérrini)


La Disneyfication du Tibet,

Ou comment le tourisme devient un outil de l'occupation


Par Pearl Sydenstricker,

 

Les touristes chinois Han déferlent sur le Tibet, mitraillent de photos l'intérieur des temples, restant ostensiblement bouche-bée, ébahis, stupéfaits devant des rituels sacrés, et se gaussent ouvertement de cette culture.

Dans l'est du Tibet, en haut d'une montagne, il est un lieu où les cadavres sont  - il s'agit d'un rituel tibétain très ancien - donné en pâture aux vautours. C'est un coin de verdure épaisse vertigineusement à pic au-dessus duquel flotte,  au vent qui souffle sur ces hauteurs,  une bande de drapeaux de prière blanchis par le soleil.

Sur cet étal du temps, les corps des trépassés sont à la découpe.

Traditionnelles  " sépultures de ciel "  Tibétaines qui  ritualisent la remise et la restitution à la nature de la vie humaine, au lieu que de la nier. Au lieu de la crémation,  ou de mettre le corps dans une boîte, protectrice, les Tibétains les donnent à manger, morceaux après morceaux, à toute une armada de volatils, à toute une bande de charognards, d'oiseaux lourds et massifs aux cris rauques, dont les abrupts avoisinants gardent en mémoire l'écho qui, inlassablement, s'y répercute.

Maintenant, et désormais, le gouvernement chinois a fait de ce rite sacré, un spectacle de 5 $ pour les touristes chinois Han.

Les vautours sont toujours les premiers à arriver, bien avant les moines et les entrepreneurs de pompes funèbres. Ou plus exactement, l'officiant, préposé et habitué à " la découpe ".  Après que le corps soit démembré, découpé savamment, les oiseaux se déplacent lourdement sur le sol, et commencent par les yeux et les morceaux plus " faciles ", doigts, oreilles, orteils. Les entrepreneurs de pompes funèbres sont là avec des maillets et des haches pour découper le corps en morceaux adaptés et veillent à ce que rien ne soit laissé pour compte.

Cœurs et âmes sensibles s'abstenir.

En savoir plus.
11/03 : Déclaration de l’Honorable Sikyong, le Docteur Lobsang Sangay à l’occasion du 10 mars 2014.
(Communauté Tibétaine de France)

Il y a cinquante cinq ans en ce jour, des milliers de Tibétains se rassemblèrent spontanément devant le palais du Potala à Lhassa, capitale du Tibet, pour protéger le Dalaï Lama et protester contre l’occupation de leur pays par l’Armée rouge de la République populaire de Chine. Sept jours plus tard, Sa Sainteté le Dalaï Lama quittait Lhassa pour se rendre en Inde. Quatre-vingt mille Tibétains le suivirent en exil.

Je me suis rendu à Tawang dans l’Arunachal Pradesh en janvier dernier et j’ai été inexplicablement ému de voir la route que suivit Sa Sainteté pour entrer en Inde. Je me suis aussi rendu à Bomdila et à Tuting, où des milliers de Tibétains vinrent chercher refuge et où un certain nombre d’entre eux se trouvent encoreaujourd’hui, vivant dans les mêmes camps d’accueil pour réfugiés où ils s’étaient installés à leur arrivée. Force est de constater que de nombreux vieillards forcés de faire le voyage vers l’exil en 1959 sont morts sans avoir pu

réaliser leur rêve de retourner dans leur patrie. De même, des Tibétains, dont on ignore le nombre, sont morts au Tibet sans avoir retrouvé leur famille ni avoir pu à nouveau jouir de la liberté. Mais j’éprouve un grand réconfort à l’idée que leurs rêves et leurs espoirs continuent de vivre et grandissent chez leurs enfants.

Des manifestations de résistance et de détermination organisées par les Tibétains à l’intérieur du Tibet – parmi celles-ci les révoltes et la résistance des années 1950 dans les régions du Kham et de l’Amdo, les manifestations à Lhassa au cours des années 1980, la rébellion générale de 2008 et enfin les immolations récentes – montrent bien que la lutte au Tibet n’est pas près de se calmer. Aujourd’hui, c’est une nouvelle génération de Tibétains qui mène cette lutte à la fois au Tibet et en exil. C’est une génération plus jeune de Tibétainsau Tibet qui, clairement et à voix haute, réclame leur identité nationale, leur liberté et leur unité. Nombreux sont les Tibétains en exil, appartenant eux aussi à cette jeune génération, qui participent à des actions similaires. Des écoliers à Chabcha ont réclamé que soient dispensés des enseignements en langue tibétaine dans leurs établissements scolaires ; des Tibétains à Driru ont refusé de hisser le drapeau chinois sur les toits des maisons et nous avons été informés de la levée de boucliers que provoquèrent les morts et la catastrophe écologique survenues à la mine de Gyama à Medrogongkar. Ces manifestations démentent de façon irréfutable la propagande chinoise affirmant que, "sauf pour quelques-uns, les Tibétains sont heureux au Tibet."

En savoir plus.
.
11/03 : Des milliers de tibétains à New York pour commémorer le soulèvement national tibétain.
(Phayul.com)

New York, Le 11 mars. Des tibétains et leurs supporters brandissant des drapeaux tibétains colorés ont traversé à pied le Pont de Brooklin jusqu'aux Nations Unies ce matin pour marquer le 55° anniversaire du jour du soulèvement national et des 5 années depuis la première auto-immolation au Tibet.
Des tibétains et leurs supporters se sont retrouvés sur la place Dag Hammarskjold en face du quartier général des Nations Unies à New York pour commémorer le 55° anniversaire du jour du soulèvement national tibétain.

En savoir plus..
10/03 : Il y a 55 ans.
(Blog Médiapart par Poppie)

Il y a 55 ans, le 10 mars 1959, la population de Lhassa se soulevait pour protester contre l'occupation chinoise,  la réponse fut un bain de sang et le départ du Dalaï Lama en exil.

Comme chaque année, les Tibétains commémorent cette date funeste.  A Paris aujourd'hui, ils devaient manifester, en défilant du Trocadero à l'Ambassade de Chine pour demander solennellement la reprise de pourparlers, afin d'obtenir une autonomie effective de la Région autonome du Tibet et le respect de leurs personnes.  Le président français doit très prochainement rencontrer la plus haute autorité chinoise, il serait utile que cette question soit évoquée, et pas les seules relations commerciales.

J'ai trouvé, sur le site de la Communauté Tibétaine de France, ce document qu'un visiteur français avait fait parvenir au terme d'un voyage sur le Toit du Monde, l'an dernier.   Il garde hélas toute son actualité aujourd'hui, plus de 120 immolations plus tard (125 je crois), la situation -si c'est possible-   se durcit toujours davantage.

Un Français, qui a voulu garder l’anonymat, nous envoie ce témoignage qui accuse. Il rentre d’un voyage dans un Tibet sinisé par la force qui perd son identité, sa culture et son âme. Dans l’indifférence des nations du monde, le Tibet est à l’agonie.

Je rentre du Tibet. C’était mon troisième séjour et sans doute le dernier jusqu’à ce que la situation évolue dans un sens positif.

En 1997, après un voyage au mont Kailash, je considérais que rien ne tuerait l’âme des Tibétains. Cette fois, mon appréciation sera beaucoup plus nuancée. Ce que j’ai pu constater, c’est l’évolution négative du Tibet en trois ans.

D’abord constat est fait que les Chinois sont partout. De la frontière à Zangmu, en passant par Tingri, Sakya, Shigatse ou Gyantse, ils sont partout. A Sakya, lieu culte, ils construisent aussi des bâtisses sans âme, aux couleurs bleu des vitres et blanche des murs en carrelage. C’est abominablement laid. Au monastère de Tashilumpo, nous avons assisté à un festival tibétain sous le regard d’officiers chinois. Nos billets, pris le matin, étaient valables pour l’entrée au spectacle, moyennant dix yuans de plus : le moine à l’entrée refusa nos billets et prétexta que nous devions repayer.

Quand nous lui avons objecté que ce n’était pas vrai, il a sorti le talkie walkie et a contacté la police chinoise, « China police », comme il l’a si bien hurlé. A Lhassa, pendant la visite de certains monastères, des espions étaient là, surveillant faits et gestes. Les caméras sont partout, les officiers aussi. Sur les étals à Lhassa, je n’avais jusqu’alors jamais remarque les services à assiettes à l’effigie de MAO. Désormais ils sont bien mis en évidence. Par ailleurs la chaîne de télévision "tibétain" qui diffuse en chinois........montrait le soir un "reportage dit culturel" sur le Tibet : je

découvris ainsi des parades militaires, face au Potala, et plus grave un reportage tourné dans un village tibétain. Une équipe munie d’un projecteur, écran et vidéo, projetait, devant les Tibétains assis, un film (d’endoctrinement) rappelant l’œuvre de MAO : sans doute cette méthode vise t’elle à libérer une fois de plus l’esprit des tibétains spectateurs....... !". Bref, les Chinois occupent la place.

Ce que je constate, c’est la marginalisation du peuple tibétain dans son propre pays. Marginalisation du fait que la majorité de la population est chinoise donc, par déduction, les Tibétains sont minoritaires. Marginalisation du fait que les Chinois ont par exemple demandé aux vendeurs du Barkhor d’aller exercer ailleurs ; les vendeurs se retrouvent à cinq cents mètres du Barkhor. Une amie tibétaine, rencontrée en 1998 et revue à Lhassa sur son étal, m’en a donné l’explication : " Je suis là parce que la police chinoise m’a demandé de me mettre là, Mindou, gyami yakpo mindou !". A terme, c’est sans doute la fermeture de ces commerces.

En savoir plus..
07/03 : Le Tibet fermé aux touristes à l’approche du 10 mars 2014 commémorant le soulèvement de 1959.
(Agoravox)

    Suite aux manifestations de 2008 au Tibet lourdement réprimées par l’Etat chinois (il y eu plus de 200 morts, 5000 prisonniers, des condamnations à de lourdes peines de prisons et des exécutions), la situation au Tibet n’a cessé d’empirer : emprisonnements, tortures, disparitions forcées, violences des forces de polices contre des rassemblements pacifiques entraînant des morts. Depuis 2009 au Tibet, 130 Tibétains se sont immolés par le feu pour protester contre la répression des autorités chinoises. La plupart sont morts. En 2013, près de 90 Tibétains ont été condamnés, dont un à mort, en raison de liens présumés avec les auto-immolations dans l'Amdo. A l'approche d'anniversaires sensibles, les autorités chinoises ont fermé le Tibet aux observateurs étrangers, tandis que la présence policière et militaire s’est renforcée.

En savoir plus..

Chamdo (TIBET), 6 mars 2014 : un Moine meurt suite aux sévices subis en détention.
(France-Tibet  - Radio Free Asia)


Un moine tibétain était arrêté la semaine dernière par la police chinoise, accusé de détentions d'écrits et d'enregistrement politiques sensibles, est mort des suites des coups reçus en garde à vue, révéla une source tibétaine.

Tashi Pajlor, 34 ans, moine du monastère Wenpo, préfecture de Chamdo ( Changdu en chinois), Région Autonome du Tibet, est décédé dans le transport qui le menait à l'hôpital, le lendemain de sa garde à vue.

Il s'agissait d'écrits et d'enregistrement de discours du Dalaï Lama et de Lobsang Sangay


En savoir plus..
05/03 : Une auto-immolation jette une ombre sur le Congrès National du Peuple.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 5 Mars: Une femme se serait mis elle-même le feu place Tiennanmen alors que le 12° congrès national du peuple (NPC) de Chine commençait dans le grand Palais du Peuple à Pékin ce mercredi, deux jours après la violente attaque dans une gare qui a fait 29 morts et plus d'une centaine de blessés dans la ville de Kuming.

En savoir plus..
28/02 : Un moine tibétainemprisonné pour 3 ans pour avoir défié la loi chinoise.
(Radio Free Asia)

Une Cour de la province chinoise du Sichuan a infligé une peine de 3 ans de prison à un moine tibétain suspecté d'être impliqué dans une manifestation contre la loi chinoise dans les régions tibétaines, ont dit des sources.
Lobsang Soepa, 43 ans, a été condamné le 20 Juin 2013, dans le Comté de Marthan à Hongyan, dans la préfecture autonome tibétaine de Ngaba (Aba), a dit un tibétain vivant en exil au service tibétain de RFA cette semaine.

En savoir plus..
28/02 : Pour échapper à l’arrestation, un jeune Tibétain se poignarde.
(Communauté tibétaine de France - Phayul.com)

Publié mardi 25 février 2014, DHARAMSHALA, 25 février : Selon des sources en exil, un Tibétain s’est poignardé à mort à Chamdo, comté de Markham, le 20 février, pour échapper à l’arrestation par les autorités chinoises.Tashi Tsering, 28 ans, s’est poignardé devant la police chinoise quand elle s’est approchée pour l’arrêter au motif de sa soit- disant implication dans les manifestations anti-chinoises de 2088 dans la région.A la suite des manifestations contre le gouvernement chinois en 2008, les autorités (...)

En savoir plus..
28/02 : Rudesse au pays, suggestions à la diaspora.
(par Pierre Guérini - Club de Médiapart)


Dharamshala, le 25 Février

Les autorités chinoises du comté de Machu ont libéré un prisonnier politique tibétain, en fort mauvaise santé, de crainte qu'il ne meurt en détention, a rapporté Radio-Free Asia.

Il n'est pas, mais alors pas du tout, très vaillant, et,  en très grande forme, le pauvre Goshul Lobsang, âgé de 43 ans, à force de sévisses continuels et multiples, d'un raffinement aisément imaginable.

Après l'avoir malmené, battu et torturé, à l’image de combien de dizaines de milliers d’autres torturés et assassiné, dans le silence des espaces sans fin des hauts plateaux du toit du monde, depuis plus d’un demi-siècle d'acharnement du régime des Hans et de son administration,  à la  « mise en valeur à la chinoise », sur toute la surface de ce pays-occupé d’une superficie égale à deux fois celle de l’Europe, après l'avoir, donc, malmené, battu et torturé tant et si bien qu'il n'est même plus bon à être encore malmené, battu et torturé, il sert donc à plus rien,  par crainte qu'il ne s'éteigne dans les geôles chinoises, il s’est trouvé être gracieusement et presque subrepticement libéré, le 27 octobre dernier, par crainte des autorités chinoises que sa mort en prison n'entraine, ne provoque troubles et représailles de la part de la population tibétaine.

Lobsang Goshul avait organisé et activement participé à une manifestation contre le régime de l’occupant chinois, dans le comté de Machu, lors du soulèvement général de la population tibétaine et des insurrections réprimées dans le sang, qui balayèrent toute l’étendue du plateau tibétain de 2008. Goshul Lobsang  était entré dans la clandestinité quand les mesures de rétorsions se sont abattues sur tous les participants des manifestations, et la chasse à l'homme systématisée.  Il fut arrêté par des fonctionnaires de la sécurité publique dans ce même comté en mai 2010.

Lobsang vit avec sa femme et ses deux enfants. Il avait étudié à l'école de transit pour les adultes au T.C.V.  ( Tibetan Children's Village )  de Suja en 1992.

En savoir plus..
28/02 : LOSAR 2141.
(par Poppie - Club deMédiapart)

Dimanche 2 mars et pendant trois jours, le Tibet et ses amis vont célébrer le LOSAR, le Nouvel An tibétain.  Cette nouvelle année qui commence, et porte dans leur calendrier le millésime 2141, sera celle du cheval de bois.
Losar Tashi Delek!

 Nous aimerions rappeler à cette occasion que le Tibet, ce magnifique Pays des Neiges, est toujours pour ceux qui en sont originaires une immense prison à ciel ouvert.   Sa culture originale est toujours vivace pourtant, et malgré des efforts incessants pour l'éradiquer, elle persiste et se fait connaître hors de ses frontières.

A l'heure où le monde entier est à feu et à sang, et où  -toutes idéologies confondues-  la tendance est à la pression grandissante sur les masses populaires,  pendant que des élites jouissent des fruits du "progrès", reste un homme qui inlassablement parcourt le monde pour tenter d'y promouvoir la paix.   Ce n'est pas une posture, c'est le fondement même de la culture de son pays : Tout homme aspire au bonheur et à la cessation de la souffrance et des causes de la souffrance.    Cet homme n'a  plus aucune fonction politique, y ayant volontairement renoncé, il s'exprime en homme de bonne volonté qui tente de rétablir l'harmonie dans un monde malade de sa violence et de son égoïsme.    Les paroles-mêmes de l'hymne de son pays n'appellent aucunement au meurtre et à la violence, il n'est pas question de féroces soldats qui viennent égorger, ni de sang pour abreuver les sillons!  Bien au contraire, les paroles de l'hymne du Tibet souhaitent le bonheur de tous dans le monde!

En savoir plus..
27/02 : Espagne: les députés votent la loi restreignant la justice universelle
(orange.fr)

 Critiqué par la gauche et les défenseurs des droits de l'homme, qui accusent la droite au pouvoir de sacrifier ces droits aux intérêts économiques ou diplomatiques, le texte a été voté avec les voix du Parti populaire (PP), du chef du gouvernement Mariano Rajoy, majoritaire au Parlement.

Ce texte réduit le nombre de personnes ainsi que les conditions nécessaires pour qu'un juge espagnol puisse enquêter sur un délit commis hors d'Espagne, spécialement pour des affaires de génocide ou crimes contre l'humanité.

L'accusation populaire, une figure qui en droit espagnol permet à un particulier ou à une organisation non-impliquée ni victime dans une affaire de saisir la justice, ne pourra ainsi plus déclencher une procédure visant des faits commis à l'étranger.
 "L'agenda économique prévaut sur les droits de l'Homme, qui ne sont considérés par le gouvernement que comme une source inutile de problèmes", a affirmé le député socialiste Julio Villarrubia, rappelant les tensions avec la Chine créées par une de ces enquêtes.

La proposition de loi était arrivée au Parlement peu après que, le 10 février, un juge espagnol a émis un mandat d'arrêt international contre l'ancien président chinois Jiang Zemin, dans le cadre d'une enquête contre plusieurs ex-responsables chinois pour la répression au Tibet dans les années 1980-90.

Pékin s'était dit vivement irrité par cette enquête.

En savoir plus..
26/02 : Un chinois parle de sa claire compréhension du problème tibétain après sa rencontre avec le Dalaï Lama.
(Tibet.net)

  DHARAMSHALA: Rencontrer Sa Sainteté le Dalaï Lama et des tibétains en exil m'a donné une réelle compréhension du problème du Tibet a dit un chinois qui est en relation avec une association d'amitié sino-tibétaine en Australie.
S'adressant au meeting de l'association d'amitié à Sydney, le 23 Février, Mellech, le président de l'association a dit :"Durant mon séjour en Chine, j'avais l'habitude de croire les dires du gouvernement chinois qui clamait que le vieux Tibet était une société arriérée et cruelle, et qu'il avait apporté le développement et le bonheur aux tibétains. Mais j'ai eu la chance de rencontrer Sa Sainteté le Dalaï Lama et de rentrer en contact avec des exilés tibétains en Australie. J'ai été très heureux que ce meeting ait ouvert mon esprit qui était opacifié par la propagande du gouvernement chinois sur le Tibet. Maintenant, j'ai une claire compréhension du problème du Tibet.

En savoir plus..
24/02 : La Chine ne reconnaîtra pas la "coordinatrice pour les affaires tibétaines" des Etats-Unis.
(
French.china.org)

  Chine s'oppose fermement à la nomination d'un coordinateur spécial américain pour les affaires tibétaines.

"Nous n'avons jamais reconnu et ne reconnaîtrons jamais le soi-disant coordinateur spécial pour les affaires tibétaines nommé par les Etats-Unis", a indiqué lundi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying lors d'une conférence de presse quotidienne.

"La Chine s'oppose de manière résolue à tous les pays qui utilisent le Tibet pour s'ingérer dans les affaires internes de la Chine", a indiqué Mme Hua.

Des médias ont rapporté vendredi que Sarah Sewall, une responsable officielle américaine pour les droits de l'homme, a été nommée coordinatrice spéciale pour les affaires tibétaines.

En savoir plus..
BRUXELLES / PE 21 février 2014 : 100 ème session du Groupe
 Interparlementaire au Parlement européen.
(France-Tibet - Phayul.com)

DHARAMSHALA, 21 Février : La solution durable pour le Tibet sera trouvée quand le gouvernement chinois répondra aux aspirations du peuple tibétain et résoudra la question par des négociations équitables, a dit Sa Sainteté Dalaï Lama dans un message à la 100° session du groupe Tibet du Parlement Européen.
"La situation au Tibet est à présent sinistre. La culture tibétaine reste menacée. Pendant ce temps, les autorités chinoises sont implacables dans leur suppression de quelque signe que ce soit de protestation ou de dissidence; et encore, il semble que plus grande soit cette suppression, le plus fort est l'esprit tibétain de résistance" a ajouté le leader spirituel tibétain.
L'événement a été organisé conjointement par les bureaux du MEP Thomas Mann (Allemagne EPP), de la Campagne Internationale pour le Tibet, et du Bureau du Tibet de Bruxelles mercredi.

En savoir plus..
21/02 : La Chine furieuse qu'Obama rencontre le dalaï-lama.
(Le Monde.fr/Amériques)

La Chine a formellement demandé, vendredi 21 février, aux Etats-Unis de renoncer immédiatement à la rencontre prévue dans la journée entre Barack Obama et le dalaï-lama, chef spirituel tibétain en exil, parlant de « grossière ingérence » dans les affaires intérieures chinoises.

Cette rencontre, qui doit avoir lieu à la Maison Blanche, portera gravement atteinte aux relations bilatérales, a averti le ministère des affaires étrangères chinois. Cette semaine, un haut responsable chinois avait répété que les dirigeants étrangers qui rencontreraient le dalaï-lama en « paieraient le prix ».

M. Obama a reçu le chef spirituel tibétain pour la dernière fois à la Maison Blanche en 2011, une rencontre qui avait déjà provoqué la colère de Pékin. Prévoyant que cette rencontre serait sensible, la Maison Blanche avait annoncé que cette entrevue serait fermée à la presse dans l'agenda prévisionnel du président. Signe d'une légère concession, la rencontre ne devrait pas voir lieu dans le bureau ovale mais dans la « salle des cartes », pièce moins symbolique.

« NOUS NE SOUTENONS PAS L'INDÉPENDANCE DU TIBET »

Pour tenter d'amadouer Pékin, le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche a précisé que c'était « en tant que leader religieux et culturel respecté internationalement » que le dalaï-lama allait rencontrer le président américain, et qu'aux yeux de Washington le Tibet « fait partie de la République populaire de Chine ».

    « Nous ne soutenons pas l'indépendance du Tibet. Les Etats-Unis soutiennent fermement les droits de l'homme et la liberté religieuse en Chine. Nous sommes préoccupés par les tensions et la détérioration de la situation des droits de l'homme dans la région du Tibet. »

En savoir plus..

16/02 :  Madrid se lasse de sa justice universelle.
(Le Figaro.fr)

Une réforme va ôter aux juges espagnols le pouvoir de poursuivre les autocrates du monde entier.
Publicité

L'allemand ?Apprenez l'allemand avec Babbel et LeFigaro
Démarrer
1/5

Cela ressemble à une course olympique. Dans un premier couloir, les juges espagnols, pressés d'asseoir les grands tortionnaires du monde sur le banc des accusés. Lundi dernier, l'Audience nationale, la plus haute juridiction pénale, a lancé un mandat d'arrêt international contre cinq dignitaires chinois, dont l'ex-président Jiang Zemin et l'ex-premier ministre Li Peng, pour génocide, torture et crimes contre l'humanité au Tibet.

En face, les députés du Parti populaire (PP, droite), la formation de Mariano Rajoy, impatients de réformer la juridiction universelle. Ce principe juridique, utilisé notamment par le juge Baltasar Garzón contre Augusto Pinochet, permet à un tribunal national de juger les crimes les plus graves, même s'ils n'ont pas été commis sur son territoire. Un principe, a déclaré le porte-parole parlementaire du PP, qui «ne fait que provoquer des conflits».

Mardi dernier, le PP a solitairement approuvé la prise en considération de la réforme. Il s'agit de la toute première proposition de loi des députés du PP depuis le retour aux affaires de la droite, en novembre 2011. L'initiative parlementaire permet d'éviter certaines consultations exigées lorsque l'exécutif est à l'origine des textes législatifs. Des ONG, une partie des magistrats et l'ensemble de l'opposition dénoncent la fin programmée de la juridiction universelle. Quinze dossiers ouverts par l'Audience nationale sont menacés d'être archivés. Des affaires qui mettent en cause les ressortissants de pays aussi divers que le Guatemala, le Maroc, le Rwanda, Israël, les États-Unis ou la Chine.

En savoir plus..
16/02 : Onze Tibétains sont toujours en résidence surveillée en Turquie.
(Communauté Tibétaine de France - Tibet Sun)


Par Lobsang Wangyal

Publié le 11 février 2014 NEW DELHI, Inde,

Onze Tibétains sont détenus en Turquie depuis 2 ans et demi sans savoir ce qu’ils vont devenir.

Les 11 hommes, âgés de 25 à 45 ans, sont en résidence surveillée à Kastamonu dans le nord du pays. Ils partagent une unique petite pièce qui est leur seul quotidien. Ils vont chercher de l’eau à l’extérieur et leur déjeuner est servi à la mosquée.

Ils ont atterri à l’aéroport Atatürk d’Istanbul le 4 août 2011 en provenance de Katmandou au Népal, où ils venaient d’arriver du Tibet. A Istanbul, ils ont été arrêtés pour faux visas et faux titres de voyage, et détenus à l’aéroport pendant un mois.

Ils disent avoir payé 1500 dollars US à un agent de Katmandou pour venir en Europe dans l’espoir d’y trouver une vie meilleure.

« Notre vie au Tibet n’était pas facile. Nous n’avions pas de liberté et aucune opportunité » dit le groupe dans une communication avec Tibet Sun. Huit d’entre eux sont mariés et pères de famille. Comme ils sont toujours en résidence surveillée, ils vivent aussi dans l’angoisse d’être incapable de communiquer avec leurs amis poches et leurs familles. S’ajoute à cela qu’ils savent que leurs familles s’inquiètent pour eux.

En plus du déjeuner de la mosquée toute proche, ils cuisinent leur petit-déjeuner et leur dîner en utilisant un poêle à charbon. En raison des contraintes financières, leur régime alimentaire n’est pas bon. « Nous sommes très reconnaissants envers tout le personnel de la mosquée pour notre repas » dit la note du groupe au Tibet Sun.

Ils ne sont pas autorisés à gagner leur vie et doivent se confiner la plupart du temps dans leur pièce insalubre. En l’absence d’hygiène et de régime alimentaire adapté, et des fumées du charbon, la plupart ont des problèmes de santé.

Chaque fois qu’ils sortent du complexe, ce qui n’arrive que pour des besoins essentiels comme se rendre à l’hôpital ou dans des bureaux, ils doivent demander l’autorisation à la police. Etre des « étrangers » les tient à l’écart des résidents, ce qui contribue à leur isolement. Lorsqu’ils sont à l’hôpital ou dans un bureau, il y a des problèmes pour communiquer car ils ne parlent que le tibétain.

Une fois, il y a eu là des réfugiés du Bangladesh et de Birmanie. Ces réfugiés ont commencé à parler du conflit entre bouddhistes et musulmans en Birmanie et cela a créé des tensions. La situation est délicate et ils ne se sentent pas en sécurité.



En savoir plus..
16/02 : Ordre d’enregistrer sur les listes électorales les citoyens Indiens nés Tibétains.
(Communauté Tibétaine de France - Tibetan Revew)

Publié le 12 février 2014

La commission électorale indienne a émis une note le 7 février ordonnant à tous les Etats d’inclure dans les listes électorales du pays les enfants de réfugiés Tibétains nés entre 1950 et 1987 car ils sont citoyens, rapporte le journal Indian Express le 11 février. L’ordre est arrivé avant les élections du gouverneur du pays prévues cette année.

L’article disait que les enfants de réfugiés Tibétains nés en Inde entre 1950 et 1987 ne pouvaient plus se voir refuser l’inscription sur les listes électorales car ils sont citoyens selon les termes du Citizenship Act de 1955.

L’article a noté que l’ordre de la commission électorale est venu à la suite d’un ordre de la Haute cour du Karnataka en août 2013 qui a pris connaissance de tels droits pour les Tibétains, d’être considérés citoyens indiens même si le gouvernement indien à continué de leur demander de s’enregistrer comme étrangers et qu’ils se voyaient remis des permis de résidence temporaires et renouvelables.



En savoir plus..
15/02 : Le premier auto-immolé tibétain de l'année 2014 est décédé, sa crémation a eu lieu sans le consentement de sa famille.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 15 Février. Le jeune tibétain qui s'est lui-même mis le feu dans le Comté tibétain de Tsekhok le 5 Février a succombé à ses brûlures dans un hopital à Xiling un jour plus tard, ont dit des sources en exil.
Phagmo Samdup, 27 ans, est devenu le 1° tibétain à avoir eu recours à l'auto-immolation de protestation en 2014; les autorités chinoises ont  pratiqué sa crémation dans un lieu non révélé et sans en avertir sa famille.

En savoir plus..
13/02 : Un tibétain s'immole par le feu dans la province du Sichuan en Chine. Il s'agit du 127° auto immolé par le feu.
(Voice of America)

Un tibétain s'est lui même enflammé mardi soir près du monastère de Kirti dans la province du Sichuan.
Le service tibétain de VOA (Voix de l'Amérique) dit que des sources affirment que l'action était une protestation apparente contre la loi chinoise.

C'est la seconde auto-immolation cette année. Depuis 2009, plus de 120 tibétains demandant le retour du leader tibétain le Dalaï Lama et la liberté au Tibet se sont auto-immolés.

Palden, un exilé tibétain qui a des contacts étroits dans cette région, dit qu'il n'y a pas beaucoup de détails connus au sujet de cette auto-immolation de mardi, et que le nom de l'homme n'est pas connu, pas plus que n'est su si l'homme est mort ou vivant.

En savoir plus..
13/02 : Les exilés tibétains se souviennet du traité Tibet-Chine.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 13 Février. Des exilés tibétains se sont réunis ici, pour la journée des écoles TCV afin de commémorer ce que les organisateurs, "Étudiants pour un Tibet Libre", appellent le "Traité de Paix Tibet-Chine de 821-822 AD, stabiliser le passé et façonner le futur". Les organisateurs ont choisi cette date d'aujourd'hui pour marquer les 101 ans depuis la proclamation de l'indépendance du Tibet par le 13° DalaÏ Lama.
Une réplique du pilier en pierre de 7 pieds de haut où se trouve gravé le traité, qui se trouve encore devant le Temple du Jokhang à Lhasa, a été mis en exposition à la vue du public. Des copies du traité ont aussi été distribuées.

En savoir plus...
12/02 : La Chine arrête six jeunes tibétains à Sog.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 12 Février. Les autorités chinoises ont arrêté 6 tibétains dont un jeune âgé de 15 ans sur l'allégation d'avoir écrit "Le Tibet est un pays indépendant" sur une plaque de glace le 2 Février, selon Ngawang Tharpa, un tibétain qui vit à Dharamshala et qui a des contacts étroits au Tibet.
Les 6 tibétains, tous âgés de moins de 20 ans ont été identifiés comme étant Azang, Dorjee, Margang, Sidsum, Lhakpa et son  jeune frère Jamyang Gyatso. Ils sont actuellement détenus au centre de détention du Comté de Sog.
Il semblerait qu'ils aient écrit le slogan sur la surface du sable utilisé à Gyalmo Nguichu. Les six garçons sont originaires de la commune de Trido dans le Comté de Sog.

En savoir plus...
12/02 : Les députés du Parlement espagnol aux ordres de la Chine ?
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 12 Février. Le parlement espagnol, avec 179 voix contre 163 a voté ce mardi en faveur d'une loi qui limitera la capacité de ses juges à poursuivre les auteurs d'abus commis contre les Droits de l'Homme de par le monde, à la grande consternation des tibétains et de ceux qui les soutiennent partout dans le monde.

En savoir plus...
10/02 : Tibet. L'Espagne demande l'arrestation de l'ex-président chinois .
(Ouest-France)

La cour suprême espagnole a demande lundi que soit émis un mandat d'arrêt international contre Jian Zemin pour génocide au Tibet

Le juge de la Cour suprême espagnole a demandé lundi que soit émis un mandat d'arrêt international contre l'ancien président chinois Jiang Zemin, contre l'ancien Premier ministre Li Peng et d'autres dirigeants pour génocide au Tibet.

Le juge Ismael Moreno a formulé cette demande et fait droit à la requête d'associations de défense des droits de l'homme suivant le principe que les crimes contre l'humanité peuvent être instruits sans tenir compte des frontières nationales.

En savoir plus..
10/02 : Deux tibétains condamnés à différentes peines de prison à Driru.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 10 Février. Les autorités chinoises du Comté de Driru ont condamné deux tibétains jusqu'à 11 ans de prison en Janvier  pour une "réunion publique illégale" et "avoir mené une démonstration contre les activités minières".


En savoir plus..
10/02 : La marche du TYC pour le souvenir du soulèvement tibétain commence et va durer un mois.
(Tibet Sun - Communauté Tibétaine de France)

MCLEOD GANJ, Inde,

Un groupe d’activistes du Tibetan Youth Congress (TYC) s’est embarqué dans une marche d’un mois de McLeod Ganj à la capitale indienne Delhi, pour attirer l’attention sur la situation critique actuelle au Tibet.

Après une prière et avoir observé une minute de silence pour les combattants de la liberté qui sont tombés, le président du TYC Tenzing Jigme a pris la tête de la marche depuis Lhagyal-ri, où le TYC a installé des bustes de Thupten Ngodup et Jamphel Yeshi, qui se sont immolés par le feu à Delhi en signe de protestation contre la domination chinoise au Tibet, respectivement en 1998 et 2012. « Cette marche pacifique vise à mettre en lumière la situation critique actuelle au Tibet, à soutenir les demandes et aspirations des immolés, et à montrer notre solidarité avec les Tibétains de l’intérieur » dit Tenzing Jigme.

« Le Tibet fait face aujourd’hui à une lutte à mort. Par conséquent, il y a eu 126 cas connus d’auto-immolation sur le plateau [tibétain] ». Le groupe de 55 personnes, symbolisant les 55 années de domination chinoise sur le Tibet, marchera sur environ 600 kilomètres, jusqu’à Delhi où la marche s’achèvera pour le 55 ème anniversaire du soulèvement tibétain le 10 mars.

En savoir plus..
09/02 : Tibetan Youth Congress a entamé sa "Marche du Soulèvement Tibétain ".
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 8 Février. Le Tibetan Youth Congress (Congrès des Jeunes Tibétains), le plus important groupe pro-indépendance en exil, a entrepris aujourd'hui une "Marche du soulèvement Tibétain" d'une durée d'un mois vers la capitale indienne New Delhi.
55 personnes de Delhi, Dehradun, Mainpart, du Népal et d'autres lieux prennent part à la marche qui marquera la 55° Journée Nationale du Jour du Soulèvement à New Delhi, le 10 Mars 2014.
Chaque participant symbolise "une sombre et douloureuse année sous la loi chinoise".
Le plus âgé et le plus jeune ont respectivement 72 et 21 ans.

En savoir plus..

08/02 : Nagchu (Tibet), 7 février 2014 : un jeune tibétain meurt des tortures de ses geoliers en prison.
(France-Tibet)


Un jeun tibétain en détention depuis l'année dernière pour son rôle de meneur dans les manifestations contre les projets chinois d'exploitation minière, est mort suite à des actes tortures.
(...)
"Konchog Drakpa, un jeune homme, la vingtaine, issu de la ville de Chana, a été torturé il y a un mois", nous a révélé Driru Samdrub, un tibétain originaire de cette région vivant aujourd'hui en Europe.


En savoir plus..
07/02 :  Phagmo Samdrup, un tibétain de 29 ans s'enflamme.
(le Club de Médiapart)

Phagmo Samdrup, un Tibétain de 29 ans s'est immolé par le feu, ce mercredi,  à Tsekhog  ( incorporé à la province du Qinghai en Chine ) en signe de protestation contre les politiques répressives du gouvernement chinois. mercredi.

Il s'agit de la première auto-immolation tibétaine par le feu en signe de protestation non violente de l'année 2014. Portant le nombre d'auto-immolations par le feu à 216, depuis 2009.


Phagmo Samdrup s'est mis le feu aux environs de 21h30, mercredi,  près de l'école, dans le canton de Dokarmo, à Tsekhog (en chinois , Zeku)  dans le comté Malho ( Huangnan ),  la préfecture autonome tibétaine .

Les forces de police et de sécurité chinoises sont rapidement arrivées sur le lieu de l'immolation et se sont  emparées du corps carbonisé de Phagmo Samdrup  et l'ont mis à l'écart. L'endroit où il se trouve, pas plus que l’état de l'auto-immolé ne sont connus.


Le lendemain matin, les autorités chinoises ont déployé des forces de sécurité massives, ont maillé toute la région autour de Tsekhog et à proximité de Rebgong, où plusieurs immolations avaient eu lieu plus tôt, par des cordons de polices afin de limiter les mouvements des tibétains dans cette région.

En savoir plus..
06/02 : La Chine intensifie sa présence militaire à Kardze avant le nouvel an tibétain.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 6 Février. Après le déploiement des forces armées à Drango pendant le Nouvel An Chinois, la Chine a maintenant déployé sa présence militaire dans le Comté de Kardze, une des régions les plus rétives du Tibet, car le Nouvel An Tibétain approche, selon Radio Free Asia, radio financée par les Etats Unis.

En savoir plus..
05/02 : L’héritier politique du Dalai Lama se rend à Tawang.
(Deccan Herald - Communauté Tibétaine de France)

Par Anirban Bhaumik,

Publié le 31 janvier 2014

New Delhi : Avant le prochain round de négociations sur les frontières entre les représentants spéciaux de New Delhi et Pékin, l’Inde a dernièrement autorisé le chef du gouvernement tibétain en exil, Lobsang Sangay, à se rendre à Tawang, une ville frontalière de l’Arunachal Pradesh au cœur de la dispute territoriale entre la Chine et l’Inde.

Sangay, l’héritier politique du Dalai Lama, s’est rendu à Tawang le 25 janvier dernier, environ une quinzaine de jours avant l’arrivée à New Delhi du Conseiller d’Etat chinois Yang Jiechi qui doit rencontrer son homologue indien et Conseiller pour la sécurité nationale Shiv Shankar Menon. Il se rend également dans d’autres implantations tibétaines de l’Arunachal Pradesh, dont celles qui sont proches de la ligne de contrôle objet de la dispute entre l’Inde et la Chine. Le Dalai Lama est lui-même également attendu samedi pour une visite de 5 jours dans les Etats du nord-est, l’Assam et le Meghalaya. Il doit inaugurer un festival de la culture et de l’art tibétains à Guwahati, bien qu’une visite en Arunachal Pradesh ne soit pas prévue.

En savoir plus..
04/02 : Le TCHRD organise le Symposium Annuel des Droits de  l'Homme sur le Tibet.
(TCHRD)

Le Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et la Démocratie (TCHRD) accueillera le Symposium Annuel des Droits de l'Homme au Tibet au "Tibetan Youth Hostel" à Bengalore Inde du sud, du 21 au 23 Février 2014. Le symposium sera suivi par 25 étudiants tibétains   en sciences politiques, relations internationales, droits de l'homme, législation, littérature et histoire, dans les collèges et universités idiennes.

En savoir plus..
04/02 : Priorité au Tibet à l'ordre du jour au festival "DROITS DE L'HOMME, MAUX DE L'HOMME".
(TCHRD)

Un film documentaire sur l'état de la liberté et de la liberté d'expression au Tibet sera présenté à la Première du Festival du film "Droits de l'Homme, Maux de l'Homme" à Oslo, Norvège, marquant le lancement de la campagne "Expression interdite: soutenez la libre expression au Tibet".
Le film documentaire intitulé "Expression interdite au Tibet" est produit par La Voix du Tibet. La première projection du documentaire aura lieu au festival du film "HRHW", un des festivals organisés par Oslo Dokumentarkino (Le Cinéma documentaire d'Oslo) en collaboration avec plusieurs organisations et institutions pour les droits de l'Homme.

En savoir plus..
31/01 : Situation tendue à Drango autour du Nouvel An Chinois.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 31 Janvier. Pendant les préparatifs pour le Nouvel An Chinois qui tombe aujourd'hui (31 Janvier 2014), la Chine a intensifié sa présence militaire à Drango dans le Tibet oriental, où une importante manifestation avait été constatée au Nouvel An il y a 2 ans, a dit Jamyang Palden,un moine tibétain qui vit en exil.
La situation à Drango reste tendue comme le représentent les images obtenues de sources intérieures du Tibet, a dit Jamyang.
 
En savoir plus..
29/01 : Aggravation de la situation au Tibet en 2013, selon le TCHRD.
(tibet-info.net - Monique Dorizon)

Avec l’augmentation des politiques répressives au Tibet et près de 900 prisonniers politiques tibétains (connus), la situation des Droits de l’Homme au Tibet continue de s’aggraver, détaille dans son nouveau Rapport annuel pour 2013, le Centre tibétain pour les Droits de l’Homme et la Démocratie (TCHRD) basé à Dharamsala, en Inde.

Le TCHRD affirme dans son rapport que les politiques chinoises de répression violente des manifestations pacifiques, les détentions arbitraires, les restrictions aux déplacements, la répression contre les artistes et les relogements des nomades, ont sapé les espoirs d’une véritable réforme au Tibet contrôlé par la Chine. Beaucoup des politiques mises en œuvre depuis des années ont atteint un tel point qu’elles sont à l’origine des atteintes permanentes à la culture tibétaine et à l’environnement.

Selon le rapport du TCHRD, le nombre total de prisonniers politiques (connus) au Tibet est de 896, et en 2013, le nombre total de personnes (connues) arrêtées et condamnées est de 119.

En savoir plus..
29/01 : Un ouvrier tibétain arrêté et torturé pour détention illégale de photos et d'enregistrements audio du Dalaï Lama.
(Radio Free Asia)

La police chinoise a emprisonné un jeune tibétain et l'a torturé en détention après avoir trouvé des photos et des enregistrements audio de discours du Dalaï Lama sur son téléphone mobile, selon des sources de mercredi.
Norgyay, un ouvrier journalier du Comté de Dingri, dans la préfecture de la région de Shigatse au Tibet autonome, a été capturé à Lhassa, la capitale régionale le 14 Janvier, lors de vérifications de matériels téléphoniques mobiles transportés par des tibétains, a rapporté une source népalaise ayant des contacts dans la région, au service tibétain de Radio Free Asia.

En savoir plus..
29/01 : Madame Dicky Choyying, ministre tibétain de l'information et des relations internationales a dit que la Chine contrôle très étroitement les tibétains australiens.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 29 Janvier. Le ministre de l'information et des relations internationales, Dicki Choyyang, a allégué que des officiels de l'Ambassade de Chine intimident des tibétains en Australie lors de leur demande de passeport pour se rendre au Tibet, rapporte "The Australian".
 'L'Australie est le pays de quelques 1000 tibétains, pour la plupart d'anciens prisonniers politiques et leurs familles. Madame Dicky Choyyang a fait ces allégations après avoir rencontré des membres des communautés chinoises et tibétaines à Sydney, Brisbane, Camberra et Melbourne. " C'est une situation dont le gouvernement australien et le peuple doivent être alertés", propos de madame Dicki Choyyang rapportés par "The Australian".

Les autorités chinoises, a-t-elle dit, contrôlent étroitement la communauté tibétaine.
(On comprend en lisant la suite de l'article qu'il s'agit de tibétains ayant la nationalité Australienne, donc ne devant pas subir de discriminations par rapport aux autres citoyens australiens. Note de la traduction).

En savoir plus..
27/01 : La Chine arrête 3 tibétains en lien avec une auto-immolation de protestation.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 27 Janvier. Les autorités chinoises, dans la région tibétaine de Golok, ont arrêté 3 tibétains dans le Comté de Pema, le 18 Janvier, pour un lien supposé avec l'auto-immolation de protestation d'un moine tibétain du monastère d'Akyong en Novembre dernier.
Les 3 interpellés étaient Gelek, le maître de discipline du monastère d'Akyong, son jeune frère Lhakyab, et un autre tibétain appelé Tsekyap. Gelek a été détenu après un interrogatoire au quartier général du gouvernement local. Lhakyab a été arrêté sur le chemin de l'hôpital dans le comté de Barkham. Cependant, Tsekyab a été relâché plus tard.

En savoir plus..
27/01 : Un groupe d'experts des Nations Unies doit examiner les décès causés par la détention au Tibet.
(TCHRD)

Le 28 Janvier 2014, le groupe d'experts intergouvernemental sur les normes des règles minimum pour le traitement des prisonniers se retrouvera durant 4 jours à Brasilia, au Brésil. L'Assemblée Générale des Nations Unies a créé le groupe d'experts afin d'actualiser les normes des règles minimum pour le traitement des prisonniers (SMR)
qui a été rédigé dans les années 1950. Le SMR est un ensemble de règles qui passent en revue les bons principes et les bonnes pratiques pour le traitement des prisonniers et la gestion des installations en prison. Le SMR autorise des variations selon les conditions légales, sociales, économiques et géographiques. Le SMR n'est pas légalement reconnu mais a été largement accepté et a aidé des états à mettre en forme leurs législations nationales,  y compris la République Populaire de Chine (PRC).

En savoir plus..
24/01 : Lancement de la biographie du plus ancien prisonnier activiste politique.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 24 Janvier. Le Premier Ministre tibétain Lobsang Sangay a lancé aujourd'hui la biographie du plus ancien prisonnier activiste politique Takna Jigme Sangpo, qui a passé 32 ans dans une prison chinoise. Intitulé "Metse Nyongtsor", "Expérience de vie", le livre en tibétain est écrit par Lhachap Jimpa et édité par Thupten Yarphel, tous deux anciens prisonniers politiques.
En appelant Takna un "vrai patriote", le Premier Ministre tibétain Sangay a dit: "Takna Jigme Sangpo représente le véritable esprit du peuple tibétain si bien que, simplement pour avoir exprimé son opposition contre les politiques sévères du gouvernement chinois, il a fait face à l'emprisonnement de nombreuses fois."

En savoir plus..
23/01 : La Chine poursuit sa répression sur les tibétains dit Human Rigths Watch.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 23 Janvier : La Chine a systématiquement réprimé les droits politiques, culturels, religieux et sociaux économiques au Tibet, y compris les plaidoyers non violents pour l'indépendance tibétaine, le retour du Dalaï Lama et l'opposition aux politiques du gouvernement au nom du combat contre le "sentiment séparatiste", a dit Human Rigths Watch dans son rapport annuel.

En savoir plus..

20/01 : Le TCHRD diffuse son rapport annuel pour 2013 et son rapport spécial sur la rééducation par le travail.
(TCHRD)

Le Centre tibétain pour les droits de l'Homme et la Démocratie (TCHRD) est heureux d'annoncer la diffusion du rapport annuel sur la situation des droits humains au Tibet et dans les goulags du Tibet,et un rapport spécial sur le système de rééducation par le travail ( Laojiao en chinois ) au Tibet.

En savoir plus..
15/01 : Quelle crédibilité pour les 20 cas jugés pour "mise en danger de la sécurité de l’Etat" au Tibet en 2013 ?
(Monique Dorizon, Tibet-info.net)

Faisant apparemment référence à des personnes considérées comme s’étant opposées à sa loi ou à ses politiques, le 12 janvier 2014, la Chine a déclaré que ses tribunaux de la "Région Autonome du Tibet", avaient entendu en 2013 vingt cas de personnes accusées de mettre en danger la sécurité nationale.
Le 13 janvier 2014, le service chinois d’information en ligne du "Quotidien du Peuple" a déclaré que le nombre de tels procès avait été révélé pour la première fois par Sodar, juge suprême de la "Région Autonome du Tibet", dans son rapport annuel d’activité à l’Assemblée populaire régionale.

La révélation pour la première fois d’un tel chiffre a été revendiquée comme indice de la mise en œuvre de la règle de droit dans la "Région Autonome du Tibet".

En savoir plus..
15/01 : Kungar Tsayang, écrivain tibétain, a été libéré après 5 ans de prison.
(TCHRD)

Écrivain, essayiste, blogueur, chroniqueur, environnementaliste et photographe amateur, Kungar Tsayang a été libéré après avoir purgé 5 ans de prison pour des prétendus essais politiques critiquant les polititiques chnoises au Tibet.
Selon des informations fiables reçues par le TCHRD, Kungar Tsayang qui est aussi moine du monastère Tashikyil de Labrang et écrivait sous le nom de plume de "Soleil du Pays des Neiges"...

En savoir plus..

14/01 : La Chine continue sa chasse psychotique aux séparatistes.
(French.China.org - France-Tibet)


Lire les bulletins officiels chinois nous rappelle la logique de la Dictature :

Dans une traduction française parler de "Tibet qui mate les séparatistes" cache la volonté chinoise au lecteur naïf. Plus bas, l'article continuent en énumérant les responsables administratifs : un juge tibétain ("juge en chef " ne dit pas qu'il doit allégeance à Pékin), un procureur chinois, un chef de village tibétain, un haut conseiller chinois. D'ailleurs ce dernier n'habite pas même au Tibet, ancien chef de parti à Shangaï, il fait depuis 2012 partie du haut commandement du politburo.
Cela annonce la phrase centrale : les tibétains et les hans vivent en harmonie. Mais bien sur ! Comme chacun sait, un impérialiste n'a qu'un seul objectif : le partage équitable des richesses du territoire occupé !

La Chine par sa propagande logorrhéique ne cherche qu'à construire une vitrine, un Tibet vitrine où il est bon habiter, surtout si l'on est han, où il est si bon d'investir, où il est bon de se rendre en vacances.

France Tibet


Le Tibet porte un « dur coup » aux séparatistes
Par : Li Zhijian |  Mots clés : Tibet, dur, coup, séparatistes
French.china.org.cn | Mis à jour le 13-01-2014

En savoir plus..
12/01 : Le Tibetan Youth Congress doit organiser une marche pour marquer les 55 ans de l’exil.
(Phayul.com - La Communauté Tibétaine de France)


DHARAMSHALA, 9 janvier : Le plus grand groupe indépendantiste de la diaspora tibétaine a annoncé aujourd’hui sa marche pour la paix depuis Dharamshala, la capitale virtuelle des Tibétains en exil, jusqu’à la capitale indienne New Delhi, pour marquer les 55 années d’exil et le 55ème anniversaire du soulèvement national.

La marche doit couvrir une distance de 600km entre le 8 février et le 10 mars, 55 personnes y participeront, chacune symbolisant “une année sombre et douloureuse sous la domination chinoise”.

En savoir plus..
12/01 : Les autorités chinoises ont arrêté deux écologistes tibétains à Yulshul.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 12 Janvier. Les autorités chinoises du Comté de Yulshul ont arrêté 2 écologistes tibétains  en Septembre et Décembre derniers a indiqué à Phayul une source tibétaine.
Tseten Dhondup, 35 ans,a été arrêté le 18 Septembre dernier à Xiling dans le Qinghaï. Les autorités n'ont pas indiqué à sa famille quelles sont les charges portées contre lui ni où il se trouvait jusqu'à ce qu'ils entendent il y a quelques jours qu'il était détenu au centre de détention Jhachu à Yulshul.

La source a dit aussi qu'il a été arrêté par le directeur adjoint de la police du Comté de Yhushul, connu sous le surnom de Soshikam, et par Kyirhum, à la tête du service de police de Zhumang Ruchen. Les tibétains locaux prétendent que les 2 policiers sont des officiels corrompu et qu'ils détiennent les 2 tibétains en raison de fausses accusations pour des profits personnels.

En savoir plus..
11/01: Un village tibétain millénaire victime d'un vaste incendie.
(Le Monde.fr Asie/Pacifique)

Dukezong, un village tibétain millénaire situé dans le district de Shangri-La, dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest), a été ravagé samedi 11 janvier par un gigantesque incendie, qui a endommagé plus de 240 habitations.

Le feu, qui a commencé en milieu de nuit, a rapidement pris de l'ampleur à travers les rues de Dukezong, constituées principalement de constructions tibétaines traditionnelles en bois, a indiqué l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

Plus de 1 000 pompiers et volontaires ont été mobilisés pour circonscrire l'incendie, mais celui-ci n'a été totalement maîtrisé et n'a été éteint qu'en fin de matinée (heure locale) samedi, soit neuf heures plus tard.

DESTRUCTION D'ANTIQUITÉS.

En savoir plus..
10/01 : Tibet: Incendie dans un institut du bouddhisme.
(Le Figaro.fr)

 Un institut considéré comme l'un des plus grands centres du bouddhisme tibétain en Chine, et objet dans le passé de répressions par les autorités chinoises, a été victime d'un vaste incendie aux causes non élucidées, ont rapporté aujourd'hui médias et microbologs.

L'institut bouddhiste Serthar, ou Larung Gar, dans la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine) a été sévèrement endommagé par un sinistre ayant débuté hier soir, a indiqué le portail d'informations officiel Zhongguo Xinwen Wang. Les flammes ont détruit au moins 10 structures du site mais aucun blessé n'a été déclaré, a-t-il ajouté, soulignant que plus de 450 pompiers, policiers et sauveteurs avaient été mobilisés pour circonscrire l'incendie.

En savoir plus..
10/01 : Zhai Jun, nouvel ambassadeur de Chine en France.
(Le Quotidien du peuple en ligne - France-Tibet)

Le nouvel ambassadeur de Chine en France Zhai Jun a rencontré mardi matin Laurent Stefanini, chef du Protocole et introducteur des ambassadeurs au Ministère français des Affaires étrangères, et lui a présenté ses lettres de créances.

Au nom du gouvernement français, M. Stefanini a souhaité la bienvenue à Zhai Jun, le 11e ambassadeur chinois en France et exprimé sa confiance en ce dernier pour tourner une nouvelle page dans les relations franco-chinoises. M. Zhai, quant à lui, a salué l'accueil chaleureux de la partie française et espère continuer de promouvoir le partenariat stratégique global entre les deux pays, tout en tissant des liens d'amitié avec tous les acteurs français dans divers domaines.

Zhai Jun, né en décembre 1954 dans la province du Hebei, est l'ancien vice-ministre des Affaires étrangères en charge des affaires d'Asie de l'Ouest et d'Afrique du Nord, des affaires d'Afrique et de l'information. Il est marié et a un fils.


En savoir plus..
08/01 : La Chine a condamné trois tibétains à propos de trois auto-immolations.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 8 Janvier. Une cour chinoise de Tsoe a condamné trois tibétains le 2 Janvier à différentes peines de prison pour leur rôle présumé dans des auto-immolations dans le Comté de Sangchu en 2012, selon radio Free Asia.

En savoir plus..
08/01 : Plusieurs tibétains arrêtés pour avoir perturbé la construction d'un tunnel.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 8 Janvier. Plusieurs tibétains ont été mis en détention à Derge plus tôt dans la journée par les forces armées chinoises pour avoir prétendument perturbé la construction en cours d'un tunnel souterrain dans la région le 27 Décembre dernier.

En savoir plus..
07/01 : En 2012, forte augmentation des infractions concernant la "sécurité de l’Etat" en Chine.
(Monique Dorizon - Tibet-Info.net)

La fondation américaine Dui Hua, citant des statistiques officielles, affirme dans un rapport que le nombre de personnes détenues en Chine pour des infractions concernant la "sécurité de l’état" a augmenté de près de 20 % en 2012, la majorité des arrestations étant effectuées dans les zones de troubles ethniques récurrents.

La Chine a arrêté 1 105 personnes pour des crimes qui relèvent de la catégorie des "atteintes à la sécurité de l’État" en 2012, une hausse de 19 % par rapport à 2011.

En savoir plus..
08/01 : Auto-immolation/Tibet/Chine.
(Huffington Post - Communauté tibétaine de France)

Publié le 3 janvier 2014, / Par Thubten Samphel

(Note : L’article original est paru dans le Huffington Post) : http://www.huffingtonpost.com/thubt...

Le 19 décembre, Tsultrim Gyatso, un moine du monastère d’Amchok près de la grande ville monastique de Labrang Tashi Kyil dans la région de peuplement tibétain de la province chinoise du Gansu, s’est immolé par le feu. Le moine de 43 ans a laissé une note manuscrite en guise de testament. La note appelle à l’unité des Tibétains et au retour du Dalai Lama dans son pays natal. Avec cette dernière immolation, depuis 2009, ce sont 125 Tibétains qui se sont immolés. Tous ont exprimé la même chose : la liberté pour le Tibet et le retour du Dalai Lama.

En savoir plus..
05/01 : Malgré une rude domination sur le Tibet, l’esprit tibétain ne fait que se renforcer.
(Tibet Post International - Communauté Tibétaine de France)

Publié le 5 janvier 2014 / Par Yeshe Choesang, The Tibet Post International

Dharamshala : - Vendredi 3 janvier, le chef spiritual du Tibet, Sa Sainteté le Dalai Lama, a fait l’éloge de la force des Tibétains de l’intérieur, disant que l’ « esprit tibétain ne fait que se renforcer, c’est incroyable ». « Il y a un grand nombre de Tibétains venant du Tibet ici et nous nous retrouvons dans un pays libre. Les gens au Tibet continuent d’espérer que ceux en exil ne les oublieront pas. Cela fait 54 ans que nous sommes en exil, et 64 ans depuis 1949. Et pourtant, l’esprit tibétain n’a pas été dompté » a dit Sa Sainteté à la fin de ses 10 jours d’enseignements dans le sud de l’Inde.

En savoir plus..
04/01 : Le supérieur captif rassure sur son état et demande à ses fidèles de garder leur calme.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 4 Janvier. Le supérieur du monastère Jhapa de Nangchen au Tibet qui est actuellement en détention a demandé à ses fidèles de rester calmes et les a assurés qu'il était bien portant dans un centre de détention à Chamdo. Khenpo Kartse, comme il était communément appelé, a été arrêté la nuit du 6 Décembre à Chengdu où il s'était rendu pour acheter une idole (statue ?) pour son monastère.

En savoir plus..
02/01 : Nouvel An.
(J.P.Ribes, TIBET-info.net)

Pour commencer l’année, il est de coutume de formuler des vœux de bonheur, de santé, de prospérité. Je voudrais y ajouter une denrée plus exigeante, mais non moins nécessaire : le courage.
Le monde chaotique qui est le nôtre n’en manque pas, mais il faut parfois porter son regard au loin, sans renoncer à y voir de très près, bref à garder la vue en élargissant les frontières du cœur.

- Courageux ces Tibétains qui font offrande de leur vie plutôt que de prendre celle des autres, fussent-ils leurs oppresseurs. [1]
- Courageux ces poètes, écrivains, chanteurs qui risquent leur liberté pour des mots de vérité, que nous devons entendre et répéter, malgré les barreaux des prisons. [2]
- Courageux ces gens de Lhassa qui, malgré les "amchoks", les oreilles omniprésentes de la police politique, gardent en eux amour et respect pour les maîtres de sagesse qui les inspirent.
- Courageuse Woeser qui nous invite à refuser la "honte du monde", l’indifférence. [3]
- Courageux ces militants de la Chine du Sud, qui descendent dans la rue et appellent ouvertement à la "fin de la dictature". [4]...
...Et pour nous y encourager, un sourire, celui du premier bébé né à New York en 2014 [6]. Elle s’appelle Tenzin.

En savoir plus..
      
01/01/14 : Un an après son arrestation, un moine a été condamné à 6 ans de prison au sujet d'une auto-immolation.
(TCHRD)

Un moine tibétain a été condamné à 6 ans de prison au sujet d'une auto-immolation, plus d'un an après son arrestation à Sangchu (Ch: Xiahe) dans le Comté de Kanlho (Ch: Gannan), préfecture autonome du Tibet, province de Gansu.
Selon une information fiable reçue par le TCHRD, Gendun Gyatso, 47 ans, un moine du monastère de Bora, a été condamné à la prison pour  "homicide intentionnel" par la Cour Populaire du Comté de Sangchu. La sentence a été prononcée le 10 Décembre 2013.
Pour résumer,(traductrice), il lui est reproché d'avoir empêché les policiers d'éteindre le feu du moine Sungdue Kyap qui s'auto-immolait. Gendun Gyatso a toujours réfuté cette accusation.
      

En savoir plus...
31/12 : La Chine ferme le monastère de Drongna à Driru et arrête son enseignant.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 31 Décembre : Les autorités chinoises du Comté de Driru ont fermé le monastère de Drongna, a rapporté à Phayul une source tibétaine.Le maître de débats Kalsang Dhondup a été arrêté le 11 Novembre 2013.
Les monastères de Rabten et de Drongna ont été encerclés par du personnel chinois armé quand des nouvelles sont parvenues au sujet des mesures répressives qui sont intervenues dans le monastère de Tarmoe plus tôt durant ce mois.
      

En savoir plus...
28/12 : La Disneyification du Tibet.
(Washington monthly - Administration Centrale Tibétaine)

Par Pearl Sydenstricker.

Comment le tourisme est devenu un outil d'occupation.

Haut sur une montagne de l'est du Tibet se trouve une plateforme où les cadavres sont donnés en pâture aux Vautours. C'est une pente vertigineuse tapissée d'herbe, avec des drapeaux de prière dont la toile  décolorée par le soleil, flottent au-dessus. Les traditionnelles funérailles célestes ritualisent la récupération de la vie humaine plutôt que de la dénier. Au lieu d'une crémation soignée, ou bien la mise du corps dans une boite, pour le protéger, les tibétains nourrissent avec leurs morts, bouchée après bouchée, un vol d'oiseaux massifs poussant des cris rauques.
Maintenant, le gouvernement chinois a transformé ce rituel sacré en un spectacle à 5 Dollars pour les touristes chinois...
      

En savoir plus...
28/12 : L'association des Femmes tibétaines a obtenu le soutien d'hommes politiques indiens.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 27 Décembre. Une campagne de l'Association des Femmes tibétaines a réussi à obtenir le soutien de plusieurs éminents politiciens et hommes de loi de la Cour Suprême indienne. Les hommes politiques indiens et les juristes ont signé jeudi une pétition appelant le gouvernement espagnol et l'Union Européenne à maintenir l'indépendnce judiciaire des procès en dehors de toute interférence politique.
      

En savoir plus...
27/12 : 3 tibétains libérés prématurément.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 27 Décembre. La Chine a relâché 3 tibétains avant qu'ils aient accompli la totalité de leur peine de prison dans les préfectures de Malho et Gansu ce mois-ci; cela semble être une mise en oeuvre de la réforme des prisons du président Xi Ji Ping.
Les 2 prisons sont parmi celles que la Chine a fermées ces dernières semaines.
.
En savoir plus...

27/12 : 16 Tibetains arrêtés pour avoir demandé la libération de Khempo Kartse.

(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 27 Décembre. Les autorités chinoises ont détenu 16 tibétains dont des moines pour leur implication dans une manifestation le 18 Décembre, demandant la libération de Khempo Kartse, qui avait été arrêté la nuit du 6 Décembre à Chengdu.
Les tibétains ont été arrêtés le 21 Décembre à Nangchenet emmenés à Yushu (Kyegudo en tibétain).

En savoir plus...
23/12 : La chine a condamné trois tibétains à des peines allant jusqu'à 13 ans de prison pour avoir manifesté contre un projet d'extraction minière.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 23 Décembre : Trois tibétains de Driru ont été condamnés à diverses peines de prison allant jusqu'à treize ans par une Cour chinoise le 19 Décembre a indiqué aujourd'hui le Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et la Démocratie.
La Cour populaire du Conté de Driru a condamné le chanteur tibétain âgé de 22 ans Tsekar Thinley à neuf ans d'emprisonnement. Choekyab a été condamné à 13 ans de prison tandis que Tselha a lui écopé de trois anse de prison.

En savoir plus...
20/12 : Des tibétains manifestent pour demander la libération du supérieur d'un monastère de Nangchen.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 20 Décembre; Des centaines de moines  ont défilé à Nangchen avec des pancartes et des bannières pour demander la libération d'un supérieur de la région qui avait été arrêté dans la nuit du 6 Décembre à Chengdu, selon une source tibétaine.

"S'il vous plait, voyez l'angoisse des étudiants privés de leur professeur" pouvait-on lire sur une bannière portée par des moines.


 En savoir plus...
20/12 : La visite du dalaï lama en Norvège irrite Pékin.
(Europe 1)

La Chine a fait part vendredi de son irritation après l'annonce de la visite en mai prochain du dalaï lama en Norvège, un pays qui a déja suscité l'ire de Pékin avec l'attribution du prix Nobel de la paix 2010 au dissident Liu Xiaobo.

"La Chine s'oppose résolument à ce qu'un pays reçoive le dalaï lama. La Chine s'oppose résolument à toute forme de rencontre officielle entre le dalaï lama et des responsables gouvernementaux d'un pays quelconque", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

 En savoir plus...
20/12 : Ngawang Jamyang, un moine de haut-rang meurt en garde à vue.
(Blogs Médiapart)

Dharamsala, le 19 Décembre,


L'un des trois moines tibétain du Comté de Driru,  arrêté le 23 novembre, et, depuis placé en garde à vue à Lhassa a été torturé à mort. Son corps a été remis à sa famille, le 17 Décembre,  a-t-on appris aujourd’hui d'un groupe de Tibétains qui milite en faveur des droits de l'homme.

Selon le Centre Tibétain pour les Droits de l'homme et de la Démocratie, Ngawang Jamyang, 45 ans,  est mort en détention, moins d'un mois, après avoir été arrêté, par la police,  avec ses deux camarades, le moine  Kalsang Choklang, ainsi qu' un autre moine le 23 novembre de cette année à Lhassa,  où les trois s'étaient rendus pour leurs vacances  annuelles. Quant aux deux autres moines, leurs lieux de détention ainsi que les conditions de leur détention tout comme leur état est inconnu, et nourrit de très fortes inquiétudes tout à fait légitimes, selon le même groupe de Tibétains qui a fait état du décès de Ngawang Jamyang.

 
En savoir plus...
19/12 : D'après le TCHRD, un moine tibétain âgé de 46 ans est mort en détention suite aux tortures qu'il y a subi.
(Phayul.com)

DHARAMSALA, 19 Décembre. Un des 3 moines tibétains du Comté de Driru arrêtés à Lhassa le 23 Novembre dernier a été torturé à mort dans les geôles de la police, et son corps a été rendu à sa famille le 17 Décembre, a dit un groupe tibétain aujourd'hui.

 
En savoir plus...
19/12 : 123, 124 ... et des poussières ... de femmes et d'hommes.
(Blog Médiapart)

Un Moine-tibétain s'auto-immole par le feu pour protester contre l'oppression chinoise.

Dharamshala,

Un moine tibétain est mort après s'être mis  le feu dans le comté de Sangchu dans la  préfecture de Kanlho,  au  nord du Tibet-occupé  - incorporé dans la province du Gansu en Chine -, le jeudi 19 Décembre, selon les informations en provenance du  Tibet, dont le gouvernement tient autant que faire se peut les journalistes éloignés malgré les appels incessants de la communauté internationale.

En savoir plus...
19/12 : Un moine tibétain meurt des suites de son immolation à Sangchu.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 19 Décembre. Un moine tibétain du monastère d'Amchok est mort après s'être immolé par le feu aujourd'hui à Amchok, dans le Comté de Sangchu ( vers 14 heures heure locale ).
Le décès de Tsultrim Gyatso a été constaté...

En savoir plus...
18/12 : Un tibétain de 16 ans arrêté à Driru pour avoir écrit  : "Il n'y a pas de liberté au Tibet". 5 autres relâchés.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 18 Décembre - Un tibétain de 16 ans a été arrêté  le 25 Novembre par la police chinoise dans le Comté de Driru où plusieurs manifestations anti gouvernementales ont eu lieu depuis  Septembre dernier a dit une source tibétaine.

En savoir plus...
17/12 : La Corée du Nord est plus accessible aux journalistes que ne l'est le Tibet.
(The Washington Post)

La région autonome du Tibet de Chine a été en grande partie fermée au monde extérieur depuis qu'elle a été endommagée par les manifestations populaires de 2008. Mais le degré extrême de son isolement est évoqué par ce fait très révélateur : il y a plus de journalistes étrangers en Corée du Nord qu'il n'y en a au Tibet.

En savoir plus...
17/12 : MONASTERE d' AKONG ( TIBET) en date du 9 décembre 2013 : Deux arrestations de moines et expulsion d'un enseignant.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 17 Decembre : La police chinoise du Comté de Pema à Golok a arrêté deux moines du monastère Jonang Akong, a rapporté la radio "La voix du Tibet". La police chinoise est entrée dans le monastère la nuit du 9 Décembre et a arrêté Dhelo Kyab et Choepa Kyab, deux moines de ce monastère.

En savoir plus...
16/12 : EXOTISME – Comment Pékin réduit ses minorités ethniques à leur folklore.
(Big Browser Blog Le Monde)

Les relations entre Pékin et ses minorités ethniques, comme les Ouïgours et les Tibétains, sont pour le moins tendues. Mais pas question pour la Chine de montrer ce désamour, officiellement du moins, note la BBC.

En novembre, la République populaire a donc annoncé qu'elle allait réaliser un petit film de propagande pour chacune de ses 55 minorités ethniques avec un seul objectif : promouvoir la Chine en tant que "pays multiculturel et multiethnique".

Sauf que, relève la journaliste Clarissa Sebag-Montefiore, l'image qui est donnée à la télévision d'Etat de ces minorités est pour le moins réductrice : en substance, leurs membres sont assimilés à des "comiques inoffensifs qui tournent et virevoltent en costume et chapeau brillant" – des images récupérées la plupart du temps lors de grands événements nationaux tels que le gala du nouvel an chinois.depuis 2009.

En savoir plus...
15/12 : DHARAMSALA, 15 décembre 2013 :   Protestation muette des étudiants tibétains de l'école de transit à Dharamsala.
(Phayul.com - France-Tibet)

DHARAMSHALA, 14 Decembre : Les étudiants de l'école de transit pour les nouveaux arrivants du Tibet ont fait une marche depuis l'école près de Khanyara jusqu'au temple Tsuglakhang en solidarité avec les tibétains du Tibet, où 124 tibétains se sont immolés depuis 2009.

En savoir plus...
15/12 : International Campaign for Tibet nomme Président un grand défenseur des droits de l’homme.
(Tibet.net  - Communauté tibétaine de France)

DHARAMSHALA : M. Matteo Mecacci, grand défenseur des droits de l’homme et ancien membre du parlement italien, a été nommé nouveau président de l’organisation basée aux Etats-Unis International Campaign for Tibet (ICT), la plus grande organisation pour la défense du peuple tibétain.

En savoir plus...
13/12 : L'ambassade de Chine "intimidée" par une veillée le jour des droits de l'Homme à Londres.
(France-Tibet)

[12 December 2013] Les officiels chinois à Londres ont dit s'être sentis "intimidés" par les activistes qui faisaient une veillée aux bougies à l'extérieur de l'ambassade de Chine pour marquer ce 10 Décembre, jour des droits de l'Homme. L'ambassade a refué d'accepter une carte postale géante appelant le gouvernement chinois à faire immédiatement des réformes afin d'améliorer les droits humains pour tous ses citoyens.

En savoir plus...
12/12 : Deux abbés de deux monastères de Nangchen arrêtés et relâchés après intervention publique.
(Phayul.com)

DHARAMSALA, December 12: In separate incidents, two abbots of two different monasteries in Tibet's Nangchen region were arrested and released after appeals from local Tibetans, a Tibetan source said.

En savoir plus...
12/12/ : Trois moines de Driru arrêtés à Lhassa.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, December 12: La police chinoise a arrêté à Lhassa 3 moines du monastère de Driru le 23 Novembre dernier, a rapporté une source tibétaine à Phayul. Les moines du monastère de Tarmoe à Driru étaient allés à la capitale tibétaine durant leurs congés annuels.

En savoir plus...
10/12 : Les tibétains fêtent l'anniversaire du Prix Nobel de la Paix de Sa Sainteté le Dalaï Lama et réaffirment leur engagement à dialoguer avec la Chine.
(Tibet.net)

DHARAMSHALA: Les tibétains de par le monde célèbrent le 24 ème anniversaire de l'attribution du Prix Nobel de la Paix à Sa Sainteté le 14ème Dalai Lama, avec les dirigeants tibétains qui réassurent les nouveaux dirigeants chinois que les tibétains ne recherchent pas la séparation mais une véritable autonomie pour tous les tibétains sous une administration unique comme le garantit la constitution chinoise.

En savoir plus...
10/12 : Barghouti, le Dalaï-lama : les autres "Mandela".
(le JDD)

    D'autres figurent sont ou ont été, comme Mandela, incarcérés pendant de nombreuses années alors qu'elles oeuvraient pour la paix. 

En savoir plus...

09/12 : Faute de visa, le dalaï lama n'assistera pas aux obsèques de Nelson Mandela.
(20 Minutes)

OBSÈQUES - La Chine aurait fait pression sur l'Afrique du Sud pour que le leader spirituel tibétain n'obtienne pas de visa...

Le dalaï lama, qui s'est vu refuser par deux fois un visa pour l'Afrique du Sud ces dernières années, ne se rendra pas aux funérailles de Nelson Mandela, Nobel de la Paix comme lui, a indiqué son porte-parole dimanche.

En savoir plus...

06/12:  La Chine arrête 2 chanteurs tibétains de Driru.

(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 6 Décembre  - Les autorités chinoises du Comté de Driru ont arrêté deux chanteurs tibétains en Novembre pour avoir produit des albums de musique qui appelaient à l'unité et à la préservation de la  langue tibétaine a dit une source tibétaine.

En savoir plus...

05/12 : PARIS / PEKIN, 5 décembre 2013 : VOYAGE EN CHINE de MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE FRANCAIS JEAN MARC AYRAULT.
(France-Tibet)


"Le combat qui est le vôtre depuis 50 ans pour que soient garantis aux Tibétains leurs droits ; le combat pour la défense des Droits de l'Homme et de la démocratie, c'est un combat que nous faisons nôtre. Le message que nous voulons adresser au peuple et au gouvernement chinois est celui qui est inscrit dans l'esprit de l'Édit de Nantes. La violence et la répression doivent faire place " au dialogue et à la réconciliation" afin de "trouver les bases d'un nouveau partenariat fondé sur une large autonomie du Tibet."

Ainsi s'exprimait, en un autre temps, pas si lointain ... Jean-Marc Ayrault.

En savoir plus...
05/12 : ROME / SENAT ITALIEN, 5 décembre 2013/ TEMOIGNAGE DE LA MINISTRE KALON DICKI CHHOYANG devant la Commission de protection des Droits de l'Homme
(Tibet.net - France-Tibet)

For Immediate Release.


Testimony of Kalon Dicki Chhoyang of the Central Tibetan Administration before the Italian Senate’s Extraordinary Commission for the Protection and Promotion of Human Rights

Rome - 5 December 2013

President Senator Luigi Manconi, Commission members, I thank you for this opportunity to testify before the Senate’s Committee for the Protection of Human Rights on behalf of the Tibetan people.

En savoir plus...
05/12 : Un moine tibétain de Dhingri arrêté à Lhassa.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, December 5 - Un moine tibétain du monastère Shelkar Choede de Dhingri dans le sud-ouest de Lhassa a été arrêté le 29 Novembre pour avoir eu en sa possession une image du drapeau national tibétain dans son téléphone cellulaire a rapporté la radio "Voix du Tibet".


En savoir plus...
04/12 : Tibet, 123 plus une ...
(Médiapart) 

Un tibétain s'est immolé le mardi 3 Décembre, dans le comté de Machu, au Nord-Est du Tibet-occupé, en signe de protestation contre l'occupation chinoise au Tibet.



En savoir plus...

03/12 : Driru : Un écrivain parmi neuf Tibétains condamnés à plusieurs années de prison.
(
TCHRD)

China’s ongoing crackdown in enforcing the government’s ‘mass line’ policy has resulted in the sentencing of nine Tibetans in Shagchu (Ch: Xiaqu) town in Diru (Ch: Biru) County, Nagchu (Ch: Naqu) Prefecture, Tibet Autonomous Region (TAR). All three identified so far have been charged of maintaining contacts with “Dalai clique” and for “engaging in activities to split the nation.”

En savoir plus...

03/12 : OTTAWA : Des Tibétains  s'installent au Canada.

  Posté par : RFT
Date : 03/12
http://ca.news.yahoo.com/video/tibetans-settle-ottawa-150900361.html

https://www.facebook.com/tibetresettlementproject

En savoir plus...
02/12 : Dharamsala accueille un cycliste tibétain après son rally mondial.
(Tibet.net)

DHARAMSHALA: Dharamsala a accueilli samedi un tibétain qui a rejoint la ville après avoir traversé l'Europe et l'Asie à vélo pour une campagne, afin d'obtenir un soutien mondial pour que cesse le système répressif chinois au Tibet.
Des centaines de tibétains et de supporters alignés le long des rues ont accueilli Rinpo Yak qui a traversé 400 vllies dans 15 pays d'Asie et d'Europe.

Rinpo Yak embarked on this cycling rally from Brussels on 10 March 2013. Since then, he travelled through various European and Asia countries, including Belgium, Germany, France, UK, Japan, Taiwan, Hong Kong, Nepal and India. He met Parliamentarians, Tibet supporters and human rights activists during the journey and explained them about the plight of Tibetans under the repressive policies of the Chinese government in Tibet.


En savoir plus...
02/12 :  Palyul COUNTY (TIBET), 29 novembre 2013: 8 Tibétains dont 6 moines arrêtés alors qu'ils voulaient manifester après le vol de pierres Mani.
(Phayul.com - France-Tibet)

Catégorie: Général
Posté par: RFT
Date: 02/12/13
La Chine détient huit Tibétains dans le comté de Palyul.
Phayul [Vendredi, 29 Novembre, 2013 18:16]
Dharamshala 29 Novembre: Huit Tibétains, dont six moines ont été arrêtés par les autorités chinoises dans le comté de Palyul vendredi dernier, a rapporté le Tibet Times.

Les Tibétains ont été arrêtés par les autorités chinoises qui avaient été averties du projet d'une manifestation que les Tibétains avaient prévu de réaliser le lendemain. Selon des sources, deux responsables locaux avaient volé un camion rempli de pierres sacrées d'un site de pèlerinage au monastère Khangmar Nyingma. Un morceau de pierre volée aurait été vendu en Chine et le reste a été vu en dehors d'un chantier de construction géré par l'administration du comté, ont indiqué des sources.

Les Tibétains avaient décidé d'organiser une manifestation le 23 Novembre, mais ont été arrêtés avant la manifestation.

Plusieurs appels des Tibétains à l'administration du comté afin de retourner les pierres volées à leurs propriétaires légitimes ont été ignorés.

 
Le monastère a été mis sous surveillance constante et les forces de sécurité chinoises supplémentaires patrouillent les rues de Terlung. En raison du contrôle strict de toutes les installations de communication, il a été difficile d'obtenir de plus amples informations.

En savoir plus...
1°/12 : Le premier groupe de Tibétains de l’Arunachal arrive au Canada.
(Tibet Sun - Communauté tibétaine de France)

MCLEOD GANJ, Inde : Le premier groupe de 1000 déplacés Tibétains sélectionnés pour s’installer au Canada arrivera à Toronto et Ottawa vendredi 29 novembre, selon les coordinateurs pour l’immigration de Victoria.

Ce premier groupe comporte 17 personnes, qui seront accueillies aux aéroports internationaux Macdonald-Cartier d’Ottawa et Pearson de Toronto par des donateurs privés et des soutiens du Tibet.


En savoir plus...
1°/12 : Un prix pour la lutte contre la tuberculose pris au piège de la politique.
(Wall street journal - Communauté tibétaine de France)

Il existe peu de prix ou récompenses dans le domaine du traitement de la tuberculose, où les médecins peuvent passer des années à essayer de guérir les patients, et seulement regarder certains mourir. Tsetan Sadutshang semble avoir été l’un des rares élus quand l’organisation qui supervise le prix Kochon, une récompense prestigieuse pour des contributions majeures à la lutte contre le tuberculose, lui a dit en octobre que le programme qu’il dirige provisoirement avait été sélectionné pour recevoir le prix.



En savoir plus...
07/12 : Aéroport : «La France doit protéger sa liberté ».
(La Dépêche)

Dicki Chhoyang, ministre des Affaires étrangères du gouvernement tibétain en exil, était de passage à Toulouse hier. Avant sa conférence publique, elle a rencontré des élus de la région. Parmi eux, les maires de Carbonne et Salles-sur-Garonne dont les communes sont parrainées avec des villes du Tibet.

Comment qualifieriez-vous votre lutte aujourd'hui ?

C'est celle de la survie d'un peuple mais c'est aussi une question écologique, éthique : comment protéger l'écosystème délicat du plateau tibétain, source de fleuves qui alimentent le quart de la population mondiale, comment gérer les ressources minières, comment mettre fin à la sédentarisation forcée des nomades… C'est aussi montrer aux jeunes générations que la non-violence est un moyen de lutte efficace, une voie dont nous ne nous éloignerons jamais.

Quel message adressez-vous aux Français ?

La France a une grande sympathie pour le Tibet, c'est important de remercier tous ceux qui se mobilisent pour notre culture. Une des priorités de ma tournée est de sensibiliser un nouveau public, de faire connaître notre projet de Voie Médiane, une politique pacifique conçue par le Dalaï Lama en 1974 afin de protéger la culture et l'identité du peuple tibétain.

La France peut-elle être sensible au Tibet et nouer des relations avec la Chine ?

On peut être ami de la Chine et l'aider à résoudre la question tibétaine. Nous luttons contre la politique des Chinois au Tibet, pas contre la population chinoise qui est autant victime que nous. Même en France, les étudiants chinois sont surveillés, conditionnés, c'est dur pour eux d'entendre une autre version.

L'aéroport de Toulouse a été vendu à un groupe chinois, quelle est votre réaction ?

Nous sommes favorables à ce que la Chine ait des relations avec les autres pays. Nous disons aux Français que leur liberté a été gagnée avec beaucoup de sacrifices et qu'elle peut se perdre de façon insidieuse. Il faut avoir du courage et protéger la liberté. Vous savez, la Chine respecte la force : quand les Américains disent non, les rapports commerciaux continuent.


En savoir plus..
03/12 : Célébration du 25e Anniversaire du Prix Nobel de la Paix - le 10 Decembre 2014.
(La Communauté Tibétaine de France)

Mercredi 3 décembre 2014, par Communauté Tibétaine // Communiqué de Presse de Administration Centrale Tibétaine

Chers amis du Tibet,

Il se trouve qu’une fête autour de la commémoration du 25ème anniversaire du discernement du Prix Nobel de la Paix à Sa Sainteté le Dalai Lama sera organisée le mercredi 10 décembre 2014 à 17h00 à l’adresse suivante :

Salle Olympe des Gouges 15, Rue Merlin 75011 Paris Métro ligne 2 et 3 à la station : Père Lachaise

Vous êtes toutes et tous conviés à venir participer à cet événement destiné à exprimer la gratitude de tout un peuple à Sa Sainteté le Dalai Lama pour son immense effort pendant plus de 60 ans consacré avec dévouement à la culture tibétaine et à la question du Tibet de façon globale en tant que le chef de l’Etat du Tibet.

Une exposition des panneaux des Photos consacrée à la vie de Sa Sainteté le Dalai Lama sera mis à la disposition du public.

Sa Sainteté le Dalai Lama est désormais devenu une figure mondialement reconnu grâce à ses efforts pour la paix dans le monde et son travail constant pour les dialogues inter-religieux ainsi que pour la question de la défense de l’environnement planètaire, laquelle concernent l’avenir même de nouvelle générations de l’humanité à venir.

Nous vous invitons à informer les uns et les autres et à venir vous même nombreux pour voir le spectacle offert par la Communauté Tibétaine de France et ses Amis. Nous vous remercions du tout coeur.

Entrée sera gratuite pour tout le monde.


En savoir plus..
12/11 : ‘Rassemblement en 2015 pour le jour du soulèvement tibétain.
(Phayul.com)

DHARAMSHALA, 12 Novembre. Les tibétains d'Europe tiendront un rassemblement pour le Tibet à Paris en France afin de commémorer le 56 ° anniversaire du soulèvement tibétain contre les forces communistes, le 14 Mars 2015.
La première réunion préparatoire pour le rassemblement s'est tenue à Paris ce samedi. Les membres du Parlement tibétain, le Vénérable Thubten Wangchen et Wangpo Tethong, les chefs de la communautté tibétaine, les représentants de l'association des femmes tibétaines de Suisse et de la Campagne Internationale pour le Tibet assistaient à cette réunion.
La réunion, présidée par Thubten Gyatso, le Président de la Communauté tibétaine de France, a nommé les membres du comité dirigeant et discuté du budget et des programmes du rassemblement.

Des groupes spéciaux feront aussi campagne dans les autres pays européens.

En savoir plus..
08/11 : Des tibétains de Conflans.
(dormirajamais.org)

Dublin2 Le cauchemar se poursuit en exil, par Olivier Favier.

  Il a 32 ans, elle 35. Ces fermiers de la province de Kham ont laissé leurs 3 enfants et leur vie au Tibet il y a quelques mois pour se rendre au Népal. Leur crime est le suivant: dans leur village, ils avaient fait placarder des affiches et écouter un disque du dalaï-lama. Passé l’Himalaya, un passeur leur a trouvé un avion pour la Hongrie. À Budapest, leur a-t-il expliqué, il y aurait une correspondance pour Paris, via un autre passeur. L’homme qui les attendait à l’aéroport le 11 juillet les a pris dans sa voiture, puis il les laissés sur le bord de la route au motif d’un souci technique. Il n’est jamais revenu.

Arrêtés dans la rue par les policiers magyars, ils ont été menottés et jetés à l’arrière d’un véhicule. Comme il ne parvenait pas à porter son sac avec les mains liées, le jeune homme a été molesté. Son épouse a reçu des coups de pied dans le dos qui lui ont brisé une côte. Ces violences ont par ailleurs provoqué une fausse couche. Les mauvais traitements ont continué dans le centre d’internement où leurs empreintes ont été prélevées de force. Ils ont finalement réussi à prendre un train pour Paris où ils sont arrivés le 8 août. À Conflans, ils ont trouvé une place sur le bateau Je sers: une cabine de 8 m², sans chauffage, qui est un véritable luxe eu égard aux tentes et aux soubassements du pont voisin. C’est ici que s’entassent désormais plusieurs dizaines de leurs compatriotes.

En savoir plus..
13/10 : Pau : 1 500 visiteurs à la Fête du Tibet.
(La République des Pyrénées.fr)

 "Parlez de nous, écrivez ce que le Tibet vit à l'heure actuelle, le monde détourne le regard et nous oublie". Ce cri d'alarme vient du plus profond du coeur de Loten Namling, sans doute un des artistes tibétains les plus talentueux. Il adore venir à Pau, à l'invitation de l'Association paloise pour l'art et la culture du Tibet (Apact). "Le groupe palois est l'un des plus fabuleux de France", confie cet artiste, qui a grandi dans les camps de réfugiés et vit désormais en Suisse. À chacun de ses déplacements, Loten Namling se trouve toujours aux côtés du Dalaï-lama.

Une nouvelle fois, ce week-end, la MJC du Laü a connu de chaleureux moments. Le grand mérite en revient à Denise Campet, entourée des bénévoles de l'association. Environ 1 500 visiteurs ont fréquenté la fête, entre expositions, conférences, spectacles et repas tibétains qui ont fait le plein (entre 150 et 200 convives à chacun).
  Parmi les temps forts du week-end, la venue de Dolma Palkyi, rescapée de la tragédie du Nangpa La. Rappelons les faits : le 30 septembre 2006, les garde frontières chinois tirent sur un groupe de 40 Tibétains qui fuient leur pays à travers l'Himalaya, faisant plusieurs victimes. Aujourd'hui, tous les témoignages convergent pour dire que le nouveau génocide tibétain est culturel. Depuis trois ans, 139 Tibétains se sont immolés et les Chinois sont toujours plus nombreux à s'installer dans la capitale, Lhassa.

Le Dalaï-lama est personnellement informé de l'importante activité de l'association paloise et de l'indéfectible combat pour la cause tibétaine, mené par sa présidente. D'ailleurs, Denise Campet le rencontre à l'occasion. "Après avoir plusieurs fois reçu sa soeur, ce n'est pas une folie d'envisager la venue du Dalaï-lama pour les prochains trente ans de l'association", confie Romain Piro, bénévole. Ce serait un bel événement pour célébrer l'anniversaire de l'Apact.

En savoir plus..
07/10 PARRAINAGE DE LA VILLE DE DRIKUNG (TIBET).
(Site Officiel de la commune de Marcq en Yvelines)

La commune de Marcq a parrainée officiellement la ville de DRIKUNG au TIBET en présence des associations tibétaines (France Tibet, Tibet Normandie), de représentants du gouvernement tibétain en exil , d 'élus locaux (Sophie Primas, sénatrice, Sophie Sauter, conseillère municipale de Beynes, des membres du conseil municipal de Marcq).


Exposition, conférence, marché artisanal et discours des différentes personnalités ont ponctué ce dimanche après-midi. Un personnage inattendu était présent pour cette journée du Tibet : Tintin, grace à l'exposition de P. Cacheux.

En savoir plus..
03/10 : 7ème Marche Internationale pour la liberté des minorité et des opprimé.
(La Communauté Tibétaine de France)


Paris Samedi 11 Octobre à 14hrs

Marche silencieuse depuis la statue de la Liberté du pont de Grenelle vers le Trocadero

Organisée par L’Association de culture libérale Società Libera et par les Communautés des Minorités et des Peuples Opprimés en exil,

• pour solliciter l’opinion publique, l’Europe et les organisations supranationales, afin qu’elles prennent position pour sauvegarder les minorités ;

• afin que l’Europe mette en place la Journée Européenne pour la Liberté des Communautés, des Minorités et des Peuples opprimés . Face à une aggravation de la condition des droits de l’homme dans le monde, et considérant que dans au moins un quart des Pays du monde les libertés fondamentales sont niées quotidiennement, nous estimons qu’il ne suffit plus d’exprimer des solidarités générales. Il est temps que :

• les places d’Europe se remplissent de personnes conscientes ;

• l’Occident se secoue et mobilise concrètement intérêts et consciences à propos des conditions de centaines de millions de personnes ;

• un mouvement de mobilisation vaste et unitaire se développe, arrivant à faire comprendre que la défense des Droits de l’Homme est une priorité internationale.


En savoir plus..
30/09 : La Foire de Marseille defie la Chine et exhibe le drapeau tibétain.
(Phayul.com)

Un gigantesque drapeau national tibétain est accroché au sommet du village tibétain à la Foire de Marseille

Marseille, FRANCE, le 29 Septembre: La Foire de Marseille, l’une des plus grandes foires commerciales en Europe sur le littoral méditerranéen a défié la pression chinoise et inclus le Tibet comme un de ses thèmes pour l’édition de cette année, à laquelle participent les exposants de plus de 50 pays, y compris la Chine.

Le festival a permis aux  exposants tibétains de Paris d’ accrocher un drapeau national tibétain gigantesque au-dessus du village tibétain, l’une des principales attractions de cette  fête qui est dans sa quatre vingt dixième année.
Le Village tibétain au centre de la salle a été conçu par un artiste tibétain basé à Paris, Dorjee Sangpo qui est également propriétaire de la boutique Tibet Art. Dorjee dit qu’il considère cette opportunité comme une occasion de mettre en valeur la culture tibétaine dans le monde, et a donc commencé à préparer cet événement depuis Février dernier.
«Normalement, le conseil de gestion d’un festival aussi grand que celui-ci ne permet pas de représentation  politique, mais cette année, ils nous ont permis d’arborer le drapeau national tibétain sous le plafond en dépit des pressions de participants chinois et du consulat chinois », a déclaré Sangpo , qui a émigré à Paris dans les années soixante dix  après avoir terminé ses cours de peinture de Thanka à la Bibliothèque des Travaux tibétains et Archives.

Les visiteurs qui sont au nombre d’environ 30 000 par jour ont la chance de voir les moines de Gaden de Jhantse GOWO Khangtsen créer des mandalas de sable, des artistes tibétains peindre des rouleaux de thangka, et aussi profiter de la cuisine tibétaine.

Le festival commercial a commencé le 26 Septembre et se poursuivra jusqu’au 6 Octobre 2014.

Rapport présenté par Dorjee Sangpo

En savoir plus..

29/09 : Strasbourg, du 26 Septembre au 2 Octobre : La Chine explique le Tibet aux français.
(France-Tibet)


Nous notons, à force d'alerte Google, que l'Etat Chinois, inonde le net de ses propres informations. Ainsi, ces temps-ci, il affiche sa volonté d'augmenter encore le tourisme au Tibet. Aujourd'hui, c'est un tourisme principalement chinois qui atteint le Tibet, mais son attraction naturelle et culturelle attire aussi les étrangers occidentaux qui sont embêtés par les affres administratives entre Népal et Chine. Que cela ne tienne, la Chine s'attaque à la nature himalayenne. La ligne Pékin-Lhassa est aujourd'hui prolongée à Shigatsé et les projets la rêve rejoindre la frontière népalaise.
A l'heure où une chaîne hôtelière de luxe s'installe à Lhassa, la Chine a ouvert un forum sur le tourisme Tibétain, avec les invitations aux politiques étrangers. La Chine surfe sur le pouvoir d'attraction du Tibet pour s'enrichir, tandis que les Tibétains, victimes de l'impérialisme, ne profitent pas de cette richesse.
Et alors ? certains penseront, cela ne nous occupe pas, c'est tellement loin. Si loin ? alors pourquoi, la Chine s'emploie si ardemment à nous faire avaler ses couleuvres d'un beau Tibet libéré de la féodalité par le communisme, d'un méchant Dalaï Lama terroriste ? Si ardemment qu'en Strasbourg, l'ambassade chinoise vous attend pour vous expliquer le "Tibet actuel" :
le communiqué officiel chinois, édité en français :


La ville française de Strasbourg accueille des expositions et thèmes tibétains
French.xinhuanet.com | Publié le 2014-09-27 à 07:53

STRASBOURG, 26 septembre (Xinhua) -- La ville française de Strasbourg accueille une série de manifestations destinées à faire connaître la culture et la société tibétaines. Du 24 septembre au 2 octobre, le consulat chinois à Strasbourg organise des conférences et des événements culturels dans le but d'aider les Strasbourgeois à mieux comprendre cette vaste région dans le sud-ouest de la Chine.

Le Consul général Zhang Guobin, ces trois dernières années, invite les délégations d'experts du Tibet à visiter Strasbourg chaque année, principalement parce que la ville est le centre de plusieurs institutions européennes, comme le Parlement européen, le Conseil de l'Europe et la Cour européenne des Droits de l'Homme.

En savoir plus..
19/09 : Son combat pour défendre le Tibet.
(Sud-Ouest)


La très active vice-présidente, la Billéroise Denise Campet met la dernière main à la 29e semaine du Tibet organisée par l'Association pour l'art et la culture du Tibet (Apact). Rien ne prédestinait cette professeure de mathématique, aujourd'hui retraitée, à un engagement d'une ampleur telle que, sitôt le sable du premier mandala dispersé dans le gave de Pau, commence la mobilisation pour l'édition suivante.

Et pourtant, depuis bientôt trente ans, et malgré une maladie évolutive, elle préside l'Apact avec l'objectif d'informer sur le Tibet, sa culture, sa situation et œuvrer pour améliorer les conditions de vie des réfugiés tibétains de l'Inde et du Népal.

Un collectif de bénévoles

Pour y parvenir, elle s'appuie sur un collectif de bénévoles très motivés (elle lance un appel pour le renforcer), sur la MJC du Laü et la Ville de Pau, deux partenaires indéfectibles. « Au début, je m'occupais en parallèle de l'association bouddhiste. Cela correspondait à mon cheminement personnel et je savais que c'était cela qui donnait aux Tibétains la force de résister pacifiquement, confie-t-elle. Elle a vite dissocié son action pour clarifier les choses et permettre à toutes les bonnes volontés de s'investir pour la cause du Tibet libre. « Ma détermination à agir pour ce peuple extrêmement généreux a grandi au fur et à mesure de mes voyages. Au-delà de tout ce que j'ai reçu et appris grâce à lui, c'est le fait que cette lutte se faisait sans bombe qui m'a séduite. »


En savoir plus..

La conférence annuelle des présidents des Communautés tibétaines d’Europe : le 5 et 6 Sept 2014.
(La Communauté Tibétaine de France)

La conférence annuelle des présidents des Communautés tibétaines d’Europe s’est tenue du 5 au 6 septembre 2014 à Pomaia dans la région de Toscano en Italie.


Une communiqué de presse a été publié à l’issue de cette rencontre annuelle : " on y dénonce avec fermeté les comportements des extrémistes des pratiquants du secte Dolgyal à travers le monde et notamment lors de récentes visites de Sa Sainteté le Dalaï Lama en Europe. Leurs propos et actes de ce secte religieux choquent profondément les Tibétains du monde entier et ce dérive sectaire porte atteint à la cohésion harmonieuse du bouddhisme tibétain".

Lors de la conférence des présidents de 15 Communautés tibétaines d’Europe, il est également convenu d’organiser conjointement la prochaine commémoration du 10 mars 2015 à Paris, le samedi 14 mars 2015 en concertant avec les différents groupes de TSGs à travers l’Europe. Le choix de samedi s’explique par la volonté de pouvoir mobiliser massivement les citoyens solidaires avec le Tibet ainsi que la disponibilité des participants tibétains.

L’union fait la force : il s’agit d’envoyer à cette occasion historique, un message du soutien, d’amitié et de solidarité en direction du peuple tibétain et le 10 mars 1959 à Lhassa marque le début de la résistance tibétaine contre l’invasion et l’occupation illégale du Tibet par la Chine communiste avec la bénédiction de l’URSS de l’époque.

Le Tibet est toujours debout et uni pour sa liberté. Vive le Tibet et n’hésitez pas a faire connaître ce message dans votre entourage et auprès de vos amis en le partageant dans la mesure de possible.

En savoir plus..
04/09 : Protestation contre le massacre de six Tibétains et 10 blessés graves à l’est du Tibet.
(La Communauté Tibétaine de France)

Mercredi, 17 septembre 2014 à 15h00 devant l’Ambassade de « la République populaire de Chine » à Paris. Métro ligne 9 station : Alma Marceaux ou RER. C, Pont de l’Alma.

« L’Association de la Communauté Tibétaine et ses Amis » lancent un appel à un rassemblement citoyen, pour faire part de notre ferme protestation contre le massacre de six Tibétains du village Shuk Ba dans la région tibétaine de Derge Darma (Kham) à l’est du Tibet. A travers ce rassemblement citoyen, nous voulons envoyer un message du soutien et de solidarité aux Tibétains du Tibet, qui font l’objet de répression continue sous l’occupation chinoise du Tibet.

Tout a été déclenché lors d’un préparatif pour la visite des fonctionnaires chinois dans la région en début août 2014. En effet, les autorités de « la Préfecture autonome tibétaine de Kardze » ont ordonné aux habitants de village de Shok Ba, dans la région tibétaine de Derge Darma, de préparer un spectacle pour la venue des fonctionnaires. C’est une région tibétaine qui est placée sous l’administration du comté de Sershul, lequel est rattaché à « la Préfecture autonome Tibétaine de Kardze. »

Lors de la soirée du spectacle, les fonctionnaires chinois ont harcelé les femmes tibétaines, les membres de la troupe de danse de la Communauté. Tout de suite, les victimes des harcèlements ont immédiatement informés le chef du village, monsieur Wangdak sur les agissements des fonctionnaires chinois.
n.

En savoir plus..
04/08 : Diplomatie économique France-Chine : trop c’est trop !
(Le Nouvel Observateur - Rue 89)

André Gattolin et Noël Mamère, Sénateur et Député écologistes.

PARIS : Depuis un an, nos dirigeants déroulent le tapis rouge à la République populaire de Chine, au point de flirter avec les limites de l’indécence politique.

Les rencontres officielles se multiplient jusqu’à conduire notre ministre des affaires étrangères à s’éclipser discrètement en février dernier au plus fort de la crise ukrainienne, pour aller honorer un rendez-vous pris à Pékin !

Notre diplomatie toute entière étant mise au service du renflouement de notre déficit du commerce extérieur, la Chine est devenue l’objectif numéro un du Quai d’Orsay... Pour des résultats qui restent pourtant sujets à caution.

En savoir plus..
06/07 : Le Bureau du Tibet à Paris célèbre l'anniversaire de Sa Sainteté le Dalaï Lama.
(tibet.net)

PARIS : Le Bureau du Tibet a organisé hier conjointement avec le groupe Tibet du Sénat français une réception pour marquer le 79° anniversaire de Sa Sainteté le 14° Dalaï Lama.
Environ 80 personnes ont assisté à la réception, représentant plusieurs groupes de soutien au Tibet et des sympathisants, dont des membres du Sénat français.

En savoir plus..


05/06 : 79 ème Fete anniversaire - Sa Sainteté le Dalai Lama – Le dimanche 6 juillet 2014.
(La communauté Tibétaine de France - Communiqué de presse de l'Administration Centrale Tibétaine)

79 ème Fete anniversaire - Sa Sainteté le Dalai Lama – Le dimanche 6 juillet 2014

Au Programme :

10 hr 30 - Priere de Sang –Sol, ritual de fumigation

11hr30 - Conference Publique

12hr30 - Prise de Parole des Personnalitiés

13h - Repas Tibetain Vegetarien

14h - Spectacle de anses et chants traditionnels tibetains presenté par le groupe artistique de la Communauté Tibetaine de France

-  Chant par les élèves de l’ecole tibetaine de langue et de civilization
-  Vente d’artisanat tibétain, ainsi que des drapeaux tibétains.

ENTRÉE GRATUITE

Lieu : La Pagode du Bois de Vincennes, Route circulaire du Lac Daumesnil, Paris - 75012

Metro : Porte Dorée – ligne 8


En savoir plus..
17/06 : Le Festival Annuel du Tibet s'est achevé.
(tibet.net)

Paris, 16 Juin. Pendant 2 jours, des centaines de français et de tibétains se sont pressés dans un parc du bois de Vincennes à la périphérie de Paris, pour célébrer le festival annuel du Tibet et des peuples de l'Himalaya.
C'est la 14° édition de ce festival, attendu avec impatience aussi bien  par les tibétains que leurs sympathisants.

Cette année, le festival était spécialement dédié à Sa Sainteté Dalai Lama, une façon de lui rendre hommage pour son infatigable travail et son aptitude à défendre le peuple tibétain.

En savoir plus..

09/06 : Réunion de prières - le 13 Juin 2014 à Paris.
(La Communauté Tibétaine de France)
 

La Commununauté Tibétaine de France et Ses Amis organisera une prière – offrande à Gyalway Shabten et Lama Choepa Tsok le 13 juin 2014, à l’occasion du 15ème jour de Saka Dawa (le mois sacré).

Quand : vendredi 13 juin 2014, 14h – 17h

Où : Centre Rigpa, 6 bis rue de Vergniaud, 92300 Levallois Perret

Metro : Ligne 3 / Louise Michel


En savoir plus..
04/06 : Un sénateur PS demande à Hollande d'inviter le Dalaï-Lama en France.
(Le Parisien)
 
Le sénateur PS Alain Anziani a demandé à François Hollande d'inviter le Dalaï-Lama en France, craignant "que la civilisation tibétaine ne vive ses dernières années", a-t-on appris mercredi.
"Le XIVe Dalaï-Lama a été reçu par le président Obama 21 février dernier, pour la seconde fois. Il sera en Italie, les 14 et 15 juin, et en Allemagne du 23 au 26 août. La France ne peut-elle pas à son tour saluer sur son territoire cette personnalité reconnue par un prix Nobel de la Paix?", demande M.
Anziani au chef de l'Etat dans une lettre qu'il a rendue publique.
"Je n'ignore pas l'importance des relations entre la France et la Chine tant du point de vie économique que de la paix. Je sais qu'il ne convient pas de résumer ce grand pays qu'est la Chine à la question tibétaine. Mais cet autre grand pays qu'est la France ne peut pas davantage se réduire à une vision économique qui oublierait ses valeurs fondamentales parmi lesquelles figurent la liberté des peuples et le respect des identités culturelles", ajoute le sénateur de la Gironde.
M. Anziani souligne que cette lettre, écrite le 21 mai, "n'a pas encore reçu de réponse".

En savoir plus..

26/05 : PARIS / SENATEUR ALAIN ANZIANI : prise de position sur la question du Tibet.
(France-Tibet)

 

Le sénateur Alain Anziani a signé notre pétition en soutien au peuple Tibétain : www.change.org/appelpourletibet fait désormais partie de notre comité de soutiens.

Récemment, il s'est engagé à parler à François Hollande lui demandant de recevoir officiellement le Dalaï Lama, voilà chose faite avec ce courrier qu'il vient d'adresser au Président de la République française. Merci à Monsieur Anziani.
Multiplions les signatures !

Monsieur le Président de la République,
Nous devons craindre que la civilisation tibétaine ne vive ses dernières
années.
À deux reprises ces derniers mois, j’ai fait personnellement ce constat. Je l’ai
fait en simple particulier, passionné par le Tibet, sans faire état de ma qualité
de sénateur, ni de mon appartenance au groupe d’amitié France Tibet.
La Chine constitue une grande nation qui a assuré à son peuple un développement économique remarquable. Elle a parfois donné le sentiment de comprendre la réalité tibétaine et d’accepter la préservation de son identité.
Pourtant, depuis 1950, il n’y a pas d’autre vérité que de constater une occupation du plus faible par le plus fort. Le peuple tibétain subit cette domination depuis plus d’un demi-siècle avec des épisodes de révolte et de répression, d’exils et d’immolations. Les Chinois ne s'y trompent pas comme en témoignent les contrôles militaires et policiers permanents sur les routes, dans les rues, et même dans les monastères, y compris à l’intérieur de certains des temples. L'arrivée massive de Chinois à Lhassa ou à Xigatsé participe à cette vaste entreprise d’intégration forcée du Tibet, complétée par les limitations à l’enseignement du tibétain et l’exploitation intensive des richesses naturelles, mettant en péril l’équilibre écologique du haut plateau.

En savoir plus..
19/05 : L’émission : Tourisme et Dictature - Bienvenue au Tibet / Enquete Exclusive - le 25 Mai 2014.
(La Communauté Tbibétaine de France - M6 TV)

  Emission du dimanche 25 mai 2014 23:00

Tourisme et dictature : bienvenue au Tibet

Présence militaire permanente, arrestations de moines et répression de la population : le Tibet vit sous la domination chinoise depuis plus de cinquante ans. Mais ces dernières années, le « toit du monde » est aussi devenu un enjeu économique pour La Chine. Nouvel eldorado touristique, la région est désormais accessible en train pour des millions de Chinois, touristes et migrants. Temples reconstruits comme des décors de théâtre, cérémonies sacrées transformées en spectacles : les Tibétains perdent peu à peu leur culture pour devenir une attraction touristique vivante.

Si le Dalaï Lama, leader en exil, est la figure la plus connue de la résistance à l’oppression chinoise, des milliers de Tibétains cherchent comme lui à fuir leur propre pays par tous les moyens. Certains s’évadent en franchissant des cols à plus de 4 000 mètres d’altitude, au risque de mourir sous les balles des militaires chinois. D’autres choisissent de s’immoler par le feu pour dénoncer la perte de leur identité.

En savoir plus..
13/05 : Festival Tibet et peuple de l'Himalaya .
(sortiraparis.com)

  Le 14ème Festival du Tibet et des Peuples de l’Himalaya vous donne rendez vous les samedi 14 et dimanche 15 juin 2014 au Bois de Vincennes. Durant un week-end, venez découvrir artisanat, musiciens, conteurs, conférences, expositions, films..., un programme riche pour vous faire découvrir la richesse de cette culture.

Le temps d’un week-end, prenez la direction du cœur du Bois de Vincennes et au bord du Lac Daumesnil, dans une ambiance familiale de musique et de danses tibétaines pour le Festival culturel du Tibet et des peuples de l'Himalaya 2014.

Ces 2 jours sont l’occasion de faire découvrir les richesses de la culture tibétaine alors qu’il est impossible de le faire actuellement au Tibet et cause des multiples immolations.

En savoir plus..
18/05 : Ca va faire 25 ans.
(blogs.mediapart.fr)

LYON PLACE ANTONIN PONCET MERCREDI 04/06/2014 DE 18h A 20H- RASSEMBLEMENT POUR LA COMMEMORATTION DES 25ANS DES EVENEMENTS DE LA PLACE TIAN AN MEN ET POUR LA DEMOCRATIE EN CHINE ET AU TIBET

Organisé par l' association TIBET CHINE ACTUALITE 14 avenue Maréchal Foch 69230 Saint Genis Laval Tel : 06 29 35 42 27 e mail patrickbonnassieux@gmail.com
Page Facebook du rassemblement : https://www.facebook.com/events/547983061981936/


Le Mercredi 4 Juin 2014 sera la date du 25ème anniversaire des événements de la place Tian an men à Pékin en Chine . Le gouvernement chinois fait tout pour faire oublier au peuple chinois la répression sanglante qu' il à fait subir à des milliers d' étudiant-e-s qui manifestaient pacifiquement sur cette place pour réclamer la démocratie et plus de liberté en Chine .

Apportez un fleur blanche pour la déposer sur le monument .

Apportez aussi vos drapeaux du Tibet , des pancartes , photos des événements de Tiananmen .

Pour dire non à l' oubli que veulent imposer les autorités de la République Populaire de Chine de ce massacre et pour rendre hommage aux victimes, soyons nombreux à Lyon place Antonin Poncet pour nous rassembler pour la démocratie et dénoncer les violations des droits humains par les autorités chinoises.

En savoir plus..





08/05 : Colloque " Tibet 1980 - 2014 " au Sénat en France.
( La Communauté Tibétaine de France)


Le samedi 24 mai 2014, de 9h45 à 17h45

9h45 - 10h : Allocution d’ouverture (Jean-François Humbert, Sénat)

La Chine face au Tibet : actions chinoises

• 10h : De l’Empire mandchou à l’État chinois, ou de la différentiation à l’assimilation - Marie-Dominique Even (CNRS, GSRL)

• 10h30 : La grande transformation du Tibet : les changements économiques et sociaux des trente dernières années - Andrew Fischer (International Institute of Social Studies (ISS), Erasmus University, Rotterdam)

• 11h : Les politiques de relogement sur le Plateau tibétain, 2006-2014 - Jean-Marie Fardeau (Human Rights Watch)

• 11h30 : Vie et mort du 10e Panchen-Lama - Elliot Sperling (Indiana University)

12h30 - 14h : Pause

Le Tibet face à la Chine : réactions tibétaines

• 14h : Les formes tibétaines de contestation des politiques chinoises : 1980-2014 - Katia Buffetrille (EPHE, CRCAO)

• 14h30 : La montée en audace des écrivains tibétains. L’évolution du champ littéraire de langue tibétaine (1980-2014) - Françoise Robin (INALCO, ASIEs)

• 15h : Le développement des langues et les nouvelles technologies de la communication : le miracle tibétain - Nicolas Tournadre (Université d’Aix-Marseille et Lacito, CNRS)

• 15h30 Conclusion - Lun Zhang (Université de Cergy Pontoise, CICC)

• 16h : Discussion

Entrée gratuite

Inscription préalable obligatoire auprès de Marié-Agnès Mouton

Tél : 01 42 31 32 06


En savoir plus..
08/05 : Video : la 6eme Salon de la Culture Tibétaine - Paris.
(
La Communauté Tibétaine de France)

Le 6éme Salon de la culture Tibétaine à Paris _- 3 et 4 mai 2014 - par Ling Lhamo


En savoir plus..
23/04 : Sixième Edition du Salon de la Culture Tibétaine.
(Médiapart)

J'insère ici une magnifique nouvelle qui se trouve au coeur de cet article car elle répond à l'article précédent du 14/04 :

" Chers amis tibétains et amis du Tibet,


Parce qu'une bonne nouvelle ne vient jamais seule, s'accompagne toujours d'une autre,  le jeune Tibétain bloqué à Roissy, et au sujet duquel, vous fûtes si nombreux à vous enquérir de la santé et du devenir, le jeune Tibétain est sorti d'affaire. Il lui est permis de demeurer sur cette terre qui abrite les reliques du Bouddha historique."




  C'est aux pieds du plus grand Bouddha d' Europe, qui, tout recouvert d'un bel or jaune, vous contemple, du haut de ses presque dix mètres de hauteur, que se prépare et s'organise la Sixième Édition du Salon de la Culture Tibétaine, qui s'y déroulera les 3 et 4 mai 2014.

C'est le plus important lieu de culte Bouddhique de la capitale - si l'on, en quelque sorte, excepte le fabuleux Musée Guimet  -  qui s'étend sur quelques 8000 m², avec ces deux bâtiments singuliers et étranges qui accusent, sans le faire, puisque  récemment remis à neuf et, donc, considérablement rajeunis, un age identique que celui la tour Eiffel, bâtiments et tour, datant tous trois, de l'extraordinaire Exposition Coloniale de 1931, dont, à part quelques trop rares vestiges - le cinéma, La Pagode par exemple - il ne nous  reste plus que les photos de cette époque pour témoigner du génie architectural absolument ahurissant qui prévalut à sa mise en place.

Les battisses les plus folles aux endroits les plus fous, les plus improbables y virent le jour, et la nuit vint bien vite, la nuit qui les emporta, bien trop vite qui les fit abattre, mais il est vrai que la grande nuit n'allait tarder à s'abattre sur toute l'Europe et entrainer avec elle, dans la souffrance et la mort,  tellement d'âmes par dizaines de millions qu'elles continuent à geindre que c'en est, encore, au moindre trouble des temps, immédiatement et irrémédiablement perceptible.



En savoir plus..
14/04 : Un Tibétain de 24 ans bloqué à Roissy.
(Médiapart)


 
Douce France,

On le voit. On les interpelle. On les intercepte. On les retient. Il n'y a plus de frontières. Plus de ligne Maginot des droits de l'homme. Le sapin de Noël Han et ses décos maisons, perfusions financières estampillées sans droits de l'homme,  pari économique,  promesses de crédits, d'investissements en ont eu raison. Plus de frontières. Hexagonalement toutes Poreuses jusqu'à l'ignominie.

Phurbu Tsering, âgé de 24 ans, Tibétain originaire de la Province tibétaine de l'Amdo est arrêté à la frontière de l'Aéroport International de Roissy Charles-de-Gaulle.

Phurbu Tsering a déposé sa demande d'asile politique en France, mais le représentant de l'OFPRA à Roissy n'aurait même pas auditionné correctement l'intéressé comme ils n'avaient pas trouvé un interprète parlant la dialectique de l'Amdo. Il se serait contenté d'une décision de rejet.

Du coup, le résultat, ce Tibétain risque bien la déportation vers la République populaire de Chine où il serait sous la menace de l'arrestation pour ses engagements politiques.

Phurbu Tsering va déposer un recours devant le tribunal administratif contre le rejet de l'OFPRA avec l'aide d'une ONG dénommée  " ANAFE "  dont voici le numéro de contact, 01 48 62 83 62

Nous vous remercions à l'avance.




En savoir plus..
30/03 : l'Axe-Paris-Pékin. Cinq Tibétains arrêtés à Paris libérés ...
(blogs.mediapart.fr)


 

Nous en parlions, l'écrivions, le serinions, le rabâchant, le dénonçant, nous le rachachions à chaque billet, l'insupportable offense faite à la simple liberté de tout un chacun de mener sa vie comme il l'entend, sans avoir au-dessus de soi et de son libre choix, le poids de la présence menaçante d'une autorité-auto-proclamée par le recours à la force, à la violence, sans avoir le poids permanent de l'insupportable offense faite à soi, à sa liberté d'aller et d'être à sa guise, faite aux autres, aux siens. Insupportable offense qui conduisit à l'irréparable. Irréparable commis des millions de fois depuis l'offensive militaire chinoise qui soumit le Tibet à la férule assassine de la junte chinoise issue de la sanglante révolution maoïste.

Nous en parlions, l'écrivions, le serinions, le rabâchant, le dénonçant, nous le rachachions à chaque billet, l'insupportable offense faite à la simple liberté ne serait-ce que de manifester, de l'ouvrir face à l'impavide visage de l'occupant, à la simple liberté, ne serait-ce que de posséder, comme l'on détient une arme, que de détenir une photographie, une image, ne serait-ce que même dessinée, d'avoir ça dans son téléphone cellulaire, dans sa poche, presque dans son cœur, une image, une photographie du Dalai-Lama ... 

 Ce virus Ebola de l'insupportable offense faite à la simple liberté, qui ne porte pourtant atteinte à celle de personne d'autre, et dénoncé dans tous les capitales et villes et villages du monde, que toutes les places du monde ont huée,  l'insupportable offense faite au Tibet, à son peuple, s'est désormais transmis, sous la présidence de M. Hollande, s'est désormais transmis à la France, à la France, dont l'actuel Premier Ministre - il est vrai, électoralement mal en point ... -  était un ferme défenseur du Dalai-lama et de la cause défendue, depuis cinq décennies, par le Prix Nobel,  de par le monde entier et que les populations de tous les ages qui le peuplent ont tous, sans exception, au moins une fois dans leur vie, entendu, vu et entendu, dont l'actuel Premier Ministre passât, au temps où, dans l'opposition,  Maire de la ville de Nantes, il reçut l'injonction préfectorale absolue de ne pas recevoir l'illustre dignitaire Tibétain, infatigable et obstiné VRP de la Paix Mondiale, il passât outre l'interdiction, et hampe du drapeau tibétain bien en main, plaça, lui-même, le geste volontaire,  le dit-drapeau, au fronton de sa mairie, accueillit le grand Moine, comme il se doit, par un brillant discours plein de fougue et d'amour pour le pays occupé de son hôte illustre, y fustigea la barbarie qui s'y exprimait, et, clôtura son brillant discours de la phrase que lancent toutes les poitrines et tous les cœurs par dizaines de millions qui manifestent pour la liberté du Tibet, pour le retour de la liberté au Tibet, et auquel discours, le Dalai-lama répondit par un discours de remerciements dont il est coutumier et qui ravit  - dans les deux acceptions du terme - et qui ravit tout le monde.


En savoir plus..
26/03 : Visite de Xi Jinping : des écologistes écrivent à Hollande sur le Tibet.
(Boursorama)

Trois personnalités écologistes, dont le candidat EELV aux européennes Pascal Durand, ont écrit mercredi à François Hollande pour réclamer que l'ambassadrice de France à Pékin se rende au Tibet, alors que la France reçoit le président chinois Xi Jinping.

A l'occasion de la visite en France de Xi Jinping, "nous avons souhaité vous rappeler le sort de plus d'une centaine de Tibétains qui se sont immolés par le feu depuis le mois de février 2009, pour protester contre les atteintes graves aux droits humains au Tibet", écrivent Pascal Durand, le sénateur écologiste André Gattolin et le conseiller régional Jean-Marc Brûlé, dans une lettre au président dont l'AFP a eu copie.

Ils estime "que la République Française doit pouvoir obtenir de la Chine que sa représentante à Pékin, SE Sylvie Bermann, puisse elle aussi se rendre dès que possible dans les régions touchées par les immolations et rendre compte de la situation sur place: c'est cette demande que nous vous adressons".

L'ambassadrice française suivrait ainsi "l'exemple de ses homologues américain, australien et canadien".

En savoir plus..
26/03 : Chine : persécutions et trafic d'organes perdurent.
(Lyoncapitale.fr)

Derrière le tapis rouge déroulé mardi soir pour le président Xi Jinping, se cachent les horreurs propres aux dictatures : répression des opposants, torture, et trafic d'organes. Les Tibétains, les Ouïghours et les adeptes de falun gong subissent encore de violentes persécutions, orchestrées par une Chine convoitée pour son économie florissante.
viennent à s'immoler par le feu, ce n'est pas rien ! » Namgyal a quitté Nyan, sa ville natale, il y a deux ans. Ce Tibétain de 38 ans vit à Paris, mais il a tenu à venir protester à Lyon, en marge de la visite du président chinois Xi Jinping. « On ne peut pas posséder une photo du Dalaï Lama, sinon, ils vous harcèlent et vous battent » raconte-t-il. « Ils » ce sont les autorités chinoises, qui procèdent à des perquisitions arbitraires, la nuit, dans les maisons tibétaines. La famille de Namgyal, restée au Tibet, est toujours victime de pressions. « Au téléphone, je ne peux pas avoir de vraie conversation parce qu'ils nous écoutent et coupe la ligne. » Alors, l'important pour Namgyal, c'est que son message soit bien compris. « Le Tibet n'est pas une partie de la Chine. Nous n'avons rien contre le peuple chinois, nous devons parler avec eux. Nous ne voulons pas l'indépendance pleine et entière. Nous voulons juste vivre en paix avec la Chine. »

En savoir plus..
26/03 : PARIS / AN, 26 mars 2014 : Prise de position des députés du groupe TIBET.
(France-Tibet - CP Tibet Jean-Patrick Gille et Noêl Mamère)

Ne pas sacrifier la question du TIBET et des droits de l'homme sur l'autel des affaires commerciales !

A la veille de la rencontre entre François Hollande, Président de la République française, et Xi Jinping, Président de la République populaire de Chine à l'occasion du cinquantenaire des relations franco-chinoises, Jean-Patrick Gille et Noël Mamère, députés et co-présidents du groupe d’étude sur la question du Tibet à l’Assemblée nationale, souhaitent que soit abordée lors de cette rencontre la question du respect des Droits de l’Homme par les autorités chinoises au Tibet. Selon un récent sondage commandé par une ONG, 78% des français souhaitent que le Président français « exprime » auprès de Monsieur Xi Jinping « sa préoccupation quant à la situation des tibétains ».

Le développement des relations commerciales avec la Chine ne doivent en aucun cas se faire au détriment des droits de l'homme.
Nous sommes vivement préoccupés par la situation dans cette Région. Les immolations se multiplient, 126 à l’heure actuelle, pour protester contre la censure, toujours plus grande exercée par le pouvoir central chinois au Tibet. La population tibétaine a fait le choix de la résistance non violente et les immolations sont la part tristement la plus visible de ce combat quotidien.
Le 17 décembre dernier, nous avions présenté, en conférence de presse à l’Assemblée nationale, une proposition de résolution sur le Tibet cosignée par les membres du groupe d’étude sur la question du Tibet issus de tous les rangs de notre Assemblée.
Nous avons déposé cette proposition de résolution sur la Reprise du dialogue entre les représentants du Gouvernement chinois et les représentants tibétains afin de promouvoir l’autonomie du Tibet au sein de la République populaire de Chine.

Une proposition de résolution qui poursuit 3 objectifs :


En savoir plus..
25/03 : Lyon. Visite du président chinois : les pro Tibet manifestent.
(Leprogrès.fr)

Aux cris de «Liberté pour le Tibet» et «Démocratie à Taïwan», une soixantaine de personnes sont rassemblées place Saint-Jean, mardi après-midi, à l’occasion de la visite du président chinois à Lyon.

La manifestation se déroule à l’initiative de « Tibet Chine actualités » et Falun Dafa France.

En marge de la manifestation place Saint-Jean, les manifestants proposent un stand d'informations où les sympathisants peuvent signer des pétitions.


En savoir plus..
25/03 : Le Tibet gagne la bataille de l’opinion.
(Libération - Philippe Grangereau)

Selon un sondage commandé par une ONG, une large majorité des Français et des Allemands sont sensibles à la cause tibétaine.

Le manque de respect du gouvernement chinois pour les droits fondamentaux de ses citoyens préoccupe les Français et les Allemands, selon un sondage réalisé ce mois-ci par l’Ifop en France et en Allemagne à l’occasion de la visite en Europe du président chinois, Xi Jinping. Environ 80% des Français et 87% des Allemands disent souhaiter que François Hollande d’une part, et la chancelière Angela Merkel d’autre part, «évoquent lors de leurs entretiens avec Xi Jinping la situation des droits de l’homme et des libertés publiques en Chine».

En savoir plus..

25/03 : François Hollande, Xi Jinping et les relations entre et Tibet et la Chine dans un contexte de crises.
(Agoravox.fr par Tibet Libre)

    La visite d'État du président Xi Jinping en France du 25 au 28 mars 2014 s'inscrit dans le cadre du 50ieme anniversaire de la reconnaissance de la République populaire de Chine par le général de Gaulle. Elle survient d’une part après le 1er tour des élections municipales qui place le président François Hollande en position délicate, et d’autre part dans un contexte de crises internationales avec le conflit entre l’Ukraine et la Russie, et le conflit en Syrie. C’est l’occasion pour les associations de rappeler la situation au Tibet, et de suggérer que la voie du dialogue prôner par le Dalaï-lama peut constituer une méthode efficace de résolution des conflits.

    Recevoir le président chinois Xi Jinping, entre les deux tours des élections municipales, n'est pas un contexte facile pour le président François Hollande. Il ne peut rester muet sur la question des droits de l'homme, tant sont connus les cas de prisonniers politiques en Chine, dont celui, emblématique, de Liu Xiaobo. Ayant lutté pour les droits de l’homme dans son pays, il fut emprisonné puis Nobélisé. Il existe de nombreux autres cas de Tibétains, Mongols, Ouighours et Han, dont certains sont morts sous la torture, condamnés à de lourdes peines, jusqu'à 15 ans de prison ou prison à vie, sans remise de peine. Assurément, les Français ne comprendraient pas un silence du président Hollande sur les droits de l'homme.


En savoir plus..
17/03 : Manifestation lyonnaise contre le Chinois Xi Jinping.
(Blog Médiapart - Pierre Guerrini)

Une manifestation contre Xi Jinping, président de la République populaire de Chine en visite à Lyon, aura lieu mardi 25 mars de 15h à 19h00 Place Saint Jean.

En visite officielle en France, le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, sera à Lyon les 25 et 26 mars prochains. À cette occasion, la Ligue des droits de l'Homme organise un rassemblement autorisé par la préfecture,  place Saint Jean de 15h à 19h à Lyon 5e.

Patrick Bonnassieux de l'association Tibet Chine actualité  " n'oublie pas que la Chine est aujourd'hui le pays qui contrôle Internet, réprime les ouvriers qui tentent d'obtenir des conditions de vie décentes ou les minorités ethniques ( Tibétains, Ouïghours ) qui réclament un peu d'autonomie ".

Afin de sensibliser les Lyonnais sur ces problématiques, il organise aussi une conférence sur  " La Chine et les droits de l’homme  ",  le 26 mars à 19h au Centre culturel œcuménique (CCO), rue Georges-Courteline, à Villeurbanne.

Alain Bouc, ancien correspondant (1973-1975) du journal Le Monde à Pékin, et, auteur de plusieurs livres sur la Chine, animera les débats.


En savoir plus..
18/03 : Appel au rassemblement citoyen pendant la visite du Président chinois à Paris.
(Communauté Tibétaine de France)


Date : le jeudi 27 mars à partir de 15h Lieu : Parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro à Paris. Métro ligne 9, ou 6 : Trocadéro.

Chers amis du Tibet,

La Communauté Tibétaine de France et ses Amis appellent les citoyens français à se mobiliser de manière massive et active pendant la visite du Président chinois Xi Jinping à Paris.

Cette mobilisation citoyenne doit mettre au grand jour la triste situation actuelle du Tibet sur la scène publique et nous devrions saisir cette occasion pour rappeler au Président chinois que la politique chinoise en vigueur au Tibet, est un échec et contre productive.

La vieille recette politique de la carotte et du bâton est un anachronisme alors que, l’heure est à la reconnaissance mutuelle des peuples. Nous aimerions souligner deux points cruciaux au Président chinois ; d’une part, que nous désapprouvons complètement la politique chinoise au Tibet et d’autre part, que la résolution du problème du Tibet ne peut que passer par une solution politique.

D’ailleurs, la Communauté Tibétaine de France et ses Amis a adressé une lettre à Monsieur François Hollande, Président de la République Française, pour lui demander de soulever la question du Tibet avec son homologue chinois ainsi que d’inviter ce dernier à engager les Pourparlers Sino-Tibétain.

Chers amis, soyez nombreux à venir nous rejoindre au rassemblement citoyen en faveur du Tibet et de son peuple.

Par le Bureau de C.T.F. www.tibetan.fr



En savoir plus..
12/03 : Video : Commémoration à Paris du 55ème anniversaire de l’annexion du Tibet par la Chine - 10 /mars /2014.
(Communauté Tibétaine de France)

3 VIDÉOS .

En savoir plus..
08/03 : Tseyang: colère et espoir dans l'exil.
(RFI)

Romain Mielcarek/RFI

A 51 ans, Tseyang Sihle a partagé sa vie entre un exil en Inde et un autre en France. Cette Tibétaine, marquée par la perte de la majorité de ses proches, se raccroche au besoin d’aider les autres.

Du Tibet, il ne reste que quelques images, quelques odeurs. Des flashbacks. « Quand j’avais 6 mois, ma famille a fui sur un yack, comme dans le film Himalaya ! » A l’évocation de ces maigres souvenirs, Tseyang Sihle rit aux éclats. Sa famille, des éleveurs, quitte son pays pour échapper au joug chinois. Le long de la frontière avec l’Inde, ils survivent quelques années. « Je me souviens d’être tombée d’un yack en poursuivant mon père ! »

Des bribes de souvenirs et de sourires qui laissent rapidement la place à d’autres, moins heureux. La famille est rattrapée par la situation du Tibet. A la frontière, les Indiens ne savent pas bien quoi en faire. Une partie d’entre eux est envoyée dans le centre de l’Inde, l’autre dans le sud. Le choc est violent. De leurs montagnes, habitués qu’ils sont au beurre de yack et à la rigueur himalayenne, les Tibétains se retrouvent projetés dans une région chaude, où la nourriture est totalement différente. Beaucoup tombent malades. Tseyang perd ainsi sa maman, alors qu’elle est encore toute petite. Moment gravé dans une âme que la tristesse paralyse encore près de cinquante ans plus tard : « Mon père m’a caressé la tête. Son visage était zen : " Ta maman est décédée " ».

« Toute ma famille est morte sans que je puisse les connaître », résume Tseyang, dont le regard s’est soudain assombri. La voix coupée par des sanglots qu’elle retient difficilement, elle se rappelle une dernière rupture : pour lui permettre d’étudier, son père la laisse partir vers une école de Dharamsala, dans le nord de l’Inde. Là, avec les autres enfants de la communauté tibétaine en exil, elle partage tout dans un village-école financé par les dons de la communauté internationale.


En savoir plus..
04/03 : Lundi 10 mars, une manifestation nationale pour commémorer le 55ème anniversaire du soulèvement du peuple tibétain contre l’occupation chinoise du Tibet.
(Communauté tibétaine de France)



Rendez vous : le 10 mars 2014 à partir de 14h30, au Trocadéro à Paris

Une marche de protestation est prévue en direction de l’ambassade de la République populaire de Chine à Paris. La manifestation se terminera vers 19heures.

Métro : Trocadéro

Soyez nombreux à participer à cet événement commémoratif avec des drapeaux du Tibet.

Les 55 années sous domination chinoise du Tibet, n’ont fait que stimuler la conscience politique des Tibétains, qui sont repartis dans les trois provinces du pays. Le peuple tibétain vit dans le sentiment d’appartenir à une même culture millénaire et à une communauté du destin. Les Tibétains se battent depuis longtemps de manière pacifique et non-violente pour la reconnaissance des droits et des libertés fondamentaux.

L’histoire contemporaine du monde a démontré que toutes les politiques d’assimilation d’autres peuples, au mépris de leurs histoires politiques et de leur identité culturelle ont soldé sur des échecs. La volonté visant la disparition de l’autre au profit d’une expansion quelconque constitue souvent sa propre destitution. Cela s’appelle aussi le génocide, un crime contre l’humanité passible des sanctions internationales par le Tribunal Pénal International.

Le Peuple tibétain se raisonne en terme de la loi de la causalité autrement, Karma égale action qui implique les auteurs des actes doivent payer de ses conséquences et le monde est régie par la loi suprême du changement. Par conséquent, nous sommes tous sans exception le fruit du changement constant, l’expression parfaite de l’impermanence.

Malgré la situation actuelle au Tibet qui est marquée par des années de répressions militaires face aux populations civiles tibétaines, qui réclament la paix et le respect de leur foi ainsi que la liberté au Tibet. Le Tibet a réellement besoin d’un soutien diplomatique engagé de l’Etat français et une solidarité manifeste du peuple français pour la reprise des Pourparlers Sino-Tibétain. La sortie de l’impasse actuelle entre Dharamsala et Pékin doit être résolu suite à un dialogue bilatéral sans condition préalable.

Enfin, nous apportons notre soutien actif à l’Administration Centrale Tibétaine, pour sa politique de voie du milieu appelant à une réelle Autonomie pour le Peuple Tibétain et nous allons nous battre pour un Tibet Uni dans une liberté ressuscitée.

Vive le Tibet et vive le Peuple tibétain.

Bod Gyalo.

Par le Bureau de la Communauté Tibétaine de France et ses Amis.


En savoir plus..
24/02 : Une municipalité picarde en France adopte Dechen (Toelung).
(Tibet.net)

Sur la 1° photo, le secrétaire du bureau du Tibet à Paris, Mr. Tsering Dhondup avec le maire et d'autres dignitaires de Vers sur Selle.

Paris, 24 Février : Vers sur Selle, une petite municipalité française en Picardie, région du nord de la France, est devenue la 63° municipalité en Europe à adopter un village ou une ville au Tibet.
Une cérémonie officielle pour célébrer "l'adoption" a été organisée à l'Hôtel de Ville de Vers sur Selle, à laquelle ont assisté monsieur le Maire, les membres du conseil municipal et d'autres dignitaires dont des représentants du Conseil Régional et de groupes de soutien au Tibet.



En savoir plus..
21/02 : Un rassemblement citoyen pour une initiative française visant la reprise des Pourparlers Sino-Tibétain.
(Communauté tibétaine de France)

Mercredi 26 Février de 15h à 18h devant le Ministère des Affaires étrangères, à Paris, métro Invalides.

Compte tenue de la situation au Tibet, un collectif des Associations françaises de soutien au Tibet, ainsi que la Communauté Tibétaine de France organisent ce rassemblement citoyen afin de solliciter le Gouvernement français pour une initiative française visant la reprise des pourparlers Sino-Tibétain.

Nous saluons de tout coeur, que la France entretienne une excellente relation diplomatique avec "la République populaire de Chine" ; par conséquent, nous sommes convaincus que le gouvernement chinois accorderait plus d’attention si la France présenterait des propositions constructives pour l’aboutissement des pourparlers Sino-Tibétain vers une solution politique mutuellement souhaitable.

Dans ce contexte si difficile pour les Tibétains du Tibet, depuis 2009, 125 Tibétains se sont immolés en réclamant la liberté et le retour de Sa Sainteté le Dalai Lama au Tibet, sans compter tous ceux et celles qui se sont fait arrêter et torturer à mort pour avoir osé exprimer pacifiquement leurs opinions politiques.

Nous souhaiterions vivement que la France s’engage davantage et qu’elle investisse son savoir-faire diplomatique pour faire entendre la voix du peuple tibétain par les autorités chinoises, et que le Tibet puisse bénéficier pleinement de l’ensemble des prérogatives d’un Etat autonome.



En savoir plus..
13/02 : Un appel de la Communauté Tibétaine de France.
(Communauté tibétaine de France)

Un texte clé dans le traité :  " les Tibétains sont heureux dans la terre du Tibet, et les Chinois sont heureux dans la terre de Chine , "   en indiquant clairement les limites de la Chine du Tibet .

Un doring, ou pilier de pierre, a été construit pour commémorer le traité important entre les deux empires et placés devant le Jokhang, considéré comme le temple le plus sacré du Tibet. Le texte du traité  " Tibet - Chine " de 821-822 AD, est inscrit en tibétain et en chinois sur un côté du pilier. D'un autre côté est l'introduction historique en tibétain, et, sur les deux autres côtés sont portés les noms des ministres qui ont assisté à l'événement, en tibétain et en chinois .

Un autre doring symbolisant le traité Tibet - Chine de 821 à 822 après JC, a été placé dans la capitale de la dynastie des Tang.

Le Doring du traité Tibet - Chine de 821-822 AD signifie le grand héritage d'un empire Tibétain puissant et libre et constitue une raison importante pour célébrer l'histoire du Tibet en tant que nation indépendante et renforcer notre lutte pour un avenir du Tibet Libre .




En savoir plus..
11/02 : Un rassemblement citoyen pour une initiative française visant la reprise des Pourparlers Sino-Tibétain.
(Communauté Tibétaine de France)

Mardi 11 février 2014, par Communauté Tibétaine // Agenda

Mercredi, 26 février 2014 de 15h à 18h Devant le Ministère des Affaires Etrangères à Paris Métro : Invalides

Compte tenue de la situation au Tibet, un collectif des Associations françaises de soutien au Tibet, ainsi que la Communauté Tibétaine de France organisent ce rassemblement citoyen afin de solliciter le Gouvernement français pour une initiative française visant la reprise des pourparlers Sino-Tibétain.

Nous saluons de tout coeur, que la France entretienne une excellente relation diplomatique avec "la République populaire de Chine" ; par conséquent, nous sommes convaincus que le gouvernement chinois accorderait plus d’attention si la France présenterait des propositions constructives pour l’aboutissement des pourparlers Sino-Tibétain vers une solution politique mutuellement souhaitable.

Dans ce contexte si difficile pour les Tibétains du Tibet, depuis 2009, 125 Tibétains se sont immolés en réclamant la liberté et le retour de Sa Sainteté le Dalai Lama au Tibet, sans compter tous ceux et celles qui se sont fait arrêter et torturer à mort pour avoir osé exprimer pacifiquement leurs opinions politiques.


En savoir plus..
28/01 : Fipa 2014 : mon rapport secret d’infiltré chez les jurés.
(Télérama)

Sur la troisième marche du podium, distancé, Bringing Tibet Home, l’émouvante aventure artistique imaginée par l’artiste new-yorkais Tenzing Rigdol et filmée par le réalisateur Tenzin Tsetan Choklay : « voler » vingt tonnes de terre au Tibet, les transporter à Dharamsala, en Inde, où résident de nombreux exilés, pour qu’ils puissent enfin fouler le sol de leur pays inaccessible. Le documentaire brosse un portrait sensible du créateur d’origine tibétaine, suit le lent cheminement du camion de terre à travers les frontières et les chek-points jusqu’à l’exposition publique. C’est un film d’excellente facture, fidèle à l’esprit du créateur, qui souffre de quelques longueurs vite oubliées devant la puissante symbolique de l’installation artistique de Tenzing Rigdol.

Avant de passer au quatrième tour de scrutin, nouvelle discussion animée et même virulente. « Comment faire confiance à la parole de l’ancien cadre du Hezbollah ? » s’insurgent les adversaires du film The Renegade qui, effectivement, manque de distance par rapport à son héros. « C’est un témoignage unique, courageux, qui fournit un éclairage très précieux sur une région du monde au bord du chaos », soutiennent ses partisans, tout aussi légitimes… « On ne peut pas donner le prix à un film qui se contente d’interviewer des gens dans la rue », s’indignent les adversaires du Droit au baiser qui, effectivement, consiste en un long micro-trottoir dans différents quartiers d’Istanbul. « Ces témoignages sont drôles en plus d’être intéressants, ils offrent un salutaire coup de projecteur sur un sujet très important, la condition des femmes dans le monde musulman », rétorquent ses supporters, tout aussi légitimes.

Le jury est profondément divisé par ces deux films, au point de se répartir en quatre clans à peu près égaux, chacun farouchement opposé ou partisan d’un des deux films. Peut-être qu’un nouveau vote le sortira de l’impasse… Las, au dépouillement du quatrième tour de scrutin, la situation semble se compliquer : les trois films encore en lice se retrouvent tous à égalité, à une voix près. La discussion redémarre. Et tourne en rond ; chacun s’est exprimé, les arguments sont épuisés. Seule Léonora se distingue par un plaidoyer aussi passionné que sensé pour Bringing Tibet Home.
Encore un vote. Qui risque de ne rien débloquer. Si chacun campe sur ses positions, on en a pour une éternité… Mais non ! A la surprise générale, Bringing Tibet Home l’emporte très nettement ! Parti du fond du classement au premier scrutin, le film américain s’est peu à peu imposé, finalement presque naturellement, comme un point de ralliement. « Quelqu'un a-t-il une objection catégorique à faire à ce film ? », demandai-je. Non. Personne ne s’y attendait mais tout le monde semble satisfait d'un verdict juste, équilibré, intelligent. Les visages crispés par l’enjeu, par les dissensions et les escarmouches verbales, se détendent peu à peu en sourires soulagés.
Le lendemain, au moment de nous quitter, certains jurés me confient que cette expérience restera pour eux « inoubliable ». Mais leur plus belle récompense, leur plus grande fierté, c’est sans doute que Bringing Tibet Home, qui jusque-là n'avait pas de diffuseur, soit bientôt visible sur Télérama.fr. Kenatea, Sindija, Eglé, José, Hector, Darina, Inez et les autres espèrent (rêvent) que vous serez (extrêmement) nombreux à partager leur coup de cœur. Ne les décevez pas, vous ne serez pas déçus.

En savoir plus..
27/01 : 'Bringing Tibet Home' gagne un prix français.
(Phayul.com)

Dharamshala 27 Janvier. Un film documentaire réalisé par un cinéaste tibétain vivant à New York a été primé (Prix du Jury des Jeunes Européens) samedi dernier à la 27° édition du Festival International des Programmes Audiovisuels, à Biarritz en France.
"Bringing Tibet Home", dirigé par le cinéaste tibétain Tenzin Tsetan Choklay est un film documentaire sur la mission d'un artiste tibétain contemporain d'apporter le Tibet fermé aux tibétains en exil, au travers d'un projet artistique sans précédent intitulé "Notre pays, notre peuple".

En savoir plus...
05/01 : Dites non à 50 ans de collaboration diplomatique entre la France et la dictature chinoise.
(France-Tibet)

DITES NON A 1964 - 2014 = 50 ANS DE COLLABORATION DIPLOMATIQUE ENTRE LA FRANCE ET LA DICTATURE CHINOISE.
Bonjour à tous ,

DATE DE DUREE DE L' EVENEMENT DU 1er JANVIER AU 31 DECEMBRE 2014 DANS DIVERS LIEUX EN FRANCE.


Si vous avez un compte Facebook vous pouvez vous inscrire sur :


 https://www.facebook.com/events/388816114588206/?fref=ts

2014 sera une année ou les militant-e-s français-e-s pour la liberté au Tibet et en Chine devront être mobilisés car 2014 marquera celle du 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine . Les gouvernements des 2 pays vont organiser diverses manifestions un peu partout sur les territoires des 2 pays et  il est fort à parier que dans le courent de 2014 que le nouveau président Chinois Xi Jinping débarque en France pour une visite officielle .

En savoir plus...
27/12 : Rassemblement de soutien au Peuple tibétain à Paris.
(
La Communauté Tibétaine de France)

 
Le vendredi 17 janvier 2014 à partir 16h, la Communauté Tibétaine de France et ses Amis vont organiser un rassemblement citoyen en solidarité avec le Peuple tibétain devant l’ambassade de la "République populaire de Chine" à Paris. Métro ligne 9 à la station : Alma Marceau Ce rassemblement citoyen libre de France, a pour but de donner un écho à l’appel à la Liberté et au retour de Sa Sainteté le Dalai Lama au Tibet ; lancé par les Tibétains du Tibet, qui se sont donnés la mort en s’immolant par le feu. (...)

En savoir plus...

19/12 : PARIS / AN, 17 décembre 2013 : WU, député chinois, remet des cadeaux tibétains !!...au député français Rodet du groupe Chine.
(France-Tibet)


Quelques photos significatives de la récupération par Pékin de la culture tibétaine aux seules fins de créer l'amalgame !!

En savoir plus...
19/12 : PARIS / AN, 17 décembre 2013 : " Proposition de résolution pour le Tibet " présentée par le Groupe d’étude sur la question du Tibet.
(France-Tibet)

Hier, j’ai présenté, en conférence de presse à l’Assemblée nationale, avec Noël Mamère, une proposition de résolution sur le Tibet. Cette proposition de résolution a été cosignée par les membres du groupe d’étude sur la question du Tibet lesquels sont issus de tous les rangs de notre Assemblée: de gauche comme de droite.
Les immolations se multiplient, 125 à l’heure actuelle, pour protester contre la censure, toujours plus grande exercée par le pouvoir central chinois au Tibet. La population tibétaine a fait le choix de la résistance non violente et les immolations sont la part tristement la plus visible d ce combat quotidien.



En savoir plus...
18/12 : Des parlementaires français proposent une résolution sur le Tibet à l'Assemblée Nationale.
(
Phayul.com)

PARIS, 18 Decembre. Les députés Jean Patrick Gille du parti socialiste et Noël Mamère député vert ont présenté mardi au Parlement français une résolution sur le Tibet pour appeler à la reprise du dialogue entre les autorités chinoises et les représentants du gouvernement tibétain en exil.


En savoir plus...